Fiction: Comme un cauchemar (terminée)

Un tueur sans forme parvient à s'échapper de sa prison de démence. Impatient de se remettre à pratiquer son activité favorite, il va parasiter Tenten et l'amener aux portes de la folie. Mais Lee n'est pas loin derrière… Une fic avec des passages particulièrement saignant, âme sensible s'abstenir.
Classé: -16I | Action/Aventure / Horreur / Romance | Mots: 10244 | Comments: 23 | Favs: 21
Version imprimable
Aller au
Kris'ter (Masculin), le 02/04/2009
Je sais qu'avec cette fanfic je risque de passer, au mieux, pour quelqu'un devant prendre d'urgence rendez-vous avec un psy, au pire pour un gros, gros psychopathe ^_^'
À vous de trancher… ;-)




Chapitre 1: L’hôte



Prologue

Des ombres sifflantes tourbillonnaient autour de lui sans jamais se taire. Il chassa ses apparitions fantomatiques d’une main informe et dont les extrémités se terminaient en de longues griffes noires. Les créatures de l’ombre persiflaient sans cesse à ses oreilles, s’estompant, changeant de formes, et quelque chose lui dit qu’il aurait du se rappeler de ce qu’elles signifiaient. À certain moment, il pensait se souvenir avant que tout ne s’évanouisse encore une fois rapidement et qu’il ne se retrouve dans le noir avec pour seule compagnie sa frustration et sa colère.

Des éclats de lumière irritante qui le brûlaient de l’intérieur le désorientèrent. Il vit un homme, puissant, terrifiant, qui massacrait les humains dans une orgie de destruction. Le sang coulait à flot, celui des victimes, et cela était si bon… Était-ce lui-même qu’il voyait?

À nouveau les images et les sons sortirent de son esprit et furent vite oubliés. Pourquoi était-il à ce point en colère? Qui lui avait fait du tord? Qui était-il? “Ygettmor” lui fut murmuré, mais ce mot n’avait pour lui aucun sens. Son tourment le fit hurler comme depuis des dizaines d’années, même si aucun son ne se faisait entendre. Les voix lui parvinrent une nouvelle fois, et il frappa, empli d’une haine qu’il ne focalisait sur personne en particulier. Sur qui aurait-il pu le faire?

Des flammes dansèrent autour de lui et il se replia à l’intérieur de lui-même. Il se vit parcourant un paysage de peur sans fin, entouré par des milliers d’humains pataugeant à moitié fou de terreur dans des océans de sang. Des fantômes hantaient les vivants en leur montrant les visions cauchemardesques d’un destin auquel ils savaient qu’ils n’échapperaient pas. Il se vit, sombre et terrifiant, se nourrissant à satiété lorsque la panique de ses victimes atteignait son paroxysme et disposant à loisir de toutes les victimes qu’il pouvait souhaiter.

Sa vision s’éclaircit brusquement et il reprit le contrôle de son esprit. Tout était sombre autour de lui, mais c’était l’obscurité de sa tombe-prison, pas celui des profondeurs de la démence. Un flot de souvenirs parcourut l’être que l’on avait appelé Ygettmor, et la haine revint avec la réminiscence tragique du temps de sa déchéance dans la folie appliqué par les Oinins de Konoha.

Il observa les alentours. Un épais voile de poussière flottait dans l’air stagnant, comme jeté sur quelque funèbre scène. Le plafond était fissuré. Un morceau de roche était tombé sur une partie du sceau qui le maintenait prisonnier. Quelques minutes de recherche lui permirent de trouver la bonne fissure dans la roche de sa tombe-prison, il abandonna son ancien hôte à moitié mort et il s’y engouffra, vers l’extérieur, vers la liberté…


***



La nuit était tombée depuis une dizaine de minutes, plongeant la forêt dans l’obscurité. Les animaux nocturnes commençaient à sortir de leurs abris pour se mettre en chasse. Tout était calme… ou presque. Trois ninjas discutaient de la conduite à adopter. Les avis divergeaient cependant :

« C’est hors de question ! »

Tenten luttait intérieurement pour ne pas étrangler Lee.

« Mais nous allons être en retard si nous ne poursuivons pas notre route pendant la nuit !, tenta d’argumenter ce dernier.
- Puis-je te rappeler que si nous sommes ici, rétorqua calmement Neji, perdu au milieu de nul-part, c’est grâce à ton ‘raccourci’.
- Mais je vous assure, bientôt on sortira de la forêt, on arrivera devant un fleuve qu’on pourra tranquillement suivre jusqu’à Konoha.
- Ça fait deux heures qu’on aurait dû ‘bientôt’ le trouver, ce fleuve. » Persifla Tenten.

Lee devait bien se rendre à l’évidence, il s’était trompé de chemin. Mais il n’était pas du genre à s’avouer vaincu aussi facilement.

« Il faut considérer ça comme un entraînement pour tester notre détermination ! La fougue de la Jeunesse ne se laisse pas arrêter par… »
WHACK
Tenten venait de frapper Lee sur la tête avec son harisen1. Elle s’était récemment rendu compte que cela était le meilleur moyen de calmer l’enthousiasme de son coéquipier.

Neji s’était souvent demandé pourquoi Lee se faisait avoir à chaque fois. Il était sans aucun doute le Genin avec les meilleurs réflexes, et pourtant Tenten le touchait à chaque fois. C’était à se demander s’il ne la laissait pas faire exprès, en fait.

« Moi, je suis déterminée à me reposer ! S’exclama la kunoichi, On vient de se cogner une quinzaine de ninjas bien costauds, et on a à peine pu profiter de l’hospitalité de nos employeurs. »

« Je ne suis on ne peut plus d’accord avec Tenten, approuva Neji. De plus, demain quand il fera jour, on y verra plus clair et cela sera plus facile de nous repérer. »

« C’est la faute aux arbres, ils les ont changé de place… » Maugréa Lee en guise d’excuse.



Quatre heures plus tard, adossé contre un gros arbre, Tenten observait sans les voir les flammes du feu qui dansaient devant elle. Ils avaient tiré à la courte-paille et c’est sur elle que le deuxième tour de garde était tombé. Devoir se réveiller au beau milieu d’un rêve et rester attentive pendant trois heures faisait définitivement partie des choses qu’elle détestait.

Ces coéquipiers eux au moins ne s’ennuyait jamais pendant leurs tours de gardes. Lee les passaient à faire des pompes, des abdominaux, des flexions, ou tout autres exercices aptes à conserver l’enthousiasme de la Jeunesse. Neji lui utilisait son Byakugan pour observer les moindres détails de la faune et de la flore qui l’entourait. Mais pour une spécialiste des armes comme Tenten, difficile de s’exercer au lancé de kunais/shurikens/kamas/manrikis2 car “le bruit que fait toute cette quincaillerie est capable de réveiller un mort” (dixit ses différents compagnons de missions). Tenten était donc condamné à attendre que l’heure tourne dans une oisiveté soporifique.

Soudain, quelque chose s’enroula autour de ses poignets, de ses chevilles, de son abdomen et de sa gorge. En un instant elle s’était retrouvée collée à l’arbre, incapable de bouger, elle voulu crier pour alerter ses compagnons mais la chose s’introduisit dans sa bouche et dans sa gorge, paralysant ses cordes vocales. Paniqué à l’extrême, la kunoichi vit l’écorce de l’arbre se liquéfier et la recouvrir comme un voile puis l’obscurité se referma sur elle…

Tenten se réveilla en sursaut, le souffle court et le cœur battant la chamade. Elle regarda à droite et à gauche, Neji était aussi immobile qu’une pierre, comme à son habitude quand il dormait, Lee donnait des grands coups de poings et de pieds autour de lui, lui aussi dormait profondément. Tenten prit une grande inspiration pour se calmer. Elle s’était endormie pendant son tour de garde, et en plus elle avait fait un cauchemar. Heureusement, ses deux compagnons ne s’en étaient pas rendu compte, sinon ils aurait passé leur journée à la chambrer à cause de ça.

Toutefois, Tenten frissonna en se radossant à l’arbre. Elle regarda l’écorce derrière elle, comme si l’arbre allait à nouveau s’ouvrir pour l’avaler. Mais rien ne se produisit et elle secoua la tête en souriant, se moquant de son propre malaise. Ce n’était qu’un cauchemar, un simple mauvais rêve. Malgré tout, elle se leva pour s’asseoir ailleurs, elle allait bientôt pouvoir réveiller Neji et aller dormir.



Le lendemain, l’équipe Gaï arriva finalement au village caché de la Feuille en fin d'après-midi. Le «raccourci» de Lee s’était effectivement révélé être un fantastique détour, mais cela n’entama pas l’ardeur du Resplendissant Fauve de Jade de Konoha pour qui une course dans une nature hostile ne pouvait qu’entretenir la passion de la Jeunesse. Les avis divergeaient sur la question.

Après avoir fait leur rapport à Tsunade, les trois ninjas se quittèrent devant le bâtiment. Lee partit faire 2500 sauts à la corde à sauter pour s’être trompé de chemin, Neji avait “des choses importantes à faire” et Tenten allait en profiter pour prendre un bon bain aux sources chaudes. Vu l’heure tardive, il ne devait plus y avoir grand monde là bas.

En fait, il n’y avait plus qu’un casier d’occupé dans le vestiaire. Tenten n’en était que plus heureuse car elle allait avoir besoin de calme. Après s’être déshabillée, elle s’installa dans l’eau délicieusement chaude. Mais le calme tant espéré n’allait pas être au rendez-vous, car l’autre personne dans les sources chaudes était Ran Tatewaki.

Ran était une très jolie fille, du même âge que Tenten et Soun Tatewaki, son père, était le plus riche marchant de Konoha. Elles avaient été amies lorsqu’elles étaient enfants, mais elles étaient depuis devenues distantes. Car contrairement à Tenten, Ran avait été rejeté après avoir réussi l’examen de l’Académie des Ninjas.

Son père avait bien tenté de faire changer d’avis le Juunin responsable en usant tour à tour de menace et de pot-de-vin mais Kakashi Hatake n’était pas le genre d’homme à se laisser influencer. Cette histoire avait rendu la jeune Tatewaki arrogante, vaniteuse et superficielle, tous les défauts que Tenten détestait.

« Salut.
- Tiens, Tenten. Alors, comment va la super-kunoichi de Konoha ? »

Elle s’installa dans l’eau en décidant de l’ignorer. Ran avait l’art et la manière de faire sortir Tenten de ses gonds. Ce qui n’était qu’un jeu pour elle lorsqu’elles étaient amies était devenu une arme redoutable face à la jeune kunoishi. La Tenten gentille et taquine se transformait en un monstre de médisance, et elle culpabilisait après à chaque fois.

« Je ne peux qu’imaginer ce que tu as ressenti lorsque Kakashi-sensei t’as rejeté, finit-elle par dire, mais était-ce une raison pour faire comme si plus rien n’avait la moindre importance ? Je me souviens de l’époque où nous pouvions parler du futur, de nos rêves, mais maintenant… Maintenant, tout ce que tu sais faire c’est traîner dans des fêtes et allumer des gars. Est-ce là tout ce qui t’intéresse dans la vie ? Rester à attendre que tout te tombe du ciel ? Tenten secoua la tête pour marquer son dégoût.
- Hey, détend-toi gamine, répondit Ran. Je m’occupe du futur. Je trouve juste plus amusant de vivre dans le présent, plutôt que de penser constamment à l’avenir. Elle se pencha vers Tenten, le ton de sa voix tout à coup plus sérieux. Pour te dire la vérité, je vais devenir membre du Conseil. »

Tenten ne sut s’empêcher de pouffer :

« Et bien, dans ce cas tu devrais passer plus de temps à perfectionner ton Nindô plutôt que de faire la fête. Ce n’est pas pour rien que tu n’as pas été acceptée dans une équipe malgré le fait que tu ais réussi l’examen.
- Pfff. Je ne suis pas aussi stupide que tu sembles le croire, répondit Ran. De plus, papa a des amis bien placés, il pourra facilement me faire rentrer comme assistante au Conseil. Et une fois que j’aurai un pied à l’intérieur…elle lança ses mains vers le haut. Je vais directement atteindre les sommets. » Termina-t-elle en souriant.

« On dirait que tu as déjà bien tout planifié. Soupira Tenten.
- Bien sûr. Je l’ai toujours fait, tout comme j’ai toujours fait ce que j’ai voulu, contrairement à toi. »

Tenten avait fini par comprendre quel genre de personne était Ran. Pour elle, l’amitié ne signifiait rien. Elle ne considérait quelqu’un comme un ami seulement quand cela servait ses propres intérêts. Tenten sentit la colère monter en elle, et aussi quelque chose s’agiter dans sa conscience. Elle ferma les yeux alors qu’une voix sourde raisonna dans sa tête…

Tue-la !



[1] Le harisen est un grand éventail en papier, souvent utilisé dans les animes quand un personnage en frappe un autre à la tête. On peut en voir dans Saiyuki, Genjyo Sanzo s'en sert pour «calmer» Son Goku et Sha Gojyo quand les deux se disputent, ou dans Full Metal Panic - Fumoffu, Kaname Chidori s'en sert pour empêcher Sosouke de faire quelque chose qui pourrai blesser ou tuer un civil à Tokyo.

[2] Rayez les mentions inutiles




Voilà, bon, le premier chapitre n'est là que pour planter le décor (comme beaucoup de premier chapitre cela dit), mais qui a parlé dans l'esprit de Tenten ? et que va-t-il arriver à cette pauvre vict… heu… fille ?
Vous le saurez en lisant le prochain chapitre :)




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: