Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: The Naruto's Legend - Final Version

Le conteur de son village raconte une histoire vieille comme le monde à une nouvelle génération d'enfant, mais ce n'est pas la première fois, cette histoire si passionnant remonte au temps où les démons et les ninjas cohabitaient et se battaient, le temps des techniques dévastatrices ou bénéfiques, un temps où chaque "ninja" maîtrise les éléments, un monde ou la paix est menacé, un monde ou la haine a grandi, un compteur s'est déclenché en même temps que sa naissance, et sa fin ne tardera plus.
Classé: -16I | Spoil | Horreur / Spirituel / Tragédie | Mots: 38578 | Comments: 16 | Favs: 54
Version imprimable
Aller au
sathna (Masculin), le 22/01/2009
22/01/09

Comme dit, ici se trouvera la version final de mon histoire, avec tous les remaniements
dont mon esprit tordu à eu




Chapitre 1: Mise en scène ...



Le soleil déclinait, les ténèbres avançaient à nouveau sur ce monde où la guerre n'avait pas encore montré son nez, un monde où la peur existait, mais seulement la peur de perdre un proche, un monde en paix.

Le vieux conteur du village regardait comme tous les soirs depuis sa plus jeune existence la lune remplacer le soleil, dernier plaisir qu'il pouvait s'accorder. Car depuis longtemps, les exercices physiques lui étaient impossibles.
Son visage était vieux et las, mais un sourire éclairait toujours ce derniers, une barbe assez longue lui descendait jusqu'au menton. Il n'était pas encore chauve, mais tout le haut et l'avant de sa tête l'était, seul quelques cheveux persistaient sur les cotés. Il était assis sur une pierre, devant un feu de camp éteint, attendant qu'on l'allume.

A peine la lune fut-elle levée qu'une voix d'enfant s'éleva dans la nuit silencieuse, ne le surprenant qu'à moitié.

Déjà ? Je ne pensais pas qu’ils me trouveraient si vite... Ils grandissent bien... pensa-t-il en riant intérieurement.

Une jeune fille d'à peine quinze ans surgit devant lui, elle avait les yeux de son âge, à la fois malicieux mais étonnement grave. Ses cheveux n'avaient pas une couleur habituel, ils étaient rouges, et cela lui avait voulut en toute gentillesse quelque surnom, dont le préféré de ses camarade: "la Flamboyante". Elle avait une taille normale pour son âge, et un corps fin et souple.

Elle était également très agile, personne n'arrivait à l'attraper dans la forêt, tellement elle grimpait vite et avec agilité dans les arbres. Cela avait d'abord surpris le conteur la première fois, mais il s'en amusait à présent, de la voir apparaître soudainement devant vous, retenue aux branches d'un arbre par les pieds.

- Raconteur ! Je savais que vous étiez là ! s'écria-t-elle, sautant d'une branche un peu au-dessus du conteur pour atterrir avec souplesse juste entre lui et le futur feu de camp.
- Vous vous êtes mal caché le vieux ! Cria un gamin un peu plus jeune.

Il avait des cheveux et des yeux gris, il avait à peu près le même âge que la file, mais il était beaucoup plus petit et trapue, on devinait une grande force sommeillé dans ses bras et dans ses jambes. Par conter, à l'opposée de la fille, il était assez balourd et avait deux mains gauches, mise à part lorsqu'il devait vraiment s'appliquer, il faisait preuve d'une très grande précision.

- Hé ! Hé ! Les autres arrivent, Tsuyosa, Moriya ? Rigola le conteur en regardant d'abord le garçon puis la fille arriver quasiment en même temps mais pourtant si différent dans leur façon de pensée.

- Oui, mais ils trainent ! C'est que des limaces ! Rigola le garçon, faisant soupirer la fille, car celui-ci avait un humour vraiment nul, et son rire grinçant était particulièrement irritant. Mais le conteur ne s'en souciait pas, il avait connu des rires plus énervant.

Le conteur ébouriffa les cheveux du jeune homme de sa vieille main, ses yeux gris étaient à peine visible dans la nuit et il avait du mal à voir où il portait son regard, les autres enfants arrivèrent juste après et s'installèrent en cercle autour du vieux conteur qui alluma un feu. Les enfants le regardèrent émerveillés faire surgir des flammes à partir de minuscules étincelles.

- Aujourd'hui...
- Ou plutôt cette nuit ? Non? L'interrompit une jeune fille, les yeux gris et les cheveux brun-blond. elle avait une taille situé entre Moriya et Tsuyosa. Le conteur avait également remarqué sa vivacité d'esprit ainsi qe sa grande intelligence depuis longtemps.
- Oui Mirukatame ... Hé ! Hé ! ... Cette nuit, que vais-je vous raconter ?
- La suite de La légende du Fils de Shinigami ! Crièrent tous ensemble les jeunes, comme il l'avait prévu.
- Dans ce cas, je m'incline devant le nombre ! Il sortit une poudre et la jeta dans le feu, faisant sortir une flamme qu'il modula dans ses mains grâce à de rapides courants d'air.
- Il revenait de son combat contre le puissant guerrier maudit...


-----------------------------------------------------------


- Si c’est ça devenir sage, je préfère rester un crétin toute ma vie ! Dit froidement Naruto.

Jiraya n’en crut pas ses oreilles. Un lourd silence s’installa, Jiraya se tourna vers la fenêtre et avant de sortir, il dit au blond :

- Crétin pour crétin, autant être un crétin d’envergure.

Ce fut sur ces paroles que Naruto partit, accompagné de l'ero-sennin. Mais une personne l’attendait aux portes du village et donna à celui-ci un collier auquel pendait un médaillon. Il l'accepta, sans vraiment comprendre ce qu'elle voulait.

Lorsqu'ils eurent passé les portes, tous leurs amis eurent un mauvais pressentiment, en particulier Tsunade et une seule pensée lui traversa le cerveau, qu'elle rejeta aussitôt.

" Ce sera leur dernière aventure ... Mais qu'est-ce qui me prend de dire ça ?! ... pfou ... je vais boire un coup et sa passera ..."


------------------------------------------------------------


2 ans plus tard :

- Vous devriez vous reposez, dit Shizune. Et donnez-moi cette bouteille de saké !

- Pff t... Laisse moi tranquille, même les Hokage ont le droit de se... Ne laissant pas Tsunade terminer sa phrase, on entendit quelqu’un frapper à la porte du bureau de l'Hokage, et l'ouvrir sans attendre de réponse de la part de Tsunade, qui planqua rapidement la bouteille de saké.

La porte s’ouvrit sur les membres principaux du conseil. Tsunade fut surprise par la tristesse qui se lisait sur leurs visages, mais une partie de leurs yeux montraient également un soulagement.

- Qu’y a-t-il ? se risqua-t-elle à dire après plusieurs minutes de silence.

- Nous venons t’annoncer la mort d’un sannin, et de la probable mort de son élève. Firent tristement les conseillés, jusqu'à l'annonce de la probable de mort de l'élève.

- Orochimaru est mort, s’écrièrent en même temps Tsunade et Shizune. Et Sasuke, que lui est-il arrivé ?! »

Les membres du conseil regardèrent leurs pieds, la mine encore plus sombre que lors de leur entrée. Tsunade comprit d’un coup, et se mit à sangloter.

- Non, Jiraya... Pourquoi ? pleurait Tsunade.

- Et Naruto ? demanda Shizune qui avait peur de la réponse. Mais encore une fois, les membres du conseil gardèrent le silence, avec un léger sourire.

- Envoyez une équipe d’Anbus, ordonna Tsunade en relevant la tête.

- Déjà fait, nous attendons leur rapport, répondit l’un d’eux.

- Je ne veux pas que cela ne s’ébruite, la mort d’un sannin pourrait bien créer des tensions avec les pays frontaliers.

- Très bien, firent-ils en sortant du bureau, sans voir une jeune fille aux cheveux roses, cachée, en train de pleurer à grosses larmes.

- Naruto a disparu, Sasuke est parti, et moi... Et moi... Que reste-t-il pour moi ? pensa-t-elle. Je suis si seule... »



----------------------------------------------------------



3 ans plus tard :

- Votre rapport, fit Shizune, à la droite du bureau qui a vu passer les quartes premiers Hokage, et subissait les coups du dernière Hokage en date lorsque celle-ci se mettait en colère.

Encore une journée banale ... une journée à me faire chier ... Pensa Tsunade.

- Mission accomplie, répondit un ninja aux cheveux gris, ça réponse ne provoquant pas la moindre surprise chez les autres personnes concernés, s'il était là, c'est justement parce qu'il réussit.

Il avait un bandeau cachant son œil gauche et un masque camouflant son nez et sa bouche, son seul œil visible montrait une grande lassitude ainsi qu'une tristesse mal-dissimulé, celle que l'on acquérait lorsque tous ceux qui vous entourent meurent les unes après les autres.

- Très bien ! Voici votre nouvel ordre de mission : prenez votre équipe ainsi que Nara Shikamaru, encore une fois, ainsi qu'Inuzuka Kiba.
- C'est noté ... mais je dois quand même signaler quelque chose. Dit enfin l'homme en question, alors que son regard changeait, Tsunade n'aurait su le définir, car dedans se trouvait un mélange d'émotion qui le rendait presque dément.
- Quoi donc, fit Tsunade surprise.
- Pensez vous que Yondaïme est bel et bien mort ?
- Bien entendu, se mit à rire l’Hokage, à haute voix, mais d'un rire faux. J’ai moi-même vu son corps, et toi aussi, étant donné que tu étais son élève ! Mais pourquoi cette question ?
- En fait pour résumer, nous sommes tombés dans une embuscade. Ne voyant pas de moyen de s’en sortir, nous nous préparions à mourir lorsque...
- Lorsque ? l’interrompit Tsunade qui s’impatientait.
- Lorsque tous nos ennemis tombèrent raides morts, et ce en moins de 10 secondes !

Tsunade, frappée de stupeur, mit du temps à reprendre ses esprits.

- Qu’as-tu vu ?
- Quasiment rien, et ce, avec mon sharingan activé. En fait je n’ai vu qu’une chose, des "souffles", je m'explique. J'avais l'impression d'être observé depuis plusieurs jours, mais je n'ai su dénicher personne. Quand à Shino, il disait que ses insectes l'auraient prévenue. Mais lorsque les ennemis, nous sont tombés dessus, cette impression s'est effacée. Laissant place à un souffle que l'on entendait en sois. Le souffle de la mort, un vent fétide qui fais surgir les pensées les plus sombres et les plus sadiques.
- Et les ennemis dans tout ça ?
- J'y viens, je ne pense pas que ce souffle nous ait été désigné, mais plutôt pour les ennemis qui ont soudainement commencé à trembler sur place. et se souffle devient matériel pour mon sharingan, les autres n'ont rien vue. Mais jamais je n'oublierai ce que j'ai vu.
- Qu'était-ce ? Demanda finalement Tsunade après quelques secondes voyant Kakashi garder le silence. Elle s'appuya sur ses coudes pour se mettre en avant sur son bureau et trouver une position plus confortable
- Un souffle noir et jaune ... mais également une trainée rouge ... Je n'ai jamais vu un mouvement aussi beau, mais aussi précis et mortel. Je suppose qu'il s'agit d'un ami étant donné qu'il ne nous a pas attaqué, mais il a attaqué en passant pas ma droite et est reparti par ma gauche ...
- Merci, je te rappellerai pour ton ordre de mission, mais va te reposer, cette mission n'est pas aussi importante. Lui dit Godaïme.
- Mais... Voulut protester Shizune
- Ce sera tout, dit Tsunade avec un grand sourire. Cette information est très précieuse pour moi.

Lorsque le ninja s’en alla, Tsunade se libéra la journée, et alla s’acheter une bouteille de saké pour fêter on ne sait quoi. Et elle dit comme réponse aux questions de Shizune :

« Je ai un mauvais pressentiment ... et à mon avis ... cela n'ira pas en s'arrangeant ...»


----------------------------------------------------------


5 ans plus tard

Konoha avait reçu, deux ans plus tôt, une lettre les prévenant juste à temps d’une attaque surprise de la part d'Oto. Ce qui permit de sauver le village. La lettre était signée, mais elle n’aidait pas beaucoup : «là où les neufs se réunissent, se trouve mon fardeau.» Tsunade ne révéla jamais à personne l’existence de la lettre, par peur de réveiller des choses qui se sont dissipées avec le temps, mais cela ne fera qu'empirer les choses.

Aujourd’hui la guerre était à son plein, partout, les ninjas se battaient, chaque mètre était lourdement payé par la mort d’un ou deux ninjas.
Tsunade rangeait des rapports, lorsque qu’une « pulsation » de chakra lui fit lever la tête, elle connaissait ce chakra, elle l’avait senti il y longtemps, la surprise était inimaginable. Elle ne savait pas depuis quand elle ne l'avait plus sentie. Elle mémorisa l’endroit d’où le chackra avait émané. Elle prévint ensuite Shizune et lui dit d’envoyer une équipe d’Anbus pour escorte et partit aussitôt sans attendre l'équipe, qui l'aura rattrapé bien assez tôt.

Une fois arrivée à l’endroit où elle avait senti le chakra, une nouvelle pulsation se fit sentir. Cette fois-ci, il se trouvait en haut de la falaise des Hokages. Elle y arriva, plus vite qu’elle ne le pensait, elle s’était sentie comme « portée » par l’air.
Une fois arrivée, elle vit une personne assise aux bords, une jambe dans le vide, l’autre repliée. Il regardait apparemment quelque chose qui se trouvait à l'horizon, une aura se dégageait de lui, celle du bourreau.
Il portait une cape, noire et rouge, qui le couvrait dans son entièreté. On pouvait voir sur son dos neuf épais traits rouges se rejoindre au milieu de son dos.

- Qui es-tu ? demanda Tsunade connaissant parfaitement la réponse.

Pour toute réponse, il détacha un collier et le montra de manière à ce qu’elle le voit.

- Ça te dit quelque chose ? Demanda-t-il, d'une voie lasse et fatigué.

Tsunade fut surprise, elle ne reconnaissait pas bien la voix, elle avait été habituée par l’énervement constant de la personne en face d’elle, mais ce ton posé lui fit bizarre.

- Qui aurait pu t’oublier, Naruto ?
- Pourquoi me demandes-tu qui je suis si tu connais la réponse ? Dit-il platement. Même si aujourd'hui, ce n'est plus tout à fait vrai ... Continua-t-il, plus bas, mais juste assez fort pour qu'elle l'entende.
- Pourquoi es-tu là ? Demanda Tsunade en essayant de ne pas faire attention au ton qu’il avait.
- Je me pose aussi cette question, on ne se trouve jamais là où l’on voudrait. Mais toi, pourquoi es-tu là ? Lui dit-il.
- J’ai suivi ta piste, mais pourquoi me poses-tu cette question si tu sais déjà pourquoi ? lança-t-elle en renvoyant du coup la pique que Naruto avait lancé.

Ce qui le fit sourire.

- Depuis quand es-tu là ? Enchaîna-t-elle.
- Si vous parlez du temps au village, ça fera bientôt deux ans, en fait je suis ici depuis le début de la guerre, il fallait bien quelqu'un pour protéger ce misérable village ... lui répondit-il.
- C’est toi qui as envoyé la lettre ? Questionna Tsunade, essayant de ne pas faire attention aux commentaires.
- Quelle force de déduction ... dit Naruto.
- Pourquoi te montres-tu maintenant ?
- Parce qu’Oto vient juste de quitter notre territoire.
- Tu as changé.
- Vous aussi, renvoya t-il.
- Comment ça ? Fit-elle surprise.
- Vous êtes devenu faible, plus faible encore que vous ne l'étiez avant. Cela fait une semaine que je laisse des traces pour me trouver, et pas un de vos malheureux ninjas ne m'a senti.
- Voila bien des propos que je ne m'attendais pas à voir sortir de ta bouche, néanmoins j’aimerai te voir demain dans mon bureau, j’ai des questions à te poser.
- Et moi des réponses à donner, répondit le blond.
- Sinon...
- Je reste discret. C’est dans mes cordes. Et l'agitation du monde est si ... ennuyante ...

Et il partit.

- Quelle vitesse, pensa Tsunade. Je n’ai même pas vu le moindre changement de lumière.

Contrairement à ce qu'elle pensait, Naruto ne rentra pas tout de suite. Il s’arrêta d’abord devant une fenêtre ; un magnifique cyprès poussait juste devant. Il attacha le médaillon à une branche, puis toqua à la fenêtre avant de disparaître.
Une fille aux yeux de perles ouvrit la fenêtre et vit un médaillon, elle poussa un soupir d’incrédulité lorsqu’elle le reconnut, elle le prit sans attendre, il était encore chaud. Elle regarda précipitamment dehors, mais ne vit personne. Elle referma la fenêtre et alla s’installer, elle ouvrit le médaillon, et vit à l’intérieur une mèche noire et une photo d’elle, à l’époque. Mais elle trouva aussi une mèche blonde et la photo de quelqu’un qu’elle reconnut aussitôt. Elle serra si fort le médaillon que ses jointures blanchirent, et dit tout bas : « Te revoilà enfin ».
Phrase qu’entendit parfaitement Naruto ; il avait beau se trouver à plus de 100 mètres, mais maîtrisant le vent, il pouvait aisément entendre les paroles transportées par celui-ci..
Naruto rentra chez lui. L’appartement lui paraissait minuscule. Il remarqua que malgré ses presque 10 ans d’absence, il n’y avait pas la moindre trace de poussière.
« Hinata, il ne fallait pas », pensa-t-il, avec un sourire navré.

Le lendemain, il alla directement au bureau de l’Hokage, après avoir vérifié que son manteau cachait bien son corps. Il ne voulait pas à avoir à voir des regards se poser sur lui, pas tout de suite.
Il dut patienter car Tsunade n’était par encore levée et n’était par conséquent pas prête. Lorsque celle-ci arriva, il ne put retenir sa remarque.

- Vous en avez mis du temps !
- Je ne m’attendais pas à te voir si tôt !
- Et moi à vous voir si tard, lui répondit-il.
- Entre, fit-elle après avoir ouvert la porte du bureau. Mais tu devras attendre.
- Vous les avez fait venir, demanda-t-il.
- Oui.

Il grogna, et jura finalement avant de se diriger vers le fond de la salle et de se mettre dans le canapé.

- J’attendrai dans ce cas.
- Tu peux enlever ta capuche, ainsi que ton masque

Godaïme ne l’avait pas encore vu sans, et était très curieuse de voir à quel point il avait changé.

- Non, je préfère d’abord voir vos têtes une fois que vous serez tous ensemble. Et je ne compte pas enlever mon masque, l'horreur à un visage à présent.

Ils attendirent une demi-heure avant que l’on ne frappe à la porte.

- Entrez, cria Tsunade.
- Bonjour senseï, fit une jeune fille du même âge, apparemment, que Naruto.

Il remarqua ses cheveux roses, ils avaient poussés pour reprendre une taille quasiment identique qu’à l’époque, mais avec plus de volume, c'était bizarre pour le pays où la mode était aux cheveux lisses et court. Il fut surpris d'entendre Sakura appelé Tsunade "senseï".


Apparemment, Sakura a reçu l'apprentissage de cette ivrogne... intéressant...


- Vous m’avez fait demandée ? demanda la kunoichi.
- Oui, mais il faut attendre le dernier...

TOC ! TOC !

- Entrez ! Cria à nouveau Tsunade.
- Bonjour, Godaïme. fit Kakashi en entrant.

Naruto le reconnut aussitôt, il n’avait pas changé.

- Vous arrivez tôt ! S’exclama Sakura.

Apparemment, il n’avait pas du tout changé.

- J’avais un drôle de pressentiment, et puis on ne rappelle pas des ninjas du front pour n'importe quoi. Dit le ninja copieur.
- Bien, fit Tsunade. Puisque vous êtes tous les trois là...
- Euh, sans vous offenser nous ne sommes que deux, remarqua Sakura qui, elle, n'avait pas remarquer Naruto dans le fond de la salle.
- Non, fit Tsunade en montrant d’un hochement de tête l’autre bout de la salle.

Ils se tournèrent tous les deux et virent la silhouette encapuchonnée.

Bizarre, pensa Kakashi. [/i]Je ne l’ai pas senti.[/i]

- Qui est-il ? demanda Sakura à Tsunade tandis qu'elle observait l'inconnue encapuchonné du coin de l'oeil.
- Je le laisse te répondre, répondit-elle.

Sakura se tourna vers la forme, qui n’était plus là.

- Je suis un vieil ami, fit une voix derrière le siège de Tsunade, qui était aussi surprise que les deux autres.

La silhouette regardait dehors par la fenêtre. Quelle rapidité, pensèrent les autres, et sans le moindre souffle d’air.
J’ai déjà vu une telle vitesse. Se dit Kakashi. Ce souffle ... sa sent le souffre ...
[i]Il est impressionnant![:i] pensa Tsunade.
Mais qui est-il ? se demandait Sakura.

Il se tourna et enleva sa capuche, laissant tomber une épaisse chevelure blonde ; elle lui arrivait aux épaules, mais, il ne montra pas le bas de son visage, gardant son masque. Ne laissant apparaître que deux yeux bleus intenses, mais d’une froideur et d’un lointain qui étonna Tsunade. Cela permit ainsi aux autres de le reconnaître, car c'était sans nul doute la seul chose plus au moins reconnaissable, mise à part la touffe blonde. Car la faible partie du visage qui était visible était bourré de fine cicatrice, sauf l'une d'entre elle qui

- Naruto... Tu étais censé être... Fit Sakura, les yeux exorbités.

Kakashi ne put dire un mot, tant sa surprise et son trouble étaient grands, imaginer l'un de ses gennins viré ainsi, c'était justement inimaginable.

- Qu’as-tu fait pendant dix ans ? Beugla Sakura. Espèce de bon à rien !!

Elle se jeta sur lui pour lui mettre, ce qu’elle pensait être la droite du siècle. Mais elle ne le toucha même pas et explosa la vitre derrière, étant donné que Naruto s'était décalé sur la droite, elle croisa son regard haineux juste avant de voir Naruto lever une main de lui donner une pichenette, l'envoyant voler contre le mur d'en face, lui brisant au passage deux dents.

- La plupart des gens disent « Bonjour », ou, "Comment vas-tu ?" Fit Naruto, assis à nouveau à la place où il se trouvait juste avant. Avec une aura toute autre de la précédente, celle-ci était beaucoup plus noir.

Sakura se releva en évitant de mettre du sang partout dans le bureau de Tsunade, elle n'osa pas croiser une seconde fois le regard de son ancien coéquipier, Kakashi avait, semble-t-il, pas réussi à le suivre des yeux, à nouveau.

- Sinon, si tu veux tant le savoir, je me suis entraîné, dit-il pensivement, comme si cela n'avait pas été évident
- Bien, fit Tsunade, ne voulant pas qu'un silence s'installe tandis que Sakura soignait ses dents. Si je vous ai réunis, c’est pour reformer l’équipe 7.
- L’équipe 7... Ainsi vous voulez la ramener à la vie... Ça fait maintenant longtemps qu’elle est morte. Mais pourquoi pas, je suis moi-même censé être mort... fit le blond en souriant. Mais sans Sasuke ce ne sera plus l'équipe sept, de plus les gennins n’ont pas le droit de monter au front, et si je me rappelle bien, l’équipe 7 est une équipe de traque et d’assassinat. De plus, j'aimerais savoir si Hatake et Haruno sont assez fort pour me rejoindre.
- C’est pour ça que tu passeras un test, de même qu'eux, pour savoir si vous êtes les uns et les autres capables de travailler ensemble. Dit Tsunade.

Naruto ne la regarda même pas, ce n'était qu'une perte de temps. A ses yeux, Sakura et Kakashi était faible, et à moins que l'un deux n'arrive à lui arracher un bras, il ne changerait pas d'avis.

- Cela ressemblera à l’épreuve que tu as eu lors de ton passage au grade de gennin, Naruto, mais c’est toi qui auras une clochette, que tu devras protéger, tandis que Sakura et Kakashi devront te la prendre, et ce en moins d’une journée, expliqua l’Hokage.
- Ok, on commence quand ? Demanda le principal intéressé
- Dans une heure.

À peine Tsunade avait-elle fini sa phrase que Naruto était déjà parti.

- Vous pensez vraiment qu’il est nécessaire que l’on se mesure à lui ? Fit Kakashi, un bon ninja aurait tout de suite senti la peur, mais aussi une drôle d'excitation, celle du sang.
- Non.
- Mais pourquoi alors ? Demanda Sakura.
- Pour qu’il n’ait pas l’impression qu’on le sous-estime, et aussi pour avoir un aperçu de sa puissance, expliqua-t-elle
- Une dernière question.

Tous se tournèrent surpris : Naruto était de retour.

- Peut-on utiliser des kunaïs et autre armement secondaire ?
- Ou... oui, fit Tsunade surprise.

Et il était déjà reparti, laissant les autres complètements ahuris. Ils s’en allèrent ensuite pour se préparer, seul Kakashi s'attarda dans le bureau de Tsunade.




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: