Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: The Naruto's Legend - Final Version

Le conteur de son village raconte une histoire vieille comme le monde à une nouvelle génération d'enfant, mais ce n'est pas la première fois, cette histoire si passionnant remonte au temps où les démons et les ninjas cohabitaient et se battaient, le temps des techniques dévastatrices ou bénéfiques, un temps où chaque "ninja" maîtrise les éléments, un monde ou la paix est menacé, un monde ou la haine a grandi, un compteur s'est déclenché en même temps que sa naissance, et sa fin ne tardera plus.
Classé: -16I | Spoil | Horreur / Spirituel / Tragédie | Mots: 38578 | Comments: 16 | Favs: 54
Version imprimable
Aller au
sathna (Masculin), le 25/01/2009




Chapitre 3: Se perdre dans sa puissance ...



Le lendemain, Naruto commença son entraînement à l'aube, contrairement à ce qu'il avait dit à Hinata. Il ne voulait pas qu'elle le gène. L'entrainement débuta par une séance de méditation et de malaxage de chakra, chose normal dans le cas d'un entrainement.

Aux environs de neuf heures, il créa un bataillon de clones, une dizaine s'installèrent en cercle au centre de la zone, ils commencèrent à installer une série de rouleaux et d'objet devant eux et autour d'eux. Ils s'installèrent ensuite en tailleur prenant les rouleaux dans leur main droite et touchant le rouleau de leur voisin de gauche à l'aide de leur main gauche, ainsi, ils furent tous reliés.

Une fois que cela fut fait, les autres clones et l'original commencèrent aussitôt un combat titanesque dans une anarchie totale, une bonne partie des clones disparut dans la minute.

Les ninjutsus et les taïjutsus s’enchaînaient, créant des nuages de fumée naissants un peu partout, ainsi qu’une série d'explosions.

Les deux Anbus, chargés de la surveillance de Naruto, ne savaient pas se qu'ils faisaient là, car leur "suspect" avait créé une barrière empêchant quiconque, peu importe la pupille, de voir au travers sans son accord. Ils se demandaient aussi s'il les avait repérés ou si c'était une simple protection style de "au cas où" ou par paranoïa.
De son coté, Naruto termina l'affrontement sur une technique qui détruisit une centaine de clones, faisant un immense brouillard qui mit plusieurs minutes à disparaître.

Sans que les gardes ne puissent le voir, Naruto passa ensuite le reste du temps à s’entraîner sur l’affinité Katon. Un entraînement particulier, Naruto devait faire parcourir son chakra partout autour de son corps et l’enflammer. Jusque là, il y arrivait, mais la véritable difficulté de l’exercice n’était pas « d’enflammer » le chakra, mais de contrôler l’enflamment et de l’éteindre. Ce que réussit presque totalement Naruto, il n’y avait plus quelques petites flammes sur sa main droite. Il répéta cela jusqu'à ce que le feu s’éteigne totalement, mais il ne paraissait pas satisfait.

Il partit ensuite, à midi, manger des nouilles chez Ichiraku. Il déjeuna normalement, le marchand et sa fille ne le reconnurent pas, une fois qu'il eut terminé son bol, à leur grande surprise, commanda trois autres bols, et lorsque ceux-ci furent prêts, il disparut. Les Anbus paniquèrent, se demandant où il était passé.

- Vous devez avoir faim. fit une voix sans intonation derrière eux.

Ils se tournèrent, aussi surpris qu'apeurés, et découvrirent Naruto tenant deux bols de nouilles.

- Que ? Comment ? fit l’un des Anbus.
- Neji... Tu fais partie des forces des Anbus maintenant ? demanda Naruto, pas surpris mais plutôt exaspéré. Ils recrutent vraiment n'importe quoi ces temps-ci... finit-il dans un grand soupir.
- Bon je vous laisse manger, je dois y aller. Le patron risque de m’engueuler s’il s’aperçoit que je me suis absenté. Finit-il avant de disparaitre

Neji se tourna et vit Naruto, assis, mangeant ses ramens comme si de rien n’était. Du moins il en voyait le dos, mais également les visages horrifié du cuistot lorsque Naruto avait baissé son masque pour manger son ramen.

Il en est presque effrayant. Quelle vitesse, non seulement on ne le voit pas, mais en plus, on ne le sent pas. Personne, même pas Lee, ne peut rivaliser en vitesse avec lui... pensa Neji.

Il passa l’après-midi chez lui, il avait reçu beaucoup de courrier de pays étrangers, et il s’en occupa, répondant à tous un message apparemment différent. Neji ne put les lire avec le Byakugan car Naruto avait envoyé du chakra dans les feuilles, ce qui perturbait sa vision. A la fin, il se trouvait deux piles de courriers sur le bureau de Naruto. Il invoqua une dizaine de crapaud de taille moyenne et leur en confia chachun une. Ils partirent aussitôt par la fenêtre.
Naruto se tourna vers le second paquet, qui s'agissait des lettres qu'il avait reçut et la brula d'une technique kâton.

Que nous cache-il ? D'abord l'entrainement puis ça... se demanda Neji.

Il demanda à son coéquipier de prévenir Hokage-sama car une peur sans noms naissait au fond de lui. Et elle n'allait pas en s'apaisant.

À dix huit heures, il commença à se préparer, enleva son armure, mit des vêtements simples, tous noirs, et remit son manteau, gardant seulement un sabre qu'il avait invoqué de son armure. Il sortit sans remettre la capuche et sans le refermer. Il arriva au portail 1 de la forêt de la mort quelques minutes avant Hinata. Qui contrairement à lui, avait revêtu sa veste chuunin et quelques pièces d'armure au niveau des mains et des avant-bras.
Il resta en méditation quelques secondes encore, puis se releva en gardant les yeux fermés, il dégaina son sabre et le lança en direction d'Hinata, il lui frôla l'oreille et alla se planter dans un arbre derrière elle, vibrant dans l'air, répandant un vrombissement léger.

- Hiashi-san, si tu veux participer, n'hésites pas à sortir de ce buisson... Déclara d'une voix forte Naruto tandis qu'Hinata explosait dans un nuage de fumée.
- Comment as-tu su? demanda-t-il d’un ton énervé, le visage entièrement crispé par la haine, mais également un soupçon de peur.
- Tout simplement parce que tu n'es pas très discret.
- Je suis plus discret que toi, et puis vouvoie moi ! Sale gamin impoli !

Naruto rit tout haut à la remarque d’Hiashi, ce dernier lui fit ensuite un signe de la main voulant par ce fait repousser le mauvais oeil, on s'en servait généralement dans le cas d'exorcisation.
Naruto rigola de plus belle, en voyant Hiashi faire, puis claqua des doigts, explosant à son tour. Il ne s’agissait que d’un clone. Hiashi n'en crut pas ses yeux, lâcha un immense juron en tapant du pied parterre.

Naruto avait créé un clone pour aller à la forêt, il n'avait vraiment pas envie de revoir Hinata, mais lorsqu'il apprit l'autodestruction du clone, il s'arrêta net, stupéfait. Mais lorsque la raison lui arriva, il éclata de rire en plein milieu de la rue.

Les passants le dévisagèrent, chacun à sa manière, les jeunes filles le regardaient comme un "bon parti", ou bien comme un mec louche. Les hommes comme un taré et ceux dans le secret le regardaient avec haine, ces derniers étaient en bien plus grand nombre.

Il continua de déambuler, puis sans vraiment faire attention, il se retrouva devant le manoir des Hyuuga, et par une envie perverse, il alla s'y présenter, il soupçonnait Hiashi d'y être revenu en quatrième vitesse pour vérifier qu'Hinata était toujours enfermée dans sa chambre. Et il l'y aurait bien entendu retrouver.

Il passa l'arche et s'avança dans le jardin, il croisa deux jeunes enfants Hyuuga, jouant au ninja, tous deux avaient plus de 5 ans, et hélas, tous deux avaient le front barré d'un bandage, l'un d'eux l'aperçut et ne fit pas attention à l'endroit où il courrait. Le résultat fut un croche-patte et des écorchures aux mains et aux genoux sur les pierres de la cour.

Naruto s'approcha de lui, tandis que l'autre garçon le consolait. Il se pencha sur le blessé, surprenant l'autre qui ne l'avait pas vu. Et qui se recula promptement, se demandant qui était cet étranger dans leur demeure familiale.

- Ça va ? Demanda Naruto en se baissant près du blessé.
- J'ai... mal ! répondit-il en sanglotant légèrement.
- Chuuut...

Naruto fit une suite de mudras et créa une boule bleue qu'il appliqua sur les blessures du garçon qui se guérirent quasiment instantanément. Les deux enfants regardèrent surpris les plaies se guérir puis levèrent des yeux pleins d'admiration sur le grand homme devant eux.

- Merci monsieur !!! S'écria le blessé en se relevant sans sentir la moindre douleur. Il sauta deux trois fois sur place pour tester ses capacités dans un grand hélant de joie.
- Dites les enfants, selon vous qu'est-ce qu'un ninja fort ? Demanda Naruto, avec un grand sourire en s'asseyant en tailleur.

Les deux gamins firent pareils, et réfléchir quelques minutes à la question. Ils donnèrent ensuite leur idée à Naruto qui attendait patiemment.

- Un ninja avec plein de techniques et de gros muscle !! S'écria celui des deux qui n'avait pas été blessé, il avait donné une réponse enfantine, comme si attendait un peu Naruto, après tout, s'était ce qu'il pensait lui aussi autrefois.
- Un ninja comme toi !! S'exclama celui qu'il avait guéri. Il avait des étoiles dans les yeux, choses difficile à voir lorsque l'on a les yeux d'un aveugle.
- Pas vraiment... Ni l'un ni l'autre... Un ninja fort, c'est un ninja qui sait aimer et se battre mais ne pas aimer se battre, pour être un bon ninja, il faut savoir blesser, mais aussi soigner... Vous avez compris ?
- Non... Répondirent-ils ensemble.
- Ce n'est rien, cela viendra avec le temps... Dites, vous ne sauriez pas où se trouve Hinata-chan ?
- Hinata-sama ? Bien entendu, mais pas précisément, y a que les grands qui peuvent rentrer dans le manoir principal...
- Est-ce que vous pourriez me conduire au manoir principal ?
- D'accord !! Ils partirent en courant laissant Naruto assis en tailleur sur place. Il fit un sourire tendre et se releva, il les rattrapa facilement, mais fit comme s'il avait eu du mal, après tout, c'était eux les guide, et il adorait joué avec les enfants.

Une fois qu'ils arrivèrent à la porte du manoir principale, les enfants s'arrêtèrent essoufflés, Naruto leur caressa la tête puis les complimenta sur leurs vitesses, avant de leur demander leurs noms.

- Moi, c'est Hoshi... zora. Souffla celui qu'il avait soigné.
- Et moi c'est Nisshoku. Répondit l'autre.
- Nisshoku, Hoshizora, devenez de grands ninjas. Je le sens en vous, j'espère que vous pourrez un jour devenir mes élèves.
- Ce serait trop cool ! S’écrièrent les deux en imaginant la perspective tandis qu'ils partaient en courant, retourner à leur jeux.

Il toqua à la porte tandis que les enfants s'en allaient, rêvant de leur possible avenir. À la grande surprise de Naruto, ce ne fut pas un domestique qui lui ouvrit la porte mais Hiashi, les traits tirés et le visage empli de haine.
Il avait à peine aperçu Naruto qu'il avait claqué la porte.

- Ce n'est pas une façon de recevoir un invité de marque vous savez... Commenta Naruto en observant les tapisseries dans le hall d'entrée.

Hiashi sursauta, Naruto avait réussi à rentrer en moins d'une fraction de seconde et dans un espace très restreint. Il rouvrit la porte et en désignant l'extérieur, hurla :

- Sors de chez moi démon !
- Il faudra me faire sortir dans ce cas...

Naruto prit soudain une ampleur démesurée, rendant Hiashi tout petit à côté de lui, le chef des Hyuuga commença à trembler un peu, avant de se reprendre, il ne pouvait céder devant lui.

- Ce ne sera pas difficile ! Je suis le plus puissant des Hyuuga !
- Plus depuis que Neji vous a dépassé, et ce depuis longtemps.
- Que ... ! La remarque de Naruto calma Hiashi, tant par sa perspicacité que par sa vérité.
- Je ne suis pas revenu au village hier, mais il y a deux ans, et personne ne m'a jamais repéré, et dire que je n'étais même pas discret, tous les jours j'allais chez Ichiraku !
- Sors de chez moi ! Répéta Hiashi
- Pour cela, il faudrait que l'on soit à l'intérieur ! Soudainement le monde se distordit dans un vrombissement horrible, Hiashi tomba à genoux devant Naruto en se tenant les tympans.

Lorsque le bruit cessa, ils se trouvaient au milieu de la forêt de la mort, Hiashi regarda autour de lui et essaya de se libérer d'un genjutsu, mais n'y arriva pas, il utilisa son byakugan pour observer le flux de chakra dans son cerveau et n'y vit rien d'anormal.

- Si tu tiens tant que ça à te battre, vas-y je t'en prie, mais ne restes pas agenouillé devant moi, j'en rougirais ! Naruto éclata d'un rire mauvais, tandis qu'Hiashi se relevait d'un bond.
- Je vais te tu...
- Mais ce ne sera pas aujourd’hui, car d'ici quelques secondes la totalité du village sera à ma poursuite, je viens d'échapper à la surveillance de ma patrouille d'Anbus. Je vous dis donc à bientôt...

Il disparut dans un nuage de fumée, laissant Hiashi seul dans la forêt de la mort. Ce dernier tomba à genou, tout tremblant et pantelant, la peur lui rongeait l'estomac et ses membres ne voulaient plus lui obéir, une seule pensée lui traversait l'esprit.

Je vais mourir... nous allons mourir... il va nous tuer... tous autant qu'on l'a insulté...

Comme prévu, toute une panoplie d'Anbus se trouvait sur le toit du bureau de l'Hokage et s'apprêtait à partir suite aux ordres de cette dernière lorsque Naruto interrompit Tsunade dans son accord de dispersion. Il y eut bien deux trois Anbus qui se jetèrent sur lui, mais sans que personne ne puissent le voir, il les envoya valser par dessus la rambarde et dans un bruit horrible ils atteignirent le pavé des vaches.

- C'est bon, je suis de retour. Pas le peine de stresser...
- Naruto, si tu recommences, je te jette en prison ! Hurla Furieuse Tsunade.

Dès qu'elle eut fini sa phrase, il éclata de rire. Bientôt il aurait plus de raison d'aller en prison que d'en sortir.

- Pour ça faudrait en envoyer des plus forts que ces trois là... bon ben, à plus, j'ai à faire.

Tsunade regarda trois chefs d'équipe qui se dispersèrent, aussitôt suivis du reste de leurs équipes, se préparant à surveiller Naruto.

- Halalala... Baa-chan, faudrait choisir d'autres équipes, je sais tout de l'équipe d'Izumo, de Kotetsu et quant à celle de Kakashi, c'est débile. Sinon demain je passerai dans votre bureau vers dix heures, je présume que vous avez plein de questions à me poser.

Il sauta par dessus la rambarde sans un regard en arrière tandis que Tsunade avait la bouche ouverte par la surprise et le culot dont avait fait preuve le jeune homme. Mais comme il l’avait justement dit, elle rappela les équipes et en choisit quatre autres.

____________________________________________________________


Le lendemain

- Entrez ! cria Tsunade.
- Bonjour Tsunade-baa-chan. Vous vous êtes levée tôt ce matin ! dit-il dans un grand sourire.
- Nous devons parler, installe toi, cela nous prendra sûrement beaucoup de temps. Fit-elle méchamment, apparemment énervée du comportement de la veille de Naruto. Car cette fois-ci elle ne comptait pas le laisser s'en tirer.
- Je présume que je vais devoir commencer par la mort d’ero-sennin, non ?
- Si tu le souhaites.
- Ce n'est pas que je le souhaite, mais plus vite c'est fait, plus vite vous arrêterez de vous faire des films.
- Il est tout simplement mort en m’entraînant. Continua Naruto après un blanc, voulant avancer à son rythme.
- Comment ça ? fit, étonnée, Tsunade.

Naruto perçut aussi un choc émotionnel dans sa voix, un sourire se dessina sous son masque tandis qu'il faisait durer encore un peu le plaisir.

- Il avait sous-estimé l’effet d’une de mes techniques et a été pris dedans comme un c**. Ce qui l’a tué. Naruto conclut sa phrase comme s'il s'agissait d'une bonne blague. Inutile de dire que Tsunade en était choqué à un point incommensurable.
- Je rigole, il a bel et bien été pris dans une technique, et l'Akatsuki en profiter pour l'enlever et le torturer pour savoir mes points faibles. Se reprit Naruto, voyant qu'il fonçait dans une impasse
- Tu me rassures...

Pas vraiment, mais je doute fort que tes explications quelles qu'elles soient correspondent à la réalité...

- Vous avez raison, tout ce que je dirais ne pourra être vérifié, mais bon, à vous de trouver la part de vérité.
Naruto avait littéralement lut dans les pensées de l'Hokage qui n'en revenait pas.
- Je vous expliquerai plus tard, mais continuons dans le fil du temps je vous prie.
- Heu... Oui... Quelle est cette technique ?
- Futon : Rasen Shuriken
- Je ne la connais pas...
- Normal, c’est moi qui l’ai inventée.

Tsunade ne put répondre, essayant d'imaginer une technique inventée par Naruto, non plutôt par l’ancien Naruto, terrassant l'un des plus grands ninjas de Konoha, un sennin de plus.

- Et après la mort de Jiraiya, qu’as-tu fait ?
- J’ai voyagé, et esquivé plusieurs fois l’Akatsuki ... avant de leur donner la chasse. Naruto arborait sous son masque un sourire jusqu'au oreille.
- Et puis-je savoir ce que tu as fait durant ce voyage ?

Elle avait demandé ça de façon désinvolte, légèrement énervée.
Naruto ferma les yeux, réfléchissant apparemment à tout son parcours, il commença à parler au bout de quelques secondes, gardant encore les yeux fermés.

Un sourire venait d'éclairer son visage sous son masque, un vrai sourire de gaité en se remémorant son aventure nostalgiquement.

Tsunade s'en rendit compte, et durant une fraction de seconde elle revit l'ancien Naruto. Elle décrocha un certain moment de la réalité, ayant dut mal à se faire au changement d'aura et d'ambiance dans la pièce qui reprit aussitôt une température chaleureuse et accueillante. Naruto reprit, sans rompre se moment de chaleur.

- J’ai d’abord été voir Gaara, avec qui je me suis entraîné durant un an.
- Il ne m’en a jamais parlé ! S’exclama-t-elle, interrompant Naruto, et brisant par ce fait, le faible sourire qui se dessinait sous son masque.
- Normal, je lui en avais fait la demande, dit-il en rouvrant les yeux, exaspéré. En reprenant son allure froide et son ton lassé.
- Et ensuite ?
- J’ai voyagé à travers les autres pays et suivi un entraînement, interdit par feu le quatrième, auquel il s'est d'ailleurs lui-même soumis, et d'autres rigoureux pour développer mon chakra et les changements de nature. A présent j’en maîtrise quatre, le fuuton étant mon élément naturel, il est le plus puissant de tous quand au katon, il est pour l'instant toujours inutilisable. Mais les autres sont particulièrement instables.
- J’en ai vu les résultats durant ton examen, c'était impressionnant ! Et sur quelles bases sont fondées cet entraînement ?
- Désolé... J’ai juré de ne pas le révéler, sauf à ma descendance, dit-il, une pointe de tristesse dans la voix, ce qui sonnait faux .
- Très bien. Conclut-elle, décidée à changer de sujet.
- Mais ce que vous avez vu n’était qu’un échauffement. Kakashi et Sakura sont trop faibles pour avoir une chance d’érafler mon ombre, dit-il dans un sourire froid.
- Hm... sinon, est-ce que je peux savoir d’où vient cette armure ?

Le sourire de Naruto lui avait fait froid dans le dos. Ce qui l'avait dissuader de tourner autour du pot pour arriver au sujet suivant. Néanmoins, elle avait l'horrible sensation de s'être fait avoir.

- L’armure en elle-même, je l’ai fabriquée, mais pour ce qui est de son plan et de ses matériaux, je préfère les garder pour moi. Mais ce n’est pas la seule, ça je peux vous l’assurer.
- Et où sont les autres ?
- En sûreté. Répondit machinalement Naruto, sous le regard soupçonneux de Tsunade.
- A qui les as-tu confié?
- ...

Le temps s'arrêta, Naruto semblait réfléchir à ce qu'il allait donné comme réponses.

- Répond ! Lui ordonna Tsunade, tandis qu'il s'obstinait à garder le silence.
- Désolé, si je répond maintenant, ma destination prochaine est la prison. Ou le bureau d'Ibiki et bien qu'il ne me fasse plus peur aujourd'hui, j'aimerais à avoir à éviter à le briser.

Naruto et Tsunade commencèrent une lutte entre leur deux regards. L'une bien décidée à remporter ce combat et dans le regard de l'autre du pur et simple amusement.

- Dans combien de temps pourras-tu me le révéler ?
- A la fin de la guerre.
- Très bien.

Un nouveau silence s'installa sur les deux protagonistes tandis que l'un et l'autre commençait à sentir le temps. Naruto ne bougeait pas, il restait bien droit sur son siège, face à une Tsunade qui avait de plus en plus e mal à tenir en place.

- Et de qui te viennent ces plans ? Reprit-elle, souhaitant avoir tout de même une information.
- D’un ami.

Toutes ces réponses d'affiliées sans le moindre enseignement sur les origines et/ou le passé de Naruto commençaient à agacer profondément Tsunade.
Elle s'agitaient sur son siège, et pour se détendre, sortit une bouteille de saké et en servit deux coupoles, l'une pour elle et l'autre pour Naruto. Qui accepta de bon cœur, il sentit le saké et y trempa ses lèvres, après avoir détourner le visage pour le cacher à Tsunade.

- Je vois que ce n'est pas n'importe lequel ! S'exclama-t-il en désignant le saké tandis que Tsunade le regardait, essayant d'imaginer vers quel âge il avait prit sa première coupole de saké.
- Je dirais qu'il vient des régions volcaniques du sud du pays du vent. Seul ce lieu peut fournir un saké qui sent la cerise et qui mélange si bien le gout de liches et celui du sirop des baies du pays de la foudre.

Tsunade le regardait cette fois-ci d'un regard d'ahuris, jamais personne n'avait réussi à deviner d'où provenait ce saké, qui faisait sa fierté. Et lui, rien qu'en y trempant le bout de sa langue, venait de briser quelques années de mauvaise orgueil.

- Je ne te savais pas si connaisseur ...
- Vous oubliez un détail, j'ai quand même passé deux ans aux cotés de Jiraya-sensei... Il m'a apprit à reconnaître les différents saké, ainsi qu'a complimenter les dames et savoir ou et comment placer son argent.
- Erf ! Je le reconnais bien là ... toujours à faire l'imbécile ...
- ... Naruto dévisagea littéralement Tsunade, apparement aussi surpris par sa remarque que méprisant.
- Comment osez vous parlez de lui ainsi ! Alors qu'il méritait nettement plus le titre que vous portez aujourd'hui ! S'écria Naruto en se relevant subitement et aposant son ombre sur Tsunade.

Tsunade s'était reculée, terrifiée par la dureté, la colère et la haine présentes dans la voix de Naruto. Et cette fois-là, elle en fut sur et certaine, il n'aurait aucun remord à la tuer. L'aura qu'il dégageait était tellement meurtrière qu'elle en devenait palpable.

- Ex... Explique toi, ... Naruto !
- Durant les missions, savoir complimenter une dame que l'on doit assassiner s'avère toujours très précieux si l'on veut faire un travail soigné et non une boucherie ! Expliqua celui-ci en se penchant sur le bureau, en appuis sur ses mains.
- Savoir reconnaître les bons de mauvais saké, reprit-il, est un moyen comme un autre d'engager la conversation avec les gros poireaux pour un contrat de mercenaire.
- Quand à gérer mon argent, je n'avais jamais imaginer réussir à avoir les sommes que je réussissais à amasser.
Conclut-il en se calmant un peu, néanmoins, ses jointures restaient blanches sur le bureau, et elle ne changeaient pas de couleur.
- Je ... Je te crois ... Naruto ... C'est simplement que ... je ... n'imaginais pas cela sous cette ... forme ... Finit par souffler Tsunade, morte de peur. Apparemment la tirade de Naruto avait fait son effet sur elle, car elle se resservit d'un coup une deuxième coupole de saké et la vida d'une traite.

Un nouveau silence s'installa, qui cette fois dura un très long moment. Ils entendaient tous les deux le bruit des gens passant dans le couloir ou bien qui patientaient devant la porte pour leur mission. Tsunade respira et expira quelques fois puis se relança.

- Et quant aux armes que tu caches dans les marques d’invocation de ton armure, de quoi s'agit-il ? dit-elle, faisant sourire Naruto, apparemment content de la remise de Tsunade.
- Elles sont toutes basiques, sauf l’une d’entre elles. Son sourire s'agrandit, il semblait parler de sa petite amie, à tel point cela pouvait y ressembler

Il appuya sur un sceau dans son dos, faisant apparaître un magnifique sabre, courbé à la pointe. Il était noir dans sa quasi intégralité.

On voyait le long de la lame, des espèces de veines, où des conduits très fins se trouvaient. La lame était de couleur noir, mais le tranchant était légèrement plus clair. Tsunade ne doutait pas que Naruto aurait put la couper en deux, elle n'en aurait rien remarquer à tel point le tranchant était si bien fait.

Sa garde était rectangulaire, la base de la lame sortait de la bouche d'un démon, de Kyuubi. 7Au bout de la poignée, un fil de soie pendait avec une clochette au bout. Les couleur de la garde étaient des entrelacements entre la couleur rouge sang et le noir. Seul la clochette, faîtes en bronze, affichait une autre couleur.

La taille du sabre avait de quoi déconcerté, rien qu'avec la lame, il atteignait sans grande difficulté les deux mètres.
Il ne tenait pas sur le bureau, autant dire. La garde était suffisament grande pour permettre à une troisième main de l'empoignée.

Naruto n'avait cesser, depuis qu'il l'avait invoquer d'en caresser la lame ou de serrer la garde dans ses mains. Mais le plus troublant était son regard maternel envers ce dernier, comme si sa vie en dépendait.

- Lui aussi je l’ai fabriqué, bien que, cette fois-ci j’ai dû être aidé. dit-il en posant finalement son sabre sur le bureau, permettant ainsi à Tsunade de l'examiner.

- Et par qui ?
- Par un ami.
- Je présume que c’est toujours le même ? Et quelles sont les capacités de ces deux objets ?
- Vu que nous sommes, correction ... vu que JE suis espionné à l’instant même, je préfère ne pas avoir à le révéler.

Il avait appuyé sur le "je", mais pas pour Tsunade.

- Comment ça ? Éructa Tsunade en regardant par la fenêtre. Par qui ? dit-elle en se retournant vers Naruto.
- Pas un ennemi. Ca va, elle est partie, continua-t-il dans un sourire.
- Bien. dit Tsunade se rasseyant, tout en dévisageant Naruto.

Soit il se moque de moi, soit il est beaucoup plus fort qu'il ne le laisse imaginer...

- Depuis ces derniers évènements, j’évite de ridiculiser ouvertement les gens en publics, c’est toujours mal vu... Bien que je m’en foute pas mal.
- ...

Tsunade était tellement ahurie et apeurée par la faculté qu’elle venait de découvrir en Naruto qu’elle n’osait tout bonnement plus penser, de peur de penser quelque chose de mal à son encontre. Elle se reprit après quelques minutes et continua l’interrogatoire.

- Sinon, j’ai appris par les Anbus...
- Par Neji, vous voulez dire.
- Oui... Que... Quoi ?

La réponse avait sciée Tsunade qui s'était appuyée sur son bureau en se relevant un peu de son fauteuil.

- Je l’ai repéré, et lui ai offert un bol de ramens au passage. Continua Naruto, dans un large sourire.

Depuis quand sait-il repérer le meilleur ninja de Konoha ? Et puis, Neji m'avait assuré se trouver à plusieurs centaines de mètres et observer la scène à l'aide de son Byakugan !

- Bon, j’ai donc appris via les Anbus...

Elle appuya sur le mot Anbu.

- ... que tu avais reçu des lettres dont tu as dissimulé le contenu grâce à ton chakra. De quoi parlaient ces lettres ?
- De choses et d’autres.
- Je veux savoir exactement le contenu de celles-ci. Dit-elle sèchement, ce à quoi Naruto n’était pas habitué, mais il s’y attendait.

- Désolé, mais je ne peux pas.
- Tu n’as peut-être pas remarqué, mais c’est un ordre.
- Et vous n’avez peut-être pas remarqué, mais c’est une réponse, et la seule que je vous fournirai... pour l’instant.
- Tu peux au moins me révéler de qui il s’agit ?
- De mes informateurs.
- Et plus précisément ?
- C’était déjà trop précis à mon goût.

Un lourd silence opposant les deux personnes dans la salle s’installa, Tsunade lança un oppressant et lourd regard noir à Naruto, qui ne détourna pas le regard, ne laissant rien transparaître, sauf une légère gaîté et une petite note de défi au fond de ses prunelles.

Je n'arrive même plus à le faire ciller. s'énerva Tsunade

- Vu que tout a été dit, je vais y aller, conclut-il après plusieurs minutes.
- Très bien, mais s’il te plaît, va parler avec Sakura, tu lui as manqué.
- En effet, je lui ait manqué. Mais elle m’en veut de ne pas être revenu avec Sasuke.
- Il est vrai que depuis ton retour, cette histoire ne lui sort plus de la tête. Soupira Tsunade, en fermant les yeux.
- Elle ferait mieux de l’enlever.
- Et pourquoi ? Fit-elle, surprise par la réponse. Elle s'attednait plus à un "j'ai promis de le ramener", mais ele oubliait qu'il avait changer.

- Parce qu’il est mort...

Cette phrase tomba comme une pierre dans de l’eau, laissant un silence.

- Comment ? demanda-t-elle, pensant ne pas avoir bien entendu.
- D’abord, j’aimerais que Sakura rentre. Je n’aime pas que l’on écoute aux portes.

Il dit cela, un sourire en coin, imaginant la tête que faisait à l'instant Sakura.

- SAKURA ! Hurla la cinquième. Entre immédiatement !

Celle-ci ne se le fit pas dire deux fois, et entra en s’excusant, mais en restant tout de même hors de portée de Tsunade qui la fusillait du regard. Elle s'était également légèrement rapproché de Naruto, comme si elle allait moins bien entendre si elle se trouvait à plus d'un mètre.

- Je disais donc, Orochimaru a pris son corps, mais n’a pas réussi à tuer son esprit, c’est pour ça qu’il a beaucoup de faiblesses et qu’il n’est pas encore monté au front. D’ailleurs, Kabuto endort l’esprit de Sasuke et reforme ses souvenirs, mais cela a un effet secondaire que n’a pas remarqué Orochimaru. En réalité, ils fusionnent leurs connaissances, au profit d’un nouvel être, qui chaque jour devient de plus en plus puissant, il ne devrait d’ailleurs pas tarder à se montrer au front. Pour lui, vous n’êtes plus que des ennemis de niveau un sur une échelle de 10.
- Et toi ? Demanda Tsunade, se demandant à quel niveau il se situait.
- La première fois, il m’a eu, je devais être à 7 sur l'échelle ... mais cette fois-ci, en tenant compte de mes forces et de l’évolution de l’adversaire, je dirais que j’en suis à 12.
- ...
- Vous doutez de mes dires... et vous avez raison, mais regardez d’abord la dernière chose que Sasuke m’ait offert...

Et sur cette phrase, il enleva sa cape, laissant voir l’armure dans son intégralité, elle était composée de beaucoup de pièce de métal qui tenait ensemble grâce à un astucieux système de cordage et de ressort, Sur chaqu'une des pièces se trouvait au minimum un à deux sceaux d'invocations, pour son armement.
Il enleva ensuite le buste de l’armure qu’il posa à terre. Il retira finalement le tissu qui protégeait son corps des frottements de l’armure. Laissant apparaître une immense et apeurante cicatrice qui partait de son épaule droite jusqu’à sa hanche gauche, on y décelait un possible poison très puissant. Tout autour se trouvaient d’autres cicatrices plus petites et moins vieilles, mais on décelait surtout une musculature étrangement forte et présente sur un corps mince et souple..

- Voici le cadeau que m'a fait Sasuke lors de notre dernière rencontre... Déclara-t-il en désignant la cicatrice du pouce devant Tsunade et Sakura, qui n'en revenait pas qu'il soit encore en vie après une tel blessure.

- Là, elle a cicatrisé, mais si je n’avais pas eu le pouvoir des neuf queues, je serais mort. Continua-t-il sans attendre une quelconque remarque de la part des femmes.

Il dit cela devant le regard horrifié de Tsunade et de Sakura, qui imaginèrent la douloureuse cicatrisation, ainsiq ue l'état dans lequel il devait se trouver au moment de la blessure.

- Si tu le souhaites, je peux te l’effacer. Fit Sakura après quelques minutes d'observation.
- Vraiment ? Fit Naruto, sceptique. Il y réfléchit puis continua en s’approchant de Sakura, légèrement mal à l’aise en sa présence.
- L’effacer, non, on ne peut effacer le passé ... Mais la réduire serait bienvenu. Elle me gène dans certains mouvements. Continua-t-il pensif. Et puis, on me l’a faite à cause d’une inattention, je ne souhaite donc pas l’effacer. Termina-t-il après une intense réflexion.

Sakura s’approcha de son torse, remarquant au passage qu'il était bien plus musclé qu'il ne le laissait paraître. Une idée lui traversa l'esprit, qu'elle chassa en secouant la tête. Elle fit une suite de sceaux compliqués, et lorsqu’elle voulut commencer, Naruto l’arrêta.

- C’est bon, je m’en occupe, dit-il, faisait apparaître une surprise non cachée sur le visage de Sakura, mais aussi de Tsunade. Qui se transforma rapidement en curiosité pour cette dernière.

Il refit les mêmes sceaux, sous l'œil de Sakura, sa surprise augmentant encore lorsque celui commença à se soigner et juste avant de commencer, il arrêta le jutsus.

- Merci pour le jutsus, je le garderai pour une autre fois...

Il refit encore une fois le série de sceau, et satisfait, se tourna vers les deux femmes, sans s'être nullement soigné.

- T'as de la chance d'être une ninja de Konoha, Sakura ...
- Pourquoi ? Demanda-t-elle par réflexe.
- Parce que je tue tous mes maîtres.

La phrase souffla dans l'esprit des deux femmes comme celui du soupir de la mort, il ne les laissa pas pour autant dire quoi que se soit d'autre car il enchaina avec une autre question.

- Avez-vous encore quelques questions pour moi ? demanda-t-il.

Mais voyant le silence s’épaissir sans la moindre réaction, il décida de s’en aller. Et alors qu'il ne restait plus qu'un faible espace dans l'entrebâillement de la porte, juste assez grand pour l'un de ses yeux, il se retourna et fixa Tsunade.

- Je ne suis jamais revenu, Naruto Uzumaki est mort, désormais mon nom sera ... Kyuusei, Fuusoku Kyuusei, surnommé le corbeau ...

Il ferma la porte doucement, et dévala ensuite rapidement les escaliers, apparemment très pressé.

- J’étais la seule à avoir maîtrisé cette technique... Dit finalement Sakura après un long silence, continuant de scruter la porte par laquelle il était sorti, pour être sur qu'il ne rentre pas à nouveau ou qu'il n'écoute aux portes.

- Jamais je ne l’aurais cru capable de ça. Lui répondit simplement Tsunade.

Un silence tomba, avant d'être à nouveau interrompu par Sakura, qui avait, suite à la discutions, mille et une question sur le bout de la langue.

- Que voulait-il dire par les neuf queues ?
- Rien de plus que ce qu'il a été dit.
- Est-ce que cela à un rapport avec Kyûbi ? Demanda-t-elle.

Le temps avait passé depuis l'enfance, et sa vivacité d'esprit également, si elle n'avait égalé Shikamaru, elle ne se trouvait plus très loin de lui désormais. C'était donc normal qu'elle en vienne à cette conclusion. A vrai dire, cela faisait longtemps qu'elle y était parvenu, en réfléchissant à l'enfance de Naruto, lorsqu'elle avait appris sa mort.

Mais jusqu'à aujourd'hui, elle n'avait jamais eu le moindre soupçon de preuve. Et à présent, elle le sentait, il lui suffirait de lui demander pour avoir sa réponse.

Tsunade avait été surpris par la question de Sakura et sans la moindre hésitation, usa de sa position pour étouffer les soupçons dans l'œuf.

- Tu devrais aller te reposer, tu délires Sakura ! Je vais t'alléguer une journée de repos...

Elle joignit aussitôt la parole à l'acte, en sortant des feuilles et autres paperasses qu'elle remplis pour donner une journée de congé à Sakura. Qui, sans l'accord de Tsunade, sortit du bureau et partit en claquant la porte, courant en apprendre plus sur le passé de Naruto.

Courant après le passé de Naruto ...




Chapitres: 1 2 [ 3 ] 4 5 6 7 8 9 10 11 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: