Fiction: Amnésique (terminée)

Temari se fait agresser à quelques pas de Konoha, on l'a croit perdu mais elle fini par se réveiller. Seulement problème: elle ne se rappelle pas de sa vie passé et Gaara, pour sa sécurité, ne tient pas à ce qu'elle s'en souvienne. Notre paresseux préféré va devoir tricher, mentir et s'assurer que jamais elle ne redevienne Temari no Sabaku, celle qu'il aimait secrètement. Mais pourquoi un tel ordre de la part de Suna ?
Classé: -12D | Action/Aventure / Humour / Romance | Mots: 39982 | Comments: 410 | Favs: 269
Version imprimable
Aller au
nana13 (Féminin), le 08/12/2008




Chapitre 13: Prisonnier du Château du Son



Shikamaru entendait des voix, elles variaient du très aigu au grave mais lui laissait comprendre que environ cinq personnes se tenaient à coté de lui, sans doute les mêmes qui l’avaient attrapé.
Il sentit qu’on lui tirait les cheveux :

« Réveilles-toi ! Ouvres les yeux ! »

Il avait très mal au niveau de la nuque, ces enfoirés n’y étaient vraiment pas allés de main morte. Il se força à revenir complètement à lui. Ses poignets aussi lui faisaient mal, il était enchaîné à un mur.
Un mur ? Une immense salle plutôt. Remplie de colonnes cauchemardesques, dont les pierres étaient rouge sang et où il flottait une vive odeur de pourriture et de mort.

« Super le réveil. » Maugréa-t-il.

Effectivement c’était bien les cinq rigolos qui lui tenaient compagnie, mais aucun ne le regardait, tous avaient les yeux fixés sur quelque chose au fond. Encore un peu dans le brouillard Shikamaru ne comprit pas tout de suite à quoi il avait affaire, ou plutôt à QUI.

Kyoujaku se leva, retira la capuche au dessus de sa tête et laissa voir l’horreur de son corps, de l’être humain il n’en avait plus que la forme.
Ce n’était qu’un monstre :
La peau grise et veinée, les yeux d’un rouge vif et flamboyant, des cheveux rêches qui ressemblaient presque à une fourrure et des dents aussi aiguisées que des couteaux.

« Bienvenue dans mon domaine, grogna-t-il, Shikamaru Nara : le garçon qui protège la clé de ma victoire avec tant de ferveur.
-Kyoujaku, grinça le Nara, le Kazekage n’a pas exagéré dans sa lettre, vous êtes réellement repoussant.
- COMMENT OSES-TU ! S’exclama la femme ! Quand tu parles au Seigneur, parles avec respect ! »

D’un geste de la main son maître la fit taire, il approcha sa figure de celle de Shikamaru :

« Je suis très laid, n’est-ce pas ? Et lorsque je t’approche tu ressens la mort autour de toi. Tu fais le fier, toi qui parais si vivant. Ignoble petite chose va, ne sais-tu pas que toute puissance à un prix ? »

Il éclata de rire et écarta les bras :

« Vois ! J’ai pactisé avec les forces du mal ! Mes souvenirs m’ont tout prit : ma beauté, mon âme et ma vie. Mais je suis aujourd’hui un dieu, le ninja le plus puissant du monde.
-Menteur ! Hurla Shikamaru au bord de la nausée. Vous êtes faible je le sais, vous dépendez de vos souvenirs, sans eux vous n’êtes rien !!! »

Kyoujaku se stoppa dans ses gestes, un éclair de fureur brilla dans ses pupilles mais il se maintint, suant presque pour se contrôler, s’appuyant contre les murs. Pendant quelques instants il leur tourna le dos et murmura :

« C’est de sa faute....sa faute à elle....elle n’aurait pas dû survivre....Temari no Sabaku. »

Shikamaru frissonna en entendant le nom de celle qu’il aimait, le monstre se retourna vers lui :

« C’était il y’a quelques mois, j’ai voulu envahir Suna pour tester ma puissance toute neuve. J’ai engagé le combat avec le Kazekage et je l’aurai vaincu si ELLE ne s’était pas interposée... »

Le Nara ne bougeait plus, suspendu aux lèvres de son interlocuteur :

« Elle a voulu venir en aide à son frère et s’est heurté à moi, mon souvenir le plus puissant à réagit et m’a échappé pour s’engouffrer dans sa mémoire. Je me suis sentit brisé, au bord de la mort....mais je l’étais à moitié depuis longtemps alors j’ai survécu...je me suis enfui...j’ai survolé le désert. Mes plus fidèles lieutenants m’attendaient, ils m’ont aidé à bâtir ce château...ce cocon de protection. Mes forces me sont revenues mais je n’étais plus assez puissant pour tenter autre chose, même pour oser sortir du castel. Il me fallait le souvenir, pour ça il fallait que le chakra de Temari cesse d’affluer, il fallait qu’elle meure. »

Shikamaru commençait vraiment à avoir peur, ainsi que les cinq autres qui avaient reculé devant la démence de leur maître.
Il claqua des doigts et le Yakusha réapparut :

« Cet appareil fonctionne grâce à du chakra, il me permet d’observer tout ce qui se passe à l’extérieur. C’est grâce à lui que j’ai pu savoir quand Temari avait l’intention de quitter son village. »

Le jeune homme troublé regarda le tourbillon qui se formait, le bureau du Kazekage apparut dans la sphère, Temari et Gaara semblaient avoir une discussion animée :

« Temari je ne comprends pas pourquoi tu tiens tant à cette mission, elle est de rang D bon sang, je croyais que tu avais plus d’ambition que ça !
-Elle est la seule disponible pour me permettre d’aller à Konoha.
-Mais pourquoi tu tiens tellement à aller à Konoha en ce moment ?
-Parce que...parce que...
-Quoi ?
-Rien, laisses-moi aller à Konoha, s’il te plait Gaara ! »

Le Kazekage semblait torturé à l’idée de laisser partir sa sœur en sachant ce qu’elle portait en elle en ce moment, Kankurô entra et lui chuchota :

« On devrait lui dire pour le souvenir qu’elle a dans la caboche.
-Hors de question, le conseil a été formel là-dessus.
-Alors laissons-la aller à Konoha ou elle se doutera de quelque chose. »

L’image se brouilla et Temari réapparu dans une forêt, blessée, six ninjas d’Oto lui faisaient face, un grand nombre de cadavres jonchait déjà le sol.

« Tu es coriace Temari no Sabaku.
-QUI VOUS ENVOIE ?!! Hurla-t-elle.
-Quelle importance puisque tu vas mourir ? »

Un kunaï lancé traîtreusement par derrière l’atteignit à l’épaule, trois shurikens se plantèrent dans sa jambe. Elle saisit son éventail et usa ses dernières réserves de chakra :

« FUTON ! LA GRANDE LAME DU VENT !!! »

Trois ninjas furent découpés par cette rafale, deux autres furent projetés contre les arbres qui s’abattirent sur leurs têtes. La jeune fille était à bout de souffle, elle redressa tant bien que mal son éventail. Le ninja restant brandit une lance :

« Adieu Temari no Sabaku. »

Les deux attaques partirent en même temps, le ninja ne sentit même pas sa tête qui se séparait du reste de son corps.
Mais sa lance continua son chemin.

Avec horreur Shikamaru la vit traverser le bandeau frontal de Suna et frapper Temari au front.

Il hurla en même temps qu’elle dans la sphère.

« Pitoyable. » Fit Kyoujaku d’un air méprisant.

Mais dans la sphère Temari n’était pas morte, elle se releva péniblement, rattacha son bandeau et son éventail. Crachant du sang, elle se remit en marche, trébuchant presque à chaque pas.

« Je ne...mourrai pas....je ne disparaîtrai pas....
-Quel courage, commenta le Seigneur, je suis forcé de reconnaître qu’elle n’en manquait pas. »

Pour Shikamaru cette vision était insoutenable, il savait que le monstre refaisait passer ces images devant lui pour le torturer mentalement.
Enfin la sphère se brouilla et s’éteignit.

« C’est douloureux pas vrai, néanmoins elle y est parvenue cette petite. Elle est arrivée à Konoha et a survécue. En devenant amnésique il est vrai mais elle a survécue. Tout est à recommencer désormais, je trouverai bien une idée pour lui rendre la mémoire d’une manière ou d’une autre et alors.... »

Il tendit sa main pleine de griffes crochues comme s'il voulait étrangler quelqu'un et éclata de rire. La haine s’empara de Shikamaru, il n’avait plus rien ressentit de tel depuis la mort de son senseï. Le seigneur s’en aperçu et passa un ongle sur le cou du garçon :

« Oui j’humes ta haine, tu voudrais me tuer, n’est-ce pas ? Je lis dans tes yeux un échec et la perte d’un proche et je suis sur le point de t’offrir cela une seconde fois.
-Vous ne la toucherez pas...je ne vous laisserai pas faire ! »

Doucement Kyoujaku enfonça un peu son ongle jusqu’à ce que perle une goutte du sang Nara :

« Tout sera de ta faute, nous allons l’attirer ici grâce à toi, elle viendra te sauver et je la tuerai sous tes yeux. Tu la verras mourir devant toi, tu verras ses yeux se fermer....TU L’ENTENDRAS CRIER ET ME SUPPLIER DE L’ACHEVER !!! »

Un chakra noir s’échappa de Kyoujaku, dans un bruit de tonnerre un oiseau se forma et ouvrit son bec.
Shikamaru vit briller une pierre violette à l’intérieur.
Le collier d’Aya.

« VAS, ordonna le maître, TROUVES-LA ET DONNE-LUI CECI !!! QU’ELLE VIENNE SAUVER SHIKAMARU NARA, LE RESPONSABLE DE SA MORT !!! »

*****

Le désert était brûlant, une chaleur bien différente de l’hiver du Pays du Feu, pourtant Aya n’en souffrait pas.

« Y suis-je vraiment habituée ? J’ai vraiment passé mon enfance ici ? »

La vue des dunes lui apparaissait très belle mais elle se surprit à penser avec nostalgie au vert de Konoha.
Elle s’assit pour se reposer, but une longue gorgée d’eau fraîche et décida de rester à l’ombre un petit moment. Elle posa l’éventail à coté d’elle et s’appuya dessus, détendant ses membres ankylosés.

Soudain elle entendit un cri, le ciel devint noir. La jeune fille se releva brusquement et attrapa son éventail, avant de se rappeler qu’elle ne savait pas comment l’utiliser.

« J’aurai du garder les poings américains...je suis vraiment idiote. »

Le nuage noir prit peu à peu forme, il devint un faucon aux yeux rouges qui se posa devant elle. Temari lâcha son éventail en se rendant compte avec soulagement que l’animal ne semblait pas lui vouloir du mal. Cependant il dégageait un chakra assez inquiétant.
Avant que la jeune fille eut posé la moindre question le bec de l’animal s’ouvrit, une voix grinçante en sortit :

« Nous tenons Shikamaru Nara, si tu veux le revoir vivant alors suis l’oiseau que tu as devant tes yeux. Si dans trois heures tu n’es pas arrivée nous t’enverrons sa tête comme présent. »

Avec horreur Temari vit l’oiseau refermer le bec puis l’ouvrir de nouveau pour lui donner un pendentif violet.
Elle attrapa le bijou en tremblant : Shikamaru était en danger, il avait besoin d’elle. Tout était de sa faute, si seulement elle n’avait pas réagi comme une idiote et quitté la protection de Konoha.

« Bon, pensa t’elle, je suis peut être amnésique mais je ne suis pas folle : rien ne me prouve qu’une fois qu’ils me tiendront ils relâcheront Shikamaru. Je ne sais rien d’eux, à qui je vais avoir à faire, leurs pouvoirs (sûrement très puissants), combien ils seront et surtout...ce qu’ils me veulent. Qu’est-ce que ferait Shikamaru à ma place ? »

La sagesse et la rancune envers lui recommandaient de marcher jusqu’à Suna pour demander de l’aide au Kazekage qui devait donc être son frère. Cela signifiait s’en sortir vivante et ne pas permettre aux ennemis de mettre la main sur elle, puisque de toute évidence c’est ce qu’il souhaitaient, mais c’était aussi abandonner le Nara à son sort.

« Shikamaru ne ferait jamais ça lui... »

Il lui avait dit ça un jour :

« Abandonner le combat et un être cher pour sa propre survie, aucun membre de Konoha ne l’acceptera...et moi non plus. »

Et Temari ? Qu’aurait-elle fait si elle avait été Temari ? Aurait-elle laissé mourir Shikamaru ?

Flash Back :

« Est-ce que j’étais ninja moi aussi ?
-Oui.
-J’étais forte ?
-Tu n’étais pas mal.
-Moins que toi ?
-Oh moi personne ne peut me dépasser ! »

******

« Cette fille devait être vraiment être très forte.
-Elle était beaucoup plus forte que moi mais je ne lui ai jamais dis. Elle savait manier la nature de son chakra depuis sa plus petite enfance.
-Tu me la présenteras ?
-Non.
-Pourquoi ?
-Elle a disparue depuis quelques semaines, parfois il m’arrive de croire qu’elle est morte. »

******

« Non Shikamaru, tu m’as dis que c’étaient les armes de ton maître décédé…je ne peux pas faire ça.
-Mais tu es la plus disposé à utiliser ces armes et…j’y tiens, je veux que se sois toi qui t’en serves. »

Fin du flash back

Non évidemment ! Elle se surprit à sourire toute seule, elle était persuadée que jamais Temari n’aurait laissé tomber quelqu’un et surtout pas Shikamaru.

« Ok le poulet, dit-elle à l’oiseau qui patientait devant elle, montres-moi le chemin. »

L’oiseau s’envola et elle le suivit.

Avec un plan à la clé.

*******

Les portes s’ouvrirent puis se refermèrent sur la jeune fille, elle s’avança doucement dans le long corridor de pierre.

« Kuso ! C’est vraiment pas le moment d’avoir peur ! »

Il y’avait une personne au bout, non deux. De loin Temari n’arrivait pas à les distinguer.

« Avancez princesse Sabaku. »

Cette voix ! C’était le type qui était entré dans l’académie, celui qui lui avait révélé son vrai nom. Pourquoi n’était-il pas à Konoha, dans leurs prisons ?
En s’approchant elle s’aperçu que la deuxième personne était Shikamaru, fermement ligoté.

« SHIKAMARU, s’exclama-t-elle, TU VAS BIEN ?!! »

Elle passa droit devant Dai sans lui accorder la moindre attention et serra le Nara, un tantinet surprit, contre elle.

« Je suis désolée Shikamaru ! Je n’aurais jamais dû m’enfuir de Konoha ! »

Le ton de sa voix sonnait d’une façon trop larmoyante pour que le jeune homme y croit un seul instant, mais l’important c’était que Dai y crois, lui.

« Oh Shika je suis vraiment, vraiment navré !!! *Il faut que tu m’aides, as-tu les lames de ton maître sur toi ?*
-T...tout ira bien Aya, ne t’en fais pas. *Oui, ils ne m’ont pas fouillé...sont trop sûrs d’eux.* »

Pendant que Dai affichait une mine qui signifiait son méprit pour une telle scène, la jeune fille en serrant toujours Shikamaru s’empara des armes et commença à le détacher discrètement.

« *Ne bouges pas tout de suite, j’ai mis un plan au point *
-*T’es complètement folle d’être revenue, je croyais que tu m’en voulais ?*
-*Pas assez pour te laisser mourir lâchement.*
-*Aya...*
-*M’appelle pas comme ça !* »

Elle desserra son étreinte, essuyant de fausses larmes et cachant les poings américains dans son nœud de kimono. Shikamaru s’aperçu pourtant qu’elle ne semblait pas si sûre d’elle et il s’en voulu davantage.
Dai empoigna la blonde fermement :

« C’est fini ce mélodrame ?!! Le Maître vous attend...
-Inutile Dai, je suis là. »

Temari se retourna, ses yeux verts rencontrèrent celui qui se dirigeait lentement vers elle, glissant presque sur le sol.

« Temari....Temari no Sabaku. Enfin nous nous rencontrons.
-Ce...ce visage....je vous connais ?
-Oui mais tu m’as oublié, n’est ce pas ? Comme tu as oublié tes origines et ta force naturelle. Comme tu me parais fragile aujourd’hui. »

Il s’approcha encore et lui attrapa le menton :

« Aya c’est ainsi qu’il vous appelle, fit il en désignant Shikamaru, la beauté sauvage.
-Lâchez-moi !
-Tu es si faible comparée à moi, si douce et si vulnérable...et pourtant si belle.
-Lâchez-moi !
-Amnésique...sans tes souvenirs, n’est-ce pas ? SANS MON SOUVENIR !!! »

Il saisi la jeune fille à la gorge et la souleva de terre, écumant de rage.

« MON SOUVENIR !!! SALE PETITE VOLEUSE !!!
-Je...je ne sais pas....de quoi...vous...parlez.
-CELUI QUE TU ME DÉROBAS UN SOIR SUR LES TOITS DE SUNA !!! POUR VENIR EN AIDE À TON FRÈRE LE KAZEKAGE !!!
-Je...ne me...souviens pas...
-IMMONDE VOLEUSE !!! TU VAS TE SOUVENIR BIENTÔT ET ME RENDRE CE QUI M’APPARTIENT !!! JE VOUS TUERAI PRINCESSE SABAKU POUR TOUT LE MAL QUE VOUS M’AVEZ FAIT !!!
-LÂCHEZ-LA SALE MONSTRE !!! »

Shikamaru bondit alors, un kunaï à la main et trancha celle de Kyoujaku qui serrait de plus en plus fort la gorge de Temari.
La jeune fille tomba par terre mais se releva immédiatement, Kyoujaku hurla et contempla son bras qui n'était plus qu'un moignon sanglant.

« M-maître, balbutia Dai, Maître vous allez bien.
-LA FERME !!! POURQUOI LES AS-TU LAISSÉ S’APPROCHER ?!! C’EST ELLE QUI L’A DÉLIÉ !!! »

Du chakra noir jaillit de nouveau et recomposa le membre manquant au bout du poignet, une main encore plus horrible que la première apparut.
Les deux ninjas contemplèrent ce spectacle avec épouvante.

« Bon sang, jura Shikamaru, ce type n’est vraiment pas humain. »

Le monstre fit un geste en direction de ses futures victimes.
Dai sortit son épée, Supai, la fille et le brun apparurent.

« Supai est mon meilleur espion, expliqua Kyoujaku, Dai est un talentueux manieur du sabre, Botan (c’est le brun) possède un répertoire de techniques katon assez impressionnant, quant à ma chère Gin elle excelle dans le genjutsu de camouflage et l’invocation des vipères.
-Un sycophante, un avaleur de sabre, un enflammé du bulbe et un Orochimaru version féminine....le tout sous les ordres d’une moitié de cadavre, se moqua Shikamaru, joli tableau de chasse. »

Les cinq ennemis s’élancèrent, c’est ce qu’avaient prévu les deux autres, Temari claqua des doigts et soudain...

BLAM !!!

BLAM !!!

BLAM !!!

Des parchemins explosifs retentirent au dessus de leurs têtes, une colonne manqua de les écraser.

« LA PETITE PESTE, Hurla Supai, ELLE A TRUFFÉ L’ENDROIT DE PARCHEMINS EXPLOSIFS !!!
-Quand ?!! C’est impossible, répondit Dai, je l’aurais vu faire !!!
-N’importe quel shinobi sait placer des parchemins explosifs en moins d’une demie seconde sans que cela se voit. » Répondit Temari.

Les parchemins continuaient d’exploser au dessus de leurs têtes, Shikamaru et sa partenaire en profitèrent pour s’enfuir.

« VOUS NE POUVEZ PAS SORTIR DU CHÂTEAU !!! LE GENJUTSU VOUS EN EMPÊCHERA !!! »

*****

L’équipe de Choji était dans le désert, ils avaient reçus un message du Kazekage disant que Temari n’était pas arrivée à Suna. Etait-elle donc entre les mains de l’ennemi ?
Depuis plusieurs heures l’équipe d’Ino les avait rejoints, Neji et Hinata concentraient leur byakugan sur le désert en espérant apercevoir quelque chose. Ce fut la timide jeune fille qui remarqua soudain quelque chose d’anormal :

« A...à deux kilomètres d’ici...il y’a un bout de papier.
-Hinata, fit doucement Naruto en essayant de ne pas la vexer, tu n’as rien trouvé de plus intéressant ?
-Baka ! Intervint le cousin, il y’a eu une tempête de sable il y’a deux jours. Comment expliques-tu le fait qu’un morceau de parchemin soit posé sur une dune sans avoir été recouvert ?
-Heu...
-Ça signifie, s’exclama Lee, qu’il est là depuis peu de temps. Allons-y ! »

*****

Shikamaru et Temari couraient toujours dans les tunnels du manoir, personne ne les suivaient, ce qui était plutôt étrange. Ils en profitèrent pour souffler :

« Excellent Aya le coup des parchemins.
-Je t’ai dis de ne pas m’appeler comme ça. »

Elle s’appuya contre le mur et se laissa glisser sur le sol, l’air épuisé. Inquiet Shikamaru s’approcha d’elle, elle le repoussa :

« Laisses moi....je vais bien.
-Aya, je...je voulais te dire que je suis....
-M’appelle pas comme ça, je ne veux plus être Aya. »

Elle appuya son poing contre son front, elle avait mal au cœur et mal à la tête, elle était déçue et blessée d’avoir été trompée, elle avait peur aussi et Temari n’aurait jamais eu peur, elle.
Elle sentit quelque chose de très doux contre elle, Shikamaru la prenait contre lui :

« Est-ce que Temari....avait peur ?
-Pardon ?
-Moi j’ai peur et je me disais que Tem....
-Je ne sais pas. Je te demande pardon mais je ne sais pas si elle avait peur en mission. »

Elle posa délicatement la tête sur l’épaule de Shikamaru :

« Qui est ce type ? Le monstrueux qui parlait de « souvenirs » ? Qu’est ce qu’il me veut ?
-Tu l’as déjà rencontré, il possède des parcelles de chakra surnaturelles et tu détiens la plus puissante d’entre elle, elle s’est réfugiée dans ta mémoire et il fera tout pour la récupérer.
-Qu’est ce qu’on peut faire alors ?
-Deux solutions : la première on détruit le château entièrement puisqu’il est son cocon de protection, la deuxième on tue le Seigneur.
-Détruire un château en entier ? C’est impossible si on n’est que deux, même si les équipes nous rejoignent...
-Comment tu sais ça ?
-Je ne suis pas idiote, j’avais réalisé que beaucoup de gens me voulaient quelque chose et qu’on lancerait plusieurs équipes à mon secours, quand j’ai dû suivre l’oiseau qui menait jusqu’ici j’ai déchiré ma carte en bout de papier que j’ai laissé traîner derrière moi. Avec un peu de chance....
-Tu as été magnifique ! »

Enhardi par cette nouvelle Shikamaru s’écarta et positionna ses mains dans son signe favori, elle le laissa faire, attendant calmement qu’il est terminé.
Un sourire fini par naître au coin de ses lèvres, son regard ébène fit se relever la jeune fille.

« On va le faire, chuchota t’il, on va tuer ce monstre tous les deux.
-OUI ! »

Elle se redressa et empoigna les lames d’Asuma, Shikamaru prit les quatre élastiques qui étaient dans la poche de la jeune fille et lui fit quatre couettes, c’était une partie de son plan.

« Allons-y Shikamaru, je suis prête. »

S’il n’avait pas eu la certitude qu’elle était toujours amnésique il aurait juré que c’était Temari qui lui parlait.

******

« Maître, dit Botan, des hommes approche de plus en plus du château, ils portent tous le bandeau frontal de Konoha.
-C’en est trop, sortez tous les cinq et tuez-les ! Botan, sonnes le cor.
- Le cor ? Mais maître...
-OBÉIT !!! »

Le ninja sortit une trompe et souffla de toutes ses forces dedans, un son horrible retentit et le château tout entier sembla frémir.

« SORTEZ MES SOLDATS !!! DÉFOULEZ-VOUS SUR LES NINJAS DE KONOHA !!! »

******

La terre trembla à l’endroit où Neji avait ramassé le dernier morceau de carte, son byakugan lui révéla que quelque chose allait sortir du sol.

« TOUS A TERRE !!! VITE !!! »

Le manoir apparut sous leurs yeux stupéfaits, les portes de fers grincèrent.
Les cinq lieutenants de Kyoujaku et derrière eux...des centaines d’autres, le château recrachait un flot de ninjas.

« J’en...j’en compte mille. Souffla Hinata.
-Non, corrigea sont cousin, ils sont trois milles.
-Bon sang, s’énerva Choji, d’où sort une telle armée ?
-On ne va pas se laisser influencer par ça, s’exclama Naruto, MULTI-CLONAGE !!! »

Des centaines de Naruto apparurent, remontés les autres passèrent à l’action.

« C’EST PARTIIIIIIII !!!
-BYAKUGAN !!!
-B....BYAKUGAN !!!
-LE BOULET HÉRISSÉ !!!
-LA RAFALE DE KONOHA !!!
-LE LOUP BICÉPHALE !!!
-LES TOILES FANTOMATIQUES »

Dai eut un petit sourire et brandit son sabre en repoussant les premiers clones qui affluaient vers lui, la fille invoqua une vipère aussi grande qu’un cheval, Botan envoya une longue flamme sur Hinata, elle ne dû son salut qu’aux clones de Naruto.
Supai restait en arrière, les ninjas de Konoha étaient trop fort pour lui : son niveau d’espion était excellent mais en combat il valait juste celui d’un genin.
L’armée de Kyoujaku sortit aussi des armes, le combat s’avérait très difficile.

« NOUS SOMMES LÀ !!! »

Les chunins de Konoha se retournèrent et poussèrent ensembles un soupir de soulagement : Gai, Kurenai, Kakashi, Yamato et Shizune venaient d’arriver, Sakura et Tenten se tenaient à leurs cotés.
Même Shino (le vrai), à peine remit, faisait face à l’ennemi.

« GENJUTSU !!!
-INVOCATION DES ARMES !!!
-INVOCATION DE LA LIMACE !!!
-ENTRÉE FRACASSANTE !!!
-MOKUTON NO JUTSU !!!
-SHARINGAN !!! »

La bataille commença, Yamato et Kurenai immobilisèrent des ennemis, Sakura frappa la terre de son poing et empêcha quelques ninjas d’avancer, la limace de Shizune écrasa la vipère de Gin, Ino remarqua Supai qui restait en retrait et le prit pour cible :

« LA GRANDE CONFUSION !!! »

Le ninja-espion se retrouva à brandir un kunaï et se précipita sur Botan qui l’évita de justesse.

« KUSO !!! À QUOI TU JOUE SUPAI ?!!
-MON CORPS NE M’OBÉIT PLUS !!! »

Dai saisi son coéquipier à la gorge et brandit son sabre.

« Désolé mais en combat t’es vraiment un boulet. Et c’est le seul moyen de briser cette technique.
-NON ATT...»

Le sabre transperça l’espion qui s’écroula sans vie sur le sol. Des lieutenants ça faisait un de moins.

"J'y crois pas, s'exclama Naruto, ils n'hésitent même pas à tuer un allié si celui-ci les gêne.
-Oui, sourit Kiba moqueur, alors t'imagines ce qu'ils nous réservent ? Nous les ennemis."

Botan fit quelques signes et visa Shino :

« TECHNIQUE DE LA BALSAMIQUE !!! »

Shino s’écarta mais fut touché à plusieurs endroits et assez brûlé, Sakura se précipita pour le soigner, Yamato se mit en travers pour les protéger.
Les ninjas de Konoha étaient réellement très forts mais ceux d’Oto étaient trop nombreux.

******

Shikamaru ouvrit une porte et trouva enfin ce qu’il cherchait : une salle d’armes. Des parchemins explosifs, des kunaïs, des shurikens etc.
Il choisit méticuleusement le nombre exact de ce dont il avait besoin, il tendit du fil d’acier à Temari et des fumigènes.

« Tu as mémorisée le plan ?
-Sur le bout des doigts.
-Tout est une question de rapidité, mets ces écouteurs. »

Elle obéit et plaça l’oreillette derrière ses cheveux. Il lui saisit le poignet et la força à la regarder dans les yeux :

« Il faut que je te dises...je suis désolé.
-Shikamaru....
-Je suis désolé de t’avoir mentit, désolé de ne pas t’avoir protégé assez bien, désolé de t’avoir embarqué dans cette galère et plus que tout : je suis désolé de ne pas avoir été à la hauteur...d’une certaine façon c’est normal que tu ne me fasses plus confiance.
-BAKA !!! »

Elle s’écarta de lui, les yeux brillants mais c’était peut être des larmes.

« Si je n’avais plus confiance en toi je ne serais pas venu, je ne suivrais pas depuis un quart d’heure tes ordres à la lettre. Tu n’as jamais baissé dans mon estime Shikamaru. Et étant Aya maintenant ou une Sabaku un jour je te suivrai toujours ! »

Il la prit par l’épaule et lui sourit :

« Fille galère, j’aimerai que tu reviennes, tu me manques tellement.
-Je ferai mon possible, c’est promis. »




Il est long celui-là, mais je l'aime bien.^^

Et vous ?




Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 [ 13 ] 14 15 16 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: