Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Frozen heart

Que se passe t-il quand deux personnes qui éprouvent les mêmes sentiments ne se l'avouent pas? Que ce non-dit provoque des conséquences plus que dramatiques? Il y a de nombreuses manières pour avouer sa flamme mais très souvent, elle se fait non sans douleur pour l'autre. Couples: Ita/Tema/Shika, Saku/Sasu, (et peut-être d'autres) Ceci est ma première fic, soyez indulgents, please!! Risque de scènes violentes ...âmes sensibles, s'abstenir^^
Classé: -16D | Spoil | Tragédie | Mots: 12245 | Comments: 25 | Favs: 29
Version imprimable
Aller au
Amalya (Féminin), le 22/02/2009
Bonjour à tous !

Etant une lectrice assidue sur ce site, je suis vos histoires de Naruto depuis près d’un mois et j’ai décidé de me lancer à mon tour. Ceci est donc ma première fic et je ne connais pas très bien le manga. Je construis mon histoire autour des sentiments des personnages et il se peut que je ne respecte pas les caractères auxquels vous pourriez être habitués. Mais je suis toute ouïe à vos remarques, suggestions pour améliorer l’histoire ! Sur ce, je vous laisse. Bonne lecture.




Chapitre 1: Le silence est d'or...mais le tien me glace.



La pluie tombait de manière virulente dans le village de Konoha. A un point tel que la visibilité se stoppait à cinq mètres. Pourtant, cela ne rebuta pas Temari. Elle le cherchait. Elle devait le trouver. Il allait tellement mal depuis la mort de son sensei. Asuma… La kunoïchi avait reçu l’ordre de le réconforter. Enfin, ça c’est la version résumée. En gros, Shikamaru broyait du noir et devenait un danger ambulant. Pour lui et pour les autres. Rongé par sa culpabilité, le stratège avait laissé exploser sa colère qui le consumait ainsi que son désir de vengeance. Temari s’arrêta devant une façade et regarda le numéro.

- Ça doit être ici…

Depuis combien de temps ne l’avait-elle plus vu ? Au moins un an… Ils se voyaient quelques fois, étant donné le fait qu’elle était l’ambassadrice de Suna et qu’il était celui de Konoha. Elle soupira.

- Alors c’est ici que vit ce gros flemmard… ?

Temari frappa à la porte mais aucun son ne se fit entendre.

- Bizarre…Voyons un peu ailleurs…

Elle fit le tour et escalada un arbre donnant sur une fenêtre de l’appartement. Il était vide. La blonde entra en poussant la fenêtre qui était légèrement ouverte. Elle retomba sur ses pieds et se détendit telle une féline. Elle scruta les environs de la pièce et ne le vit pas. Temari s’avança vers le grand lit et s’assit lourdement. Elle tenta d’imaginer ce qu’il pouvait bien ressentir. Shikamaru souffrait mais comment le lui faire comprendre sans trop le brusquer ? Une voix vint interrompre ses quelques minutes de réflexion.

- Que fais-tu ici ? tonna une voix dure.

La jeune femme sursauta au soin de la voix rauque, se retourna et le vit dans l’embrasure de la porte. Aucun bruit. Il avait été si silencieux. La belle de Suna se leva et lui fit face.

- Salut Nara.

- Temari…Qu’est-que tu fous ici ?

- Oui moi aussi je suis contente de te voir Nara… hum…Je suis venue voir ton petit nid douillet…

« Ne pas dire la vérité…Il faut la jouer fine… »

Il lui jeta un regard vide, inexpressif et rempli de souffrances. Le beau brun avança d’un pas las et alla s’asseoir sur son canapé.

- Shika…

- Laisse-moi Tema…

- Tu ne peux pas continuer ainsi…

- Si je le peux…C’est ce que je fais depuis un mois.

Temari s’approcha de lui et vint s’asseoir près de lui. Il la fixa d’un regard surpris. Cela ne ressemblait guère à la Sabaku qu’il connaissait. Franche, directe, impulsive, mais jamais elle ne montrerait ses sentiments…Où était-ce de la pitié ?

- Je ne veux pas de ta pitié, fille galère…

- Je n’ai pas pitié de toi, Shika. Je veux t’aider, c’est tout.

- Tu ne sais rien faire…Y a rien à faire…

Temari posa sa tête contre son épaule et lui chuchota :

- Parle-moi Shikamaru…

Le Nara tressaillit au son de la voix si douce et si triste de son amie. Il n’avait pas l’habitude qu’elle se comporte ainsi. Le ninja de Konoha tourna la tête et Temari put voir son visage tourmenté. Il s’avança doucement et lui prit le menton. Shikamaru chercha dans ses yeux du réconfort qu’il trouva dans ses bras. Et il se laissa aller contre elle mais ne lui dit pas un mot. Sa fierté masculine tenait bon. Car après tout, les ninjas se doivent d’être forts.

- Asuma ne voudrait pas que tu sois ainsi…murmura la jeune femme.

Shikamaru fut comme douché par les paroles de son amie. Sa fureur reprit et bouillonna en lui. Ses yeux s’enflammèrent quand il la toisa d’un regard dur.

- Ne parle pas de lui. Tu ne sais rien de lui ! dit-il en haussant le ton.

Temari se figea devant la dureté de son ami mais ne laissa rien transparaitre. Elle se releva et se positionna devant lui.

- Alors dis-moi ce qu’il aurait voulu que tu fasses…Car crois-moi, ce n’est pas ainsi que tu lui rends hommage.

- Tais-toi ! hurla-t-il. Il s’était levé d’un bond.

- Non, je ne me tairai pas ! Je ne ferai pas comme tous les autres qui te laissent dans ton coin, de peur de te blesser. Réagir ! C’est ça que tu dois faire et j’y parviendrai…

La jeune femme ne put terminer sa phrase qu’il l’attrapa violemment par les bras et la fixa de son regard plein de haine et de souffrance. Trop longtemps il avait gardé sa rage et sa douleur. Il devait l’évacuer.

- Tu veux m’aider ? Alors que tu n’arrives même pas à gérer tes frères. M’étonne pas qu’ils soient devenus ainsi avec une telle sœur…

Temari le gifla sous la colère. Le Nara n’avait pas le droit de la critiquer alors qu’elle avait tant donné pour ses frères. Tout donné.

- Ferme-la ! Tu ne sais pas de quoi tu parles ! Tu n’as pas le droit de me jeter à la gueule toute ta souffrance. Moi au moins je réagis. Je ne laisse pas les choses arriver.

- Qu’est-ce que tu insinues ? Que j’ai laissé Asuma se faire tuer ? C’est ça ?!

Elle se tut. Elle le détailla. Il était rouge de fureur. Elle savait qu’il n’allait pas en rester là.

Shika leva la main et voulut la frapper mais se ravisa. Elle avait raison mais il ne voulait pas l’admettre. Il la contempla quelques instants puis s’approcha d’elle et fit mine de vouloir l’embrasser. Temari se figea, ne sachant pas comment réagir. Elle ressentait pour lui bien plus que de l’amitié même si elle ne voulait pas le reconnaître. Le Nara s’avança et quand il la vit fermer les yeux, il lui dit dans l’oreille, un sourire glacial sur ses lèvres.

- Tu ne pensais quand même pas que je pourrais ressentir quelque chose pour toi ? …Qui voudrait de toi ?

La kunoïchi ouvrit directement les yeux et rougit. Elle se sentit blessée. Elle serra les poings au fur et à mesure qu’elle sentit les larmes monter en elle. Mais la Sabaku ne voulait rien laisser paraitre.

« Ne surtout pas lui faire plaisir… »

- Tu me dégoutes Nara… Tu fais honte à ton sensei…Ton attitude le tue une seconde fois.

Mais ce dernier n’en avait pas fini de déverser sa colère. Le beau brun l’acheva avec ses derniers mots.

- Tu ne sais rien de moi. Rien. Tu me juges alors que tu ne vaux pas mieux. Et tu sais quoi ? Je ne veux pas de ton aide. J’en ai rien à foutre de ta pitié. Alors laisse-moi tranquille. C’est ainsi que tu pourras m’aider. Oui, c’est ça. Dégage !

Temari se glaça devant les propos de son ami. Elle ne put retenir ses larmes et le gifla violemment et sortit en claquant la porte.

Shikamaru frappa du poing contre le mur tenant la porte. Il haletait tant la colère lui pesait. Même s’il était soulagé d’avoir tout balancé. Oui, mais à quel prix ? Il venait de perdre la seule personne qui le comprenait. La seule qui comptait.

Les larmes affluaient sur les joues de la belle de Suna. Jamais un homme ne l’avait humilié de cette manière. Qui plus est, celui dont elle était amoureuse. Elle décida que plus jamais elle n’aimerait un homme. Ils finissent toujours par la blesser. Temari allait très mal. Le Nara l’avait non seulement humiliée en jouant avec ses sentiments mais en plus il l’avait blessée en parlant de ses frères. La pluie qui s’abattait de manière virulente sur Konoha depuis des heures ne semblait pas la gêner. Elle ne la voyait pas. Elle avançait dans le village sans voir où elle allait. Elle était seule. Si seule. Soudain, la douleur devint plus forte et Temari se laissa glisser contre un mur, laissant aller toute sa souffrance. Elle pleura tant qu’elle était seule et ne put s’empêcher de se maudire. L’envoyée de Suna resta là dans cet état pendant plusieurs heures sous une pluie battante.

- Temari ? fit une voix douce, avec une pointe d’étonnement.

La jeune femme leva les yeux vers son interlocuteur et vit sa meilleure amie qui la dévisageait, une inquiétude pouvant se lire dans ses yeux.

- Tema, ne reste pas là, tu vas attraper froid, lui fit Sakura.

- Ca m’est égal…murmura t’elle d’une voix pleine de hargne sourde.

- Qu’est-ce qui t’es arrivé ? lui demanda la rose en l’aidant à se relever.

- Rien…je ne veux pas en parler Sakura, fit la jeune femme tristement.

Sakura n’insista pas mais elle avait mal à sa place. La jeune femme n’avait pas l’habitude de voir la ninja de Suna dans un tel état. D’ordinaire, elle ne montrait aucun sentiment et paraissait toujours forte. La rose soupira.

- Je vais te ramener à l’auberge. Tu prendras un bain et tu iras te coucher. Sinon, tu vas attraper la crève ! fit-elle d’un ton autoritaire.

Temari la dévisagea et lui sourit tristement. Elle capitula contre cette aide forcée mais souhaitée. Elles partirent toutes les deux en direction de l’auberge où logeait Temari. Cette dernière alla prendre un bain en assurant à la rose que tout irait bien. Mais Sakura n’était pas dupe. Elle savait bien qu’elle lui cachait quelque chose. Elle le découvrirait bien un jour où l’autre.

Mais avant, elle devait passer chez Shikamaru pour prendre de ses nouvelles.

Quelques instants plus tard, elle arriva devant le domicile du flemmard et frappa. Ce dernier ouvrit rapidement, en espérant que cela soit Temari. Il voulait s’excuser. Il voulait la serrer dans ses bras. Lui dire combien elle avait raison et combien il avait besoin d’elle. Quand Shikamaru ouvrit sa porte, il ne la vit pas mais Sakura le dévisagea d’une drôle de tête. Passant de la surprise, son expression se durcit pour finalement se conclure par une gifle magistrale.

- Je le savais ! hurla t’elle.

- Tu savais quoi ? Fit le jeune homme en se massant la joue endolorie.

- Tu n’es qu’un sale égoïste, Shikamaru Nara. Comment as-tu pu ?

- Mais de quoi tu parles ? fit l’interessé, déjà énervé.

- Temari ! Comment as-tu pu la mettre dans un état pareil ! Qu’est-ce que tu lui as dit pour qu’elle cesse d’exister ? Je ne l’ai jamais vu aussi mal. T’es content ? Hein ?

- Rien ! Cela ne te regarde pas ! La coupa t’il.

- Elle venait pour te remonter le moral parce que nous n’y arrivons pas. Il n’y avait qu’elle que tu pouvais écouter. Elle a fait le voyage de Suna rien que pour toi…

- Je sais. Je sais !! hurla t’il.

- Alors va la voir pour t’excuser. Fit Sakura, le menaçant du regard.

- Je…protesta le génie.

- Je rien du tout ! Tu vas la voir et tu t’excuses. Tu fais en sorte qu’elle ait à nouveau le sourire et qu’elle t’engueule comme avant. Point barre, fit la jeune femme au tempérament de feu.

- Galère…. De toute manière, il est trop tard… soupira le jeune homme

- Eh bien on ira demain ! conclut son amie qui voulait avoir le dernier mot et en ne laissant pas son ami s’en sortir aussi facilement.

Ne supportant plus de rester cloîtrée dans cette chambre, Temari sortit pour demander l’autorisation à Tsunade de repartir aussitôt pour Suna. L’ayant obtenue, elle se mit en route pour le pays du Vent, avec pour seules compagnies sa tristesse et sa rancœur. La belle blonde se retourna une dernière fois sur Konoha en pensant qu’elle n’avait prévenue personne de son départ précipité puis se dit que Tsunade le leur dira. Elle leva les yeux vers le ciel. Même la pluie ne l’épargnerait pas. Son habituelle coiffure en fit les frais. Temari ragea et serra son poing tandis que des fines larmes perlèrent sur ses joues. Elle se remit en marche et se dirigea vers la porte d’entrée de Konoha sans se douter que quelqu’un l’attendait.

- Temari ?

A cette voix, elle s’arrêta, se retourna et le vit. Même si elle avait séché ses larmes depuis un moment, il put lire de la tristesse dans ses yeux. Le cœur serré, il lui prit la main en lui disant :

- Viens…il fait trop sombre pour effectuer un voyage.

Elle le suivit sans rien dire. Il était toujours là pour elle. Toujours.




Et voila le premier chapitre! Qu'en pensez-vous?
Ne vous étonnez pas si vous avez déja lu cette histoire sur un autre forum (fanfic-fr.net)




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: