Fiction: Décélération (terminée)

Tout tourne autour d'Hinata, son esprit vole et s'échappe... Depuis combien de temps est-elle au fond de ce gouffre obscur ?
Drame | Mots: 1513 | Comments: 11 | Favs: 21
Version imprimable
Aller au
NeN (Masculin), le 31/03/2008




Chapitre 1: Décélération




Ce serait un mensonge que de dire qu'elle le savait depuis toujours. Qu'elle allait mourir, jeune, qu'elle ne connaîtrait pas la vieillesse. Elle ne s'en était rendue compte qu'il y a cinq ans, curieusement, brutalement. Un soir, elle s'en rappelait, il faisait encore chaud, et l'air frais entrait à flots par sa fenêtre ouverte ; elle était installée à son bureau et ne pensait à rien de particulier quand cela lui était venu, comme une révélation.
Elle avait d'abord été surprise. Pourquoi une jeune fille n'ayant pas de problèmes de santé particuliers, un système de défense extrêmement efficace et le simple grade de Junin pouvait être amenée à penser de telles choses ?
Sa vie serait courte. Ce n'était pas un pressentiment, mais un fait.
Elle se rendait bien compte qu'elle avait eu raison. Son instinct ne se trompait plus jamais. Elle aurait dû le suivre. Elle s'était efforcée de vivre comme si de rien n'était, comme si aucune sinistre perspective n'altérait son futur. Et elle avait réussi, au prix d'efforts colossaux, mais elle avait réussi. C'était sa première victoire.
Un chat, Hinata, pas un tigre...

On meurt toujours naturellement. Ce qui change, c'est ce qui fait que le corps et l'âme ne supportent plus la vie.
Hinata remua faiblement ses poignets. Les chaînes qui y étaient attachées cliquetèrent, et le bruit assailli ses oreilles comme un cri. Elle sentait encore la pierre dure dans son dos, elle entendait toujours les gouttes de sang tomber sur le sol, et pourtant...
Tout était sombre. La lumière n'existait plus. Seuls le froid et l'obscurité demeuraient. Le néant.

Elle avait réussi à changer. Elle était devenue la joyeuse Hinata, talentueuse et respectée. Cela avait pris du temps, mais avait marché. Neji l'avait tant aidée à accéder à son niveau, il avait été si gentil...
Hinata sourit à travers ses larmes. Tout son clan avait été si surpris de la voir percer le légendaire tourbillon divin de son cousin ! Elle était enfin acceptée en tant qu'héritière, digne et fière. Et Naruto, enfin Naruto... Alors pourquoi ? Pourquoi maintenant, après tous ces efforts ? Pourquoi comme ça ?
La mission était pourtant une routine... Kiba riait encore quand il a été transpercé d'un kunaï enflammé de chakra ; Shino était à genoux, observant un insecte inconnu à son répertoire. Leur regard quand ils la virent s'éloigner l'avait marquée comme au fer rouge. Il était toujours présent en elle, brûlant, horriblement douloureux...
Hinata releva la tête vers le plafond plongé dans les ténèbres du cachot. Je vous en supplie, faites qu'ils s'en soient sortis !

Un ninja devait envisager l'éventualité de la mort dès le tout début. On l'apprenait aux apprentis, on rendait cette idée apprivoisable. Hinata s'y était refusée pour ses propres élèves : elle affirmait qu'il n'était pas raisonnable de leur parler si vite de ce sujet.
On n'est jamais trop jeune pour mourir.
C'était ce qu'avait répondu son Maître. "On n'est jamais trop jeune pour mourir, Hinata". La mort ne tient pas compte de l'âge. Non. C'est vrai. Mais ceux qui tuent le devraient. Au moins pour laisser une chance de devenir quelqu'un. Qui avait disparu de la Terre, ces derniers temps ? L'Hokage, quand elle était plus jeune ; tout le village avait été en deuil. Konoha en pleurs avait été magnifique et terrible à la fois. Asuma Sensei, ensuite, plongeant dans la détresse ses trois élèves. Shikamaru n'a plus jamais été le même. Jiraya. Elle ne le connaissait pas bien, mais Naruto lui en avait beaucoup parlé. Un ermite pervers, mais un ninja exceptionnel. Plus tard, Sasuke. D'épuisement, après avoir tué son frère. Cette fois, ce furent Naruto et Sakura qui s'effondrèrent ; rien n'avait semblé pouvoir un jour les redresser. Ce ne fut qu'après des mois que leurs plaies se refermèrent ; ils devinrent rapidement ANBU et formèrent avec Saï la meilleure équipe de leur génération. Un nouveau coup les frappa avec la mort de Yamato, qui les avait rapprochés. Puis Kiba et Shino. Peut-être.
Tous, ils ne devaient pas partir.
"On est toujours trop jeune pour mourir, Sensei", pensa Hinata.

Un hurlement retentit, se répercutant contre les parois de pierre. Hinata bougea faiblement. Que se passait-il, là-haut ? Qui avait encore été tué ? Qui torturaient-ils ? Depuis quand était-elle içi ? Elle avait perdu la notion du temps. La douleur qui parcourait le moindre de ses vaisseaux sanguin irradiait son cerveau, annihilant tout repère.

Beaucoup de gens pensent qu'ils n'ont rien fait de leur vie, qu'elle est passée puis partie sans prévenir. Mais ce n'est pas vrai. Toute vie laisse une trace. Chaque être compte. L'existence vaut la peine d'être vécue. Et la sienne ? Vingt ans, passés si vites, vingt ans, le tiers de l'âge de Tsunade-sama, vingt ans soufflés comme la flamme d'une bougie qu'une rafale vient éteindre... vingt ans, dont seuls cinq comptaient vraiment... Une vie de cinq ans... Hinata resserra les poings et se redressa, tirant sur ses chaînes.
- Je suis toujours vivante ! hurla-t-elle avec l'énergie du désespoir. Vivante !
Son cri se répercuta contre les parois suintante, et nulle réponse ne vint lui assurer qu'on l'avait entendue.

- Akamaru devient vieux, Kiba !
- Il n'a que quinze ans ! C'est un chien ninja, il a encore pas mal de temps devant lui. Et de toute façon, il ne mourra pas avant moi, je le lui ai interdit !
- Je t'ai déjà dit que vous étiez adorables, quand tu le transportais encore sur ta tête ?
- Hé, ça me manque, tu sais, Hinata ? répondit Kiba en riant.

Des gouttes de sueur coulaient le long des joues pâles d'Hinata et recouvraient ses paupières fermées.

- Cours, Hina !
La jeune Anbu s'était déjà mise en position de défense, ses pupilles héréditaires en pleine action.
- L'Akatsuki, Hinata ! Ne reste pas là, c'est ton byâkugan, qu'ils veulent ! Sauve-toi !
Ses yeux croisèrent ceux du maître chien, puis de l'Aburame. Kiba serra les dents.
- S'il te plaît, Hina...
- Je vais revenir ! Tenez bon, je vais chercher du secours !
Ses coéquipiers sourirent tristement en la regardant voler de branche en branche, évitant habilement les projectiles qui jaillissaient d'entre les arbres.

Hinata sortit en sursaut de son évanouissement et regarda autour d'elle. Elle était toujours seule dans ce cachot circulaire où plus rien n'avait de sens.
- Kiba, Shino... murmura-t-elle en baissant la tête.
Ses jambes se dérobèrent et elle ne fut plus retenue que pas les chaînes de métal. Elle n'avait même plus le pouvoir de pleurer.
Tout était si calme, là-bas, si tranquille... Elle pourrait enfin se reposer...Après tout, mourir n'était rien, face au reste. Pourquoi lutter ? Pour ce qu'on appelle le courage ? Pourquoi avoir le courage de retourner dans un monde où tout n'était que peur et souffrance ? L'obscurité du cachot semblait tournoyer sur elle-même, de quelle couleur était la lumière du soir, déjà ? Que peux-tu faire, Hinata, hein, et qu'as-tu fais pendant toutes ces années qui t'ont été octroyées hein parlons-en comment as-tu pu laisser filer tant de temps avant de devenir enfin toi-même, avant de devenir enfin quelqu'un, et quel est le résultat de tous tes efforts ? Regardes-toi agonisante au fond d'un gouffre noir tu as toujours détesté le noir hein ta couleur c'est le blanc pas le noir hein Hinata tout défile dans ta tête : tes entraînements chez les Huygâ, les humiliations quotidiennes que tu as dû affronter, l'examen chûnnin avec ton combat contre Neji tu l'aimais bien pourtant Neji et aussi les missions, les routes parcourues à quatre les aboiements d'Akamaru le bourdonnement des insectes de Shino le sourire gêné de Naruto ses yeux azur eux tu te souviens de leur couleur tout tourne dans ton esprit Hinata un chat pas un tigre Hinata tu t'es fait attrapée tu n'as pas pu sauver tes amis tu ne reverra pas ton soleil ébouriffé, tout est fini Hina tu peux partir, laisse-toi aller... Souriez encore, Naruto Kiba Shino et les autres, Sensei toi aussi sourit avec nous... Hinata part à son tour maintenant... Hinata part...

- N'oublie pas, Hina : quand tu sera au bord du gouffre, quand tu aura oublié la sensation du soleil sur ton visage, quand tu seras seule, toute seule, à ce moment-là, pense à ce que je dis, rappelle-toi de moi, et raccroche-toi à la vie encore un peu, un petit peu, un tout petit peu, et ce sera suffisant. Tu m'écoutes, Hinata ?
- Oui.
Ce qui la sauva, ce fut ce souvenir précis. Ce timbre léger, tintant, surgit dans l'engourdissement de sa mémoire, la déchirant par couches, ces quelques mots prononcés par Naruto il y a si longtemps, ce cri jeté jusqu'à elle, le câble. Elle tint. Elle devait maîtriser son propre destin. Un chat. Pas un tigre...On ne revenait pas de la mort. Mais on ne revenait pas de la vie non plus. Le temps arrache les années et ne les rends jamais, mais il rend plus fort.

- Hinata !
Les chaînes brisées, elle se laissa tomber contre Naruto.



Chapitres: [ 1 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: