Fiction: Visions d'un Dieu Endormi

Pour Tenten, une mission banale au Pays du Vent va prendre des proportions épiques qui vont la plonger, elle et l'équipe chargée de la retrouver, au cœur d'une machination qui pourrait bien menacer le monde entier. Car les fidèles du Dieu à la Main Sanglante, Jashin, ont décidé de réveiller le Dieu Endormi…
Classé: -16I | Action/Aventure / Horreur / Spirituel | Mots: 125927 | Comments: 38 | Favs: 35
Version imprimable
Aller au
Kris'ter (Masculin), le 23/08/2009
J'ai l'impression que ça manque de combat dans cette fic, je vais corriger cela immédiatement :)

Avant de commencer, je ne dirai qu'une chose : on ne récolte que ce que l'on sème…




Chapitre 3: Rétribution



Dissimulés dans les anfractuosités du canyon, les ninjas attendaient que leur proie arrive. Niwakaame, Ouhei et Uranami du côté gauche, Tenten, Shigure  et Arashi sur le côté droit, chacun équipé d’un communicateur radio pour rester en contact.

“Les voilà. Que tout le monde se prépare !”

Tous les ninjas se mirent en position. Shigure régla sa radio sur le canal d’Arashi :

“Hey, Arashi.”

“Quoi ?”

“À propos de Tenten, ne devrions-nous pas faire un peu plus attention à ses remarques ?”

“Pourquoi tu penses ça ?”

“Disons que… J’ai lu des rapports sur la Satsubastu, et avec l’histoire que m’a raconté la gamine, je ne suis plus aussi persuadée qu’on soit capable de s’en occuper en l’attaquant de front.”

“Tu paraîs très incertaine.”

“La légende qui dit qu’aucun de ceux qui l’ont affrontée n’ont survécu doit avoir un fond de vérité. Le fait que la Mizukage envoie une équipe de cinq Oinins comme nous pour la tuer, sans oublier le fait qu’elle ait demandé de l’aide à un village extérieur, tout ceci me laisse à penser que nous la sous-estimons grandement. Quant à cette cargaison qu’elle protège…”

Ils furent interrompus par Ouhei qui s’exclama sur toutes les fréquences :

“La cible est entrée dans le canyon.”

“Ok.” Confirma le chef d’équipe, “Dans quatre-vingt dix secondes ils seront à portée, et on leur fonce dessus.”

Tenten, qui observait le convoi, remarqua que quelque chose n’allait pas, elle en fit part sur la radio :

“Attendez, nous avons un problème, Yoake n’est pas là. Est-ce que quelqu’un peut la voir ?”

Tous les ninjas observèrent attentivement le convoi, et ne purent que constater que leur cible était effectivement manquante, il n’y avait que le gamin et les gardes autour de la charrette.

“Elle doit bien être dans le coin pourtant.” Affirma Arashi, “Ce n’est pas possible qu’elle puisse quitter le convoi.”

“C’est clair.” Confirma Niwakaame, “Et puis, si on les attaque, elle va sûrement sortir de quelque part.”

“C’est une mauvaise idée.” Dit Tenten, “Tant qu’on ne sait pas où elle est, nous ne devrions pas attaquer.”

Uranami n’était pas de cet avis : 

“On s’en fout ! Allons-y !”

Le chef d’équipe tenta de ramener le calme :

“Restez concentrés, je vais commencer…”

“Non !” S’écria la kunoichi de Konoha, “Cette Nukenin est dangereuse ! Si vous faites un mouvement stupide, nous allons tous mourir !”

“Arashi, tuons la gamine d’abord.” Suggéra froidement Uranami.

“Mais qu’est-ce que vous racontez ?” S’inquiéta Shigure.

Niwakaame ramena ses équipiers à la réalité :

“Hé ! Qu’est-ce que vous foutez ? Ils vont nous passer sous le nez !”

“Arrêtez l’attaque. Arashi, allez-vous laisser vos hommes se faire tuer ?”

Tenten essayait d’utiliser la raison autant que les sentiments pour éviter ce qui allait immanquablement se finir par un bain de sang, mais Niwakaame hurla à Tenten de fermer sa gueule. Sa voix grave raisonna à travers tout le canyon et le convoi s’arrêta immédiatement alors que les gardes cherchaient d’où ce cri était venu.

Leur position était découverte, toute l’embuscade tombait à l’eau. Arashi donna quand même l’ordre d’attaquer et les ninjas de Kiri se ruèrent au combat.

“Quelle bande d’idiots…” soupira Tenten qui ne bougea pas d’un pouce

Les ninjas de Kiri furent accueillis par un barrage de carreaux projetés par les arbalètes à répétition, Niwakaame fut touché à l’épaule mais cela ne semblait pas le gêner, tant il était excité à l’idée de faire couler le sang. Puis les ninjas arrivèrent au contact et les gardes commencèrent à mourir.

Uranami se posta à l’avant du convoi pour empêcher la charrette de fuir. Du sang gicla sur la bâche qui couvrait l’arrière de la charrette, le corps du cocher bascula de sa chaise et toucha le sol le premier. Sa tête le suivit de peu. Le ninja sentit subitement une présence derrière lui, et se retourna en se jetant sur le coté, juste à temps pour éviter un coup de katana qui l’aurait sinon tranché de l’épaule à la poitrine. C’était le gamin qui était à l’avant du convoi.

Le ninja aux yeux fous se réceptionna et bondit en avant pour sauter à la gorge du disciple de Yoake, ravi d’avoir un adversaire intéressant à tuer. Celui-ci se contenta d’esquiver en faisant un roulé-boulé. Uranami poursuivit l’assaut, mais il ignorait qu’il avait été piégé. Le jeune ninja lui envoya une poignée de sable qu’il avait ramassé au visage et le ninja de Kiri ferma les yeux. La ruse était grossière mais elle avait fonctionné à merveille, emporté par son élan, Uranami s’empala en hoquetant sur le katana de son adversaire.

Les ninjas de Kiri achevèrent le dernier garde, quand un cri d’agonie les prévint que quelque chose n’allait pas. Ils se tournèrent vers l’avant du convoi pour voir Uranami expirer en crachant du sang. Son assassin qui, extrêmement confiant en ses talents martiaux, avait adopté une posture de garde décontractée leur fit signe d’approcher avec des intentions clairement inamicales.

L’équipe de Kiri aurait voulu se précipiter pour venger son coéquipier, mais quelque chose, ou plutôt, quelqu’un l’en empêcha.

Shigure s’écroula en hurlant, un kunai planté dans la cheville au niveau de la malléole externe. Personne n’avait vu quoi que ce soit. Les ninjas de Kiri tournèrent la tête dans la direction d’où le kunai était parti… et c’est alors qu’ils la virent.

Yoake se tenait là-haut, arrogante, auréolée de cruauté féline, juste en dessous de la position qu’occupaient les ninjas quelques minutes auparavant, ils étaient visiblement passés à côté d’elle sans la voir. Elle dévisageait froidement le carnage autour de la charrette, serrant fermement sa canne dans sa main.

“Voilà un beau gâchis que vous avez fait là.” Dit-elle simplement, “Enfin, ça à l’air marrant. Je peux m’amuser aussi ?”

Elle sauta de son perchoir pour se poser à côté de son disciple, dévisageant un à un les ninjas qui lui faisaient face. Ils eurent l’impression qu’elle regardait en eux, à travers eux. Elle reconnut l’un d’entre eux et s’exclama alors, presque joyeuse :

“Hey, Arashi, ça faisait longtemps. Comment va ta femme ?” Elle poursuivit sans lui laisser le temps de répondre, “Ah oui, c’est vrai qu’il le sait mieux que toi… Alors, comment va sa femme ?”

• Persiflage. • pensa Tenten qui observait la scène d’en haut, • Faire sortir un adversaire de ses gonds pour profiter des erreurs qu’il commettra dans sa rage. • C’était une technique qui avait fait ses preuves, d’ailleurs Arashi se ruait déjà à l’attaque, suivi de Niwakaame et d’Ouhei. Mais ça serait inutile, Tenten le savait, même en exploitant au mieux leur supériorité numérique, ils étaient déjà condamnés.

Yoake s’élança à la rencontre des trois ninjas en dégainant les Lames Jumelles d’Oomizu. Elle se baissa promptement sous le coup qui siffla au dessus de sa tête avant de riposter en labourant le ventre d’Arashi, y creusant un profond sillon. Celui-ci émit un cri plaintif alors qu’un sang épais s’écoulait de sa blessure. Ses intestins tombèrent bientôt sur le sable, et furent écrasés par le ninja qui s’effondra au milieu de ses propres fluides vitaux. Puis un poing tenta de frapper la Nukenin, elle esquiva cette attaque et abattit son ninjato sur le bras noueux de Niwakaame qui fut sectionné au niveau du coude. Rapide comme l’éclair, elle renversa son coup et enfonça le deuxième ninjato dans la gorge de la brute, transformant son cri de douleur en un gargouillis immonde avant que la pointe ne ressorte de l’autre côté en passant entre les vertèbres cervicales. Ouhei voulu profiter de l’opportunité et se jeta en avant pour frapper la Nukenin. Trop lent, trop maladroit. Yoake dégagea son arme du cou de Niwakaame et, dans un même mouvement, s’insinua dans la garde du vieux ninja et lui enfonça profondément ses deux ninjatos dans le torse.

Shigure, tétanisée, fixait avec des yeux ronds les corps de ses quatre coéquipiers dont trois d’entre eux étaient morts en moins d’une minute, Yoake les avait tués sans sourciller, comme on écrase une vulgaire mouche. La kunoichi sentit son cœur battre la chamade lorsque la Nukenin tourna son regard glacé vers elle.

C’était impressionnant le nombre de choses auxquelles on pouvait penser lorsqu’on voyait sa propre mort s’approcher à pas lent. Ses coéquipiers avaient-ils eu le temps de regretter le fait de ne pas avoir écouté les conseils de Tenten ? Elle en doutait. Arashi, peut-être, mais les autres étaient morts trop vite. À propos de Tenten, où était-elle ?

“Shigure ! Ne t’inquiète pas, je suis là.”

La kunoichi de Konoha avait sauté devant Shigure, une paire de kamas dans les mains, elle se tenait entre elle et la Nukenin et son disciple. Yoake ne reconnut pas immédiatement la kunoichi qui se tenait devant elle, mais son visage s’éclaira soudain d’un sourire sauvage.

“Tenten…”

Elle fit un mouvement de tête, et son disciple se lança à l’assaut. Il se jeta sur la kunoichi de Konoha avec la force d’un colosse, la forçant à reculer sous ses attaques implacables.

Les deux adversaires se battaient avec une force et une vitesse impressionnante. Les séries de coups qu’ils s’échangèrent furent parées, esquivées et renvoyées par les deux ninjas au cours de passes d’armes parfois trop rapides pour que Shigure puisse les suivre clairement. Acculée contre la paroi, Tenten parvint à bloquer le katana et, de ce fait, à déséquilibrer son adversaire. Profitant de cet avantage, elle se jeta sur le disciple de Yoake dans un élan frénétique, le forçant à son tour à reculer.

La Nukenin était fascinée par les talents de combattante de Tenten, dont les mouvements étaient d’une précision parfaite. Si elle parvenait à se débarrasser de son apprenti, la Satsubastu serait plus que ravie de se battre avec elle.

C’est alors que le disciple de Yoake commit une erreur fatale. Il asséna un coup plongeant avec son katana dont la lame se planta dans le sol. Tenten saisit l’occasion, bloquant la lame avec le pied, elle se lança en avant et enfonça les lames de ses kamas dans la chair tendre de la gorge de son adversaire.

Son corps chuta lourdement dans la poussière ocre, tandis que Tenten se tournait vers la Satsubatsu qui la regardait à présent avec respect, considérant que la kunoichi de Konoha était devenue un adversaire à sa mesure.

“Tu as fait pas mal de progrès, je vois. J’en suis ravie !”

Tenten acquiesça en sortant de sa sacoche une pilule de chakra qu’elle croqua pour se redonner des forces.

“Nous allons pouvoir finir ce que nous avions commencé dans la forêt de Konoha.” Déclara-t-elle

La Nukenin lança le ninjato qu’elle avait dans la main gauche à Tenten qui l’attrapa au vol. Cela pouvait sembler surprenant de prime abord, mais quelque chose dans ses tripes l’empêchait de tirer une quelconque fierté d’un combat inégal, or elle voulait que celui-ci le soit. Elle voulait être fière de tuer cette kunoichi, ou fière de se faire tuer par elle.

“Moi, Yoake Satsubatsu, je te mets au défi de me vaincre au combat !”

Et les deux kunoichis se jetèrent l’une sur l’autre…



Dans le jardin de la résidence Hyuuga, le Seigneur Hiashi entraînait Neji. L’élève n’était cependant pas très concentré, car son esprit était agité. Il faisait un récapitulatif de tout ce qui le caractérisait.

Il était gracieux. Ses mouvements étaient rapides, fluides et souples. Il était intelligent. On disait de lui que c’était un génie et Tsunade elle-même avait fait l’éloge de ses capacités. Il était beau. Il avait eu presque autant de succès que Sasuke auprès des filles, même si à l’époque cela ne l’intéressait guère. Il était doué. Son oncle s’occupait personnellement de son entraînement, malgré le fait qu’il fut issu de la branche parallèle. Et surtout, il était humble. Il savait tout ce que l’on disait de lui, mais ne laissait pas l’orgueil avoir la moindre emprise sur lui.

Oui, Neji Hyuuga était un modèle de perfection. Les murmures admiratifs faisaient partis de son quotidien lorsqu’il marchait dans la ville. Pourtant… Même un garçon comme lui avait son démon. Un démon né il y a de cela trois mois et qui lui rongeait le ventre.

Lee l’avait souvent défié à une époque, dans le but de prouver sa valeur, mais il ne l’avait jamais vaincu. Cette rivalité avait semblé être passée au second plan lorsque que Neji s’était fait mettre une pile par Naruto à l’examen Chuunin, mais comment pouvait-il annoncer au Fauve de Jade qu’il avait pourtant gagné la plus grande des batailles : celle pour le cœur de Tenten ?

L’avait-il fait à dessein ? Non, c’était improbable de la part d’un garçon aussi peu subtil que Lee. De plus, il savait que c’était elle qui avait fait le premier pas. Pour quelles raisons d’ailleurs ?

Comme tout le monde, elle avait admiré le Hyuuga, il le savait. Alors pourquoi s’être jetée sur le Fauve de Jade ? Par vengeance ? Pour le punir de ne pas lui avoir accordé assez d’attention ? Cela était bien dans la nature féminine de faire des choses incompréhensibles dans ce genre-là.

Un coup d’Hiashi interrompit soudainement l’analyse de Neji, passant sa garde et le projetant au loin.

“Je pense que nous allons arrêter l’entraînement pour aujourd’hui.” Dit le chef de famille d’une voix parfaitement monocorde. “Nous reprendrons quand tu seras un peu plus concentré.”

Le jeune Hyuuga hocha la tête. Il avait raison, cette histoire était en train de lui pourrir la vie.

“Je suppose que tu n’as pas envie d’entendre de conseils, je vais tout de même te donner mon avis.” Ajouta le Seigneur Hiashi en s’éloignant, “Tu as besoin de lui parler. Dis-lui ce que tu ressens.”

Neji grimaça. C’était si visible que ça ? De rage, il abattit son poing sur le sol. Ça semblait si facile, dit comme ça, “Salut Tenten, désolé de te déranger, mais je suis amoureux de toi.” Il avait essayé de le lui dire, tellement de fois qu’il avait cessé de les compter. Ce n’était pourtant pas les occasions qui avaient manqué.

C’était stupide. Ridicule. Il avait été prêt à tuer sa famille au grand complet pour venger la mort de son père, il avait affronté Kidomaru sans sourciller, il avait risqué cent fois sa vie dans des missions face à des ninjas diaboliques assoiffés de pouvoir sans éprouver la moindre peur…

Et pourtant il avait à chaque fois été terrorisé à l’idée d’avouer ses sentiments à Tenten…

Oui, Neji Hyuuga avait son démon, un démon qui lui rongeait le ventre et dont les dents s’aiguisaient un peu plus chaque fois qu’il se trouvait avec Tenten et Lee…



Le tintement de l’acier contre l’acier résonnait dans le canyon au rythme des parades des deux combattantes, leurs lames frôlaient leur chair et s’entrechoquaient dans une délicate danse de mort. Chacun de leurs mouvements, d’une fluidité parfaite, semblaient se fondre dans le suivant, donnant à la scène un aspect irréel qui évoquait une sorte de ballet, une œuvre d’art chorégraphique ou chacune maniait son arme avec précision et ne détournait les coups de l’adversaire que pour contre-attaquer dans l’instant. Les lames fendaient l’air et se percutaient à une vitesse étourdissante, les rendants pratiquement invisibles à un œil non averti.

Cela faisait bientôt une heure qu’elles étaient engagées dans ce duel épique et tourbillonnant dans lequel aucune des deux n’était parvenue à prendre l’ascendant sur l’autre car elles étaient d’une habilité presque égale et Shigure était ébahie par le talent des deux kunoichis. Tenten fit un saut périlleux en arrière pour éviter un moulinet du ninjato de Yoake et les deux adversaires se retrouvèrent éloignées l’une de l’autre, permettant à chacune de reprendre son souffle.

“Il est réellement dommage que nous soyons adversaires.” Dit la Nukenin, “En d’autres lieux et d’autres circonstances, je suis certaine que nous aurions pu nous entendre.”

“Je ne pense pas, non. Jamais je ne pourrais m’entendre avec un assassin !”

“Tu m’en veux toujours pour ces deux petits vieux ? Ça n’avait rien de personnel tu sais, c’était une mission, rien de plus, rien de moins.”

“Comment peux-tu dire cela aussi froidement ?!?” S’écria la Genin, scandalisée.

“Ta naïveté est touchante, Tenten.” Déclara Yoake avec un petit sourire, “Un jour, tu comprendras qu’être un ninja ne consiste pas uniquement à escorter des personnages importants, espionner des organisations criminelles ou éliminer des hors-la-loi. Parfois on est amené à tuer des gens qui se sont trouvés au mauvais endroit, au mauvais moment, ou qui ont appris des choses qu’ils n’auraient jamais dues découvrir. En fait, d’une manière générale, on doit les tuer parce que quelqu’un en haut lieu a décidé qu’ils ne pouvaient plus prétendre au droit d’exister. Se salir les mains, c’est aussi ça être un ninja. “

Tenten parut horrifiée par les propos tenus par la Nukenin, d’autant plus car elle sentait que ce qu’elle disait était vrai. Son visage reprit une expression austère tandis qu’elle préparait sa prochaine attaque, Yoake se tenait prête elle aussi, la pause était terminée.

La kunoichi de Konoha s’élança soudain dans les airs en jetant son ninjato en direction de son adversaire. L’arme fila comme un javelot vers sa cible qui, surprise par une attaque aussi grossière, ne réussit à détourner l’épée qu’au dernier moment. Yoake se remit en garde après avoir dévié le projectile mais Tenten retomba sur elle les pieds en avant, la percutant en pleine mâchoire. Les deux kunoichis roulèrent sur le sol et la Nukenin réalisa trop tard son erreur lorsqu’elle sentit un kunai s’enfoncer dans sa poitrine.

On dit souvent qu’on revoit sa vie avant de mourir, mais la Satsubatsu ne se rappela qu’une chose. Après leur premier combat, elle avait observé Tenten jusqu’à ce que la calèche l’eut emmenée hors de sa vue. La Nukenin n’avait pas pu s’empêcher de se dire que si le futur lui réservait une nouvelle rencontre avec cette Genin, elle allait peut-être regretter de ne pas l’avoir tué. 

Elle sourit. Pourquoi devait-elle regretter quelque chose ? Elle mourrait l’arme à la main dans un duel entre deux Maîtres d’Armes, quelle mort pouvait être plus glorieuse ?

“Merci… Tenten…” marmonna faiblement Yoake avant de glisser dans un sommeil éternel.

Shigure n’arrivait pas à y croire. Une des sept Sabres Sacrés du Village de Kiri, qui avait tué trois Oinins sans se forcer, venait de mordre la poussière face à une Genin de même pas quinze ans ! Elle essaya tant bien que mal de se relever. Yoake avait fait du bon boulot, la blessure qu’elle lui avait infligée était hautement incapacitante ; dans le meilleur des cas, Shigure boiterait à vie.

Tenten remarqua les efforts de la kunoichi de Kiri pour se mettre debout et se porta à son aide pour la soutenir. Celle-ci soupira.

“Excuse-moi, Tenten…”

“Mais de quoi ?”

Contre toute attente, Shigure dégaina un kunai et attaqua subitement la kunoichi de Konoha, qui ne parvint à se jeter sur le coté qu’au dernier moment. L’attaque en traître lui traça une ligne de sang sur la joue et ne rata son œil que d’un cheveu. Une lueur de satisfaction éclaira le regard devenu cruel de la kunoichi de Kiri, et la peur traversa l’esprit de Tenten lorsqu’elle sentit son visage s’engourdir sous l’effet d’un poison qui se déversait dans son organisme. Sa vision se troublait.

“Mais… Pourquoi ?” Demanda-t-elle, ne parvenant pas à comprendre.

“La mission, Tenten.” Répondit Shigure comme on parle à un enfant ignorant, “Tuer la Nukenin, puis se débarrasser de la kunoichi de Konoha. Tu as fait du bon boulot, et grâce à toi, je vais pouvoir rentrer avec les honneurs au Village Caché de la Brume. Inutile de lutter, le poison court déjà dans tes veines. Sois raisonnable, ça sera rapide… et douloureux !”

Il y eu soudain un bruit sourd dans le dos de Shigure qui se raidit d’un seul coup, les yeux écarquillés, rendue muette par l’incompréhension. Elle toussa. Quelques gouttes de sang s’envolèrent de sa bouche comme elle trébuchait en avant pour s’écrouler dans le sable.

La kunoichi de Kiri était morte, un carreau d’arbalète planté entre les omoplates. Tenten, la vision brouillée par le poison, aperçut une femme courir vers elle, puis elle s’écroula à son tour et sombra dans l’inconscience…



Quelques heures plus tard, à Commoragh, le Grand Temple de Jashin était maintenant calme. C’était le lieu de culte principal de la ville, un lieu saint où les fidèles se rassemblaient pour prier au son des cris d’agonie des victimes sacrifiées sur l’autel. Sur tous les murs s’étalaient de morbides ornements : crânes, peaux parcheminées, bannières en loque et autres sombres tributs qui attestaient de la nature de la divinité adorée en ces lieux. Toutefois, les maîtres du culte enseignaient qu’un temple n’était pas toujours indispensable et que dans le feu des combats, le hurlement des mourants était une prière et le massacre de leurs ennemis, une offrande à Jashin.

Debout derrière sa chaire, le Grand Prêtre répétait à mi-voix le sacerdoce des fidèles du Dieu à la Main Sanglante en lisant un imposant ouvrage relié de cuir. Il était d’une stature imposante, et la longue robe pourpre brodée de motifs en velours noir ajoutait à sa prestance. Son visage était en partie dissimulé sous les replis d’une ample capuche qui ne laissait apparaître que sa barbe rousse dont les tresses, finement exécutées, était rehaussées de diverses perles d’or et d’argent. Il fut dérangé dans sa lecture par l’arrivée d’une prêtresse.

Les prêtresses de Jashin étaient les vierges du Dieu à la Main Sanglante, ses épouses terrestres qui le célébraient lors de rituels sanguinaires, tant dans les temples que sur le champ de bataille. Nombreux étaient ceux qui étaient prêt à mourir (ou qui étaient mort) pour pouvoir entrevoir un sourire sur les lèvres rouge sang de ces créatures. Celle-ci était vêtue de la tenue traditionnelle : un pagne et un soutien-gorge noir, une cuissarde noire sur la jambe droite et des gants s’arrêtant un peu avant les coudes, noirs également. Un bout de tissu carmin entourait sa taille comme une ceinture dont le nœud laissait filer un long ruban. La broche sur sa poitrine reliant les balcons de son soutien-gorge représentait un crâne stylisé gravé du symbole de Jashin. Ses cheveux châtains étaient tressés en une longue natte attachée au bout par un petit ruban rouge et son visage était en partie dissimulé derrière un masque de démon grimaçant, soulignant ses yeux gris comme l’acier.

Elle s’agenouilla devant l’autel, entièrement sculpté de motifs démoniaques appartenant à la mythologie Jashinienne. Le Grand Prêtre finit par lever la tête vers la prêtresse.

“Voilà des événements qui ne se sont pas du tout déroulés comme nous l’avions prévu.” Dit-il en refermant le codex.

“Vous ne pouviez prévoir que la Satsubatsu se ferait tuer, monseigneur.” Répondit la prêtresse, sans lever les yeux.

“J’aurai dû, pourtant.”

La voix du Grand Prêtre trahissait une fureur mesurée. Qui donc étaient ces personnes pour oser interférer dans le dessein divin dont il était le dépositaire ?

“Monseigneur, pardonnez-moi,” se risqua la prêtresse avec tout le respect qui convenait, “mais j’ai vu de mes yeux le combat qui a opposé les deux kunoichis, et en vérité, je pense que nous y avons gagné au change.”

“Hmmm… Qu’il en soit ainsi. Jashin à agi pour nous envoyer un Ange des Ténèbres afin de nous aider à accomplir la prophétie, il va falloir que nous modifions nos actions en conséquence. Viens avec moi à présent, je vais t'expliquer nos prochain mouvements.”

La prêtresse se releva et suivit le Grand Prêtre dans la sacristie. Les choses s'étaient légèrement compliquées, mais les visions du Dieu endormi se réaliseraient, quoi qu’il en coûte…





Que dire de plus après tout ça ?

Que je suis un grand fan de combat à l'épée ? Non, je crois que ça, ça s'est vu ^^
Que les fans de Neji vont m'écorcher dans cette fic ? Oui, ça ya de fortes chances, haha

Sinon, j'essaye de rendre crédible une religion dédié à un dieu meurtrier en me basant sur le comportement d'Hidan, pas forcément évident… Ceci dit, le Grand Prêtre n'est pas le seul «monstre» de l'histoire, comme vous le découvrirez au prochain chapitre (qui parlera un peu moins de Tenten).




Chapitres: 1 2 [ 3 ] 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: