Fiction: Insomnie

Depuis la mort de ses parents, Tenten a un mal fou à dormir. Neji va alors tenter de l'aider, mais la mission qui leur a été attribuée commence à prendre un sale tournant... Et puis, ce n'est pas de sa faute si les filles sont si compliquées ! [en hiatus]
Romance | Mots: 6522 | Comments: 21 | Favs: 28
Version imprimable
Aller au
NeN (Masculin), le 30/06/2008
Cette fic est dédiée à ma p'tite Hagane_51 ! Pour toi poussin insomniaque, kisu ^o^ !

Bonne lecture à tous !




Chapitre 1: Shakuyaku, le village caché de la pivoine



Tenten se retournait dans son lit depuis ce qui lui semblait être des heures et des heures. Pourquoi le soleil ne se levait-il pas ? Il ne pouvait pas être seulement deux heures du matin !
Fichue insomnie...Et après, Gaï lui disait qu'elle ne courait pas assez vite à cause du manque d'entraînement ! Et ça, c'était tout à fait faux, d'abord. Elle s'entraînait autant que Neji, et il le savait très bien, le bougre.

Tenten avait trop chaud. Quelle idée de dormir à l'intérieur ! Elle s'était si habituée aux nuits de plein air que rester entre les murs d'une maison l'étouffait. Pas un souffle de vent pour la rafraîchir...

C'était la première fois qu'elle dormait sur un vrai futon depuis une éternité. L'équipe avait été envoyée en mission dans un village lointain, et le trajet avait été très long...Ils avaient été accueillis à bras ouverts par les autorités de Shakuyaku, le village caché de la Pivoine. Leur mission était simple : surveiller la récolte des précieuses fleurs, base de nombreux antidotes pour poisons...et empêcher l'assassinat du futur seigneur du pays, Hanabira. Car sa nomination imminente le mettait en danger de mort : un groupe de ninjas terroristes menaçait de le tuer « pour le bien de tous ». Encore des opinions politiques.

En attendant, Tenten mourait de chaud dans la chambre qu'on lui avait attribuée. Elle se demanda comment les habitants du pays arrivaient à survivre, c'était encore plus insoutenable qu'à Suna ! Et pourtant, une végétation luxuriante recouvrait la totalité du territoire. Qu'on m'explique, avait dit Tenten.
Rien à expliquer, c'était comme ça : chaleur et humidité. Et les pivoines adoraient ce climat. Idiotes de fleurs.

Tenten jeta le coussin qui servait à caler sa nuque contre un mur et se leva. Hors de question qu'elle continue à bouillir dans cette marmite une seconde de plus.
Elle ouvrit le panneau coulissant et s'assit sur le bord du plancher qui entourait la maison pour enfiler ses chaussures. Un petit tour dans le village lui ferait le plus grand bien.
Ce n'était pas la première fois qu'elle était victime d'insomnie. Cela lui prenait souvent depuis quelques années, depuis la mort de ses parents, en fait. Et quand elle arrivait à dormir, c'étaient les cauchemars qui la prenaient...Merci, papa et maman, pensa ironiquement Tenten en sortant de la propriété du seigneur Hanabira. Vous n'auriez pas pu choisir une mort moins traumatisante ?

Sa mère et sa mère étaient des dassôhei ryôshis, des chasseurs de déserteurs. L'un avait fini avec trois katanas plantés dans la poitrine, l'autre avait explosé, tout simplement. Sous les yeux de Tenten, naturellement. Ç'aurait été trop demander qu'ils aillent crever ailleurs...
Enfin...
Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était persévérer dans la voie du shinobi. Elle deviendrait ryôshi à son tour, et tous ces salopards qui trahissaient leur village, elle les traquerait jusqu'à ce qu'ils étouffent de peur. Niark niark niark...
Tenten se rendit soudain compte de ce qui pouvait lui passer à l'esprit alors qu'elle marchait tranquillement dans la nuit. Deviendrait-elle sadique ? Mmmh...

Les rues étaient désertes, normal. L'air était lourd, pas normal. Il devait faire au moins deux cent degrés ! Fraîches forêts de Konoha, où êtes-vous ?
La dernière fois qu'elle avait été insomniaque, Lee l'avait « aidée » à dormir en l'assommant. Bon, ça avait marché, très bien même...si bien qu'il avait été impossible de la ranimer le lendemain matin. Tenten en avait tiré une bonne leçon : ne jamais faire confiance aux plans géniaux de Lee.
Quand à Neji, ce n'était même pas la peine d'y penser. Certes, il était attentif et attentionné, mais de là à réfléchir à un moyen d'aider sa coéquipière à dormir, il y avait un grand pas.

Tiens, Neji Hyûga...Voilà un sujet qui occuperait ses pensées pendant qu'elle déambulerait entre les maisons sombres.

Tenten n'a pas été toujours amoureuse de Neji, oh que non. Au début, elle l'admirait pour son talent. Il était son modèle, et elle était très fière d'être dans son équipe, au risque de paraître tout à fait affligeante à côté de lui. Mais sa façon de mépriser les autres ne lui avait jamais plus, en revanche ; cette façon de rabaisser Lee, de ne lui accorder aucune valeur ! Non, décidément, cela ne lui plaisait pas du tout.

Cependant, après son combat contre Naruto à l'examen chunnin, Neji avait modifié cet aspect de sa personnalité. Il s'était plus humanisé, se comportait moins en chef et s'était mit à leur adresser la parole pour autre chose que les missions. A ce stade-là, Neji, Lee et Tenten étaient devenus amis. Leur équipe se soudait un peu plus chaque jour ; Lee n'était pas du genre rancunier et admirait les efforts fait par son coéquipier pour changer. Un peu comme sa cousine, en fait.

Bref, ils étaient passés de « partenaires » à « camarades ». Les choses étaient si simples, alors ! Parler, courir, s'entraîner, rire même, toute action s'effectuait avec joie et calme. Ils étaient les meilleurs amis du monde, et c'était suffisant pour les réjouir.
Puis...il arriva un jour où Tenten se surprit à rougir en présence de son coéquipier.
Cela l'avait tout d'abord surprise. Que se passait-il donc ? En quoi ce jour était différent du précédent ? Pourquoi le sourire de Neji l'avait troublée, cette fois-ci ?
...
Et elle ne comprenait toujours pas. A quel moment son amitié s'était-elle transformée en amour ? Et comme ça, sans la prévenir ! Elle ne niait pas le fait d'être amoureuse, ça non, les symptômes étaient trop reconnaissables : pensées exclusivement dirigées vers le beau visage de Neji, coeur qui battait à son approche, joues qui s'enflammaient sans raison, regards qui se cherchaient...Non, elle l'aimait, inutile de se le cacher. La question était plutôt : s'agissait-il du véritable amour ? Ou bien était-ce un coup de coeur de jeune fille ? Car si une relation s'établissait entre eux deux, et qu'elle n'aboutissait pas, l'esprit d'équipe risquait d'en prendre un coup. Sans compter le nombre de larmes qu'elle allait verser, blessée de voir son premier amour réduit en cendres.
...
Bon, en attendant d'avoir les idées plus claires, elle allait déjà se maîtriser. Les battements de coeur et les heures passées à rêvasser accoudée au rebord de sa fenêtre, ok. Mais le rougissement, stop, niet, iie. Elle était Tenten, enfin ! Celle qui ne ratait jamais sa cible ! La meilleure invocatrice d'arme de Konoha ! La future élite des dassôhei ryôshis !

...Mouais. Elle pouvait bien faire toutes les promesses du monde, rien n'affirmait qu'elle les tiendrait. De toute façon, la meilleure solution était de rester soi-même, n'est-ce pas ? C'est-à-dire une fille légèrement garçon manqué sur les bord...
Tenten leva les yeux au ciel tout en longeant un ruisseau. Rien n'y faisait, elle était un cas désespéré. Autant s'habituer à l'idée tout de suite...
Misère...

Et cette chaleur, non d'un shûriken ? Elle ne voulait pas partir faire un tour à Konoha ? Il y avait un dérèglement climatique, c'était pas possible...
Le regard de Tenten tomba soudain sur un petit lac dans lequel se jetait le ruisseau qu'elle suivait. La lune ronde s'y reflétait de manière très poétique, et des dizaines de lotus en recouvrait les berges.
Tenten réfléchit un instant. Après tout, elle n'arriverait vraiment pas à dormir et si rien ne se produisait, elle ne tarderait pas à mourir desséchée. Gai, Lee et Neji devaient sûrement déjà avoir passé l'arme à gauche, cette température était parfaitement inhumaine. Un p'tit bain nocturne rallongerait peut-être sa durée de vie...

Sans prendre la peine de se déshabiller, Tenten prit son élan et sauta. Elle fit l'effet d'une bombe et fut engloutie dans une gerbe d'écume. Grâce soit rendue au ciel ! L'eau était délicieusement froide !
Tenten se laissa descendre et s'assit sur le fond du lac. Quel bonheur ! Pour un peu, elle chanterait d'aise. Vus de dessous, les lotus formaient de petites tâches sombres qui se balançaient doucement sous les remous provoqués par l'irruption de la jeune fille dans cet univers aquatique. Elle voyait toujours la lune et les étoiles à travers les cinq mètres d'eau qui la recouvrait. Splendide.

Un petit poisson argenté frétilla sous ses yeux et elle loucha en voulant le regarder. Des algues longues de dix kilomètres (au moins) ondulaient partout.
Bon, faudrait peut-être penser à remonter chercher de l'air. Elle avait beau être une ninja, ses poumons étaient en capacité réduite.

Tenten se leva et donna un coup de pied pour remonter à la surface. Au moment où elle allait atteindre l'air libre, elle sentit quelque chose retenir son pied droit et sous l'effet de la panique, elle laissa échapper tout un filet de bulles. Super, maintenant, elle n'avait plus la moindre goutte d'oxygène en réserve...
Une algue s'était enroulée autour de sa cheville. Mais comment avait-elle fait pour qu'elle ne la remarque pas ? Tenten vit l'extrémité de l'algue verte bouger, comme un serpent, et comprit qu'il devait s'agir d'une espèce particulière de végétaux marins, qui se mouvaient d'eux-mêmes...Tsunade-sama les utilisait pour les garrots...

Elle plongea et tenta de se dégager. En vain...Et dire qu'elle n'avait pas le moindre kunai sur elle ! Quelle cruche ! Et pourquoi était-elle descendue au fond de ce maudit lac, aussi ? Quelle imbécile ! Non mais quelle...
Même avec les dents, l'algue ne se sectionnait pas. Tenten commença à s'affoler et battit des bras en direction de la surface, elle parvint à inspirer une goulée d'air avant d'être de nouveau recouverte par les remous.

Elle sortit un shuriken de sa poche, seule arme en sa possession, et entreprit de scier le lien visqueux, mais dû se rendre à l'évidence : son misérable bout de métal ne viendrait pas à bout de cette saleté d'algue. La tête commençait à lui tourner salement...Zut à la fin ! Elle avait autre chose à faire que se débattre inutilement au fond d'un lac vaseux !

Une silhouette blanche passa soudain devant elle et le lien qui la retenait se brisa. Un bras vigoureux l'empoigna à bras-le-corps et la ramena à la surface.

- A quoi tu joue, Tenten ? dit Neji tandis qu'elle recrachait les deux litres d'eau qu'elle avait avalé.

- Eurk...

- Pourquoi tu ne dors pas à cette heure ? T'es somnambule pour te retrouver dans un lac au beau milieu de la nuit ? C'était quoi cette algue ?

- Woh, une seule question à la fois, Neji ! Et d'abord, qu'est-ce que tu fais là ?

- Ben...ça ne se voit pas ? Je suis venu te sauver !

- Wah, Super Neji en action !

Neji rougit et se fâcha.

- Me fais pas croire que t'allais t'en tirer toute seule, ce truc ne pouvait être coupé qu'avec une pointe de chakra !

Tenten toussa encore une fois et Neji nagea vers elle.

- Viens, on sort de là, dit-il en la soutenant.

Il l'entraîna vers le rivage et l'aida à remonter au sec. Tenten se laissa faire, un peu sonnée par le manque d'oxygène.

- Au fait...Merci, Neji...

- Ah ben quand même !

Elle le regarda, prête à répliquer, mais se ravisa en voyant qu'il souriait. Une pensée lui traversa alors l'esprit.

- Qu'est-ce que tu fais hors de ton lit ? demanda-t-elle en fronçant les sourcils.

- Je pourrais te retourner la question, rétorqua Neji en se laissant tomber en arrière.

Il posa sa tête sur l'herbe et fixa le ciel piqueté d'étoiles.

- Je n'arrivais pas à dormir, dit-il. Trop chaud. Et toi ?

- Insomnie.


- ...ça te prend souvent ?

- Bah, oui...Surtout les soirs où la lune est pleine...

- Et tu te noies à chaque fois ?

- Non, c'était une inauguration !

Tenten replia ses jambes pour s'assoire en tailleur. Etre trempée ne la dérangeait pas, au contraire : c'était toujours un rafraîchissement de pris...

- Une inauguration ? répéta Neji. Ça veut dire que tu comptes recommencer ?

- Pourquoi pas ? dit Tenten d'un ton sarcastique. Surtout si tu es là pour me sauver !

- A votre service, jeune demoiselle...

Elle rougit. Depuis quand Neji faisait de l'humour ? Comme quoi, la pleine lune pouvait réserver bien des surprises...Tenten refit ses chignons complètement défaits et s'allongea à côté de son coéquipier.

- ...Qu'est-ce que tu fais, quand tu n'arrives pas à dormir ? demanda soudain Neji. Ça doit t'handicaper pour les entraînements et les missions...Déjà qu'on n'a pas beaucoup de temps pour se reposer...

- Je ne fais rien. Impossible de remédier à mes insomnies...

- Ah bon ?

Il fronça les sourcils, pensif.

- Tu as analysé ce qui t'empêchait de...

- Oui, depuis longtemps, coupa Tenten. Mais on ne peut pas grand-chose contre les souvenirs, non ?

- Mmmh...Je pense que si...

Neji tourna la tête pour la regarder.

- Je peux t'aider, dit-il. Raconte-moi.

Tenten eut un mouvement de surprise.

- Ah mais non, bafouilla-t-elle en rougissant. Je ne veux pas parler de ça !

- C'est le seul moyen ! Ce genre de souvenirs est bien trop lourd à supporter tout seul ! Donne-moi quelques kilos...

- Non, répéta Tenten en ne pouvant s'empêcher de sourire (Neji était vraiment trop touchant !). Une autre fois, peut-être ? Je ne me sens pas prête, là.

Il la fixa quelques instants sans rien dire, puis se retourna vers le ciel en soupirant.

- Très bien...

- Tu crois qu'Hanabira-sama risque vraiment quelque chose ? demanda Tenten en regardant à son tour les étoiles.

- Oui. Tsunade-sama nous a bien dit que les bôkans du pays des arbres voulaient à tout prix l'éliminer...Encore une histoire d'opinions politiques...(nda : « bôkan » veut dire terroriste !)

- Ah, je suis bien d'accord...Comme si les ninjas n'avaient pas suffisamment de travail pour que les conflits entre villages viennent en ajouter une couche ! Il y a des jours où j'ai vraiment l'impression que les gens nous prennent pour des agents à leur service !

- Nous sommes des agents à leur service, Tenten.

- Enfin, tu vois ce que je veux dire ! s'énerva la jeune fille.

- Non...

- Menteur.

Neji pouffa et Tenten soupira, exaspérée. Pourquoi fallait-il que son attitude de gamin l’attendrisse encore davantage ?

- T'es agaçant, comme mec, rouspéta-t-elle.

- C'est ce que je pensais de toi, au début, dit Neji.

- Hein ?

- Oui, parce que je savais que tu étais une fille très énergique, mais avec moi, tu jouais tout le temps la timide ! Y'à de quoi énerver n'importe qui !

Tenten se redressa sur un coude, stupéfaite.

- Attends... Ne me dis pas que je t'importais, à l'époque !

- Qu'est-ce que t'en sais ?

Elle le fixa, les yeux écarquillés. Gêné, Neji détourna la tête.

- Sans blague ? dit Tenten en se rallongeant. Eh bien, si je m'attendais à un truc de ce genre...

- J'ai l'air si froid que ça ?

- Ben...Moins maintenant. Non, en fait : tu n'as jamais eu l'air froid ! Juste distant.

- C'est pareil, non ?

- Non, répliqua Tenten. Mais tu as fait de grand progrès en quelques années, je suis fière de toi !

- Trop aimable...

Il y eut un silence durant lequel un souffle d'air frais vint les rafraîchir. Des pétales de fleur volaient en tous sens, et Tenten s'en prit une bonne dizaine dans la tête.

- Dis, Neji...

- Mmh ?

Tenten ouvrit la bouche, mais se ravisa.

- Non, rien.

Un oiseau passa au-dessus d'eux en planant silencieusement. C'était une chose curieuse que d'être couché au bord d'un lac plein d'algues sournoises à regarder le ciel alors qu'il était trois heures du matin.
Tenten se redressa et se pencha lentement au-dessus de Neji. Il leva les sourcils quand sa silhouette cacha les astres qu'il était en train d'observer et la regarda. Elle sourit.

- Les étoiles se reflètent dans tes yeux, dit-elle. C'est magnifique.

Neji rougit légèrement. Qu'est-ce qu'il lui prenait de dire ça maintenant ? Il se redressa, attrapa Tenten par les avant-bras et ils roulèrent sur le gazon.

- Comment veux-tu que je voie des étoiles si tu te mets devant ? dit Neji en la plaquant au sol.

Tenten arrêta de rire. Les longs cheveux du jeune homme lui caressaient le visage.
Neji relâcha légèrement sa prise. En fait, les yeux de Tenten contenaient toutes les étoiles du monde...et il ne parvenait pas à s'en détacher. Sans vraiment réaliser ce qu'il faisait, il commença à se pencher vers elle, comme aimanté par ce regard brillant, les joues teintées de rouge. Tenten sursauta et détourna la tête. Troublé, Neji recula.

- Tent...

Elle plaqua une main sur sa bouche, le regard fixé sur un massif d'arbres situé de l'autre côté du petit lac. Elle était certaine d'y avoir entendu du bruit. Un tintement de métal.
Des dassôheis ? Des bôkans ?

Son coeur battait la chamade. Elle passa une main sur la nuque de Neji et se redressa pour murmurer à son oreille :

- Il y a quelqu'un dans les arbres, sur l'autre rive.

Il activa son Byakugan, les sourcils froncés.

- ? K'so...

- Ce sont eux ? chuchota anxieusement Tenten.

Il fit « oui » de la tête et elle se mordit la lèvre. Ils étaient en terrain découvert, impossible d'aller prévenir les autres sans être repéré...S'ils ne l'étaient pas déjà.

Neji ferma les yeux pour avoir une vision plus précise.

- Ils ne nous ont pas vu, dit-il à voix basse, toujours au-dessus de Tenten. A mon signal, on fonce vers la maison aux rideaux bleus, devant nous...Maintenant !

Il souleva Tenten et ils bondirent pour se coller au mur de bois. Maintenant, il fallait arriver jusqu'au palais avant les bôkans...Pourvu que les gardes soient en faction !
Tenten considéra les silhouettes qui filaient le long du lac. Ils étaient trois. Pour l'instant. Bon sang, c'était bien le moment de lancer une attaque ! Terroristes à la gomme...Ils devaient absolument les ralentir, prévenir Gai-sensei et Lee ! Mais comment...

- Tenten, dit soudain Neji. Cours réveiller les autres, je fais diversion.




Chapitres: [ 1 ] 2 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: