Fiction: Pour le meilleur, pas pour le pire

Que faire quand votre petite amie n'est pas acceptée par vos parents, ou que vous même êtes rejeté par votre futur belle famille ? C'est la question que se posent Neji et Kiba, désirant demander leurs mains à Tenten et Hinata. Et ce malgré l'opposition de la très renommée famille Hyûga. Le froid Neji et l'extraverti maître-chien devront donc s'allier pour mettre en scène la plus grande mascarade du siècle...
Romance | Mots: 2565 | Comments: 17 | Favs: 16
Version imprimable
Aller au
shikacool (Féminin), le 07/06/2009
Hey, très chers lecteurs ! Encore une fic' à plusieurs chap', mais je doute qu'elle dépasse les quatre chapitres. C'est très différent de mon style habituel : cette fois pas de drame, pas de larmes, sauf peut être des larmes de joie pour les plus sensibles... ^^
Mon objectif aujourd'hui : vous faire rire !

Espérons que mes efforts ne s'avèrent pas inutiles... ;)
Bonne lecture !




Chapitre 1: Quand un plan complètement fou se met en place...



- Alors, laquelle ? La grise satinée, ou la bleu azur ?
- Sakura, s’il te plaît, ne prend pas ton air de boutiquière enjôleuse avec moi.
- Mais, j’y peux rien, ce sont les couleurs des chemises…
Un excité blond intervint :
- Et celle là, elle est pas mal, non ? Elle correspond parfaitement à ton style, mec !

Le mec en question, un jeune homme brun affublé d’un épais manteau avec une capuche en fourrure, fronça les sourcils.

- Naruto, il n’est pas question de mon style, là. Ce soir, je vais dîner chez la famille la plus importante de Konoha. Je vais pas me ramener dans leur manoir avec une chemise marquée de traces de… pattes de chien !
- Ben pourquoi ? T’es un Inuzuka, vous aimez les clebs, non ?
- Mais c’est pas vrai ! IL M’ENERVE JE VAIS L’EXPLOSER !
- Kiba, calme toi ! s’écria la rose. Si tu veux te battre tu vas dehors ! Je ne permettrai pas qu’on mette le bazar dans MON magasin !
- TON magasin qui n’est qu’un fourre-tout de fringues de mauvais goût !
- TU PEUX REPETER CA ?!!
- Héhé, ça rime… Fourre-tout de fringues de mauvais goût… C’est les « ou » ! Tralalèr’euuh… fourre-tout de fringues de mauvais goût…
- NARUTO TU SAIS OU JE VAIS TE LES FOURRER MES FRINGUES DE MAUVAIS GOÛT ?!!
- Nan, mais, c’est vrai en plus… Je sais pas ce que je suis venu faire ici, tes chemises, elles ressemblent à rien…
- VAS Y REPETE SI TU L’OSES !!!
- Il n’a pas tort, d’un côté.

Tous se retournèrent pour dévisager le nouveau venu. Grand, avec de longs cheveux bruns élégamment attachés en catogan et des yeux de nacre envoûtants, il respirait la classe et la confiance en soi. Sakura, surprise et quelque peu intimidée, se calma aussitôt.

- Ah, Neji…. Tu cherches quelque chose ? C’est plutôt rare de te voir dans mon humble boutique…. Je dirais même que c’est la première fois.
- En effet, répondit l’Hyûga. Mais j’ai entendu vos voix et… euh… en fait, je cherchais Lee. Vu son goût vestimentaire désastreux, je pensais qu’il s’habillait ici.
- Pardon ? tiqua Sakura. J’ai dû mal interpréter… Tu viens de dire, que les vêtements de MA boutique… sont d’un goût désastreux ?
- C’est ce que je viens de dire, effectivement.

Il y eut un grand silence. Neji souriait toujours, Naruto avait des sueurs froides en observant Sakura qui se répétait mentalement : « non, tu ne dois pas le frapper… c’est un membre du clan Hyûga, ça t’attirerait des ennuis… La violence est mauvaise pour un commerce…Peace and Love, ma belle… Oui c’est ça, je vais adopter la hippie attitude… » Et Kiba affichait une mine désespérée. Finalement, au bout d’une minute qui parut interminable, Neji adressa un bref signe de tête à ses camarades et sortit de la boutique.
Kiba eut alors une idée. Il se précipita à la suite de l’Hyûga. Naruto et la rose se retrouvèrent donc seuls dans le magasin. Le jeune blond, voyant son amie rougir de colère, lui prit délicatement les chemises des mains et les rangea au bon endroit.

Sakura se serait peut être contenue si Akamaru n’avait pas choisit ce moment là pour casser sa laisse et rentrer comme un fou dans la boutique. Dans sa course pour rattraper Neji, Kiba avait oublié de l’emmener avec lui. L’énorme chien saccagea donc joyeusement le magasin : il renversa les portiques, piétina les vêtements, et mit de la boue un peu partout sur la moquette beige.
Peu après, on entendit une formidable explosion, et Akamaru s’enfuit du magasin avec des gémissements plaintifs.
Sakura avait craqué.

- Neji ! Neji ! Attend moi !
- Hum ?

Le Hyûga daigna enfin s’arrêter. Kiba le rattrapa, hors d’haleine mais un immense sourire accroché aux lèvres.

- Neji, dis moi… Tu es bien le cousin de Hinata ?
- C’est exact. Pourquoi cette question ?
- Eh bien, tu sais que j’ai l’intention de la demander en mariage, très prochainement. Et ce soir, elle me présente à ses parents, c’est pourquoi je vais dîner chez eux. Mais, le problème… C’est que je n’ai aucune idée de comment me comporter avec des nobles !
- D’accord. Et en quoi ça me concerne ?
- Eh bien, je me disais… *yeux de cocker* comme tu es un Hyûga, toi aussi, tu pourrais me conseiller dans mon attitude, ma tenue… Bref, me filer des tuyaux pour que la soirée se passe bien !

Neji haussa un sourcil, puis répliqua :

- Désolé, Kiba, mais ne compte pas sur moi.
- Mais…
- Primo, je n’ai pas le temps, j’ai beaucoup de choses à faire aujourd’hui. Secondo, n’oublie pas que je suis un membre de la branche parallèle du clan, je n’ai donc pas vraiment l’habitude de fréquenter la branche principale. Et tertio… je dois retrouver quelqu’un.

Neji se tut soudain, avec l’impression d’en avoir trop dit. En effet, l’Inuzuka le fixait à présent avec un air narquois. Qu’à cela ne tienne, si les sentiments ne marchaient pas avec ce glaçon, il allait employer les grands moyens…

- Neji, dis moi, ce quelqu’un que tu dois retrouver… Ce ne serait pas plutôt quelqu’UNE ?

Les joues du jeune Hyûga se teintèrent de rouge. Il tenta de paraître sûr de lui :

- Qu’est ce que tu racontes… Je l’ai dit tout à l’heure, je dois retrouver Lee. Pour… s’entraîner.
- Bien sûr. Tu sais ce que je pense ? Tu as bien l’intention de retrouver Lee, mais pas pour l’entraînement. C’est pour lui demander où est T…
- Hein ? T’as bu ou quoi ? Tenten est juste une amie ! se récria Neji, de plus en plus rouge.
- Hahaha ! s’exclama Kiba. Mais je n’ai pas encore prononcé le prénom de Tenten ! Tu as mis les pieds dans le plat !
- Grrrmll… grogna Neji.
- Avoue le. Tu es dans la même impasse que moi. Toi, tu sors avec la fille aux macarons, mais ton oncle Hiashi exige que tu fréquentes des filles riches et bien dotées. Or Tenten est orpheline et ne dispose pas d’un grand héritage… Ton oncle risque donc de s’opposer à votre relation. Et moi, c’est un peu le contraire : je voudrais épouser Hinata, mais elle est issue de la famille la plus prestigieuse du village et moi… je ne possède que Akamaru comme richesse.

Kiba eut un petit rire. Neji rétorqua :

- Bon, tu as peut être vu juste, pour Tenten et moi. Mais que voudrais tu qu’on fasse ?
- Je te propose un marché. Si tu m’accompagnes dans TOUS les magasins et me conseille pour la soirée, j’arrange un coup entre Tenten et ta famille.
- Puis je savoir comment tu comptes t’y prendre ?
- T’inquiète. J’ai un plan.

C’est sur cette affirmation peu rassurante que Kiba laissa Neji en plan. Le jeune homme soupira :

- Pourvu que toute cette histoire ne tourne pas au vinaigre…


Kiba fonça dans le bureau de l’Hokage. Il croisa Shizune, et faillit lui rentrer dedans.

- Hey, tu pourrais faire attention, Kiba, le sermonna-t-elle gentiment. On n’est pas dans une arène, ici, mais dans un bâtiment administratif.
- S’cusez, Shizune, répondit le jeune Inuzuka. Tsunade est ici ?
- Bien sûr. Elle est dans son bureau. Premier étage, deuxième porte à gauche.
- Merci beaucoup !

Et Kiba reprit sa course. Une fois parvenu à destination, il entra en trombe dans le bureau de l’Hokage.
Tsunade buvait tranquillement son saké, lorsqu’une véritable furie enragée pénétra dans la pièce. Sans frapper, qui plus est. Le verre d’alcool lui échappa des mains et vint arroser les papiers posés devant elle.

- KUSO, QUI OSE ME DERANGER DE LA SORTE !!

Kiba se stoppa net et recula d’un pas, un peu effrayé. Tsunade lui lança un regard de mauvais augure :

- J’espère que tu as une bonne raison pour entrer dans mon bureau sans frapper, Kiba Inuzuka. Tu as vu ce que tu m’as fait faire ?

Mais le jeune homme ne se laissa pas impressionner.

- Sauf votre respect, n’avez-vous rien de mieux à faire que de vous saouler au saké ? Il n’est même pas midi, en plus ! Dans quel état serez vous ce soir ?
- Ce n’est pas à un gamin de 20 ans de me donner des leçons de moral ! s’énerva l’Hokage. Que veux tu, bon sang ?
- En fait, je voudrais vous demander un service.
- Continue, t’es bien parti pour que j’accepte, là, ironisa Tsunade.
- Je voudrais que vous et Jiraya, les deux ninjas de la légende, accompagniez Tenten et moi-même chez les Hyûga, ce soir.



- Bon, euh, Sakura… Je te laisse, hein. On a quasiment tout remit en ordre.
- Très bien. Merci, Naruto. Et si tu croises cette saleté de chien… ou son maître…
- Je ne lui ferai rien, protesta le jeune homme. Kiba est mon ami, et Akamaru n’est qu’un chien, justement. Pour lui, les fringues n’ont aucune importance.
- Espèce de lâcheur !! Moi qui comptait sur ton rasengan pour défoncer leur appart’ comme ils ont défoncé MA boutique !!

Naruto prit sans plus tarder les jambes à son cou, laissant son amie s’égosiller à sa guise.



Hinata se mira dans la glace, puis poussa un soupir désabusé. Même si ses amies lui répétaient sans cesse qu’elle était jolie comme un cœur, la jeune Hyûga n’arrivait pas à s’en convaincre. Peau trop pâle, cheveux trop noirs… Seuls ses yeux lui plaisaient. Grand et d’un joli violet clair, ils ressemblaient à deux perles de nacre. Comme tous les yeux des Hyûga, en somme.

- Même la partie préférée de mon corps n’est pas originale… se lamenta Hinata.

Elle jeta un coup d’œil à sa montre dorée dont le bracelet était rebrodé de rubis, cadeau grotesque de son père pour ses 20 ans, mais qu’elle se forçait à porter pour lui faire plaisir.

- Onze heures trente, déjà ! S’exclama la jeune fille. Vite, je dois aller retrouver Kiba !

Elle sortit à toute vitesse de sa chambre. Elle ne remarqua pas Hanabi, sa peste de petite sœur, cachée derrière la porte. Cette dernière ouvrit de grands yeux et murmura :

- Retrouver Kiba ? Bizarre, elle ne s’entraîne jamais le samedi…

Après un instant de réflexion, la benjamine des Hyûga décida de suivre sa grande sœur.


[/b] De retour dans le bureau de l’Hokage. [/b]
- Je voudrais que vous et Jiraya, les deux ninjas de la légende, accompagniez Tenten et moi-même chez les Hyûga, ce soir.

Tsunade haussa les sourcils, surprise.

- En quoi pourrait-ce t’être utile ?
- Je vais tout vous expliquer… Mais avant, convoquez Jiraya. Je n’ai pas envie de raconter mes histoires sentimentales dix fois.



Sakura rageait. Elle ne pouvait même plus compter sur son meilleur ami pour sa vengeance ! Bien qu’ils aient à peu près ranger le magasin, les traces de boue n’étaient pas complètement parties et des tas de vêtements se retrouvaient invendables, par la faute de ce maudit clebs et de son maître qui n’était même pas capable de le surveiller !
Soudain la sonnette retentit. Sakura releva la tête, un sourire factice accroché aux lèvres, prête à accueillir le client. Mais le client n’était autre que… Hinata Hyûga !

- Tiens, salut Hinata ! fit Sakura à son amie. Tu cherches Neji ou tu es venue refaire ta garde-robe ?
- N… Non, désolé, Sakura-chan. Je ne cherche pas N… Neji, mais Kiba. Tu ne l’aurais p…pas vu, par hasard ?
- Malheureusement pour ma boutique, si. *fait craquer ses jointures* Il est passé il y a environ une demi-heure. Alors, ça marche toujours aussi bien, vous deux ?

Dehors, Hanabi écoutait à la porte et fixait les deux jeunes filles à l’aide de son byakugan. Comment ça ? Non, c’était impossible ! Hinata ne pouvait pas être en couple avec… Hanabi écrasa son oreille contre la porte et écouta encore plus attentivement.

- O…Oui, ça marche bien, très bien même ! Il est vraiment gentil, et mignon et… Je l’aime !

Sakura sourit en voyant son amie rougir de bonheur. Elle constata que, dès qu’Hinata parlait de Kiba, elle s’arrêtait de bégayer. Comme quoi, l’amour était vraiment le meilleur des remèdes… à tous les maux !

- D’ailleurs… Il faudrait vraiment que je le trouve rapidement, p…parce qu’il dîne chez moi, ce soir ! Il va rencontrer m…mes parents, tu te rends compte ? Mais il ne s…sait pas à quelle heure il doit v…venir, alors je voudrais le mettre au courant.
- Il ne doit pas être bien loin. Je ne te retiens pas. Va vite retrouver ton prince canin, l’amoureuse ! se moqua gentiment la rose.

Hinata sourit puis quitta la boutique. Là encore, elle ne remarqua pas sa sœur, camouflée contre le mur. La petite fille eut un sourire coquin. Ainsi, sa sœur sortait avec CE Kiba, malgré l’interdiction formelle de son père… Et Hiashi ne savait pas qu’il allait rencontrer Kiba Inuzuka ce soir ! Le seigneur Hyûga s’attendait à accueillir un jeune homme bien élevé, riche, tout ce qu’il y a de plus convenable… Et il allait rencontrer ce fils de clebs !
« Je dois prévenir Père, pensa Hanabi. Hé hé, j’en connais une qui va passer un sal quart d’heure… »


- Oh, bon sang, fit Jiraya. Tu t’es fourré dans un beau pétrin, Kiba. Et tu comptes entraîner Neji et sa petite amie dans ce coup foireux, en plus ?
- Si je n’entraîne pas Neji et Tenten dans ce coup « foireux » comme vous dites, Neji n’aura plus de petite amie. Quand à moi, je perdrai Hinata ! Sans dec’, vous pensez vraiment que le seigneur Hyûga acceptera de me laisser sa fille s’il apprend ma véritable identité ? C’est pareil pour Tenten.
- Hum, tu n’as pas tort, avoua Tsunade. Mais c’est risqué, comme plan. Très risqué.
- Alors, acceptez vous de nous aider ? supplia l’Inuzuka.
- Dis moi simplement pourquoi moi, le cinquième Hokage et l’une des trois ninjas de la légende, j’accepterai de te venir en aide…
- Ben… parce qu’en temps qu’Hokage, vous devez veiller à la sécurité du village !
- Je ne vois pas le rapport.
- C’est simple : si vous ne venez pas et que je me frite avec les Hyûga… J’attaque leur clan !
- QUOI ???
- Tu n’oserais pas ! s’exclama Jiraya.
- Vous croyez ? ricana Kiba avec un sourire carnassier. Je prends les paris, si vous voulez…

Tsunade et Jiraya échangèrent un regard, puis Jiraya hocha la tête… L’Hokage déclara :

- Bon, c’est d’accord. Mais Jiraya et moi n’aimons pas du tout ce genre de soirées chics, alors tu nous seras redevable pour longtemps !

Ce fut tout juste si Kiba ne lui sauta pas au coup. Tsunade continua :

- Bon, nous avons toute l’après midi pour nous préparer. Kiba, retrouve Neji, et allez acheter ce dont vous avez besoin. Moi, je me charge de transformer Tenten en véritable petite bourgeoise. Rendez vous ici à 6 heures. A 8 heures tapantes, nous serons chez les Hyûga.
- Ca roule ma boule !! s’exclama le jeune homme avant de filer.
- Il faudra aussi lui apprendre à modérer son langage, observa Jiraya.


Kiba sortit du bâtiment administratif, toute joie retrouvée. Si les deux ninjas légendaires entraient en jeu, tout ne pouvait que bien se passer.
Il se mit à la recherche de Neji.



Pendant ce temps, Hanabi se précipitait dans le manoir des Hyûga.

- Père, Père ! Où êtes vous ? hurla-t-elle dans l’immense demeure.

Elle le trouva en train de s’entraîner, dans leur dojo privé. Elle s’avança vers lui avec un air angélique.

- Père, vous ne devinerez jamais…




Voilà pour le premier chap' !
Question habituelle : vos impressions ?

En tous les cas, merci d'avoir lu, et zibouilles !




Chapitres: [ 1 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: