Fiction: À cause de mes yeux... (terminée)

Nous sommes dans le monde réel. Le clan Hyuuga n'existe plus. Seule survivante, Hinata, placée dans un orphelinat où tout le monde la hait, la frappe, la rejette à cause de ses yeux. Mais quand elle a enfin la permission de sortir voir la ville autour, tout change ! Elle devient alors la plus heureuse des jeunes filles de 15 ans. Et son bonheur aura un nom : Naruto !
Classé: -16D | Général / Humour / Romance | Mots: 11649 | Comments: 110 | Favs: 112
Version imprimable
Aller au
Kyuubi_NC (Masculin), le 25/03/2008
Il y aura peu de chapitres, je pense en faire 5 maximum... Et ouais, ce sera vachement moins long que ma précédente fiction (Naruto, plus puissant que jamais), mais j'ai moins d'idées, ça m'est venu alors que j'étais en cours d'anglais... J'espère qu'elle plaira tout autant que celle que j'écris en ce moment... N'hésitez pas à commenter, ça motive énormément !!
Merci à toutes et à tous !!




Chapitre 1: J'ai une vie géniale !!! soupir....



J'ouvre mes yeux et scrute avec un œil vitreux et vide de tout sentiment le dessous du matelas de celle qui prétend être ma meilleure amie. Elle s'appelle Ai.
Quelle ironie ! Son prénom signifie amour, quand elle crache sa haine sur tout ce qui lui passe à portée. Je la déteste, oh oui, je la déteste !

J'ai encore été réveillée par ses ronflements sonores. Non mais quelle truie, c'est pas possible ! C'est décidé, je retente aujourd'hui ! Je vais sûrement me faire frapper par cette mégère en rentrant, mais je ne peux vraiment plus la supporter. Surtout quand elle me regarde avec ses yeux de cocker et qu'elle me dit, la bouche en cœur :
"Allons, Hinata, je suis ta meilleure amie, voyons... Tous les autres se moquent de toi... Regarde la vérité en face, dès que tu t'approches d'eux, ils fuient ! Alors que moi, moi je suis la seule à rester à tes côtés et à te soutenir !"
Me soutenir ? Mon cul oui ! Elle profite de la moindre occasion pour me réduire devant l'orphelinat complet ! Tiens, l'autre jour, elle a encore hurlé à la cantine sur mon passage en jactant :
"Ça va Hinata ? Tu as pleuré toute la nuit en hurlant le nom de tes parents ! Tu es sûre que ça va ?"

C*nnasse !! Je n'ai jamais connu mes parents ! Je n'ai même pas de photos d'eux. Je ne connais même pas leurs noms, je ne sais rien d'eux ! Mais non, elle ne peut pas s'empêcher de me ridiculiser dès qu'elle en a l'occasion ! Et tous les gosses présents dans la cantine explosent de rire... Je la hais ! Cette toute petite phrase de quoi ? Quinze, vingt mots, va me poursuivre pendant facile un mois complet ! Mais quelle grosse c*nnasse vraiment !! Ah, je te jure, si je risquais pas de me faire allumer par la patronne là-haut, je t'aurais déjà sauté au cou, espèce de truie !


Je sors de mon lit et me dirige droit vers la salle de bains de notre chambre à toutes les deux. Je me regarde dans le miroir, croisant les doigts.
Non, mes grands yeux blancs tout moches sont encore là ! Est-ce que je pourrais un jour m'en débarrasser ? Ce sont eux, la raison de mes emmerdes avec tous les gamins de l'orphelinat ! Je déteste mes yeux ! Je prends ma douche, m'habille vite fait, et mets mes lunettes de soleil pour cacher ces yeux que je déteste !

Je vais bientôt fêter mes 15 ans, et grâce à cela, j'aurais enfin le droit de sortir de l'orphelinat. Seulement après les cours et une fois que les profs auront vérifié que j'ai fait mes devoirs. Je suis plutôt brillante. Le seul fait de me dire que je pourrais sortir de cet endroit que je hais plus que tout, bien plus qu'Ai, me permet de tenir le coup. Je ne vis que pour ces quelques heures très courtes dont je pourrais profiter pleinement et être enfin libre, et surtout libérée de cette salope avec laquelle je dois vivre.
Enfin, je vais être honnête avec moi-même, je l'insulte, je la déteste et tout, mais en face d'elle, incapable d'en placer une, et même en face des autres... Un gamin de 12 ans a plus de répartie que moi, je suis limite pitoyable... J'ai cet espèce de tic... Dès que quelqu'un me parle, je me tapote le bout des doigts, baisse les yeux et rougit terriblement... J'ai horreur de faire ça, mais je n'ai aucun contrôle sur ce réflexe.

Je me dirige vers le bureau de la grande patronne de l'orphelinat. Ici, c'est elle qui fait la pluie et le beau temps. Vaut mieux être copain copain avec elle, sinon, c'est la mort assurée ! Et j'ai, en plus d'être amie avec tout le monde ici, la chance de l'être avec elle aussi ! Non, c'est une espèce de grosse truie bien immonde, avec son regard lubrique qu'elle pose sur vous quand elle vous parle, à tel point qu'on se demande à quoi elle peut bien penser en nous regardant de ses yeux bleus, par ailleurs inexpressifs la plupart du temps. Et donc, je ne suis pas du tout en bons termes avec elle ! Dès qu'elle doit punir quelqu'un dans le dortoir des filles, c'est toujours pour moi ! Y'a rien à faire, y'a guère que lorsque je suis à l'infirmerie que c'est pas moi qui prend... Alors quand je sais que les filles vont faire une connerie, je me fais porter pâle, et j'évite les coups... Mais maintenant, les garces avec lesquelles je dors ont compris mon petit jeu, et elles ne disent plus rien, ce qui fait que c'est de plus en plus compliqué pour moi d'éviter de me faire engueuler.

Je frappe à la porte et j'entends une éructation sonore qui doit vouloir dire "Entrez !" et je pousse la porte. Vision d'horreur ! Je vois mon prof de maths debout, qui me tourne le dos. Non, c'est pas ça le pire ! Son pantalon lui arrive aux chevilles ! Et son caleçon (ou slip, je connais pas bien ces choses-là...) lui arrive aux genoux... Je le vois se contracter, tous les muscles de ses jambes se raidissent, il se cambre légèrement, et soudainement, il se détend...Mais qu'est-ce qu'il s'est passé, bordel ? Et dans les 5 secondes qui suivent, je vois la grande patronne qui se relève en s'essuyant légèrement la bouche. Elle était à genoux au niveau de son... Oh mon Dieu !! Non, dites moi que je fais un cauchemar !!! Elle a fait ça ? Merde, mais c'est dégueulasse !!
Je sors vite de ma torpeur quand je la vois poser ses grands yeux bleus inexpressifs sur moi. Mon prof se retourne, et remonte son pantalon comme si de rien n'était. Par peur, je ferme les yeux (toujours cachés derrière mes lunettes de soleil) et attends d'être sûre qu'il soit sorti de la pièce. Je crois que c'est mort pour demander un nouveau changement de chambre, vu ce à quoi je viens d'assister. Une fois la porte fermée, j'ouvre les yeux, et les pose sur la patronne.

Tiens ? Son regard a changé... On dirait même qu'elle a peur... Qu'est-ce qui se passe ?

Je me retourne pour être sure qu'il n'y a rien d'horrible derrière moi. Rien, juste la porte de son bureau. Je la regarde à nouveau. Toujours le même regard apeuré. Pourquoi a-t-elle peur de moi ?
J'ai compris ! Elle redoute que ce que je viens de voir ne se sache dans l'orphelinat. C'est peut-être mon jour de chance finalement...
Puis elle reprend un regard aussi froid et distant que possible, et me demande :
"Qu'est-ce que tu veux cette fois-ci, Hinata ?
- Eh bien, en fait, Chiharu-sama, j'aurais aimé demander un changement de chambre. Mettez moi avec n'importe qui, mais s'il vous plait, ne me laissez pas avec Ai, elle me tue chaque jour un peu plus...
- Je t'ai déjà dit non !"

C'est le moment de ruser !

"D'accord, Chiharu-sama..."
Et je me dirige vers la porte. Arrivée juste devant, je tourne sur place et je lui dis :
"Ça fait quoi comme sensation ? Je veux dire, ce que vous avez fait au prof de maths, ça fait quoi comme sensation ? Et pourquoi il a tremblé comme ça ?"
Là, son regard a changé en même pas une fraction de seconde ! Elle aurait eu des flingues dans les yeux que j'étais morte avant même d'avoir terminé ma phrase. Puis elle se calma. Elle posa ses grands yeux bleus dans les miens, et me dit :
"D'accord Hinata. Tu as gagné ! Si tu oublies ce que tu as vu, je te change de chambre, d'accord ?
- Non !"

Pourquoi j'ai répondu ça moi ? Elle me propose de changer de chambre - alors qu'elle me l'avait toujours refusé jusque-là - et moi je dis non... Pourquoi ?
Et puis j'ai trouvé ! En cherchant bien profond dans ma haine de cet endroit... J'ai enfin de quoi obtenir tout ce dont j'ai envie, n'importe quoi, tout m'est accessible ! Je la tiens ! Je les tiens !! Alors, je lui propose mon marché !

"Je ne veux pas seulement changer de chambre, je veux que vous m'accordiez le droit de sortie de l'établissement dès maintenant ! Et je veux pouvoir en profiter dès la sortie de ce bureau !"
Elle me regarde longuement... me jaugeant... cherchant à me faire revenir sur mes paroles, mais, pour la première fois de ma vie, je tiens bon, je soutiens son regard, et je me dis que si elle m'envoie chier, je vais lui créer de sacrés ennuis !
"D'accord... Mais tu oublies ce que tu as vu, nous sommes bien d'accord toutes les deux ?
- Je n'oublierais que si j'en ai envie... Mais si vous ne m'accordez pas ce que je demande..."
Je n'en revenais pas de ma propre audace, j'osais lui poser un ultimatum ! Incroyable ! Mais au final, le plus incroyable, c'est qu'elle a accepté, et que je suis maintenant devant la grille de l'orphelinat, une petite clé dans la main, et je m'apprête à enfin découvrir le monde qui m'entoure.




J'espère que le début vous plait !!! En tous cas, j'ai bien rigolé en l'écrivant ^^ J'étais parti pour faire un truc fin triste, mais finalement, je vais faire quelque chose de plus rigolo ^^ La suite devrait arriver bientôt, j'espère ! N'hésitez pas à commenter ! J'adore vos commentaires !
Merci à toutes et à tous !!




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: