Fiction: Visions d'un Dieu Endormi

Pour Tenten, une mission banale au Pays du Vent va prendre des proportions épiques qui vont la plonger, elle et l'équipe chargée de la retrouver, au cœur d'une machination qui pourrait bien menacer le monde entier. Car les fidèles du Dieu à la Main Sanglante, Jashin, ont décidé de réveiller le Dieu Endormi…
Classé: -16I | Action/Aventure / Horreur / Spirituel | Mots: 125927 | Comments: 38 | Favs: 35
Version imprimable
Aller au
Kris'ter (Masculin), le 07/08/2009
Tenten en mission, avec des ninjas de Kiri… Comment les choses vont-elles se présenter ?
Et que s'est-il exactement passé lorsque Tenten a rencontré Yoake ?

Un seul moyen de le savoir, lire ce chapitre :D




Chapitre 2: Misogynes



La nuit tombait sur Kaisou, une petite ville portuaire du Pays du Feu. Cinq ninjas de Kiri marchaient en direction du port où les attendait un bateau rapide qui allait les amener sur le lieu de leur mission.

Niwakaame, le premier, était une brute musculeuse et arrogante, le genre de ninja qui n’attendait qu’une mêlée ouverte pour s’abandonner à la frénésie de la tuerie, il parlait fort et beaucoup en faisait de grands gestes pour souligner ses propos.

Ouhei, le second, était le plus petit de la bande, un vieux grincheux totalement imbu de lui-même qui trouvait des défauts à tous les compagnons de missions qu’il avait eus, très peu arrivait à faire équipe avec lui plus d’une fois.

Shigure, seule kunoichi du groupe, semblait être la plus posée, mais sous ses dehors de femme douce et gentille, c’était une véritable veuve noire.

Uranami, le quatrième, était un paquet de nerfs aux yeux fous, le genre de type qui vous coupait un bras parce qu’il vous avait bousculé dans la rue et que vous ne vous étiez pas excusé.

Arashi, le cinquième et capitaine de l’équipe, était le plus stoïque des cinq. Chauve et totalement imberbe, il dépassait tous ses hommes d’une bonne tête, les parties non couvertes de son corps laissaient apercevoir de larges brûlures, témoins d’une vie passée au service de son village et d’une mission qui avait vraiment mal tournée. Il ne partageait visiblement pas l’apparente décontraction du reste de son groupe.

La petite équipe suivait le monologue de Niwakaame tandis qu’ils arrivaient au port.

“Alors je lui ai mis mon poing dans la gueule et ce bouffon a été éliminé en seulement quinze secondes ! On m’avait dit que le combat était truqué, mais je m’attendais pas à ce que ça soit aussi flagrant. Enfin, au moins, mes dix mille yens se sont changés en cent mille. Faudrait qu’on aille là-bas plus souvent, on se fait vraiment de l’argent facilement.

-A force de parier comme ça, un jour tu vas tout perdre, fit remarquer Uranami."

Comme ils se trouvaient devant le bateau, Shigure décida de ramener son compagnon à la réalité :

“Niwakaame, arrête de parler de trucs inutiles et occupe-toi de la mission.

-Pfff. À quoi je suis sensé réfléchir ? Rétorqua la brute d’un ton résigné, cette mission c’est du gâteau.

-Clairement, approuva Ouhei, et puis pourquoi doit-on tous aller là-bas pour tuer une Nukenin ?

-C’est une Nukenin très dangereuse, répondit Shigure, une des sept Sabres Sacrés du village. Pas vrai Arashi ?”

Le chef de l’équipe hocha de la tête pour approuver.

“Quand bien même, ajouta Ouhei, ils nous sous-estiment énormément.”

En montant sur le bateau, les cinq ninjas stoppèrent net lorsqu’ils virent qu’une kunoichi de Konoha les attendait. Elle les salua chaleureusement. Aucun ne répondit.



Le bateau avait pris la mer depuis deux heures maintenant, longeant la côte du pays du Vent, en progressant à bonne vitesse. Les ninjas natifs de Kiri avaient depuis longtemps appris à utiliser leur affinité avec l’élément liquide pour créer des courants porteurs afin de faire atteindre à leurs embarcations des vitesses sans pareilles. Néanmoins, le voyage était loin d’être joyeux, tous les ninjas de Kiri, sauf Arashi, regardaient Tenten en chien de faïence. Celle-ci ne leur prêtait plus aucune attention, elle était accoudée au bastingage et regardait l’horizon. Puis Niwakaame prit la parole, s’adressant au reste de l’équipe.

“Hey, pourquoi on a un passager clandestin ?”

Shigure, voulant éviter un incident, s’empressa de faire les présentations d’une voix mal assurée.

“Ah oui, c’est la kunoichi de Konoha.

-Cette gamine ? S’exclama Ouhei, incrédule.

-J’ignorais qu’on avait aussi une mission de baby-sitting en même temps, se moqua Niwakaame."

Uranami approuva en souriant.

“Clair. Je pensais pas que ça serait une fillette comme ça.”

Niwakaame se dirigea vers Tenten et, arrivé à sa hauteur, il lui dit sur un ton faussement paternel :

“Hey, petite, tu veux un chocolat ?”

Uranami et Ouhei eurent un rire moqueur alors que le regard de Shigure montrait qu’elle désapprouvait le comportement de Niwakaame. Tenten luttait pour contenir sa contrariété, les doigts crispés sur la rambarde du bateau. Il aurait été si simple de tirer un kunai et de le planter dans la gorge de cet idiot. Soudain, Arashi rappela son compagnon à l’ordre.

“Niwakaame ! La ferme.” 

Cela eu pour effet d’immédiatement calmer le ninja qui se raidit et pivota en direction de son chef d’équipe. Il s’empressa de se justifier.

“C’était une blague, juste une blague, dit-il en se tournant vers Tenten, puisqu’on a du chemin à faire ensemble, essaye de pas trop nous gêner, Betty Boop.”

La kunoichi de Konoha tressaillit comme si elle venait d’être giflée. Son exaspération s’embrasa et elle dut la ceinturer avec les lanières de sa volonté. On l’avait envoyé le soir de l’Efflorescence pour une mission, et au lieu de s’amuser avec Lee, elle se retrouvait coincée avec cette bande de crétins misogynes. Néanmoins, Shigure se plaça à côté de Tenten et s’empressa de lui présenter ses excuses pour le comportement de ses compagnons.

“Je suis désolée, mes équipiers sont grossiers.

-Ca ne me dérange pas, répondit Tenten sur un ton formel.

-Je m’appelle Shigure, Juunin du Village de Kiri.”

Tenten se tourna vers la kunoichi de Kiri et lui répondit avec gentillesse :

"Moi c’est Tenten, Genin du Village de Konoha.”

Shigure semblait ravie d’avoir réussi à établir un contact amical avec son alliée d’un soir.

“J’ai entendu dire que tu avais déjà affronté Yoake. J’attends ton aide avec impatience.”

Elle lui tendit la main, mais alors que la kunoichi de Konoha allait la serrer, un shuriken se planta dans la rambarde, là où les mains auraient du se rencontrer. Uranami cracha à Tenten sur un ton plein de méprise :

“Écoute gamine, c’est notre mission. Yoake on va s’la faire comme des grands, alors on n’a pas besoin d’tes conseils. C’est clair ?”

Dépitée, Shigure reporta son attention sur Tenten, mais celle-ci s’était déjà retournée pour regarder l’horizon. L’Hokage lui avait conseillée de rester prudente face à Yoake, et encore plus avec les ninjas du village caché de la Brume. Les relations entre les deux villages ninjas étaient loin d’être aussi cordiales qu’avec Suna, mais les ninjas de Kiri étaient normalement sensés tenir compte des opinions de Tenten. Telle était sa mission : apporter des conseils et aider l’équipe d’élimination à mettre en place la meilleure façon de tuer la Nukenin, sans toutefois prendre part au combat, qui resterait la prérogative des ninjas de Kiri.

Cette mission allait être un échec fantastique. Non seulement ils ne l’écouteraient pas car ils la prenaient pour une fillette stupide et sans expérience, mais en plus il était évident qu’ils allaient se faire massacrer s’ils continuaient de sous-estimer leur cible. Elle avait affronté la Satsubatsu du haut de ses treize ans et ne s’en était sortie que parce que son adversaire avait décidé qu’elle pourrait continuer à vivre. Elle n’aurait sûrement pas autant de scrupules avec eux. Tenten ne fit aucun effort pour masquer le sourire que lui arracha cette idée.



Alors que l’aube se levait, Arashi fit se rapprocher le bateau de la côte, ils allaient débarquer ici. On demanda au capitaine de rester sur place jusqu’à leur retour, ce qu’il aurait sûrement fait si Uranami n’avait pas eu l’idée de l’encourager à les attendre en lui disant que dans le cas contraire, il allait “lui couper les jambes et foutre le feu à sa coque de noix pour ensuite le regarder se traîner hors de l’incendie en rampant sur ses moignons”. Le capitaine avait évidement filé sans demander son reste dès que les ninjas furent hors de vue.

Le relief de cette partie du Pays du Vent était constitué d’une multitude de canyons, de ravines, de plateaux arides et de pitons rocheux dressés vers le ciel. La couleur dominante était le rouge de la roche dont l’érosion avait recouvert le sol d’une épaisse couche de sable ocre. Les ninjas se dirigeaient à bonne vitesse vers le nord, malgré le vent brûlant qui s’engouffrait en mugissant dans les défilés étroits.

“Pourquoi on doit faire tout ce chemin à pied ? Demanda Ouhei.

-Parce que notre cible à bougé, expliqua Arashi, elle fait partie de l’escorte d’un convoi qui se dirige actuellement vers Suna.

-C’est pourquoi nous marchons, ajouta Uranami, c’est vraiment dur pour les jambes de ce vieil homme.”

La dernière partie de la phrase se moquait ouvertement d’Ouhei.

“Connard… marmonna ce dernier alors que le reste de l’équipe éclatait de rire."

Tenten, qui fermait la marche, était désabusée par cette ambiance glauque. Si c’était là toute la «fraternité» dont pouvaient faire preuve les habitants de Kiri, elle remercia les dieux d’avoir grandi dans un village comme Konoha.

Shigure ralentit le mouvement pour se mettre au niveau de la Genin et lui demanda :

“Dis-moi, comment t’es-tu retrouvée à combattre Yoake ?”

Tenten considéra la question qui venait de lui être posée. Si elle arrivait à leur démontrer que la Nukenin était dangereuse par le biais du récit de sa rencontre, peut-être que les ninjas de Kiri changeraient d’attitude. Elle en doutait, mais ça valait le coup d’essayer.

“J’était sortie diplômée de l’Académie des Ninjas depuis environs cinq mois quand notre sensei est tombé malade, expliqua Tenten, une vilaine grippe qui l’avait obligée à garder le lit. Mes compagnons et moi-même, nous nous sommes donc retrouvés privés de sensei et obligés d’accomplir des missions encore moins palpitantes que d’habitude.

-Ah oui, les missions de rang D, se rappela Shigure, ou «quand les gens vous demandent de faire les choses qu’ils sont trop fainéants pour faire eux même.»”

-Pratiquement, oui. Enfin, c’était au cours d’une de ces missions que je me suis trouvée face à Yoake Satsubatsu…”



Tenten servait de cocher à un couple de retraités plutôt aisé qui vivait dans un lotissement à l’écart du village et devait se rendre au centre-ville, pour une histoire d’héritage, apparemment. Assise dans l’espèce de calèche mise à sa disposition, elle supportait les bavardages incessants et parfaitement inintéressants de ses employeurs, et même si elle faisait son maximum pour paraître aimable, au bout de vingt minutes, Tenten n’en pouvait déjà plu.

C’est au beau milieu de la forêt que la mission tourna au drame, une kunoichi sauta dans la calèche. Elle regarda les deux petits vieux interloqués et lâcha d’une voix dénuée de toute émotion :

“Votre fils vous envoie ses salutations…”

Puis, dans un mouvement difficilement compréhensible tant il fut rapide, elle dégaina deux couteaux depuis des étuis dissimulés dans ses manches. Elle trancha les deux gorges d’un même élan, puis planta ses armes dans leurs yeux paralysés par la surprise. Alors que Tenten avait à peine amorcé un geste pour défendre les deux petits vieux, la Nukenin avait déjà sauté pour disparaître dans les arbres, laissant ses deux victimes à la gorge lacérée s’écrouler au fond de la calèche.

Tenten se lança à la poursuite de l’assassin. Le feuillage épais de la forêt filtrait la lumière du jour en une faible pénombre mais la kunoichi n’avait aucun mal à suivre la trace de la Nukenin. C’était comme si celle-ci n’avait pas cherché à dissimuler son passage.

Elle déboucha dans une petite clairière, son adversaire était là et semblait l’attendre. Il s’agissait d’une femme à la beauté à couper le souffle, son corps souple et sensuel se dessinait sous le voile d’une robe de soie noire, contrastant avec la pâleur de son visage encadré par de longs cheveux rouges sang. Ses grands yeux bleus semblaient plein d’innocence, bien qu’en même temps cruels, calculateurs et sans pitié. Elle tenait dans sa main une sorte de canne, et Tenten se demandait à quoi cela pouvait bien lui servir. L’emblème rayé sur sa ceinture la désignait comme une Nukenin. Une Nukenin de Kiri.

La jeune Genin s’exclama :

“Je suis Tenten, du village de Konoha. J’ignore pourquoi vous avez tué ces gens, mais il était de mon devoir de les protéger. Je n’ai pas pu le faire, alors je dois les venger !”

Après quelque secondes d’un lourd silence, la Nukenin passa sensuellement sa langue sur ses lèvres pulpeuses et releva une mèche de cheveux tombée devant ses yeux d’un ample revers de la main avant de parler d’une voix calme et basse :

“Tu ne devrais pas te préoccuper de la vie de vieux croûtons comme ces deux-là, jeune Tenten. Ils ne valent pas ce que tu risques de perdre. M’affronter n’aurait aucun sens car tu n’as aucune chance de me vaincre, et cette lutte inégale ne m’intéresse même pas. Rentre chez toi, petite fille.”

• Quelle arrogance ! • pensa Tenten, subitement envahie par une rage profonde. Elle tira une série de kunais de l’étui qu’elle avait à la jambe1 et en lança une rafale sur son adversaire, chacun visant un point vital.

La Nukenin ne bougea pas, regardant calmement arriver les kunais comme si cela ne la concernait pas. Soudain, alors qu’ils allaient toucher leur cible, ils furent tous interceptés et tous renvoyés en direction de Tenten.

Surprise, celle-ci esquiva à la dernière minute les projectiles, puis elle lança une nouvelle rafale de kunais et de shurikens, qui furent également interceptés et renvoyés. Cet étrange match de tennis dura plusieurs minutes, jusqu’à ce que la kunoichi se retrouve à cours de projectiles.

“Belle démonstration de tes talents, jeune kunoichi, dit Yoake avec suffisance en désignant de la main les kunais éparpillés dans la zone, mais je t’avais bien dit que tu ne pouvais pas gagner. Je ne te le redirai pas, va-t-en si tu tiens à la vie.”

Tenten fut sidérée par la maîtrise affichée par l’adversaire qu’elle avait en face d’elle. Elle ressentit soudain l’envie de fuir aussi loin que possible d’un ennemi aussi puissant, mais elle fit taire sa peur et répondit :

“Peut-être avez-vous raison, peut-être que je pourrais pas vous battre, mais plutôt la mort que la couardise !”

Yoake soupira, voilà le genre de principe qui augmentait le taux d’occupation des cimetières.

“Mourir sans but n’est pas suivre la voie du nindô, et parfois, il vaut mieux un lâche vivant qu’un héros mort en vain. Enfin, rappelle-toi que c’est toi qui l’a voulu…”

La Satsubatsu plaça ses mains à chaque extrémité de sa canne en la mettant à l’horizontal devant elle. Tenten l’observait attentivement, les muscles tendus comme des ressorts, prête à toutes éventualités. Puis Yoake écarta les bras, révélant ainsi le secret de sa canne : c’était en fait un double fourreau, chaque extrémité étant la tsuka d’un ninjato2 dont les lames faisaient légèrement onduler l’air autour d’elles.

Puis la Nukenin se lança en avant.

Tenten se jeta sur le coté en faisant une roue, comme son sensei lui avait appris pendant les entraînements. En passant, elle ramassa deux kunais par terre et les lança contre Yoake avant même que ces pieds ne touchent le sol. La Nukenin les frappa avec les lames de ses ninjatos qui vaporisèrent les deux projectiles !

La Genin réalisa alors que les épées de son adversaire étaient infusées de chakra, elle mourrait si une des lames ne faisait que l’effleurer. Tenten sauta hors d’atteinte et lança deux nouveaux kunais dans une direction, à première vue, surprenante. Il était clair qu’ils n’allaient pas toucher Yoake.

• Apprends à viser… • pensa la Nukenin, qui se préparait déjà à terminer ce duel de façon sanglante.

Soudain, Yoake sentit une douleur déchirante dans son épaule gauche, transpercée par un kunai. Comment était-ce possible ? Un autre ninja ? Non elle n’avait senti personne, pourtant la Genin ne l’avait pas visée, à moins que… Le deuxième kunai ! Elle s’en était servi pour faire dévier le premier ! En l’espace d’une seconde, la suffisance de la Nukenin fut ébranlée. Un tel talent ! Un tel contrôle !

La guerrière en elle reprit le dessus. Elle lâcha ses ninjatos et, attrapant Tenten par la gorge, elle la projeta comme une poupée de chiffon vers les arbres. Pendant un instant, le regard des deux kunoichis se croisa et la Genin sut à ce moment-là qu’elle allait mourir, puis elle percuta violemment un tronc et les ténèbres l’engloutirent.

Lorsque Tenten ouvrit les yeux, surprise d’être toujours en vie, Yoake se tenait devant elle, un sourire sinistre dessiné sur les lèvres. La kunoichi tenta de bouger mais son corps était transpercé par la douleur et ses muscles refusèrent de lui obéir.

“J’épargne ta vie, jeune Tenten, réussir à me blesser comme tu l’as fait alors que j’utilise les Lames Jumelles d’Oomizu n’est pas donné à tout le monde. Bien que cela fut plus du à mon propre excès de confiance, tu es très talentueuse dans le maniement des armes. Perfectionne ce talent, alors tu deviendras une adversaire bien plus… amusante, et peut-être nos chemins se croiseront-ils de nouveau. Mon nom est Yoake Satsubatsu, je suis l’une des sept Sabres Sacrés du village de Kiri. Si tu as tiré une leçon de notre petite entrevue, tu ne devrais pas te risquer à essayer de me retrouver, du moins, pas avant d’être tout à fait prête. Bonne chance, jeune kunoichi.”



“Voilà toute l’histoire, dit Tenten pour conclure."

Elle omit volontairement de parler de son douloureux retour à la calèche, et des explications qu’elle avait dues fournir pour les deux cadavres qu’elle transportait.

“Halte ! S’exclama Arashi, nous y sommes.”

Les six ninjas s’arrêtèrent au bord d’un piton rocheux, observant la plaine en contrebas à l’aide d’un dispositif optique binoculaire grossissant, constitué de deux lunettes symétriques montées en parallèle3. Au loin, un nuage de poussière indiquait la présence d’un convoi qui se déplaçait plus rapidement que prévu, comme le constata le chef de l’équipe.

Shigure avait passé ses jumelles à Tenten afin qu’elle aussi puisse voir ce qui les attendait. Il y avait une grosse charrette dont la cargaison à l’arrière était recouverte par une bâche, tirée par deux étranges quadrupèdes ruminants avec de hautes jambes, un cou plutôt long, et deux bosses sur le dos. La kunoichi de Konoha avait déjà entendu parler de ces bêtes-là, qu’on appelait chameau, mais c’était la première fois qu’elle en voyait en vrai.

L’escorte était constituée de dix gardes de Commoragh en habit de bédouin, ils avaient dans leur dos de longues lances effilées et dans leurs mains ce que Tenten identifia comme des arbalètes à répétition. Elle en avait aussi entendu parler, c’étaient des versions plus petites et moins puissantes que les arbalètes, possédant un chargeur qui mettait un carreau en place dès que la corde était tendue. Il était dit que pour le temps d’un tir d’arbalète ordinaire, une arbalète à répétition pouvait lâcher une volée de carreaux. Son sang de Maître d’Arme bouillait à l’idée de voir ces engins en action.

Il y avait aussi un adolescent habillé comme un ninja de Kiri, pas plus âgé que Tenten, qui ouvrait la voie, sûrement le disciple de Yoake. Celle-ci était à l’arrière du convoi. Elle n’avait pas changé depuis la dernière fois qu’elles s’étaient croisées, toujours ce même maintient fier. À la grande surprise de Tenten, la Nukenin tourna la tête dans la direction du groupe de ninja… et leur adressa un sourire carnassier, comme si elle savait qu’ils étaient là.

Tenten fut ramenée à la réalité par la voix d’Arashi qui avait déplié une carte de la région devant lui et qui commençait à expliquer son plan à ses ninjas attentifs :

“Le groupe entrera dans cette vallée dans à peu près deux heures. Passer à travers cette zone devrait leur prendre du temps, fit-il en désignant une petite partie de la carte, d’ici à ici, c’est un endroit parfait pour tendre une embuscade. Quand ils passeront par là, nous attaquerons des deux côtés du canyon.”

“Ca a l’air d’être un plan assez simple, nota Shigure."

Uranami haussa les épaules.

“Bah, tout ce qu’on a à faire, c’est tuer la Satsubastu, on a pas besoin de plan compliqué.

-Ouais ! Approuva Niwakaame, impatient de se plonger dans le combat.

-Et qu’est-ce qu’on fait de la cargaison ? Questionna Ouhei.

-«Ils» ont dit de ne pas y toucher, répondit Shigure.

-Ca veut dire qu’on a qu’à la leur voler, s’exclama la brute, hilare."

Arashi tourna son regard vers lui en lui montrant les dents.

“Ne pense à rien de stupide !

-Je plaisante, ne t’énerve pas comme ça.

-Je ne pense pas que ce plan soit une bonne idée.”

Tenten avait finalement décidé de donner son avis sur la question. Niwakaame, Ouhei et Uranami grimacèrent en entendant sa voix.

“T’as dit quelque chose, Dora ? Demanda la brute, comme s’il avait mal compris."

Tenten expliqua son point de vue, sans relever le propos :

“Nous ne devrions attaquer Yoake que quand nous serons certains de la tuer, frapper un coup unique et puissant sans lui laisser le temps de réagir. Si nous lui laissons la possibilité de relever la tête, si elle dégaine les Lames Jumelles d’Oomizu, ça sera terminé pour nous.”

Niwakaame et Uranami se levèrent d’un bond, exaspérés par le comportement de la kunoichi de Konoha.

“Tu veux que je te botte le cul ? Demanda la brute en faisant craquer ses phalanges.

-Je te l’ai dit, on s’en fout de ton opinion, ajouta le second.

-Attendez ! Intervint Shigure, cette kunoichi l’a déjà combattue, ne devrions-nous pas écouter ce qu’elle dit ?

-Pourquoi faire ? Je parie que la Satsubastu était à moitié ivre ou quelque chose comme ça, dit Niwakaame sur un ton moqueur.

-Non ! Rétorqua Shigure, elles se sont battues en duel !

-Tu l’as vu ? Demanda Ouhei, méprisant.

-Ce… C’est ce qu’elle m’a dit.”

La question était pertinente et la mine embarrassée de Shigure prouva que le vieux avait touché un point sensible. Évidement, il n’y avait aucune preuve, hormis la bonne foi de la jeune Guenin. Ouhei repoussa l’argument d’un geste de la main.

“C’est bien ce que je pensais, et tu la crois sur parole donc. Les gars de Konoha m’énervent de toute façon, toujours en train de se mêler de tout et surtout de ce qui les regarde pas, toujours à prétendre pouvoir sauver le monde, pas vrai ?”

Les deux autres membres de l’équipe approuvèrent, Arashi, qui avait suivi tout le débat sans rien dire, se leva et mit fin à la discussion.

“S'il n’y a plus rien à ajouter, en avant.”

Tenten soupira, visiblement déçue. Effectivement, il n’y avait plus rien à ajouter. Ils étaient bien trop confiant, et tout cela ne lui inspirait rien de bon. 

La kunoichi de Kiri l’observait, elle semblait avoir réalisé pour quelle raison la kunoichi de Konoha lui avait raconté son histoire avec tant de précision, elle avait espéré que Shigure parviendrait à faire changer d’avis ses coéquipiers sur le danger que représentait la Satsubatsu.

• L’espoir est le premier pas vers la déception… • se dit-elle en suivant l’équipe de ninja.




[1] à l’époque Tenten ne savait pas encore stocker son petit matériel dans les parchemins.

[2] Le ninjato est une arme blanche à lame droite, d'une longueur proche de 50 centimètres, plus maniable que le Katana dans les combats très rapprochés et lors d'embuscade.

[3] oui oui, une paire de jumelles.



Trois notes pour un seul chapitre, j'ai un peu abusé là.

La confrontation entre les ninjas de Kiri et la Nukenin se présente sous de bons auspices… ou pas. L'arrogance est mauvaise conseillère, ceux du Village Caché de la Brume vont-il l'apprendre à leur dépend ?

Ceux qui me connaissent doivent déjà se douter de ce qui va arriver :)




Chapitres: 1 [ 2 ] 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: