Fiction: Amnésique (terminée)

Temari se fait agresser à quelques pas de Konoha, on l'a croit perdu mais elle fini par se réveiller. Seulement problème: elle ne se rappelle pas de sa vie passé et Gaara, pour sa sécurité, ne tient pas à ce qu'elle s'en souvienne. Notre paresseux préféré va devoir tricher, mentir et s'assurer que jamais elle ne redevienne Temari no Sabaku, celle qu'il aimait secrètement. Mais pourquoi un tel ordre de la part de Suna ?
Classé: -12D | Action/Aventure / Humour / Romance | Mots: 39982 | Comments: 410 | Favs: 269
Version imprimable
Aller au
nana13 (Féminin), le 14/12/2008
Avant-dernier chapitre !!! Accrochez-vous à vos chaussettes !!!!



Chapitre 15: Le soleil se lève



Le cri de Shikamaru avait transpercé la nuit, il avait hurlé le nom de Temari, son vrai nom !
La jeune fille regarda la flèche enfoncée dans la poitrine, le regard perdu, ne pensant même pas à hurler sa douleur.

Temari ! Il l’avait appelé Temari !

Kyoujaku ferma les yeux, attendant que son souvenir revienne vers lui.

Mais rien ne se produisit, la kunoichi ne saigna pas, sa pâleur n’avait d’ailleurs rien de naturel. Shikamaru la fixa, que se passait-il ? Pourquoi Temari restait-elle agenouillée ?
Soudain les yeux de la jeune fille devinrent blancs, d’une intense lumière blanche, comme un byakugan.
Sauf que c’était tout autre chose.
Sa peau pâle devint étincelante aussi. Comme une marionnette sur qui on tirait des ficelles, elle se redressa et se maintint sur ses jambes.
La flèche se consuma et disparue, il n’y avait aucune plaie.
La voix de Shikamaru avait éveillé les sens de Temari, le fait qu’il crie son nom avait fait ressurgir tous ses souvenirs d’un seul coup. Et le souvenir de Kyoujaku s’éveilla aussi, dans toute sa puissance.
Temari ferma les yeux puis les rouvrit, la lumière blanche s’éteignit pour laisser place à deux iris vertes, où le trouble de l’amnésie était mort.
La jeune fille tendit sa main, faisant léviter son éventail jusqu’à elle. Puis elle adressa son sourire si spécial à Shikamaru toujours abasourdi.

Temari était revenue.

********

Dai aussi se battait encore. Il avait, grâce à son sabre, repoussé tour à tour Choji, Sakura et Kakashi. Il était fort, très fort, impitoyable aussi. De la même façon qu’il avait assassiné Supai, il n’hésita pas à s’en prendre à trois ninjas d’Oto qui étaient sur son passage.
La folie de son maître avait déteint sur lui, plus rien ne comptait que de tuer, alliés comme ennemis.
Sa prochaine cible serait....le blondinet.

« NARUTO, hurla Kiba, IL FONCE SUR TOI !!! »

Avec un hurlement de rage, Dai brandit son sabre et se précipita sur Naruto qui n’eut pas le temps d’éviter.

La lame brilla dans la nuit avant de se briser sur une carapace de sable venue se mettre entre lui et l’Uzumaki.

« Qu’est-ce que.... ? »

Le sable lui arracha son arme et la brisa sur le sol, une autre vague lui attrapa les bras, les jambes, le momifiant presque.
Puis se referma sur lui, de la même manière qu’un sarcophage.
Instinctivement Naruto détourna les yeux pour ne pas voir la fin de la technique.

Le dernier des lieutenants de Kyoujaku mourut, ses plaintes étouffées dans le sable.

« LES NINJAS D’OTO SONT PRIÉS DE SE RENDRE SANS FAIRE D’HISTOIRE !!! »

Le blondinet et ses amis redressèrent la tête, des centaines de shinobis de Suna étaient perchés en haut des dunes, leurs flèches braquées sur les ennemis.
C’est Baki qui avait hurlé cet ordre, à ses cotés se tenaient Kankurô et leur Kasekage souriant qui rappelait son sable : Gaara.
Les deux frères venaient en aide à leur grande sœur, enfin.
Les ninjas d’Oto avaient vu mourir leurs quatre sous-chefs, ils préfèrent tous déposer les armes et s’agenouiller en signe de défaite.
Naruto poussa un soupir de soulagement, ils étaient tous sauvés.

Non ! Shikamaru et Temari étaient encore dans le château.

Ino poussa un cri et tous suivirent son regard qui se portait sur le toit de la plus haute tour du manoir.

Trois personnes terminaient de mener un combat acharné.

*******

Kyoujaku toussa, il était à l’air libre depuis trop longtemps et cela risquait de lui coûter ses dernières forces. Il s’élança sur Temari et tenta de la griffer, un rayon de chakra le repoussa, la jeune fille n’avait pas esquissé un geste, mais le souvenir le plus puissant du monstre lui obéissait désormais.

« Kyoujaku, siffla t’elle, tu ne peux plus me vaincre. »

Elle déploya son éventail, il était plus que temps d’en finir.
Devinant ce qu’elle allait faire, le monstre voulu s’envoler mais l’ombre de Shikamaru le retint.

« Ne m’oublies pas non plus, rie il, je tiens à être de la fête. »

Temari se concentra, tout ce qui lui restait de chakra elle allait le mettre dans cette attaque, elle se mordit le doigt et laissa son sang couler sur l’éventail. Elle entendit le jeune homme lui crier qu’il fallait viser le front, elle sourit encore et hurla :

« INVOCATION ! LA DANSE DU PETIT FAUCHEUR !!! »

Une minuscule belette chargée d’un vent surpuissant apparut et fonça droit sur l’ennemi.
Avec une incroyable précision, elle transperça sa tête de part en part.
Une petite sphère lumineuse noire et blanche s’échappa de lui, ses souvenirs s’évaporèrent.
Kyoujaku cracha du sang et tomba sur le sol.

« Temari...tu as réussi. » S’exclama Shikamaru.

Elle n’eut pas le temps de lui répondre, il se rendit compte que quelque chose clochait encore.

Le tonnerre gronda, le ciel se chargea de nuages et un trou noir apparut dans le ciel.
Kyoujaku encore un peu vivant éclata de rire :

« SI JE MEURS ET DISPARAIS ALORS TOUT CE QUI EST RATTACHÉ À MOI DISPARAIT AUSSI !!! »

Une tornade se forma et commença à aspirer brique par brique le château, Temari se retrouva au centre de la tempête et poussa un cri : elle devenait transparente, immatérielle. Si le souvenir s’échappait d’elle, il l’emmenait avec lui.
Elle se sentit s’élever dans le ciel et attirée comme un aimant par le trou noir.

Shikamaru observa tout cela avec terreur.
Temari allait disparaître sous ses yeux, alors qu’il venait à peine de la retrouver.

Non ! Ça jamais !

Il se précipita à l’intérieur du tourbillon et saisit la jeune fille dans ses bras, la maintenant serré contre lui.

« TEMARI, supplia-t-il, RESTES AVEC MOI !!! TEMARI !!! »

Elle avait fermé les yeux, il la sentait de moins en moins contre lui, elle était en train de s’évaporer comme de la fumée.

«BON SANG TEMARI !!! TEMARI JE T’AIME !!! OUVRES LES YEUX !!! »

Elle les ouvrit brusquement.

« SHIKAMARU, hurla t’elle, J’AI...J’AI PEUR !!! J’AI PEUR !!! »

Elle criait, elle pleurait et se cramponnait à lui.
Oui, Temari avait peur.
Temari pouvait être fragile.
Temari avait besoin de Shikamaru.

Et il était là, pour la protéger. Elle ne disparaîtrait pas tant qu’il serait là.

********

En bas les shinobis regardèrent le trou noir se former et aspirer le château de Kyoujaku.

« Nom de nom, jura Kankurô, qu’est-ce qui se passe enfin ?!! »

Le vent s’était levé, impossible de s’approcher sans risquer d’être blessé. Ino serra la main de Choji avec inquiétude : Shikamaru et Temari étaient au milieu de cette tempête.

« Choji, il faut faire quelque chose ! Ils sont là-bas !
-Non, intervint Kakashi, nous ne devons pas nous avancer.
-Oui, s’exclama Neji, le manoir tout entier est attiré vers ce trou noir, nous ne pouvons rien faire.
-Kuso, s’énerva Naruto, mais que font-ils ? Où sont Shikamaru et Temari. »

Il y’eu soudain un grand bruit, le bâtiment partant en morceaux fut entièrement absorbé. Le trou noir se referma et finalement :

« IL VA IMPLOSER ! » S’écria Neji.

Gaara comprit à temps et son sable entoura les shinobis.

L’implosion ne fut pas forte mais provoqua une rafale de vent impressionnante.

Puis enfin les nuages disparurent, le tonnerre cessa et le ciel paisible de la nuit réapparut.

Kyoujaku était mort, ses souvenirs avaient disparues avec lui et les ninjas d’Oto désespérés n’opposèrent plus aucune résistance.

« Allons-y, s’écria Naruto, Shikamaru et Temari ne peuvent pas être morts ! Allons les chercher ! »

*******

L’éventail les avait protégé de la déflagration, deux personnes étaient allongés sur le sol et, serrées l’une contre l’autre, ne bougeaient plus.
Temari la première ouvrit les yeux et caressa la joue du garçon qui lui souriait.

« On l’a fait Shikamaru...on a réussi.
-TU as réussi, espèce de fille galère ! Tu as réussi à m’embarquer dans la plus folle des aventures, tu as réussi à me faire prendre des responsabilités dont je ne voulais pas, tu as réussi à me faire tourner en bourrique et m’inquiéter comme jamais...
-Merci quand même. Bougonna-t-elle.
-....Et le pire c’est que tu as réussi à me faire aimer ça. »

Elle se redressa et s’assit, l’air songeuse et sévère :

« Si ce que tu viens de dire est vrai, alors réponds honnêtement à ma question : qui vois-tu en moi maintenant ? Aya ou Temari no Sabaku ? »

Il continua de sourire et rapprocha son visage de la jeune fille :

« Avant je ne voyais qu’une femme trop forte et trop dure pour moi, celle-ci s’appelait juste Sabaku, elle n’avait pas de prénom. Ensuite j’ai vu une jeune fille perdue, fragile et triste, celle-là s’appelait Aya. »

Il essuya une larme qui s’échappait de ses yeux verts pour rouler le long de sa joue. Il caressa ensuite ses cheveux dorés :

« Et maintenant que j’ai ouvert les yeux, je vois une femme qui peut être forte et fragile, qui peut avoir besoin de moi autant que j’ai besoin d’elle. Je ne vois plus que toi : Temari no Sabaku. »

Les yeux de la jeune fille devinrent flamboyants d’amour. Elle lui sauta au cou et ils tombèrent dans le sable en riant, simplement heureux d’être ensembles et vivants.

« NARA ! QU’EST-CE QUE TU FAIS À MA SŒUR ?!! »

Kankurô, Gaara, Choji, Ino, Naruto.... tous étaient là, la jeune fille se releva et, sans laisser le temps à Kankurô d’en placer une autre se jeta dans les bras de ses frères qui se regardèrent, abasourdis.

« Gaara ! Kankurô ! Vous m’avez tellement manqué !
-Temari....pardon ! On croyait agir pour ton bien !
-Je suis trop contente de vous revoir pour vous trucider tout de suite mais...ATTENDEZ UN PEU QU’ON SOIT RENTRÉ !!!
-Pas de doute, rie Ino, c’est bien notre Temari qui est de retour. »

Choji aida Shikamaru relativement épuisé à se relever, Naruto lui donna une grande claque dans le dos en ricanant :

« On se faisait du mouron pour toi mais Monsieur Nara était tranquillement allongé dans le sable à embrasser une belle blonde !
-Naruto, t’es vraiment chiant. »

Kurenai lui sourit doucement, puis avisa quelque chose qui brillait dans le sable, elle se pencha : c’étaient les lames d’Asuma que l’implosion avait épargné. Elle les serra contre son cœur, si seulement il pouvait les voir tous, comme il serait fier.

« Temari, fit Gaara, si on rentrait maintenant ?
-Oui, sourit elle, rentrons à la maison. »

Souriante devant tout ce monde qui se disait au revoir avec de belles promesses d’amitié, elle rajusta son bandeau, resserra ses quatre couettes et accrocha son éventail. Puis s’approcha de Shikamaru :

« Merci Shikamaru, merci pour tout.
-Même pour mes mensonges ?
-Tu es paresseux, râleur, misogyne mais tu n’es pas un menteur Shikamaru Nara. »

Elle semblait attendre quelque chose de lui puisqu’elle fronçait les sourcils, il se gratta la tête d’un air gêné :

« Tu vois, tout à l’heure je t’ai fais une belle déclaration et tout, mais maintenant devant tout le monde je n’ose pas trop alors... »

Elle ne lui laissa pas le temps de terminer et scella sa phrase par un long baiser en entourant son cou de ses bras, indifférent aux ricanements de Kiba et au regard noir de Kankurô, il referma ses bras sur sa taille et approfondit leur embrassade, une douce chaleur au creux du ventre. Ça, ça lui redonnait suffisamment d’énergie pour retourner à Konoha au pas de course.

Les ninjas de Suna et ceux de Konoha se séparèrent enfin, emportant ceux d’Oto en prisonniers.
Temari soudain releva la tête comme si elle avait oublié une chose importante et hurla au groupe de Konoha :

« AU FAIT SHIKAMARU : QUAND JE SUIS VENU A KONOHA IL Y’A TROIS MOIS C’ÉTAIT POUR TE DIRE QUE JE T’AIMAIS ! »

Il éclata de rire et la regarda s’éloigner enfin.
Regrettait-il qu’elle ne lui ait pas dit ça plus tôt ? Pas vraiment en fin de compte.
Dans un mois ce serait l’examen chuunin, elle serait de retour et cette fois il ne la laisserait plus jamais partir. Il était prêt à commencer avec elle une vie pleine de rebondissements et d’amour, beaucoup moins calme que celle qu’il avait imaginé étant enfant mais beaucoup plus belle aussi.

Dans l’allégresse générale Shizune seule affichait un air sombre, Yamato s’en aperçu et lui demanda de quoi il retournait :

« C’est pour mon rapport, expliqua l’assistante de Tsunade, Kyoujaku est mort mais nous n’avons pas réussit à garder Temari amnésique. La mission est-elle un succès ou un échec ? »

Yamato lui sourit et lui prit la main, puis il regarda le Nara qui avait toujours un sourire béat sur les lèvres.

« Un garçon qui prend autant de risques pour celle qu’il aime, des amis toujours prêts pour l’aider....moi, je n’ai jamais vu de mission plus réussie. »

Shizune pouffa doucement et se blottit contre Yamato, la petite troupe marchait toujours gaiement face au soleil qui se levait sur un avenir radieux.




Attendez !!! Y'a un épilogue !!!

Naruto (soupirant): elle fait toujours des épilogues.




Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 [ 15 ] 16 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: