Fiction: Trop lourd à porter

Tenten tombe enceinte. Ses coéquipiers, aux réactions diverses, cherchent à savoir qui est le père de cet enfant. Et c'est alors que le passé secret, douloureux, de Tenten refait surface... Pour son plus grand malheur.
Classé: -12I | Action/Aventure / Mystère / Romance | Mots: 49906 | Comments: 72 | Favs: 68
Version imprimable
Aller au
Sophia2 (Féminin), le 12/10/2007
Salut à tous ! Me voilà de retour dans une nouvelle (et, je l’espère, longue) fic ! Elle parlera de mon héroïne préférée, j’ai nommée Tenten, et de l’héritage secret car maudit que lui a laissé son clan.
Dans la première scène, Tenten et Kalamata se parlent dans « l’inconscient » de la jeune fille, pour ceux qui ne comprendraient pas !
Bonne lecture !!!




Chapitre 1: Journée maudite



« Tu ne réussiras pas de cette manière, fille du vent ! »
Tenten soupira et cessa de concentrer son chakra dans ses mains, épuisée par tant d’efforts dans son état de fatigue avancé.
« Et je fais comment, ô brillantissime Kalamata ? » ironisa la jeune fille.
« Pense avec l’eau, vis avec l’eau, danse avec elle, enfin, je ne sais pas, moi ! »
La jeune kunoichi marmonna quelques jurons de son enfance et s’apprêta à recommencer, tout en pensant que Kalamata était bien sévère. Ah, il était loin le temps de l’insouciance !
Bon, danser avec l’eau. En somme, rien de bien compliqué, avec de la concentration on peut tout faire... Enfin, presque tout.
Toutefois, perdue dans de sombres pensées, le mouvement gracieux qu’elle esquissait s’interrompit de lui-même et l’eau de la cascade illuminée par la lumière lunaire, qui un instant auparavant ondulait mystérieusement autour d’elle, retomba dans une bruyante pluie d’éclaboussures argentées.
« Tu n’as pas le moral, petite humaine. Qu’est-ce qui se passe ? »
Tenten en avait gros sur le cœur, la démone réincarnée le sentait, mais, même si elle était âgée de millénaires de sagesse, elle ignorait presque tout des sentiers du cœur et des déboires humains.
« Allez, Tenten » osa Kalamata. « Dis-moi ce qui ne va pas. Je pourrais peut-être t’aider »
« Alors ça, ça m’étonnerait ! »
« J’ai remarqué une présence en toi, une présence anormale. Qu’est-ce que c’est ? Tu es malade ? Veux-tu que je t’en débarrasse ? »
La kunoichi aux macarons lança un regard flamboyant à la démone et dit d’un ton mauvais :
« Tu essayes quelque chose, je te tue. »
« Le jour où tu me tueras, petite, ce sera le jour de ta mort ! » éclata d’un rire moqueur Kalamata. « Non, sérieusement » demanda-t-elle avec plus de respect. « C’est quoi cette présence ? Est-ce dangereux ? »
« Non » répondit Tenten. « Enfin, si nous parlons de la même chose, pas au sens où tu l’entends. »
Intriguée, Kalamata la pressa de questions.
« Allez, dis-moi ! C’est quoi ? »
L’hôte eut un petit rire sans joie ni amusement. Un sourire amer se forma sur son visage.
« C’est un fœtus. Je suis enceinte. »
« C’est quoi enceinte ? » questionna vivement la démone, à présent certaine qu’il ne pouvait s’agir que d’une chose absolument extraordinaire.
Exaspérée, Tenten dut donc répondre à toutes les questions de Kalamata, totalement ignorante du sujet – et des hommes en particulier.
« Enceinte, c’est porter un bébé. »
« C’est quoi un bébé ? » questionna encore une fois la réincarnée.
« C’est un enfant – un petit humain, si tu préfères - que l’on conçoit avec un partenaire. Il faut un homme et une femme pour que ça fonctionne. »
« Ah, et c’est qui ton partenaire ? » demanda à nouveau Kalamata, passionnée par le sujet.
« Idiote, c’est personnel, ça ! » siffla Tenten.
« Pardon, pardon » s’excusa l’ignorante. « Mais c’est qui, quand même ? » insista-t-elle malicieusement.
La jeune fille rougit violemment et la démone, sans comprendre pourquoi, sut alors qu’elle avait touché un point sensible.
« Ah ! Je sais qui c’est ! » annonça triomphalement Kalamata.
« Dis toujours... »
« C’est le mec habillé en vert, tu sais, heu, celui qui est plutôt pas mal, comment il s’appelle... Lee ! Le Fauve de Jade de Konoha ! Celui qui est dans ton équipe ! »
Cependant, Tenten n’eut pas la réaction attendue et espérée par la curieuse ; au contraire, au lieu de rougir « à la Hinata », comme disait la démone, elle explosa franchement... de rire.
« Quoi, me suis trompée ? » s’interrogea Kalamata.
« Oui, et bien ! » s’exclama entre deux crises de fou rire la maîtresse des armes.
Elle dut cependant se calmer rapidement, en effet, son ventre la faisait horriblement souffrir. Percevant la détresse de son hôte, la démone s’empressa d’envoyer un peu de chakra guérisseur sur la partie douloureuse de son corps et Tenten fut aussitôt soulagée.
« Tu devrais aller voir ton amie Sakura, ou, mieux, Tsunade, celle qui a une belle poitrine. Elles devraient te guérir en un rien de temps ! »
« Mais être enceinte n’est pas une maladie » avança la jeune kunoichi, perplexe.
« Peut-être bien, humaine. Mais écoute attentivement ce que je vais te dire. De cette aventure, tu ne récolteras que des malheurs et du désespoir. Renonce à tout espoir bientôt, tes efforts seront vains car il sera trop tard. »
« Il est déjà presque trop tard » marmonna sombrement Tenten. « Et je ne te parle pas de la réaction de mes coéquipiers et surtout, de mon sensei ! »
« Tu vas leur dire ? Mais si j’ai bien compris, être enceinte est mauvais ? C’est pas bien ? »
« Non ! C’est juste que je suis normalement trop jeune pour ça ! » S’énerva la jeune fille.
« Il y a un âge minimum ? »
Lasse, l’hôte passa sa main sur son visage. Elle se voyait mal expliquer tout à Kalamata, la reproduction, les cycles menstruels...
« En quelque sorte. »
« Si tu veux », proposa la démone, « [i)Si tu as trop peur de leur avouer, je peux posséder ton esprit juste le temps qu’il faut pour leur dire et c’est moi qui subirais leurs remontrances. Si ça t’arrange... Moi, je m’en fiche ![/i] »
« Je dois affronter mes responsabilités. » déclara courageusement Tenten.
« N’empêche » marmonna Kalamata, pas convaincue, « Si ça ne va pas, n’hésite pas à m’appeler, petite humaine ! »
Rassurée – surtout du fait que la démone n’ait pas réussi à percer le mystère de son partenaire, la jeune fille aux macarons brisa le contact mental et se retrouva de nouveau dans son corps, au chaud dans son lit. La lune brillait par la fenêtre, éclairant tout, tout, tout, d’une lumière nacrée. Demain, songea-t-elle en se laissant couler dans le sommeil...



Néanmoins, le lendemain, elle eut toutes les peines du monde à s’extraire de sous sa couette. Le soleil avait beau briller et inonder la pièce de sa chaude lumière, son corps entier était gelé. Surtout son ventre, et elle craignait pour l’enfant. Mais elle n’osait pas appeler Sakura, de peur qu’elle n’en réfère à son maître, Tsunade. C’était toutefois bien mal connaître l’excellente fleur de cerisier, au poing dur mais au cœur tendre.
Résistant à la tentation d’invoquer Kalamata pour qu’elle prenne sa place, elle se prépara rapidement et fila vers le terrain d’entraînement d’un pas tranquille. Aujourd’hui se jouait sa vie. Elle n’ignorait pas que, dans un accès de fureur – même si c’était tout de même hautement improbable venant de Lee au cœur d’or ou de Neji l’indifférent – l’un de ses amis ou son sensei pouvait très bien la blesser. Mais, toutefois, encore une fois, c’était hautement improbable...
Arrivant au terrain, elle vit Neji et Gai en plein combat. Lee, assis contre un arbre, les regardait en hurlant des encouragements à son sensei préféré :
- Allez-y Gai-sensei ! Vous êtes le plus fort ! La force de la jeunesse est avec vous ! Vive la Panthère de Jade de Konoha ! Youhou ! OUUUAAAIIIS !!!
Tenten s’assit lourdement à côté de lui et, si elle n’avait pas été dans une situation aussi dramatique à vivre pour elle, elle aurait volontiers ri. Mais hélas, la réalité est toujours – et malheureusement – présente. Trop présente.
Lee se tourna vers sa coéquipière et meilleure amie avec un sourire éclatant - sourire Colgate et ce dernier s’effaça lorsqu’il vit la mine de Tenten. Elle tremblait comme une feuille, son visage était pâle... On aurait dit une martyre qui savait qu’elle allait être jetée en pâture aux lions de l’amphithéâtre... Inquiet, il s’exclama :
- Ca ne va pas ?
La jeune fille tritura ses doigts – elle était à bonne école avec Hinata - signe chez elle qu’elle était profondément perturbée. Voyant son trouble, Lee l’entraîna un peu plus loin sous les arbres et la fit s’asseoir. Il s’agenouilla auprès d’elle et la regarda dans les yeux :
- Hé, Tenten, qu’est-ce qu’il y a ?
Le visage de la jeune kunoichi se décomposa et elle fondit en larmes. Désemparé, Lee, ne sachant que faire, la serra contre son torse dans l’espoir de la calmer. Mais elle redoubla de sanglots.
- Tu es si gentil... et moi... pleura-t-elle, je suis... je... je suis horrible !
Perplexe, Lee se dit qu’il ne comprenait pas tout. Que lui avait appris Sakura, déjà ? Patience et modération... Facile à dire pour un jeune Fauve de Jade qui veut se faire remarquer. Fougueux et énergique, mais tellement adorable !
- Mais non, avança Lee. Tu n’es pas horrible du tout.
- Non ? chuchota-t-elle, blottie contre lui.
- Non, répondit fermement son ami. Tu es la kunoichi la plus douée que je connaisse. Tu es jolie, agréable, intelligente... Et même... Kiba m’a confié qu’il te trouvait sexy ! Ajouta-t-il, au désespoir. Et Choji aime bien les filles qui ont un petit côté mec, comme toi !
- Lee, chuchota-t-elle de nouveau, transie de froid – au niveau physique comme au niveau du cœur – Lee... Il faut que je t’avoue quelque chose. Tout de suite.
- Vas-y.
- Promets-moi de ne pas te mettre en colère, implora t’elle.
- Promis juré.
- Je suis enceinte, dit-elle, le cœur battant à tout rompre dans sa cage thoracique.
Voilà. C’était dit. Elle n’arrivait pas à y croire. Mais c’était fait.
Elle se raidit, dans l’attente d’une claque ou de tout autre punition méritée.
Mais il n’y eut pas de choc.
Lee la fixait intensément, la bouche entrouverte en une expression involontairement comique, tâchant de savoir si elle se moquait de lui ou non.
- C’est vrai, se défendit-elle, plus détendue maintenant qu’elle savait qu’elle n’aurait pas – du moins pas venant de Lee – de punition.
- Hé bien... heu...
Apparemment, le jeune homme ne savait que dire. Dans ces circonstances, valait-il mieux féliciter Tenten ou la réprimander ? Finalement, il choisit une troisième option : le questionnement assidu.
Son visage se fit menaçant, et la jeune fille prit peur ; mais elle comprit bien vite que cette fureur ne lui était pas destinée.
- Qui t’as fait ça ? demanda-t-il, les yeux flamboyants de colère.
- Comment ça ? s’étonna Tenten.
- Qui t’as forcée ? Je lui ferais payer ! Il a osé...
La rage le dévorait tout entier ; visiblement, il ne supportait absolument pas l’idée que quiconque puisse faire du mal à sa meilleure amie. Bien entendu, il n’avait pas tout compris.
- Lee, calme-toi !
Le Fauve de Jade tourna son regard vers la kunoichi aux macarons et son expression colérique disparut aussitôt de son visage, remplacée par une expression de pitié douloureuse.
- Crois-moi, Tenten, celui qui t’as fait du mal s’en repentira ! Je ne supporte pas... l’idée... Désormais, je te promets que je te protégerai, annonça-t-il.
Il soupira et l’enlaça plus fermement. Cependant, elle se dégagea rapidement de ses bras, désireuse de lui faire comprendre qu’il se trompait.
- Lee, cet enfant a été conçu dans l’amour le plus pur. Je n’ai pas été forcée.
Les yeux déjà ronds de son ami s’arrondirent de stupeur. Jamais il n’aurait imaginé, au grand jamais, que la joyeuse mais tellement libre Tenten goûterait au fruit interdit avant l’heure. En effet, il se souvenait encore de tant de fois où de jeunes hommes fort attirants lui avaient fait des avances, que la jeune fille avait envoyées promener...



------------------------------ Flash back ------------------------------

Tenten marchait d’un bon pas dans les rues de Konoha, pressée de se rendre au lieu de rendez-vous imposé par Gai, décidément adepte des défis en tout genre. Car cette fois, il voulait se rendre dans la ruelle la plus petite, la plus sombre, la plus pourrie de tout le village caché de la feuille, et peut-être même de tout le pays du feu !
Pas tranquille, Tenten. On entendait de sordides histoires sur ce qui se passait parfois dans ces mêmes ruelles, même si l’Hokage châtiait sévèrement les coupables. Vols, viols et parfois même meurtres... Autant dire que ça ne rassurait pas du tout, surtout à cette heure tardive – la lune était déjà haute dans le ciel, d’un noir d’encre.
- Hé, mignonne, ça te dit de prendre un verre ?
La jeune kunoichi se retourna ; un garçon d’a peu près son âge, quinze ans, habillé assez élégamment, était adossé négligemment contre un mur. Mais que diable faisait ici un fils à papa pourri gâté – ses vêtements en disaient assez long sur son état.
- Non, désolé, répondit-elle poliment avec un sourire forcé. Je n’ai pas vraiment le temps.
- On a toujours du temps pour ces choses là...
Et il éclata d’un rire gras tout en s’approchant dangereusement d’elle.
Le grand tord de Tenten, à ce moment là, était de ne pas s’être défendue tout de suite ; même la petite Hinata aurait compris et aurait de suite envoyé un coup bien placé à ce malotru raffiné mais si peu galant !
Néanmoins, elle était une ninja. L’instinct guerrier prit le dessus. Paniquée, elle saisit un kunai et le plaqua contre la gorge du malfaiteur.
- Tu me laisses tranquille ou je te tue, cracha t’elle avec méchanceté.
Terrorisé, l’homme ne fit pas un mouvement. D’un pas chancelant, comme ivre, Tenten tituba et courut, courut sans s’arrêter, vers le lieu de rendez-vous.
- Tenten ! s’exclama Gai quand il la vit arriver, essoufflée et livide. Qu’est-ce qui se passe ?
- Il se passe que j’aurais bien pu me faire violer, répliqua-t-elle d’un ton cassant.
Les visages de ses trois amis et coéquipiers prirent un air meurtrier. Neji, en particulier, semblait véritablement effrayant.
- Qui ?
- On s’en fiche ! S'il recommence, de toute façon je le castre, déclara la jeune fille en riant nerveusement.
Puis elle s’effondra en larmes dans leurs bras.


Plus tard, de nombreux jeunes hommes, cette fois polis et assez bien intentionnés - ses amis y avaient veillé, soucieux de préserver la « vertu » de Tenten, comme le disait si bien Lee, avaient demandé à la jeune kunoichi si elle voulait sortir avec eux. Parmi eux, Shikamaru, qui n’avait jamais eu de petite amie et désirait « apprendre les ficelles du métier » - d’ailleurs Lee, puis Tenten l’avaient éconduits assez violemment, Sasuke, qui souhaitait reconstruire son clan, il avait reçu les plus belles baffes de sa vie, made in Tenten, Lee, Neji, Gai, Sakura, Ino, Naruto... Bref, tout le monde avait participé ! Et Kiba, sans doute le plus poli, qui trouvait franchement Tenten très attirante et avait formulé sa demande, pas en mariage, rassurez-vous, très convenablement. Néanmoins, elle avait décliné l’offre.

------------------------------ Fin du flash back ------------------------------



Bon, il faut le reconnaître, la première avance n’avait pas été faite très poliment...
- Mais alors, avec qui ?... l’interrogea-t-il, désespérant d’avoir une réponse.
Tenten ouvrit la bouche pour répondre, mais au même moment Kalamata lui envoya un flash ; Neji, utilisant le Byakugan pour voir ce qu’elle disait... Pure vision ou réalité ? Si elle ne faisait pas attention, c’est ce qui risquait d’arriver.
- Je te le dirais, mais pas ici, murmura-t-elle en observant les alentours tout en se levant. Maintenant, retournons voir Neji et Gai-sensei.
Sa voix se brisa dans sa gorge et elle pressa le pas, priant pour qu’aucun des deux ne se fâche et ne tente quelque chose. Le froid la dévorait de l’intérieur, elle était glacée, glacée, et même le chakra réconfortant de Kalamata ne lui offrait aucune aide. En elle-même, elle aurait voulu hurler pour que la démone renarde noire prenne sa place, mais elle savait qu’elle ne le ferait pas.
Neji et Gai, leur combat terminé, s’étaient assis à l’ombre contre un arbre et s’étonnaient de l’absence de Lee et de Tenten. En les voyant revenir, soulagé, Gai s’écria :
- Alors, Lee, prêt à me combattre ?
- Pas vraiment, non, intervint Tenten dont le cœur s’était remit à battre à une telle vitesse qu’elle crut un instant qu’il allait s’arrêter.
Affolée, elle serra un bref instant la main de Lee dans la sienne. Le temps parut se figer.
- Je suis enceinte.
Ca y est ! Elle était folle, folle, folle de l’avoir dit. Ils allaient la tuer !!!... D’ailleurs, les regards meurtriers que Neji et Gai lançaient sur elle – mais lui étaient-ils vraiment destinés ? – ne présageaient rien de bon. Convaincue qu’elle allait recevoir un coup mortel, elle ferma les yeux.
Mais, pour la seconde fois de la journée, le choc attendu ne vint pas.
Lee s’était placé devant elle pour la protéger, formant un rempart de son corps !!!...
En effet, Gai avait tenté d’envoyer un coup en pleine poitrine à Tenten. Cela, la jeune fille ne le comprit que tardivement, mais lorsque sa conscience flottant dans la brume la rappela à l’ordre, elle tomba à genoux, recroquevillée sur elle-même, absolument, totalement stupéfaite. Son sensei avait tenté de !!!...
Neji franchit le « rempart » sans obstacle aucun - visiblement, il était de son côté, et cela, Lee l’avait bien compris - et se précipita aux côtés de son amie.
- Tu vas bien ?
Elle demeura immobile, prostrée dans un silence angoissant. Neji, inquiet, tenta de la prendre dans ses bras ; à sa grande surprise, elle était glacée. Il fut tout aussi surpris de sa réaction ; la jeune kunoichi le repoussa violemment et se recroquevilla encore un peu plus sur elle-même, ses bras encerclant sa taille.
De son côté, Gai semblait s’être légèrement calmé. Néanmoins, Lee lui interdisait toujours le passage, redoutant une réaction de colère brutale de la part de l’homme qui venait de prouver qu’il était capable du pire.
- Tenten, lui dit-il après un silence, je suis désolé. Je ne voulais pas te blesser.
La jeune fille leva vers lui des yeux sombres noyés de larmes. A présent, ses bras serraient son ventre, à en mourir. Elle croisa le regard de son sensei...
Tenten tressaillit vivement comme si elle venait de se brûler et baissa de nouveau les yeux, reprenant sa posture de statue.
- Tu vas... le garder ? demanda Gai, dans l’expectative.
Nouveau silence. On pouvait juste voir les larmes de la kunoichi couler et tomber sur l’herbe verte du terrain d’entraînement.
- Je sais que tes parents sont morts il y a longtemps et que tu es sous la tutelle de Konoha. Comme tu es mineure, c’est donc moi qui devrais décider de ton sort, vu que je suis ton sensei...
Où diable voulait-il en venir ?
- Je peux très bien décider de te faire avorter.
Tenten, éperdue, releva les yeux et parla, avec une véritable terreur dans la voix :
- Non ! Vous ne le ferez pas ! Pitié !
- Enfin, pense à ton avenir, Tenten, tenta d’argumenter Gai. Tu as seize ans. Si tu deviens mère, tu devras renoncer à être ninja. C’est ce que tu souhaites ?
La jeune kunoichi demeura silencieuse, les yeux à nouveau baissés.
- Répond ! Ordonna plus durement Gai.
Tenten s’effondra sur le sol, inanimée.



Le titre du prochain chapitre ? « Pour elle, c’est déjà trop tard » c’est révélateur non ?
Bon, ça vous a plu ? Alors, un petite... petite... petite... review ?




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: