Fiction: Visions d'un Dieu Endormi

Pour Tenten, une mission banale au Pays du Vent va prendre des proportions épiques qui vont la plonger, elle et l'équipe chargée de la retrouver, au cœur d'une machination qui pourrait bien menacer le monde entier. Car les fidèles du Dieu à la Main Sanglante, Jashin, ont décidé de réveiller le Dieu Endormi…
Classé: -16I | Action/Aventure / Horreur / Spirituel | Mots: 125927 | Comments: 38 | Favs: 35
Version imprimable
Aller au
Kris'ter (Masculin), le 20/12/2011
Un chapitre extrêmement court. À dire vrai je n'était même pas sûr d'arriver au 1500 mots requis, mais il était indispensable pour me permettre de raconter ce qui s'était passé au Pays du Feu pendant que la Légion du Centurion Kolkis ravageait les îles du Pays du Thé.
Cela me permettra aussi de commencer le prochain chapitre directement par de l'action et ne pas l'alourdir outre mesure.




Chapitre 23: un Pays en Flammes



Assise à son bureau, Tsunade regardait à travers la baie vitrée le soleil se coucher lentement à l'ouest, ses derniers rayons se battant inutilement contre les ténèbres grandissantes. Le ciel passa de l'orange au rouge, puis au violet tandis qu'à l'est, les premières étoiles du crépuscule commençaient à apparaître. La Hokage faisait tourner le saké dans son verre à moitié vide d'un geste machinal. Le saké n'avait plus le même goût - ce goût d'interdit - depuis que Shizune n'était plus là pour risquer de la surprendre.

Car Shizune était partie défendre le Pays du Feu, comme les trois quarts des shinobis de Konoha. Son assistante avait insisté pour se tenir aux côtés ceux qui allaient se battre comme devait le faire tout véritable habitants du Village Caché de la Feuille, c'est-à-dire avec fougue et passion, pour le Pays du Feu, pour Konoha et pour ceux qu'ils aimaient. Les rapports qui arrivaient chaque jour sur le bureau de Tsunade racontaient les faits héroïques et les sacrifices de ses ninjas, comme la courageuse mais couteuse contre-attaque d'une équipe de Chuunin contre les Pillards ayant ouvert une brèche au niveau de la porte de Tanzaku et qui resterait dans les mémoires, tout comme les actes de courage qu'elle inspirerait. De même, on se souviendrait longtemps de la charge suicidaire menée par Kaede Omairi et son équipe contre une bande de Cavaliers Noirs qui harcelaient une colonne de réfugiés.

Mais pour chaque fait héroïque couché dans les archives, combien d'autres n'allaient pas l'être ? Aucun document n'allait raconter la noble mort de Hibiki Gisei, un Juunin d'âge moyen qui dirigea un assaut nocturne contre les forces de Commoragh à l'extérieur de la ville que lui et son équipe défendait, sachant que les Pillards allaient en submerger les défenses le lendemain. Aucun ninja ne revint vivant, mais ils emportèrent un grand nombre d'adversaires avec eux dans la tombe. De la même façon, personne n'allait pouvoir raconter les dernières heures de Tendo Shugyoku. Lui et son équipe luttèrent jusqu'au dernier dans une action d'arrière-garde désespérée contre les vagues de Pillards avant de finalement d'utiliser des Kinjutsu de Katon quand il fut clair qu'ils étaient dépassés. Alors que la mort allaient les prendre, Tendo eut ces dernières paroles : "Ma vie pour Konoha, l'émeraude du Pays du Feu."

Aucun de ceux qui entendirent ces mots ne survécut pour les répéter.

Les ninjas de Konoha n'étaient cependant pas les seuls à se battre : de courageux hommes et femmes avaient troqué leurs houes pour des épées et leurs charrues pour des boucliers et donner leur vie pour repousser la vague de ténèbres qui menaçait de les submerger. Même si les Pillards avançaient chaque jour un peu plus, les habitants du Pays du Feu leur firent payer chaque mètre concédé au prix fort.

Tsunade se retourna vers son bureau, posa son verre de saké - maintenant vide - et ouvrit son journal intime. Elle écrivit :


La moitié du Pays du Feu a succombé à l'ennemi, et même la tumultueuse Xanijes n'a pas été une barrière suffisante contre toute sa haine et sa soif de sang. Le déplacement des Légions est erratique et impossible à prévoir : certains villages sont ignorés, isolés, ou attaqués contre toutes attentes, ce qui rend la mise en place d'une stratégie défensive extrêmement difficile à établir. Il semble cependant évident que leur objectif est la capitale - aujourd'hui surpeuplée par les réfugiés - du Pays du Feu.

Le Daimyo a exigé que je lui envoie des hommes pour l'aider à fortifier son palais mais je ne pouvais accéder à cette requête, car cela voulait dire abandonner les terres sans combattre et laisser le peuple sans défense, à la merci des Pillards. De toute façon, la capitale est immense et d'ordinaire très bien défendue, les Centurions ne vont pas s'y attaquer avant d'être certains de ne plus craindre la menace d'une contre-attaque sur leur arrière-garde.

Le seigneur du Pays du Feu s'est heureusement rangé à mon avis.


Tsunade avait également conseillé au Daimyo de donner l'ordre aux nobles de libérer leurs serviteurs pour qu'ils soient incorporés à la force de défense. Celui-ci avait même été plus loin en ordonnant le pillage de leurs magasins et leurs réserves personnelles pour que les biens de première nécessitée soient partagés avec les soldats, notamment les aliments.

"Les combattants mangent en premier." avait-il dit.

Et avec quelle force ils s'y étaient opposés ! Les Douze Ninjas Gardiens avaient dû faire quelques exemples. Ceux qui avaient ouvertement critiqué et défié la loi martiale avaient été exécutés publiquement. C'était la première fois que des nobles subissaient - de façon officielle - la peine capitale depuis plus d'un siècle. La Hokage n'avait pas commenté les exécutions mais elle les avait approuvés. Ils étaient en période de guerre et ceux qui ne voulaient pas s'adapter étaient destinés à mourir.


Mais Jashin ne nous menace pas seulement avec les hordes de Pillards qui ravagent le pays, son influence se fait ressentir plus insidieusement à travers des cultes blasphématoires au-delà de toute rédemption dont les membres sont prêts à offrir leurs vies et celles de tous les habitants du pays au Dieu à la Main Sanglante. Leurs activités sapent les fondations de l'autorité en propageant l'anarchie ou en prenant le contrôle des institutions par la corruption et nommant à leur tête des membres hauts placés du culte.

J'ai honte de l'avouer, mais même Konoha n'a pas échappé à leurs sinistres machinations. Si Sakura ne m'avait pas avertie, je n'ose imaginer l'ampleur du désastre si nous avions attaqué les Légions avec ces traîtres dans nos rangs.


La Hokage préféra ne pas penser aux méthodes que les Oinins avaient dû employer sur les cultistes pour qu'ils parlent, car dans de telles circonstances, seul le résultat comptait. Le sectateur moyen n'était pas différent d'un habitant lambda de Konoha. Il avait une famille, des amis, une demeure et comptait souvent parmi les forces motrices de sa communauté, il était apprécié, voire aimé. En règle générale, il dissimulait sa double-vie derrière un vernis de respectabilité, ce qui avait rendu le travail des Oinins difficile. Tsunade espéra que ceux-ci n'avaient pas pris trop de victimes innocentes dans leurs noirs filets au cours des «chasses aux sorcières» qu'ils avaient menées.

Mal à l'aise, elle s'étira et changea de sujet :


L'intérieur du Pays du Feu est assiégé. Il subit en permanence les attaques venant des régions frontalières qui sont aux mains de l'ennemi. Seule la région montagneuse autour de Kogane résiste encore, mais les troupes stationnées dans la cité minière risquent d'être submergées. S’ils venaient à échouer, la Légion du Centurion Xyshrenth marcherait sans encombre vers la capitale en frappant l'arrière-garde de mes ninjas qui se battent déjà et ne pourraient pas tenir une guerre sur deux fronts à la fois. Je ne pouvais permettre une telle chose, c'est pourquoi j'ai initié le protocole permettant d'utiliser des équipes pénales pour renforcer nos effectifs. Koharu Utatane et Homura Mitokado ont longuement débattu du bien fondé de cette décision, mais il me semble pourtant que c'est un mal nécessaire, il reste juste à voir si la présence de ces «Têtes Brûlées» parviendra à faire pencher la balance en notre faveur.

Demain je prendrai les dernières forces présentes à Konoha pour aller moi-aussi combattre à Kogane. En agissant de la sorte, je ferai une déclaration bien plus forte à mes ninjas et à nos ennemis qu'en discourant vainement de politique ici à Konoha. Naturellement, cette stratégie fut particulièrement contestée par les deux vieux croûtons, puisqu'elle laisse le Village Caché pratiquement sans défense alors que le loup est déjà dans la bergerie.


Tsunade grimaça en repensant au débat enflammé qu'elle avait eu avec les deux anciens. Ils auraient voulu que la Hokage se concentre uniquement sur la défense du Village Caché, laissant le reste du Pays du Feu se débrouiller avec les armées de Pillards, ce qui était tout simplement inacceptable aux yeux de Tsunade. Pour elle, Homura et Koharu représentaient cette vieille garde poussiéreuse qui avait vécu trop longtemps recroquevillé, caché derrière les remparts de Konoha et qui était incapable de voir les choses dans leur ensemble. Tsunade reprit son stylo et se remit à écrire :


Toutefois je crois que c'est un risque nécessaire et notre seul espoir de succès. On pourra rebâtir les villes et les villages, mais si le Pays du Feu se venait à se disloquer, il ne restera plus personne pour le faire. Je prie pour que mon instinct me guide sûrement : il n'y aura plus personne de vivant pour m'en faire le reproche si je venais à échouer.

Je prie aussi pour que Kogane ne tombe pas. Tout l'espoir de cette guerre repose sur le fait que la ville fortifiée arrive à endurer stoïquement le typhon de Commoragh jusqu'à ce que j'arrive pour lui prêter main-forte.

Puisse l'Esprit du Feu nous accompagner en ces temps troublés.


La Hokage referma son journal intime en se disant que c'était une sombre époque, en vérité. En fait ces jours étaient si sombres qu'ils n'avaient eu qu'un seul équivalent dans l'histoire de Konoha. Mais les ténèbres n'étaient pas une chose en elle-même, ils n'avaient pas de formes, pas de substances. C'était simplement une absence de lumière et là où la lumière entrait, les ténèbres reculaient. Même la plus petite et la plus éphémère des étincelles pouvait bruler comme un fabuleux soleil…




Il est vrai qu'on ne sais toujours pas ce qui s'est passé avec le groupe de Shikamaru… Patience ;)



Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 [ 23 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: