Fiction: C'était un accident (terminée)

Un meurtre a eu lieu a Konoha et l'assassin semble être Temari. Tout le village est persuadé que ce n'est qu'un accident. Ont-ils raisons ? POV temari
Classé: -12D | Drame | Mots: 883 | Comments: 10 | Favs: 4
Version imprimable
Aller au
neko-chan6 (Féminin), le 11/11/2008
Petite idée qui me trottait dans la tête. J'avais envie d'un couple extrêmement improbable, et que ça ne se finisse pas par une "happy end ".



Chapitre 1: C'était un accident






J'ai choisi la facilité, pensant pouvoir tout effacer, mais la mort ne soulage pas, je viens de le comprendre. Je suis prise au piège. Je ne peux plus reculer...
La porte s'ouvre brusquement et la lumière s'allume. Une femme laisse échapper un cri. Je sursaute et me retourne vers l'entrée. Les éclats de la lampe m'éblouissent et je ne parviens pas à voir le visage de celle en face de moi. D'autres personnes arrivent, alertées par le cri.

«C'est pas vrai , murmure quelqu'un.»

Je doute que la scène qui se déroule sous leur yeux soit des plus charmantes. J'ai encore du sang sur moi et le kunaï dans ma main. Je n'essaye même pas de me défendre ou de me chercher une excuse mais c'est trop tard le mal est fait. Soudain, la pièce se met à tourner devant mes yeux à moitié aveuglés. Tout devient flou. Je cherche à arrêter mon malaise en soutenant ma tête étourdie. Je n'arrive plus à respirer. Quelque chose me serre la gorge et m'étouffe. Mes yeux se ferment sur cette chambre cauchemardesque et je sens mon corps chuter.

*** 0 *** 0 *** 0 ***

J'essaye d'ouvrir les yeux, mais mes paupières semblent être de plomb. Ma tête me fait souffrir. Doucement j‘arrive à voir où je suis Je lance un regard circulaire sur l'espace qui m'entoure. La pièce est plongée dans l'obscurité. Ma seule source d'éclairage n'était autre que le filet de luminosité jaune situé au bas de la porte, le jour étant stoppé par d'épais rideaux.
J'entends des murmures à travers le mur. J'écarte la couverture qui recouvrait mon corps, m'approche doucement de la barrière de plâtre et y colle mon oreille. Les mots accident, crise, folie et stress sont chuchotés. Ils sont idiots ou quoi ?! À quoi bon me chercher des excuses, rien ne peut justifier mon acte. J'étais parfaitement consciente de mon geste. J'aimerais leur dire, mais ils me poseraient des questions et personnes ne doit savoir pourquoi j'ai fais ça.
Je quitte le mur et me dirige vers la fenêtre. J'écarte les rideaux et ouvre les vitres. Je saute au travers, puis atterrir en souplesse sur le sol. Je scrute les alentours, personne. Je me mets à courir vers les portes du village en passant par les toits pour ne pas me faire remarquer.
Arrivée devant la sortie, je vois quelqu'un adossé à l'un des piliers. Le temps que je cherche une solution pour passer sans me faire prendre, l'inconnu m'avait déjà aperçue. Il s'approcha de moi ou plutôt, elle s'approche de moi. Une fois face à face elle me demande :

«Tu comptais t'enfuir comme une criminelle ?
- J'en suis une au cas ou tu n'aurais pas remarqué !»

Elle me fixe de son regard noisette, fronce les sourcils avant d'ajouter :

«Pourquoi ?»

Le ton qu'elle emploie est froid, sec... Je soupçonne l'influence d'un certain homme.

"Ca ne te regardes pas Tenten, je répond du même ton, laisse moi passer maintenant.
- Si tu ne me dis rien je préviendrais Shikamaru. Après tout c'est son père que tu a tué. Et Tsunade aura surement de quoi te faire parler Temari."

Je blémis. Son regard est impassible, je n'avais pas moyens de négocier. Si je ne fais rien, tout Konoha serait au courant pour Shukaku et moi. Finalement je cède et je l'entraîne dans la forêt, pour lui expliquer, vérifiant que personne ne puisse entendre notre conversation. Je lui parle alors de ce qui s'était passé. Je lui raconte la soirée où je l'avais rencontré et que j'étais tombée amoureuse. La première fois où je me suis réveillée à ses côtés, nos rendez-vous secrets, sa réaction au moment où il su que j'étais enceinte... Il m'avait ensuite abandonnée craignant de salir sa réputation si l'on découvrait notre liaison. Ce qui m'amena à lui ôter la vie.
Tenten m'écoute sans m'interrompre. Une fois mon récit fini, celle-ci siffle entre ses dents :

« Connard ! Ils sont tous pareils.
- Comment ça ?»
Son visage grimace à ma question.
«Neji trompe Hinata, finit-elle par ajouter.
- Quoi ?! je m'exclame"

C'est invraisemblable. Neji Hyûga trompait sa chère Hinata qu'il cajole tout le temps ? Impossible !

« Tu es sûr de ce que tu avances ? demandais-je.
- Sûre et certaine puisque c'est moi sa maîtresse, murmure la kunoichi.
- Non, Tenten, tu plaisantes ?
- J'en ai l'air ?, me sèche t-elle, à bien la regarder, non.
- Mais... , je bafouille, Neji...il ne peut pas....enfin...et....Hinata ?
- Neji aime Hinata de tout son être si c'est ça ta question.
- Mais alors pourquoi....avec...toi...il....enfin tu m'a comprise.
- Je suis son jouet, chuchote t-elle.
- Son quoi ?!
- Ne me fais pas répéter ! s'énerve la brune.»

Un silence s'installe. Je regarde Tenten, elle a les larmes aux yeux.

«Tenten, dis-je, tu veux venir avec moi ?
- Où vas-tu, questionne t-elle étonnée de ma proposition.
- Je sais pas ... loin de Konoha en tout cas.
- Je veux bien t'accompagner, sourit-elle a travers ses larmes.»

Nous passons d’abord chez Tenten chercher quelques affaires. Lorsque nous repartons la nuit s'était déjà installée. Nous franchissons les portes du village, et lançons un dernier regard par dessus notre épaule avant de nous mettre en route, vers l'avant, vers le futur...



Chapitres: [ 1 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: