Fiction: Journal d'une invisible

UA Schoolfic shonenaï Hina/Naru et d'autres couples. Dans tous les lycées, y a ceux qui sont populaires, les gens normaux et les autres: les renfermés, les marginaux, les rejetés. Hinata fait partie de cette dernière catégorie...Mais est elle aussi banale qu'elle en a l'air?
Drame | Mots: 65719 | Comments: 286 | Favs: 231
Version imprimable
Aller au
Fougy-kun (Féminin), le 12/08/2008
Ma véritable première fic! ^^

Je l'ai revue et corrigée pour la publier ici! C'est une UA, mais l'histoire est intéressante et comme j'ai eu de bons retours sur un autre site je me décide à me lancer ici!

Bonne lecture!




Chapitre 1: Cher Journal...



Hinata regarda le journal qu'elle tenait dans sa main sans comprendre. Un simple petit cahier relié en bleu foncé d'environ vingt centimètres sur dix tout à fait banal.

Elle jeta un regard interrogatif à la personne assise au bureau qui lui faisait face.
- C'est pour t'aider à exprimer tes émotions, lui expliqua Kurenaï Yuhi, psychologue réputée dans son milieu et récemment engagée par le père d'Hinata pour régler les problèmes de timidité de sa fille aînée, j'aimerais que tu y écrives tout ce que tu ressens; tes joies, tes peines...

- T-tout ce que je ressens?

- Oh! Ne t'inquiète pas je ne lirai pas ce journal ce sera ton journal personnel, ton journal intime en quelques sortes, et je ne vérifierai pas si tu fais ou non ce que je t'ai demandé, donc j'espère que je peux te faire confiance, n'est-ce pas?

-Oui, répondit Hinata en rangeant son nouveau journal dans la poche de son sac-à-dos posé au pied du fauteuil sur lequel elle était assise.

Kurenaï regarda sa patiente ranger son journal en souriant, cette petite était vraiment décidée à vaincre ses problèmes. Elle se souvenait de la première fois où elle l'avait vue; elle n'osait rien faire sans y avoir été invitée. Kurenaï avait même dû lui dire qu'elle pouvait s'asseoir pour qu'elle se décide enfin à entrer dans son cabinet et pendant toute la séance, elle avait gardé la tête baissée en se triturant les doigts.
Depuis, elle avait fait des progrès, bien sûr, mais elle était loin d'avoir définitivement vaincu sa timidité, ayant toujours du mal à s'exprimer en public et surtout à faire part ses sentiments personnels. Mais Kurenaï gardait l'intime conviction qu'Hinata y réussirait, cette petite était vraiment déterminée.

- Bien, c'est fini pour aujourd'hui on se revoit dans une semaine Hinata, sourit Kurenaï.

- Ou-oui, bégaya Hinata en ramassant ses affaires, au revoir.

- Au revoir Hinata.

Hinata referma la porte du bureau du Dr. Yuhi et sortit dans vestibule désert. Là, elle s'adossa à la paroi et poussa un immense soupir de soulagement, enfin terminé ! Elle détestait ces séances qui lui paraissaient interminables et durant lesquels elle devait faire le tour de tout ses problèmes, comme si on ne les lui rappelait pas assez chez elle et au lycée... En plus, elle ne voyait aucun résultat concret à l'issue de ces séances, elle bégayait toujours et sa timidité continuait à lui gacher la vie.

Elle se décida quand même à rejoindre le bas de l'immeuble où son père devait venir la chercher, même si elle doutait qu'il soit à l'heure. Arrivée en bas du bâtiment, elle constata qu’elle ne s’était pas trompée.

Résignée à devoir l'attendre un bon moment, elle alla s'asseoir sur le trottoir qui longeait le parking, sortit son vieux lecteur CD de son sac, mit sa musique préférée du moment et se laissa bercer par la mélodie. Il n’allait pas tarder.
Mais elle ne resta pas longtemps assise là. Le temps commença très vite à se dégrader et une pluie fine qui devint de plus en plus forte commença à tomber. Hinata se releva d'un bond et courut se réfugier sous l'avant toit de l'immeuble. Décidément tout était contre elle aujourd’hui.

Environ un quart d'heure plus tard, une voiture noire visiblement de luxe entra en trombe dans le parking.

Enfin ! Pensa Hinata qui même en s'étant mis l'abri de la bruine était trempée comme une soupe. Elle courut jusqu’à la portière passager et s’y engouffra en vitesse sous le regard désapprobateur de son père sur ses vêtements trempés.

- Fait attention de ne pas mettre de l'eau partout!

- Oui Père, murmura la jeune Hyûga en baissant la tête.

Ce furent les seules paroles qu'ils échangèrent de tout le trajet, même pas "désolé pour le retard" ou "ça s'est bien passé?" et même pas ne serais-ce que " bonjour".

Malgré qu’elle soit habituée à ce genre comportement de la part de son père, Hinata sentit son cœur se serrer dans sa poitrine et regarda les gouttes de pluie venir s'écraser contre la vitre durant tout le temps qu'ils leur fallu pour regagner leur maison.

Le trajet sembla durer une éternité. Mais ils arrivèrent enfin à destination: une immense et luxueuse demeure de deux étages, jumelée à une autre maison moins imposante. Hinata habitait dans la plus grande avec son père et sa sœur, la seconde était habitée par son cousin
Neji et le père de ce dernier qui n'était autre que le frère jumeau du père d'Hinata.

Elle sortit en vitesse de la voiture et se rendit au deuxième, là où se trouvait sa chambre, elle enleva rapidement ses habits mouillés qu'elle balança dans un coin de la pièce et se rendit dans sa salle de bain, là, elle prit une très longue douche très chaude, savourant le contact de l'eau bouillante sur sa peau blanche qui devenait rouge sous la chaleur du jet.
Après s'être lavée, elle s'enveloppa dans un linge et sortit de la cabine de douche sur le carrelage froid et humide.

La pièce était remplie de buée, comme si elle avait été enveloppée d'une légère brume. Hinata sourit, elle adorait cette sensation de volupté, elle se dirigea vers l'endroit où elle avait posé ses habits secs, un T-shirt large noir et un short de la même couleur. Ainsi habillée, elle alla se placer devant le grand miroir qui recouvrait la moitié du mur de sa salle de bain, il était encore en partie recouvert de buée. Du bout du doigt, elle dessina un cœur et l'effaça aussitôt d'un revers de main.

Elle se sécha ses cheveux en vitesse -normal ils étaient courts, puis retourna dans sa chambre. Là, elle alluma la radio et monta le volume (enfin pas trop sinon son père risquait d'être dérangé). Elle se souvint alors de son sac qu'elle avait lancé au même endroit que ses habits et alla y prendre le petit carnet. Elle le feuilleta en vitesse. Il contenait des pages blanches lignées, vraiment rien d'exceptionnel. Le genre de carnet qu’on trouve dans la première papeterie venue.

Elle alla s'asseoir à son bureau, résignée, si elle allait devoir se coltiné ce fichu journal, autant s'y mettre tout de suite. Le stylo en main, levé au-dessus de la première feuille vierge, elle tenta d’imaginer un début, mais rien ne lui venait à l’esprit. L’angoisse de la page blanche ?

"J’aimerais que tu y écrives tout ce que tu ressens; tes joies, tes peines..."

Mais comment mettre des mots sur des sentiments qu’elle peinait elle m’aime à s’expliquer ? Etrangement, cette perspective de se livrer, même à un simple cahier, lui semblait très difficile. Aussi préféra-t-elle simplement commencer comme dans tous les films et livres à cliché.

"Cher Journal,"

L’écriture était ronde et liée, bien qu’écrit tout petit, et assez élégante. Bon, les premiers mots étaient posés, elle les trouvait minables mais au moins il y avait quelque chose d’écrit sur cette feuille. Elle resta quelque minutes à contempler ces deux mots avant de décider que quitte à être cliché poncif autant l’être jusqu’au bout et commença à rédiger une présentation
d’elle-même.

"Je m’appelle Hinata Hyûga, je suis une fille totalement banale, invisible même."

"Mes yeux sont bleus, mais si clairs qu’ils paraissent blancs. J’ai des cheveux noirs, comme le reste de ma famille. J’aime lire, écouter de la musique, être au calme et Naruto"

Hinata leva son stylo et fixa le dernier mot qu'elle venait d'écrire. Non elle ne pouvait pas écrire ça, et si quelqu’un tombait dessus ? A la pensée que qu’on puisse découvrir les sentiments qu'elle nourrissait à l'égard du blond et elle s'empressa de raturer le nom de ce-dernier de manière à ce qu’il devienne illisible.

"Je n’aime pas le lycée, la pluie, les critiques…"

Elle relut son jet qu’elle trouva bien désolant et tourna la première page et poussa un soupir. Retour au point de départ.
Elle remit une mèche noire derrière son oreille. D'habitude elle était plutôt bonne pour rédiger des textes mais pour le moment c'était le vide total dans sa tête, le trou noir, le néant.
Bon, aller je me lance! Se décida-t-elle

"Je ne sais pas quoi écrire. Je dois écrire toutes mes émotions alors pour le moment je me sens bien, je suis seule dans ma chambre, mais ça ne me dérange pas, j'ai l'habitude et j'aime bien la solitude. Heureusement d'ailleurs. Parce qu'au lycée...
Disons le clairement: je n'ai pas d'amis. Enfin oui j'en ai un, Kiba qui m'accompagne à l'école, mais bon, dès qu'on est dans le bus je n'existe plus, y a plus que ses amis à lui qui comptent. Je devrais me sentir vexée d'être utilisée comme bouche-trou mais c'est mieux que rien, n'est-ce pas?"

Hinata s'arrêta d'écrire. Mais qu'est-ce qu'elle écrivait là? Bien sûr qu'elle était vexée de n'être bonne qu'à faire la conversation de son voisin sur le chemin du lycée! Elle fronça les sourcils et se mordit la lèvre inférieure. Mon Dieu! pensa-t-elle, réduite à mentir à un pauvre journal !
Elle reprit son stylo en main et recommença sa rédaction.

"J'ai menti. Ma seule amie c'est la solitude. Kiba n'en a rien à faire de moi et j'en ai marre qu'il me plante toujours toute seule comme une pauvre cruche quand le bus arrive! J'en ai aussi marre de n'être que la pauvre-fille-bizarre-assise-au-fond-de-la classe-qui-cause-jamais au lycée! Je déteste le lycée! Là-bas, je n’ai pas d'amis et on me le rappelle assez souvent dans ma classe!"

"Oui, je suis renfermée. Oui, je suis timide. Je suis peut-être différente des autres et oui, c'est ma faute je sais. Je n’ai pas à m'en prendre aux autres pour ça."

"Je dois devenir plus forte."

Elle sentit les larmes lui venir aux yeux, elle essaya de les retenir avec peine. Qu’elle était sensible ! Elle se reprocha intérieurement cette faiblesse et essuya avec la paume de sa main les traces de sa culpabilité.

Il n'y a que la vérité qui blesse comme on dit.

"Je dois surmonter ma timidité."

"Mais est-ce une raison pour qu’ils me traitent ainsi ?
Je les ennuie tellement que ça?"

Son écriture devenait de plus en plus brouillée, elle serrait si fort son stylo que ses jointure déjà pâles de ses mains devenaient blanches.

"Ce n’est pas parce que je n’ai pas d'amis que je n’ai pas de sentiments, mais ça mon père ne le comprend pas. Ou peut-être juge-t-il qu’ils sont trop insignifiants pour être pris en considération."

"Je dois être assez grande pour le supporter."

Elle laissa une première larme glisser sur sa joues, traçant un fin sillon humide et venir mourir à la commissure de ses lèvres.

"Mon père ne m'a jamais adressé la parole pour autre chose que pour me critiquer me reprendre sur mes manières."

"J'ai toujours fait des efforts pour lui plaire et il ne l'a jamais ou à peine remarqué.
Mais il regarde ma sœur! Il l'a considère comme la huitième merveille du monde, tellement drôle, intelligente, éloquente et mûre pour ses onze ans... J'en suis jalouse.
Je suis jalouse de ma petite sœur de cinq ans ma cadette. Je sais, je ne devrais pas, mais c'est plus fort que moi.
J'ai même l'impression que mon père a plus d'affection pour mon cousin que pour moi.
Mais comment rivaliser avec lui? C'est un génie."

"Je ne peux pas lutter c'est tout."

Hinata pleurait maintenant pour de bon, des larmes ruisselaient sur ses joues, elle les essuya d'un revers de main.

Ça faisait tellement longtemps qu'elle ne s'était pas laissé aller comme ça, gardant ses larmes pour elles; son père ne supportait pas de voir les gens pleurer et s'apitoyer sur eux-mêmes, c'était pour lui une preuve de faiblesse.

Alors, pour ne pas lui déplaire, elle avait résisté, serré les dents et les poings à s'en faire mal.
Elle avait tout gardé pour elle, construisant en elle un barrage contenant tout son trop plein d'émotion et ce même barrage venait de se fendre en elle déversant un flot de larmes.

Elle se prit la tête entre ses mains à son bureau, écrasant ses larmes salées.

Et tout ça à cause d'un fichu journal.

Relevant la tête, elle contempla l'objet en question, fixa le carnet qui gisait devant elle et ouvrit de grands yeux. Mon dieu, et si quelqu’un de sa famille trouvait ce carnet ? Elle ne pourrait plus jamais regarder son père en face !

Elle le referma violemment, il fallait qu'elle le cache, personne ne devait jamais voir ça.

Jamais.

Il faut que je le cache! ou? Sous mon lit? Trop simple. Un tiroir? Hors de question, réfléchit-elle.

Elle chercha des yeux paniquée un endroit où cacher, quand son regard tomba sur son miroir au-dessus de la commode. Passant une main derrière le miroir, elle s’aperçut qu’il y avait un espace entre le cadre et la glace dans laquelle elle glissa le journal, qui heureusement pour elle rentrait parfaitement.

Elle sentit mal tout d'un coup. Comme un enfant qui vient de commettre une bêtise. Elle alla s'allonger dans son lit et remonta les couvertures sur sa tête jusqu'à ce que sa sœur vienne l'appeler pour le souper.

Souper qui se passa dans un silence religieux. Ni son père ni sa sœur ne remarquèrent qu'elle avait pleuré, ça l'aurait étonnée qu'ils le remarquent d'ailleurs.

Elle se dépêcha de finir son assiette et remonta au deuxième.
Quand elle fut dans sa chambre, elle alla directement se coucher le fait que son réveil n'indiquait que 20h45. La culpabilité, bien qu’elle sache qu’elle n’avait rien fait de mal, la travaillait.

Une heure après, elle ne dormait toujours pas, mais elle s'était calmée et se disait que ce qui était arrivé était dû au stress de devoir reprendre les cours. Elle se berçait d'illusions. Mais malgré tout elle ressentait toujours une douleur, un vide dans sa poitrine, elle serra sa main sur son pyjama au niveau de son cœur.

Je vais changer.





Voilà, petite intro pour commencer l'histoire! La suite la semaine prochaine sûrement, les chapitres étant déjà écrits jusqu'au 15.





Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: