Fiction: Quand un fainéant rencontre une blonde...

Imaginez trois gars assez dingues travaillant dand le plus grand hôtel du monde. Imaginez qu'ils travaillent à leur façon et en plus l'amour vient y mettre son grain de sel, et bien ça donne ça!!!
Classé: -12D | Humour / Romance | Mots: 3737 | Comments: 18 | Favs: 30
Version imprimable
Aller au
killerchoji (Masculin), le 09/05/2008
Je me suis mit à ecrire cette fic depuis que j'ai regardé gto et love hina. Imaginer nos héros préférés dans la vrai vie ma toujours fait marrer. Alors bonne lecture.



Chapitre 1: au boulot et presto



Chapitre 1: au boulot et presto



Un soleil de plomb écrasait Tokyo en cette fin de juin. La majorité des habitants restaient chez eux pour ne pas souffrir de cette chaleur suffocante. Mais malgré ce climat estival, trois amis se baladaient dans les rues du centre-ville à la recherche d'un boulot pour l'été.



Flash back


Dans sa pension, Mlle Mitarashi faisait ces comptes quand elle s'aperçut que trois de ses pensionnaires avaient deux loyers de retard.

-Naruto, Shikamaru, Chôji, dans mon bureau, immédiatement! On put entendre la voix de Anko à au moins 200 mètres à la ronde. Les trois concernés arrivèrent en un rien de temps, sachant que faire attendre la patronne était passible de peine de mort.

-Messieurs,commença la sadique, vous me devez deux loyers chacun. Pourquoi vous m'avez pas payée, c'est la première fois. Qu'est ce que vous foutez!

-C'est-à-dire madame?, répondit le génie et fainéant Nara,que nous avons eu nos exam de fin d'année a Todaî (étonnant que Chôji et Naruto puissent être dans une université aussi cotée)donc on a dû mettre nos petits boulot de coté.

-Ouais c'est vrai, enchérit notre blondinet préféré,s'il vous plaît faites un bon geste.

Par contre notre éternel gourmand fan de chips ferma sa gueule, préférant ne pas aggraver la situation.

-Mon dieu, le ton sarcastique de la Mitarashi laissait présager rien de bon. Je m'en fout que vous ayez eu des examens ou autre chose, MOI je veux être payée! Alors je vous laisse les vacances pour pouvoir ME payer et si à la rentrée prochaine je n'ai pas l'argent vous dégagez, COMPRIS !!!

Les trois garçons acceptèrent, ne voulant pas se mettre leur logeuse à dos.


C'est donc ainsi que nos trois amis durent trouver un travail en cette fin de juin.

-C'est un scandale, comment peut-on nous obliger de travailler sous une chaleur pareil, Anko est une tortionnaire! S'insurgea Naruto.

Akimichi qui lisait le journal des petites annonces tout en mangeant des chips (balèze le Chôji) stoppa net et interpella ses deux camarades d'infortunes.

-Hé il y a une annonce alléchante, je vous la lit:
le konoha sun, hôtel situé à Okinawa recherche jeune dynamique pour travail saisonnier. Le travail consiste à l'accueil des visiteurs, ménage, manutention, cuisine... Payé 311900 yens les deux mois. Billet d'avion fournit. S'inscrire au 14, rue Origami. Il faut y aller. Travailler dans un endroit pareil, ou il y a le meilleur régime culinaire du monde, je croit que l'offre ne s'offrira pas deux fois.

-ça doit être un boulot galère puis il faut voyager jusqu'à Okinawa!

-Mais t'es malade! Un boulot pareil Shika il faut pas le rater. Puis les meufs Shika, les MEUFS SUR LA PLAGE EN BIKINI !!!

Finalement notre fainéant préféré dut abdiquer devant l'enthousiasme de ses deux amis. Devant l'agence Shikamaru fit remarquer qu'une offre aussi géniale selon ses deux copains n'a pas du échapper aux autres chercheurs d'emplois estivaux. Mais à sa grande surprise ils furent engagés tout de suite et ils eurent leur billet d'avion pour:

-Demain!!!

-Bah Shika tu dormiras dans l'avion.

-Hé les gars si on allait manger un morceau pour fêter ça.

-Ouais des ramens!

-Galère


A Sapporo une jeune femme, yeux verts, cheveux blonds coiffés en quatre queues de cheval, préparait ses valises. Elle était impatiente d'être à Okinawa, en train de faire bronzette sur la plage de l'hôtel dans son nouveau bikini vert émeraude, avec comme bruit de fond les vagues s'écrasant sur la cote. Elle fut sortie de ses rêveries par une bruit de dispute venant de la chambre d'à coté;

-C'est ça bien fais ce que tu veux!

çà devait être encore son petit frère qui venait de plaquer une énième petite amie. Puis elle entendit taper à la porte.

-C'est bon Gaara tu peux entrer.

-Merci Tema.

Temari rit intérieurement. Gaara, le plus jeune de la famille était passé de gars bizarre, froid, has been selon la norme féminine à sexe symbol depuis son rôle dans la série bad boy et il avait du mal à assumer sa nouvelle notoriété.

-Je vient de plaquer l'autre pétasse de Beki, soit disant je ne lui achetait pas assez de cadeaux. Comment peut-on faire la différence entre une fille qui et intéressée par ton pognon et une fille qui t'aime pour toi?

-T'y arrivera petit frère mais il faut que tu fasse plus attention.

Temari était devenue la confidente de sa star de frère pour les questions sentimentales. Par contre le reste c'était Kankurô, le grand frère. D'ailleurs se dernier arriva, sourire aux lèvres

-Alors tu l'as plaquée l'autre dinde?

-Oh, laisse le tranquille.

-Bien quoi je l'avait prévenu qu'elle n'était pas nette.

-Tu es chiant Kankurô! Tu peut pas te mêler de ce qui te regarde. On peut pas sortir avec quelqu'un sans que tu nous espionne...

-Avec toi je suis bien obligé soeurette les mecs sortent avec toi plus pour tes roberts que pour ce que tu as dans le crâne.

-Je vais te TUER!!!

Gaara regarda une fois de plus ses aînés se disputer. C'était un spectacle courant dans la maison. Mais une voix forte venant du bas les calma.

-Ca suffit la haut! Finissez vos valises en silence et si je vous entend une fois vous disputer je monte c'est clair?

-Oui maman! répondirent les deux concernés. Il ne faut jamais discuter un ordre de sa mère.


A Okinawa, deux personnes rigolaient en marchant sur la plage encore déserte du Konoha sun. Le duo devait faire partie de la même famille car ils avaient tous les deux les yeux d'un blanc nacré. La première personne était une fille au cheveux noirs coupés au niveau du cou, un teint pâle et de taille moyenne. La deuxième était un garçon de grande taille, possédant aussi la même peau blanche et les mêmes cheveux noirs, à la différence qu'ils étaient longs et tenus en une belle queue de cheval.

-Alors ta soeur revient demain d'Osaka, Hinata?

-Oui Néji et je peux te dire qu'elle est d'humeur de chien.

-Et pourquoi?

-Elle n'arrive pas à trouver un certain type de rangers et sa lui met les nerfs en pelote.

-Juste pour ça! Elle faut qu'elle arrête.

-Bah c'est hanabi et on peut pas la changer. Toujours aussi froide.

-Et ou sinon cousine comment ça c'est passé ton année à Oxford?

-Magnifique! J'ai réussi ma première année et je me suis fait de bonnes amies. Et toi Todai?

-Deuxième année validée. Bosser dans l'hôtel d'oncle Hiashi va me faire le plus grand bien. Ca va me permettre de respirer et de m'éloigner de la "folie tokyoite".

-Qu'est-ce que tu fuis mon chér cousin?

Hinata avait senti sous le ton de son cousin quelque chose de pas normal, et elle est la seule à pouvoir lire les sentiment de Néji derrière son air de glaçon. Au début il niat mais il dut admettre qu'il essayait de fuir.

-En faite je voudrait m'éloigner un peu, en faite le plus possible de trois personnes qui m'ont empoisonné mon année, ce sont des démons, de vrais cauchemars ambulants, des...

-Hihihi Néji ses personnes sont pas humaines! Et les filles?

-J'ai rien à signaler sur le sujet.

Non il voulait garder pour lui le souvenir de cette fille de l'amphi à qui il n'avait jamais parlée, ses deux élégants chignons mettant en valeur son visage d'ange, son corps de rêve, qui hante ses rêves les plus fous...

-Hello Néji tu es toujours avec moi?

-Heu, oui, oui.

Néji était le fils d'Hizashi Hyuûga, l'un des plus grands chef cuisinier du monde. C'était le maître incontesté de la cuisine okinawaiénne. Pendant les vacances estivales il travaillait au Konoha sun, hôtel appartenant au pére d'Hinata, Hiashi Hyuûga, frère jumeau d'Hizashi. Ce dernier fit fortune dans le tourisme et sa plus grande réussite était sans conteste l'hôtel Konoha sun, le plus luxueux, le plus grand et le moins polluant du monde. D'ailleurs, dans son bureau, le grand patron lisait les lettres de motivation que l'on lui avait faxées depuis Tokyo.

-Miss Tsunade je crois que l'on va passer une saison pas comme les autres.

-Et qu'est-ce qui vous fait penser cela? Demanda cette dernière.

-Lisez et vous compendrez.

Tsunade, la manager général de l'hôtel prit les feuilles tendues par son supérieur, et ce qu'elle lut la fit halluciner:

Naruto Uzumaki: Je souhaite travailler dans votre hôtel pour pouvoir me faire de l'argent, faire de nouvelles connaissances (si possible féminines) et passer ainsi des vacances au soleil.
PS: j'espère que vous êtes pas contre les petites aventures client-personnel.

Chôji Akimichi: Je voudrai pouvoir travailler dans le restaurant de l'hôtel pour pouvoir apprendre et goûter la cuisine okinawaiénne, les sushis okinawaiens, les ramens okinawaiens, ect...(tout le reste n'est qu'une liste de plats japonnais et une ode à la restauration)

Shikamaru Nara: Je doit prendre se boulot car j'y suis obligé, et pour moi c'est une énorme galère (je préfère être franc)



-Heu monsieur sans votre respect, vous me faite marcher? On a pas engagé ces gens là?

-C'est les seules qui on voulu venir, hélas d'anciens saisonniers on dut raconter leur expérience et il y a eu que ces trois personnes, mais je crois qu'ils ne vont pas être comme les autres.

Tsunade fut d'accord sur un point, il ne seront surtout pas comme les autres: un fainéant, un obsédé, et un glouton on a pas ça tout les jours...



Chapitres: [ 1 ] 2 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: