Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Le Pacte du Démon

Deux ans après la destruction de l'Akatsuki, la paix règne de nouveau sur le village de la feuille. Nos héros on maintenant 19 ans lorsque la Godaïme envoie Naruto, Sasuke, Sakura et Hinata sur une mission de reconnaissance, dont le blond ne reviendras pas. Treize années après, une silhouette se dessine sur la route de Konoha, une silhouette qui pourrais bien être un espoir pour certains et sonner le glas pour d'autre. La silhouette d'un homme déchiré entre folie et amour, celle de Naruto. Il
Classé: -12D | Spoil | Action/Aventure | Mots: 115588 | Comments: 143 | Favs: 322
Version imprimable
Aller au
Baka no Tobi (Masculin), le 08/10/2009
Bien. Nous y voilà. Vous vous apprêtez à lire "Le Pacte du Démon", fanfiction dont j'ai imaginé le scénario depuis plus d'un avant de commencer à l'écrire, alors ne parlons pas du temps que j'ai mis à la publier. Néanmoins, j'y ai moins de mérite que l'on peut le penser : je tiens à préciser que si j'ai moi même penser à une grande partie de la trame, je ne suis pas seul dans cette aventure. Evidemment, j'ai créé la plupart des personnages fictifs, pensé au caractère de chacun de ces personnages, imaginés la plupart des lieux décrits dans ma fiction, je n'aurai jamais réussi à faire du "Pacte du Démon" une véritable histoire sans l'aide de mon frère et je tiens à lui rendre les honneurs qui vont avec ce fait. Sans lui, l'histoire de ce que vous allez lire n'aurai sans doutes pas dépassé la vingtaine de chapitre, alors que je suis désormais parti pour plusieurs années d'écriture grâce à ses dons d'écrivain. Et je ne pourrais jamais le remercier assez pour ça.

Avec ce ton formel, je crois que je donne l'impression qu'il est mort, non ? Il est bien vivant, rassurez-vous.

Pour ceux qui sont plus impatients que les autres, je me sens obligé de vous signaler que je publie cette fiction sur le site http://www.fanfic-fr.net/fanfi sous le pseudonyme de Honoo et qu'il y a quelques chapitres de plus. J'avoue que j'ai tendance à oublier mes fidèles lecteurs de WoN en ne publiant certains chapitres que plusieurs mois après les avoir écrits.

Enfin, tout ça pour dire, Bonne Lecture !




Chapitre 16: La guerre continue



Maro et ses hommes avaient suivis la piste de Tsukyo depuis plusieurs jours déjà lorsqu’ils arrivèrent en vue des restes du village de la pluie. Ils allaient repartir dans la direction que leur indiquait le sort de l’Ange Noir lorsque l’un d’entre eux remarqua des mouvements dans les ruines. Ils se dirigèrent vers cet endroit suspect, mais le Déchu le regretta immédiatement : devant lui se tenait l’un des Treize, les gardes du corps de son maître. Malheureusement pour lui, cet homme était Eurialès, et venait de faire signe à son maître. Maro allait lui demander de ne pas dire à Kemriss qu’il était là lorsqu’il entendit la seule et unique voix capable de le faire frissonner :

- Que faits-tu ici, Maro ? Tu n’es pas sensé être avec le reste de l’armée ?

- Maître…

- Autre question : Que fait-elle ici ?

- Hein ?

- Pourquoi Tsukyo est-elle ici ? Je suis sûr que tu as quelque chose à voir avec ça.

- Je… Je ne sais pas, maître !

- Tu oses me mentir, Maro ? Je te croyais plus intelligent que ça !

- Non ! Ne me punissez pas, je vous en prie ! Je l’ai emmenée pour qu’elle retrouve Tenrô ! Je n’ai fait que vous obéir : vous vouliez que je retrouve Tenrô !

Kemriss posa son regard de feu sur l’Ange de la Mort recroquevillé devant lui avant de dire de sa voix trois fois millénaire :

- J’ose espérer que tu es aussi bon chasseur que tu le prétends. Retrouve-les !

- Oui, maître !

- Je vais envoyer Eurialès et Tyr avec toi, pour qu’ils me rapportent exactement tes actes.

- Merci, maître.

Alors que Maro commençait à s’éloigner, Kemriss se tourna vers les deux cavaliers qu’il envoyait avec lui

- Qu’il meure en souffrant, après les avoir récupéré, tout les deux naturellement. Ramenez-moi son cadavre.

- Oui, maître, répondirent-ils en chœur.

Les deux cavaliers s’éclipsèrent en silence. Le Seigneur Sombre se tourna ensuite vers ses gardes du corps restant et leur annonça :

- Ramassez les prisonniers, on retourne au navire. Madara est déjà parti, il nous rejoindra plus tard. J’ai une réunion importante à laquelle je dois assister.


***


Cette sensation était enivrante. Ne faire plus qu’un avec la conscience de Jashin-sama était comme une drogue et Hidan ne pouvait plus s’en passer. Les carnages qu’il avait menés ne faisaient que renforcer ce sentiment. D’après les annales du Temple Sombre, il était le deuxième à utiliser cet artéfact, et son prédécesseur n’avait pas survécu à la séparation. Mais il l’avait porté pendant des siècles entiers.
Il dirigeait le groupe principal de la Croisade Noire avec Okuribi et avançait en direction de la première vraie bataille : il allait marcher sur Taki gakure no sato, le village caché de la cascade et, accessoirement, le village de son défunt partenaire de l’Akatsuki. Il avait secrètement parié avec Kankin que le village était rempli de gens tout aussi avares que Kakuzu l’était. Mais vu que se serait Hidan qui raconterait l’histoire, il allait gagner de toute façon, si Okuribi se taisait comme à son habitude.
Il avait récupéré une faux à trois lames, son arme de prédilection. De plus, il réservait une petite surprise au Nara qu’il voulait tuer plus que tout. Sa revanche n’était plus loin ! La vengeance des dieux est toujours accomplie !


Rendan et Sousou approchaient de leur destination, un petit village à l’ouest de Kusa gakure no sato, le village caché de l’herbe. Comme toujours, ils se disputaient sur la façon de réduire le village en cendres le plus vite et le plus efficacement possible. Leur armée restait loin derrière eux et ne s’approchait pas du village tandis qu’eux deux, sans s’en rendre compte, venaient de pénétrer à l’intérieur. Ils s’arrêtèrent en plein milieu de la place centrale et les habitants les regardaient interloqués tandis qu’ils continuaient à se disputer comme des gamins.

- Mais je te dis qu’il vaut mieux foncer dans le tas ! renchérit Rendan pour la cinquantième fois en deux minutes.

- Mais il risque d’y avoir des fuyards ! Il faut d’abord les encercler !

- Ça va prendre trop de temps, ils auront déjà fuit !

- Pas si on se dépêche !

- Pardon messieurs, mais de quoi parlez-vous ? demanda un homme.

Ils se turent et regardèrent autour d’eux. Sousou laissa échapper :

- … Oh, la bourde…

- On a qu’à régler le problème ici et maintenant, qu’en dis-tu ?

- Entièrement d’accord.

Sousou frappa du pied par terre et le village fut cerné de murs de pierre haut de cinq mètre. La panique commença à se faire sentir vraiment lorsque Rendan décapita celui qui les avait interrompus à mains nues. Sousou planta ses mains dans la terre et des bras de terre d’une taille titanesque sortirent du sol à plusieurs endroits, écrasant plusieurs personnes et brisant des os. Pendant ce temps, Rendan se contenta de mériter son titre de Dépeceur en… dépeçant ses nombreuses victimes à mains nues (qui l’eût crut ?). Plusieurs habitants essayèrent de sortir du village en escaladant le mur mais ceux qui arrivaient à trouver des points d’appui se faisaient transpercer par des pics rocheux. En quelques minutes, le village fut vidé de ses habitants et Sousou fit disparaître ses murs. À l’extérieur, leurs croyants les attendaient et les acclamèrent. L’un d’entre murmura toutefois à un autre :

- Si seulement ils se disputaient moins et nous laissaient nous amuser aussi…

Rendan l’entendit et le décapita sur le champ, avant de s’adresser à l’autre :

- Tu penses de même ?

- N…Non ! répondit l’autre d’une voix tremblante.

- Bien.

Ils repartirent vers leur prochaine cible, qui se situait dans le désert de Suna.


Fukashi était le seul à diriger un des bataillons seul. Il faut quand même dire que c’était lui le stratège et qu’il était un remarquable meneur d’hommes. Il allait attaquer un petit village non loin de la position présumée d’Oto gakure no sato. S’il se débrouillait bien, il ne devrait pas y avoir une seule perte. Contrairement aux autres, il comptait beaucoup sur son armée, non pas qu’il soit faible, loin de là, mais il ne pensait pas que sa seule force suffirait à gagner une guerre et il vaut avoir une armée entrainée dans ce cas-là. Profitant de l’obscurité de la nuit, ils encerclèrent le village et, sous l’ordre du membre d’Einin, ils lancèrent des torches allumées sur le toit de chaume des maisons les plus proches. Les villageois furent rapidement enfermés dans un cercle de flammes, et l’armée de Jashin no Makai* pénétra dans le village. En quelques minutes relativement silencieuses, tous les habitants furent sois égorgés, sois brulés vifs. Après avoir réalisé la célébration de Jashin, ils repartirent en direction du sud vers un petit village loin au nord de Konoha.


De leur côté, Jigoku et Kankin, après plus d’une semaine d’errance, avaient fini par tomber par hasard sur le village qu’ils devaient dévaster et l’avait aussi pillé de toute sa nourriture. Les soldats ne mourraient plus de faim et, en plus, Kankin trouva une carte dans une des maisons. Ils étaient repartis vers Hoshi gakure no sato, le village caché de l’étoile. Ils se trouvèrent vite face à un problème de taille : Comment faire pour traverser la fosse de gaz toxique sans masque à gaz ? Une cinquantaine de tentatives de création de sceau de protection contre le poison suffirent à trouver celui qui convenait. Après cela, ils trouvèrent un autre problème : Kankin n’avait pas assez de parchemins et d’encre pour créer ce sceau pour toute l’armée. C’est alors que lui vint une idée qu’il qualifiait de géniale : il ne fit qu’un seul sceau très particulier, qui créait un vent repoussant tout le gaz autour des cinquante mètres. Il fit un chemin de sceaux et ils passèrent enfin la fosse empoisonnée, atteignant les frontières du village caché de l’étoile.


***


Tsunade, accompagnée de Shikamaru et de Kakashi, ouvrit encore une fois la porte du conseil des villages tout en pensant que le conseil pourrait choisir une heure autre que cinq heures du matin pour ça. En entrant, elle remarqua immédiatement que Konan, Gaara et Sumaru manquaient à l’appel. Elle alla s’installer derrière la table des kage et le Mizukage répondit à ses questions silencieuses :

- La situation est grave ! Ame gakure no sato n’existe plus !

- Quoi ?! s’étouffèrent plusieurs personnes, avant que Tsunade ne demande : Que s’est-il passé ?

- Les occidentaux l’ont attaqué !

- Mais je croyais qu’ils étaient dans le pays du Thé ?

- Bah apparemment, ils sont aux deux endroits. En plus, une étrange armée est apparue à l’est de Suna et à l’ouest du pays du feu, empêchant les communications. Mais vous devriez le savoir, Hokage-sama.

- En effet. Mais comment se fait-il que vous en sachiez autant ?

- J’ai mes sources.

- Et pourquoi Hoshikage-sama n’est-il pas là ?

- Cette fois-ci, c’est à cause de Jashin no Makai, les fidèles de Jashin. Ils ont lancé une attaque contre eux.

- En résumé, commença le Raïkage, on est dans la merde jusqu’au cou.

- Il faut trouver un moyen de nous défendre de toutes ces attaques ! dit le Tsuchikage.

- Et comment comptez-vous faire ? demanda le Mizukage. Suna et Konoha ne peuvent sortir de leur pays, Ame a été détruit on ne sait comment et on se fait attaquer de toute part. Si vous avez une idée, je ne vous retiens pas.

- Que savons-nous à propos des occidentaux ?

- Rien, excepté qu’ils sont très forts, qu’ils ne laissent pas de survivants et qu’ils se trouvent à la fois dans les pays du vent, du feu et du thé.

- Et pour Jashin no Makai ?

- Là, on sait quelques petites choses : ils sont imprévisibles, menés certainement par de grands généraux et Hidan est à leur tête.

- Il nous faut donc retrouver Hidan et l’éliminer. Ça sera déjà ça en moins.

- Mais comment faire ? On ne sait même pas où sont leurs groupes d’attaque…

- Montrez-moi leurs victimes sur la carte.

On plaça quelques jetons représentant les villages détruits par les fidèles de Jashin. Shikamaru y jeta un coup d’œil et se mit à réfléchir à toute vitesse. Il remarqua très vite un élément important :

- Il y a au moins quatre groupes, sinon ils ne pourraient pas être si efficace. De plus, chacun de ces groupes va dans un ordre déterminé d’un objectif à un autre : regardez, la zone autour de Taki n’a encore subit aucune attaque, ce sera certainement leur prochaine cible.

- Ça ne prouve rien, aucun des grands pays n’a vraiment subi d’attaque non plus.

- Justement. Il y a plus de chances qu’ils s’attaquent d’abord aux petits pays ninjas pour les empêcher d’aider les grands.

- Votre raisonnement peut se tenir dans les deux sens…

- Non. Deux des grands pays sont immobilisés et les autres se cachent en attendant une attaque. Les villages comme Taki n’ont aucune menace directe. De plus, dans une guerre, on s’attaque soit immédiatement aux grandes menaces, soit on s’y attaque après leur avoir coupé le ravitaillement.

- … Ça se tient…

- Mais alors, mon pays va bientôt se faire attaquer ! cria le dirigeant de Taki.

- Je vous conseille de vous y rendre le plus vite possible.

Une fois le dirigeant de Taki sortit de la salle, le Mizukage repris la parole :

- Sinon, pour une autre affaire, mes mercenaires ont retrouvé la trace des jinchuriki.

Une grande partie de la salle poussa un soupir de soulagement tandis que Tsunade serrait les dents.

- Ils devraient bientôt les atteindre pour les neutraliser. Ce problème sera vite réglé.

Le conseil mit fin à sa réunion et Tsunade rentra furieuse dans son bureau. Il aurait suffit d’une goutte pour faire déborder le vase et Kakashi tenta de la rassurer :

- Ne vous inquiétez pas, ils ne doivent pas être très loin non plus. Ils le retrouveront avant ceux qu’a envoyé le Mizukage.

- Je l’espère, Kakashi, je l’espère…


***


- C’est une blague ? demanda Sasuke.

Ils avaient parcouru très vite la distance entre Konoha et l’apparition de Naruto au pays du thé. Kiba avait immédiatement senti l’odeur de Naruto, de Hinata et d’Okami. Il avait ensuite perçu l’odeur de quelques autres personnes qu’il ne connaissait pas. Ils étaient repartis en direction d’Ame et avaient vu les ruines de la cité. À cet endroit Kiba les avertis qu’il avait du mal à retrouver l’odeur de leurs amis, d’où la réaction de Sasuke.

- Mais c’est pas vrai ! Pourquoi est-ce que tu ne peux pas les retrouver ?

- Il pleut beaucoup ici, ça efface les odeurs.

- Merde ! Qu’est-ce qu’on va faire ? On ne peut pas rentrer à Konoha bredouille et laisser Suigetsu et Karin les retrouver !

- Non… Mais on peut pister ces deux là !

- Hein ?

- Réfléchis : s’ils les poursuivent, ça veut dire qu’en les suivant on va finir par tomber sur Naruto !

- Mais Karin risque de nous détecter !

- C’est ça où on le retrouve pas. À toi de choisir.

-… On les suit.

- Ils sont un peu plus à l’est !

Ils partirent en direction du groupe de Karin et Suigetsu.



Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 [ 16 ] 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: