Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Le journal de Konan (terminée)

Konan, l'unique fille de l'organisation Akatsuki, nous raconte comment sa se passe pour elle dans un milieu envahis par les hommes criminiels les plus dangereux du monde. Vous allez voir que les dangereux criminels que l'on crois qu'ils sont sont pas-mal différents chez eux.
Spoil | Parodie | Mots: 2052 | Comments: 24 | Favs: 41
Version imprimable
Aller au
draligna (Féminin), le 23/04/2009
Je me fais souvent de p'tit scénarios de Naruto dans ma tête. Alors je me suis imaginé comment pouvait se comporter Konan envers les gars d'Akatsuki. Et si elle agissait comme une mère envers eux ? Voila ce que sa a donner



Chapitre 1: Ma vie en une journée



Le journal de Konan

Bonjour, mon nom est Konan et je suis l’unique fille membre de l’organisation Akatsuki ! Et laissez-moi vous dire que ce n’est pas facile pour une fille de partager son logis avec huit des garçons les plus turbulents de ce manga. Pour vous prouver à quel point ma vie peut parfois ressembler à un calvaire, vous allez me suivre pendant toute une journée d’accord ?
C’est parti !

6h15 : Le réveil

En général, je me lève vers 7h00 mais ce matin je me suis fait réveiller par deux de mes colocataires qui se disputaient dans le couloir.

-Non je te dis que c’était à ton tour de faire la lessive !

-Tu es bouché ou quoi ? Je viens juste de te dire qu’on avait échangé nos tâches. Toi tu avais la lessive et moi la vaisselle.

-De toute façon la vaisselle n’est pas faite non-plus!

-…

J’étais assise dans mon lit à écouter Itachi et Deidara se quereller à propos du ménage alors que le soleil venait à peine de se lever, complètement découragée et me demandant comment réagir. À coté de moi, Pein dormait encore comme un bébé. Comment fait-il ? À bien y repenser, ce n’est pas si étonnant que ça après la nuit que l’on à passé … Ouf ! Eeee… Nous nous égarons un peu là non ? Bon reprenons. Alors je me lève doucement pour ne pas réveiller Pein (si le boucan du couloir ne le dérange pas ce n’est surement pas une petite vibration du lit qui le réveillerais mais on est jamais trop prudent), ensuite j’ai enfilée ma robe-de-chambre et je suis allée rejoindre nos deux amis dans le couloir.
Deidara avait un pyjama rose-bonbon, les cheveux détachés et un nounours de couleur bleu-poudre sous le bras. Le look Barbie quoi. (J’aimerais vous rappeler que Deidara est un homme. Même moi qui suis une fille, je n'ai jamais portée de fringues aussi…Barbie) Itachi, de son coté, avait encore l’oreiller étampé dans la face, les yeux pochés, avec un bas de pyjama noir et les cheveux détachés, lui-aussi. Il dormait carrément debout et Deidara, qui lui était parfaitement réveillé, semblait l’ennuyer au plus haut point. La porte en face de moi s’ouvrit, laissant apparaitre un Kisame complètement endormi, nageant dans sa robe de chambre bleue. Lui aussi s’était fait réveiller on dirait. Il ne tenait qu’à moi de faire respecter l’ordre ici. Puisqu’ils font les enfants, je vais devoir jouer à la mère.

-Ça suffit Iatchi et Deidara ! Vous allez réveiller tous le monde . Fis-je le plus bas possible mais avec le bon ton pour faire comprendre que je n’étais pas de bonne humeur.

Je pris ensuite ces messieurs par les poignets pour ensuite les entrainer jusque dans la cuisine.
Derrière moi, j’entendis la porte de Kisame se refermer. Bonne nuit mon chers requin. Une fois entrés dans la cuisine, je conduisis Barbie et endormis devant le frigo, où est accroché les tableaux des tâches de tous le monde (je sais, sa fait maternelle mais on n’a pas le choix).

-Bon Deidara tu fais la vaisselle et toi Itachi, la lessive ! Et que je ne vous entende plus maintenant.

Sur ce, je retourne me coucher aux côtés de Pein, qui suce son pouce à présent. Pas étonnant que les membres d’Akatsuki agissent comme des gamins, non mais regardez leur chef !

7h40 : Le re-réveil

Ils m’ont laissé faire la grasse-matinée, c’est gentil. Je me dirige tranquillement vers la cuisine. En passant par le salon, j’aperçois Deidara qui dessine, accroupis au sol, toujours en pyjama. Je ne sais pas ce qu’il dessine mais il s’amuse beaucoup. Arrivée à la cuisine, je m’attelle rapidement à ma tâche. C’est-à-dire, remplir la panse de tout ce beau monde. Et pour celles qui ne le savent pas, un garçon, sa mange, sa mange beaucoup ! Alors je fais une reconstitution du pyramide en crêpe, bien-sur accompagnés de fruits et compagnie. En fait je ne m’en plains pas, comme j’ai dis plus tôt, il m’arrive souvent d’agir comme leur mère, alors vous aurez compris que j’aime prendre soin ''des gars ''et de les chouchouter un peu. Surtout que mes crêpes sont très populaires par ici.

8h20 : Le petit-déjeuner.

Je crois qu’il est important de dire que trois portes, un passage secret et une fenêtre donnent sur la salle à manger. Alors quand tous les membres d'Akatsuki y pénètrent en même temps, ils rentrent de partout .Une fois que tout était prêt, je cris la phrase. Cette phrase qui fait trembler la terre …

-À table les gars !

BRRRR

Alors la, c’est presque la fin du monde. Tout tremble, les cadres menacent de tomber des murs, le lustre entre en orbite autour du point qui le relie au plafond et une nuée de manteau noirs à nuages rouges (et un pyjama rose) entre dans la pièce pour aller s’assoir, chacun à la place qui lui est attribué. À partir de ce moment-là, c’est à Pein de faire régner l’ordre. Moi je mange et c’est tout.

Hey je peux vous montrer le dessin que j’ai fais tout-à-l’heure ? J’en suis plutôt fier. Demanda Deidara

Pourquoi pas.Répondit Kisame

Oui je suis curieux de savoir pourquoi tu riais autant dans le salon tantôt. Affirma Hidan

Deidara sortit une feuille de papier de sa poche gauche, il l'a déplia et montra son ''œuvre''à tous le monde. Les gars éclatèrent tous de rire. Tous ? Non pas Sasori qui était représenté sur ce dessins en costume de ballerine, retenue par des ficelles par une petite fille comme une vraie marionnette. Est-ce j'ai oubliée de mentionner que Sasori n’a aucun sens de l’humour ?

-JE VAIS TE TUER DEIDARA !!! Fit-il en se levant d’un coup sec tout-en balançant son assiette au nez du blondinet.

BANG !

Itachi voulu s’interposer entre les deux hommes mais le pauvre reçus un coup de poing magistral en plein visage. Déjà qu’un œil au-beurre-noir c’est laid, mais avec un sharingan en plein milieu, c’est pire … voir horrible ! Je criais à Deidara de faire ses excuses à Sasori et de détruire son ''œuvre d’art'' pour ensuite ordonner à Sasori de s'escuser à son tour avant d’aller dans sa chambre et de n’en ressortir que lorsqu’il serra calmé. Les garçons s’exécutèrent en râlant et moi j’entrainais Itachi dans les W.C pour soigner son œil. Vous vous demandez ce que fait Pein ? Et bien, il est complètement découragé et préfert se retirer,en me laissant les gars sur les bras. Lorsque j’en ai eu finis avec Itachi, il retourna dans sa chambre avec un beau bandage sur l’œil gauche à la Kakashi. Moi, je retournais dans la salle à manger. Pein avait disparu, de même que Zetsu. Il ne restait donc plus qu’Hidan et Kakuzu.

-Puisqu’Itachi est blessé, c’est vous qui vous chargerez de la vaisselle ! Fis-je d'un ton autoritaire.

-Il n’a pas les bras coupés que je sache ! Répliqua Hidan. Ce n’est pas un malheureux œil-au-beurre-noir qui peut l’empêcher de faire SA tâche.

Le regard noir que je lui ai jeté à ce moment-là suffit largement pour qu’il change d’avis. Ces messieurs se mirent donc au travail, en râlant, bien entendu.

10h30 : Salle de réunion.

Pein avait invité les gars à le suivre dans la salle de réunion afin de faire le point sur les captures de démons et des missions, ainsi que sur le revenu budgétaire et autres petites formalités. Moi j’assistais Pein dans sa présentation.

-Nos revenus ne fructifient plus depuis plus d’un mois. Nous allons organiser une campagne qu… Kisame !!!

Kisame, qui dormait sur son bureau, releva péniblement la tête.

-Il y a un problème chef ?

- Oui tu me dors dans la face abruti !

-Oups ! Pardon. Répondit Kisame avant de reposer la tête sur son bureau.

-Pfff. Nous allons donc organiser une campagne dans les villages civiles pour prendre possession de leur biens et…

POOK !

Un avion en papier vint s’écraser derrière le crâne de Pein qui se retourna aussitôt.

- Bon c’est qui le petit comique là ?

Tous le monde rigolaient discrètement. Pein se retourna alors dans ma direction.

-HE-HO ! Je suis peut-être experte en origami mais tout le monde sait faire des avions de papier !

Pein compris alors qu’il m’avait vexé et que je n’étais pas contente.

- Je ne t’accuse pas Konan. Mais puisque tu fessais face aux gars depuis tantôt tu as surement vu qui étais le coupable. Non ?

-Désolée mon chéri mais je n’ai rien vu. Lui répondis-je en l’embrassant sur la joue.

En fait, j’ai parfaitement bien vu Deidara sortir une feuille de papier de son bureau, en faire un avion et ensuite l’envoyer à Kisame afin de le réveiller. Itachi à ensuite récupéré l’avion dans les cheveux du requin (qui ne s’en est même pas rendu compte) pour la relancer à Deidara. Mais avec un seul œil de fonctionnel, il ne réussit pas à bien visé et manqua sa cible. L’avion alla donc s’écraser sur le chef de l’Akatsuki. Finalement, Pein décida de faire photocopier ses dossiers et il en donna un exemplaire à tous le monde avant de se retirer, épuisé.

12h20 : Diner.

Le diner ressembla beaucoup au déjeuner mais cette fois, c’est Deidara qu'il fallut soigner. Une belle bosse sur le crâne, cadeau de Pein qui venait d’apprendre l’identité du responsable de l’attentat à l’avion de papier. Tous le monde partis de son côté une fois le repas et la vaisselle terminés. Ils ne devaient revenir que le soir venu. Alors j’avais envisagée de passer l’après-midi en amoureux avec Pein. Mais voilà que Pein part également. Il m’a bien proposé de l’accompagner mais voilà que j’avais d’autre plans en tête (et de toute façon, lui servir d’assistante ce n’est pas romantique). J’ai profité de la maison vide pour me relaxer dans un bon bain chaud avec chandelles et compagnie (ce que je ne fais jamais quand les gars sont là, je ne prends qu’une douche rapidement car il y en a toujours un qui essaie de m’espionner dans mon intimité), ensuite on revient au look robe-de-chambre. Je m’installe ensuite confortablement sur le canapé avec mon bol de chips et ma couverture, j’allume la télé et je cherche un bon film. Non pas un film d’amour. Je vous rappel que j’ai l’habitude de vivre avec huit gars. Non, un bon film d’action, un Jackie Chan ! Oui madame ! Alors là c’est le paradis, tranquille avec mon film, ma couverture et mes chips. Mais lorsqu’il fut environ 20h30…

Vous vous en douter pas vrai. Et oui ! Mes charmants colocataires reviennent à la maison. Alors comme pour le déjeuner, le sol tremble, mon bol de chip menace de tomber en-bas de la table, tout comme la télécommande. Une horde de manteaux noirs à nuages rouges (sans pyjama rose cette fois) fit ensuite éruption dans la pièce. Et il se trouve que tous le monde aiment Jackie Chan ici. Donc les gars s’installent tous dans le salon. Moi qui étais allongée sur le divan, je dois m’assoir droit pour leur permettre de s’installés également. Deidara viens s’installer à mes côtés et accote délicatement sa tête sur mon épaule pendant que Kisame et Sasori s’attaquent au bol de chips, en fessant ainsi une espèce en voie d’extinction.

Itachi et Hidan, qui n’ont plus d’endroits où s’assoir, s’installent à terre. Itachi viens s’assoir juste à ma droite, le dos accoté contre le bras du divan et juste à la bonne place pour que je puisse passer ma main dans ses cheveux pendant le reste du film (C’est agréable, autant pour moi que pour lui). Une fois tous le monde bien installés et que le silence est revenu, on a passé le reste de la soirée à profiter du film (et même trois film de plus puisque c’était une soirée ''spécial Jackie Chan''). Quand ce fut l’heure d’aller se coucher, tous le monde se souhaita bonne nuit et entra dans sa chambre. Je revins me coucher auprès de Pein, qui, pour une fois, avait du temps à me consacrer. J’ai donc passé la nuit dans ses bras. Vous pouvez vous imaginez la suite…

Ma vie peut être un vrai calvaire par moment, mais je ne l’échangerais contre rien au monde.




J'espère que vous aurez apprécier. Moi en tous cas je me suis fair du fun à l'écrire. Laissez vos commentaires svp. c'est pratique d'avoir de bon conseils pour en faire d'encore meilleurs plus tard.



Chapitres: [ 1 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: