Fiction: Amnésique (terminée)

Temari se fait agresser à quelques pas de Konoha, on l'a croit perdu mais elle fini par se réveiller. Seulement problème: elle ne se rappelle pas de sa vie passé et Gaara, pour sa sécurité, ne tient pas à ce qu'elle s'en souvienne. Notre paresseux préféré va devoir tricher, mentir et s'assurer que jamais elle ne redevienne Temari no Sabaku, celle qu'il aimait secrètement. Mais pourquoi un tel ordre de la part de Suna ?
Classé: -12D | Action/Aventure / Humour / Romance | Mots: 39982 | Comments: 410 | Favs: 269
Version imprimable
Aller au
nana13 (Féminin), le 15/06/2008
Ceci est ma première fanfic mais n'en profitez pas pour être indulgents, j'espère ne pas vous endormir avant la troisième ligne. J'aime bien les mélo-romantique mais ça peut finir bien ou mal, Une pointe d'humour pour soulager quand les persos commencent à en faire trop, pourtant vous les verrez toujours égaux à eux-même.



Chapitre 2: Réveil miracle



« Temari… Temari… Pourquoi je n’entends que ce mot, depuis tout ce temps. Est ce que c’est de moi dont on parle ? Oui, c’est vrai, je m’appelle Temari… Quoique je ne me souvienne plus vraiment… Comment je m’appelle, déjà ? Kuso, j’ai… oublié. »

Une jolie jeune fille ouvrit les yeux, encore engourdie, avec un sacré mal de tête. D’abord, les images furent floues, mais peu à peu…
Elle était dans une chambre, d’hôpital, visiblement, sinon comment expliquer la perfusion sanguine et le bandage qui lui enserrait le front.
Il y avait des fleurs sur sa commode, des narcisses, des jonquilles, des violettes, des marguerites, des iris et des… roses. Enfin, c’est ce qu’elle pensait, elle n’arrivait pas à se souvenir exactement du nom des fleurs. Mais pour les roses, elle en était sûre, par contre, impossible de remettre le doigt sur leur signification.
Elle sentit un poids sur son drap, un garçon dormait, apparemment épuisé. Elle n’osa pas le réveiller mais elle lui tourna la tête pour l’observer à son aise : plutôt mignon, brun, les lèvres très fines, des yeux certainement en amande, les cheveux retenus en une queue de cheval très haute… Non, elle n’avait jamais vu ce garçon. Mais il avait dû la veiller longtemps. Très gentil de sa part.

Shikamaru sentit un contact sur son visage, il ouvrit les yeux et vit deux yeux, d’un très beau vert, d’ailleurs, qui le fixaient d’un air interrogateur. Des cheveux blonds lui chatouillaient le nez.
Cheveux… blonds ? Yeux… verts ?
Tilt !

« FILLE GALÈRE ! »
Il hurla et se cogna contre son front, elle recula en frottant la partie touchée. Il aurait pu frapper un autre endroit que sur sa blessure.
« Hé, s’exclama-t-elle, furieuse, pourriez pas faire attention ? »

Mais il s’en fichait totalement, elle était censée mourir dans la journée, pas se réveiller… C’était fou... Miraculeux.
Il l’avait surveillée, voulant être à ses côtés quand elle lâcherait le dernier soupir, l’embrasser avant que ses lèvres ne deviennent froides et lui dire ce qu’il aurait dû dire avant.
Mais elle était là, plus belle que jamais, avec ses cheveux décoiffés et sa chemise blanche trop grande. Il la fixait sans pouvoir articuler un mot.

Bon, pensa-t-elle en le voyant sans réaction, il est peut être gentil mais ça n’a pas l’air d’être une lumière. Je vais l’aider.

Elle afficha un sourire poli et demanda :
« Excusez moi mais est ce que vous pourriez me dire ce qu’il m'est arrivé ? Et où je suis ? »
Le garçon eut une réaction très curieuse, il la serra contre lui.

« Tu t’es réveillée, espèce de fille galère, comment as-tu pu me faire une peur… »
Il recula soudain.
« Tu m’as vouvoyé ?
- Heu, oui… Je n’aurais pas dû, Monsieur ? »
Shikamaru trouva que la situation devenait bizarre, depuis quand l’appelait-elle monsieur ?
« Tu ne te souviens pas de moi ?
- Non, je ne me souviens pas. On se connaît ?
- Je suis Shikamaru, Shikamaru Nara.
- Ça ne me dit rien, je suis désolée.
- Mais tu te souviens de ton nom, au moins ?
- Heu… Non. »

Les pensées de Shikamaru furent aussitôt très bien résumées par le cri que poussa Shizune en entrant :
« KUZOOOOOOO ! »

« Donc elle est réveillée, c’est une excellente nouvelle ! »
Tsunade avait l’air ravi mais Shikamaru beaucoup moins, partagé entre la joie immense de sa renaissance et l’inquiétude de cette perte de mémoire.
« L’ennui c’est qu’elle ne se souvient de personne, même pas de son propre nom.
- Oui, Tsunade, approuva Shizune, cela m’a l’air d’une amnésie à long terme. Selon nos tests, son réveil miracle est dû à une modification du cerveau, elle devenue amnésique au lieu de trépasser. Les dommages sont uniquement mémoriaux, rien de physique ou de réflexe.
- Je vois. »

Un messager entra à ce moment et remit une lettre à l’Hokage, elle la lut et son visage changea d’expression.

« Shizune, tu avais envoyé le rapport du réveil de Temari au Kazekage ?
- Évidemment.
- Il vient de renvoyer sa réponse. »
L’assistante regarda le message et ne put cacher un mouvement de surprise.
Sentant qu’on avait oublié sa présence, Shikamaru tenta une phrase :
« Je me charge, si vous me le permettez, de prendre soin d’elle, je pourrais lui rendre certains souvenirs.
- Non. »
Le Nara regarda d’un air ahuri l’Hokage, celle-ci continua :
« Je t’interdis de lui rappeler la moindre chose, que personne d’autre que toi ou Shizune ne lui rende visite. Tu dois lui mentir sur son nom et en trouver un autre.
- Mais pourquoi ferais-je une chose pareille ?
- Je t’expliquerai en temps voulu. »
Le regard de Tsunade ne tolérait aucune contradiction.

« Je t’ai apporté ton plateau déjeuner, même si c’est plutôt l’heure du dîner.
- Merci… heu… Shikamaru. »
Il déposa la nourriture sur son lit, elle semblait affamée et accueillit avec bonne humeur cette collation.

« Donc si je comprends bien, j’ai une modification de la mémoire pour une durée peut-être éternelle, mais ça m’a sauvé la vie.
- En gros, c’est ça.
- Alors je ne vais certainement pas me plaindre aujourd’hui. »

Elle mordit joyeusement dans une cuisse de poulet avant de se rendre compte que son (nouvel) ami ne mangeait pas, peut être avait-il faim, lui aussi ? Elle rougit de son impolitesse.
« Tu veux quelque chose, demanda-t-elle, du raisin ? Des pâtes ? Une pêche ? »
Il releva la tête, touché par sa gentillesse.
« Merci, je veux bien du raisin. »
Ils continuèrent leur conversation :

« Alors nous sommes à Konoha et c’est un village de ninjas.
- Oui, moi je suis l’héritier du clan Nara, qui s’occupe des cerfs, leurs cornes sont très utiles pour faire des médicaments.
- Est-ce que j’étais ninja, moi aussi ?
- Oui.
- J’étais forte ?
- Tu n’étais pas mal.
- Moins que toi ?
- Oh, moi, personne ne peut me dépasser ! »

Ils rirent ensemble puis elle redevint sérieuse :
« On se connaissait intimement ? Tu sais beaucoup de choses sur moi ?
- On a effectué des missions ensembles et on a fini par s’entendre, je te connais assez bien.
- Pourquoi tu ne veux pas me dire comment je m’appelle.

Je n’ai pas encore choisi le nom qui t’irait le mieux.
- Parce que quand un ninja fait une amnésie, on doit s’assurer de son état santé avant de tout lui révéler.
- Quand pourras-tu me dire mon nom ?
- Demain, je crois.
- J’ai un service à te demander.
- Quoi ? »
Elle rougit légèrement et sourit :
« Je voudrais que ce soit toi qui me dises mon nom. »
Il resta troublé, elle bâilla puis s’allongea, encore fatiguée.
Il lui remit la couverture et l’embrassa sur le front.
« Bonne nuit, fille galère.
- Bonne nuit Shikamaru. »

Elle s’endormit, son souffle enfin régulier, ses cheveux dorés posés sur l’oreiller. Si belle, si parfaite, si étincelante dans cette lumière d’automne.
Shikamaru sourit.
Il venait de lui trouver un nom.

« Donc elle se souvient des choses basiques comme le nom des fleurs, les ninjas, etc. Mais elle a totalement oublié sa vie d’avant. C’est bien ça ?
- Oui, elle a aussi des pertes de mémoire sans gravité.
- Très bien, Shikamaru, je vais maintenant t’expliquer ta mission.
- Mission ? »
Shikamaru considéra l’Hokage d’un air surpris, ne pas dire son nom à Temari déclenchait une mission ?
« Temari a été attaquée par des ninjas d’Oto, ils en veulent au Kazekage et ont décidé de s’en prendre à sa sœur sur le chemin de Konoha. Seulement elle a tué tous ceux qui l’on attaquée et les autres ignorent tout d’elle, la croient peut être morte.
- Et alors ?
- Le Kazekage nous envoie une mission : cacher à Temari son ancienne vie, faire disparaître toute preuve de son existence, faire croire à sa mort. Dans l’unique but que personne ne la recherche.
- Mais elle ne peut pas rester éternellement dans cette chambre d’hôpital.
- C’est là que tu interviens. À toi de la prendre sous ton aile, de lui inventer une nouvelle vie, de faire en sorte qu’elle ne se souvienne jamais de rien. Tu nous donneras un rapport et nous le transmettrons à ceux qui seront dans la confidence.
- C’EST MONSTRUEUX !
- C’est pour son bien. Nous allons même construire une stèle en son honneur et organiser un enterrement.
- La morte vivante, dit-il d’un rire sans joie, j’en frissonne déjà. »

Cette mission ne lui plaisait pas, mais avait-il le choix ? L’ordre venait de Gaara, si lui-même demandait une telle chose, alors il y avait une raison.
« Très bien, j’accepte la mission.
- C’est une sage décision.
- Je le fais pour elle, Hokage, pas pour vous.
- Je le sais, Shikamaru. »

Le garçon allait quitter la pièce quand Tsunade le rappela :
« J’imagine que tu lui as déjà trouvé un nom. Comment devra-t-on l’appeler ? »
Shikamaru se retourna, Tsunade vit un sourire illuminer son visage.
« Appelez-la Aya… juste Aya. »
Il sortit. Tsunade croisa les bras et sourit à Shizune qui regardait la porte d’un air rêveur.
« Il n’aurait pas pu choisir un meilleur nom, pas vrai ? »
L’assistante répéta ce mot comme si elle caressait de la soie.

« Aya… La beauté sauvage. »



Que pensez vous du prénom Aya? Et du plan du Kasekage?



Chapitres: 1 [ 2 ] 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: