Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: En charge d'une nouvelle équipe

Cela faisait un an que la IVe Grande Guerre Shinobi avait été remportée. Depuis, la paix était revenue et la bonne entente régnait entre les villages. Après son opération chirurgicale, Naruto reprends ses habitudes. Mais, un sentiment de malaise l'entrave de jour en jour. Il souhaite prendre ses distances avec Konoha. Cependant, Kakashi, le Rokudaime Hokage, n'est pas de cet avis et assigne son ancien élève à une équipe de Genins ! Suivez les aventures de Naruto en tant que Sensei !
Classé: -12D | Spoil | Général | Mots: 12222 | Comments: 0
Version imprimable
Aller au
Namikasa (Féminin), le 11/05/2019
Hey ! J'ai entrepris de démarrer une nouvelle fanfic qui, j'espère, sera bien plus attrayante...
Je sais, je ne suis pas la première à écrire dans ce genre là. Mais j'en avais envie.
Alors, je vous souhaite une bonne lecture !




Chapitre 3: Le son du Serpent



Otogakure. Ce n'était pas un village accueillant, ni chaleureux. L'équipe de la feuille ne pouvait l'observer que de loin et pourtant, ressentait cette atmosphère lugubre et froide. Positionnés à trois cent mètres des portes du village, surélevés sur une colline, les jeunes shinobis semblaient exaspérés du paysage offert.

Le village du Son avait été bâti dans une vallée, au milieu d'un décor proche des forêts de Hi no kuni. Il était entouré de murailles de pierre épaisses et résistantes. Au niveau architectural, rien n'était à remédier. Les bâtiments étaient plus ou moins similaires et se dressaient fièrement au sein de la commune. Il y avait peut-être une absence de couleurs mais demeurait pour le moins esthétique. Orochimaru avait beau être un scientifique fou, il se souciait des apparences et son territoire semblait prestigieux. Personne ne doutait qu'il formait des ninjas d'exception, surtout connaissant les intérêts du Sannin envers les prodiges aux capacités particulières et aux dons héréditaires.

Enfin, ce n'était pas le village en lui-même qui laissaient les ninjas du feu réticents à débarquer dans cet endroit. Il y avait en effet une étrange odeur qui régnait dans l'atmosphère. Une odeur nauséabonde qui leur poussait des haut-le-coeur. Une odeur de mort.

Étant donné qu'ils n'avaient eu ni soucis, ni embuscade à signaler durant le trajet, les trois Chûnins se posaient bien des questions. Ils déglutirent simultanément, eux, qui n'avaient jamais connu la guerre, se sentaient drôlement mal à l'aise en ne reconnaissant pas ce funeste climat. Même si ils avaient été promus avant la guerre, il leur avait été formellement interdit d'y prendre part. À l'époque, ils étaient bien trop jeunes pour ce genre massacre. Il était vrai que, dans le monde des ninjas, à partir du moment où tu portes l'insigne de ton village, l'âge n'est plus pris en compte. Cependant, Tsunade, le Hokage de l'époque, avait catégoriquement refusé leur participation à la guerre. Les risques de développer des traumatismes étaient fortement élevés, même pour un shinobi d'élite. Tout le monde avait eu des séquelles, certaines étant incurables pour les plus sensibles.

Seul Naruto put se souvenir de cette ambiance néfaste. Le ciel était lourd et semblait furibond, comme si il allait abattre son courroux sur ce lieu fanatique. Et il semblerait que cette colère métaphorique se dirigeait vers le Serpent.

Orochimaru n'avait pas directement participé à la dernière guerre mais avait toutefois été d'une aide précieuse. Il avait ressuscité les quatre premiers Hokage qui avaient su soutenir l'Alliance. Ils avaient même été capables de retenir Jûbi, le Bijû à dix queues que l'Akatsuki avait réanimé. Ce même fléau qui avait tué un nombre incalculable d'alliés, dont le père respectif de Shikamaru et Ino, ainsi que son ami Neji.

Mais même en ayant grandement collaboré à la victoire des shinobis, cela n'effaçait pas les crimes qu'il avait commis. Cet homme avait tout de même fait parti d'Akatsuki et assassiné le Sandaime Hokage. Il avait aussi pratiqué d'innombrables expériences sur divers cobayes et s'était emparé de nombreux Kekkei genkai. Il avait aussi tué des innocents.

Le blond ne savait plus quoi penser du Densetsu no Sannin. Il éprouvait toujours une certaine aversion et rancune à son égard. Surtout pour avoir entraîné son meilleur ami dans le dénit et de l'avoir corrompu. De plus, il doutait fortement que ses objectifs soient dans la rédemption. Ses intentions étaient méconnues et il savait que le reptile resterait énigmatique dessus.

Tout cela lui fit rappeler cette période et ces événements durement surmontables, qui ne dataient que de seulement dix mois auparavant. En tout cas, il ne serait certainement pas prêt d'oublier, lors de cette terrible bataille, les effluves provenant du sang de ses camarades tombés. Et cette émanation annonçant la mort en elle-même se ressentait ici.

Il savait que Oto n'était pas un endroit fréquentable et se promit que ce serait la dernière fois qu'il y mettrait les pieds. Cette sensation le répugnait. Cependant, était-ce normal de ressentir cela, dans le village du son ?

"- Naruto-senpai, quelque chose vous tracasse ? S'enquit alors l'un de ses subordonnés, du moins, temporairement."

Il s'agissait là de Sumato. Il avait tout juste 14 ans mais était pourtant très doué dans sa discipline. Il possédait une maîtrise incomparable du Doton, l'Art d'utiliser la terre, l'un des cinq éléments principaux. Pour son jeune âge, c'était une prouesse incroyable et Naruto avait mieux compris sa promotion. Tsunade, jadis, encore en service, avait sûrement dut être ravie de ce jeune garçon. De ce qu'avait pu reconnaître l'Uzumaki, c'était que le brun était une véritable pipelette contrairement à ses deux autres coéquipiers. D'apparence naïf et simplet, comme lui l'était autrefois, le brun avait une jugeote incroyable. Personne ne pouvait le tromper, une fois qu'il avait une idée en tête, celle-ci n'était pas prête de s'en aller. Il y avait également autre chose qu'il devait admettre : son cadet était un fanboy incontestable.

Durant les deux jours et deux nuits de route, il n'avait cessé de lui poser un tas de questions. Bien que le blondinet en fut honoré, il avait cependant été légèrement embarrassé. Lui, autrefois, maudit de son village recevait aujourd'hui bon nombre de louanges. Ses exploits avaient finis par être reconnus de tous, même à l'étranger. Il était même craint par les bandits. Son incroyable renommée était telle que tout le continent avait eu vent de sa bravoure et de son audacité au combat. Le Jinchûriki aimé de tous.

"Ce n'est pas celui qui devient Hokage qui obtient la reconnaissance de tous. Mais bien celui qui a la reconnaissance de tous qui devient Hokage."

Les paroles de Itachi Uchiha, qui l'avait complètement bouleversé. Petit, il avait toujours voulut devenir Hokage, afin de prouver sa réelle valeur. Mais ce jour-là, lorsqu'il avait fait face au grand frère de Sasuke, ce dernier avait modifié sa vision des choses. Pour devenir dirigeant de la feuille, il devait avant tout être reconnu par son peuple. C'était l'enseignement qu'il en avait retiré. Il avait compris, bien trop tard, que le possesseur du Mangekyô Sharigan était un héros de l'ombre, un authentique philosophe. Une personne magnifique qui avait ruiné sa propre existence pour le bien de son village et surtout de son petit frère.

Constatant qu'il avait plongé dans un flots de souvenir, il finit par répondre à son admirateur :

"- Je repensais simplement à mon vécu. Le village ressemble beaucoup à ce que l'on a vu durant cette impitoyable guerre. Je me demande ce qu'il s'y trame.

- On sait tous que ce n'est pas un type très net. Intervint alors Kameko, à sa plus grande stupeur. Ce gars a pratiqué énormément d'atrocités. Je ne suis même pas étonnée que ce village soit si morne."

Kameko. Il n'avait pas appris beaucoup de chose sur elle. Elle n'avait rien voulu dévoilé sur ses aptitudes - du moins, il n'avait pas osé lui demander. Il savait juste qu'elle avait mauvais caractère et que sa franchise était parfois brutale. Une fois, il l'avait aperçue gribouiller sur un carnet. Aussitôt, il avait appris de ses coéquipiers qu'elle était doté d'un talent inné d'illustratrice, rivalisant sûrement avec Sai.

"- Naruto-senpai, je ne brûle pas d'envie de rejoindre ce village mais, qu'attendons-nous pour y aller ?

- Inutile de se presser, Sumato. De toute façon, ils sont déjà au courant de notre présence."

Suite à cette déclaration, il se tourna au même moment que ses partenaires. Il n'eut aucun mal à reconnaître un ancien membre de l'équipe indépendante Hebi, nommée plus tard Taka.

"- Suigetsu, j'ignorais ta présence ici.

- Naruto-kun ? S'étonna le shinobi d'affinité Suiton. Que fais-tu ici ?

- Nous avons un message à transmettre à Orochimaru."

L'épéiste arqua un sourcil. Ses orbes violettes toisaient l'hôte sous toutes les coutures. Puis, son regard dévia sur les trois Chûnins, tout aussi hébété de leur présence. Ses cheveux bleu platine plaqués autour de son crâne se soulevait dans le silence de la légère brise.

"- Très bien, suivez-moi."

**

Ils étaient à présent, là, devant l'antre du serpent. Le bâtiment ressemblait davantage à un énorme bunker, aux formes concentriques. La pierre onyx ornant les murs était stylisée et minutieusement sculptées. Deux épais pilliers en métal poli encadraient l'entrée. À y ajouter quelques touches de doré aux jointures. L'entrée ressemblait fortement à la gueule d'un cobra. Ils avaient la nette impression que ses crocs se refermeraient sur eux.

En entrant au village, ils avaient vite fait de traverser l'allée principale qui menait droit à la bâtisse. Le village n'était pas très grand et vraisemblablement peu peuplé de villageois. Ils étaient même venus à se demander si il y en avait vraiment. Enfin, il était inutile de tergiverser dessus, ce n'était pas dans leurs occupations du moment. Ils devaient juste transmettre un message important tout en gardant un œil sur lui. Celui-là même qui fut l'antagoniste prioritaire de la feuille. Aujourd'hui, il était difficile de le considérer comme neutre.

L'intérieur n'était pas bien différent de la façade. Le sol était fait de granite, encadré de murs tout aussi lisses. À leur avancée, des feux follets latéraux s'allumaient, illuminant partiellement le couloir. Il fallait l'admettre, le corridor était très chic. Orochimaru possédait une notion d'esthétique tout à fait au goût du jeune manipulateur du Doton.

À la suite de Suigetsu, ils gravirent des marches en arc de cercle, menant directement à un nouveau passage, s'engouffrant toujours plus profondément dans les abîmes du repère. Le requin ne se posa pas plus de questions et ouvrit la porte, laissant tout d'abord franchir les visiteurs. Derrière cette entrée, se trouvait une immense salle pratiquement plongée dans la pénombre. Des colonnes de pierre se rejoignaient au plafond arrondi, formant des voûtes. Au centre, dans un sol affessé, se distinguait une silhouette seule, assise sur un fauteuil. Ils n'eurent pas le moindre mal à reconnaître le Sannin recherché.

Possédant toujours ce fameux teint cadavérique qui le caractérisait tant, ils découvrirent qu'il siégeait dans un nouveau corps étranger. Le plus stupéfiant fut de constater la nature féminine de son enveloppe charnelle. Il avait toujours ses longs cheveux lisses et noirs qui retombaient sur ses épaules mais cette fois-ci rattachés par le bout des mèches avec un bracelet de cuir. Ses orbes dorés ressortaient, brillants dans l'obscurité, et les scrutaient, un par un, s'arrêtant sur le seul Genin.

"- Naruto-kun, cela faisait longtemps. Retentit la voix sournoise du shinobi renégat, tel un sifflement farouche.

- Pas assez à mon goût. Rétorqua ce dernier, soutenant le regard machiavélique de la vipère."

Un léger rictus s'échappa des fines lippes de l'invocateur de reptiles. Il leur fit signe de s'approcher, dans un geste étonnamment pacifique. Ce qu'ils firent, sceptiques, sur leurs gardes. Sans plus attendre, Naruto tendit le document à livrer en main propre, observant les mouvements suspects de son ancien ennemi.

Orochimaru le récupéra, conscient de la nature de cet écrit. Il défit le sceau avec une aisance consternante et déroula le parchemin. Ses pupilles en fentes dévalèrent le rouleau, sous le silence des cinq shinobis présents. Un silence pressant et étouffant. À cet instant, les Konoha-nins ne rêvaient que d'une chose : mettre les voiles de cet endroit maudit qui les rendait mal à l'aise. À la fin de sa lecture, le Sannin tourna son regard vers le blondinet. Cependant, il resta muet, l'air songeur.

Cette missive l'avait légèrement contrarié. Mais il ne le montra pas. Son faciès était impassible, sa pair d'orbes dorés luisants d'une once de sadisme, dans l'obscurité de la salle supposée principale. Même si sa réaction restait inconnue, du moins indistincte, l'Uzumaki savait parfaitement l'avis du Serpent. Il pouvait déceler n'importe quelle intention rien qu'en regardant les yeux des gens. C'est ce qui, généralement, les trahissait. Durant son enfance de Jinchûriki, il avait appris à différencier les regards des habitants. La plupart le toisaient, dédaigneux ou le fuyaient et cela se remarquait aisément. Quand il avait reçu pour la première fois des encouragements et du soutien, il avait aperçu la sincérité de ces personnes. Il pensait d'abord à Iruka, puis au vieux Hokage Hiruzen, suivi de Jiraya et de Kakashi. Ses premières rencontres qui l'avaient réellement accepté.

Et là, à cet instant, le scientifique et lui se dévisageaient, parlant uniquement avec le regard. Orochimaru semblait avoir repéré quelque chose. Il savait que Naruto avait un objectif derrière la tête. Il était loin d'être idiot et avait de suite compris. Sa perspicacité était d'autant plus impressionnante. Les deux, autrefois, ennemis se faisaient face, sous l'air hagard des spectateurs.

"- Je suppose que vous ne resteraient pas ici. Siffla-t-il diaboliquement."

Il cherchait à le tester. Une lueur maléfique se réfleta dans ses prunelles d'or. Orochimaru avait beau ne plus être un ennemi, il conservait sa nature psychopathe et manipulatrice.

"- Nous serions preneurs si vous avez un endroit pour nous reposer. Intervint alors Kemushi, dans le seul but d'accomplir leur seconde mission."

Malgré lui, l'aîné du groupe opina du chef lorsque le serpent l'interrogea du regard. Alors qu'une soudaine tension prenait part, la porte s'ouvrit en un lourd fracas. Deux shinobis d'Otogakure venaient de débarquer, affolés. Ce n'était pas dans les habitudes de ses subordonnés d'arriver ainsi, surtout devant Orochimaru qui était susceptible dessus. Quelque chose se tramait, Naruto en avait la certitude.

"- Orochimaru-sama, le village a été attaqué !"

Cette révélation installa un sentiment d'ahurissement pour la majorité. Comment était-ce possible ? S'il y avait vraiment eu une attaque, ils auraient tout de même ressenti les secousses, non ? C'était improbable. Même si Otogakure n'était pas le village le plus apprécié, grâce à la paix installée durablement, il ne devrait pas contenir de tels rapports. Et pourtant, en apercevant la mine angoissée de ces deux ninjas, ils en furent tous convaincu. Il y avait bel et bien eut un assaut sur le village du son.

Fortement atteint pour une raison qu'ils ignoraient tous, le nukenin de Konoha se releva, de manière étrangement précipitée. Il n'appriéciait guère de tels affronts. Surtout sur son principal repère, là où se situaient ses sous-fifres les plus entraînés mais aussi et surtout des tonnes de recherches faites avec son ancien bras droit, Kabuto Yakushi. Si un inconnu venait à mettre la main sur des dossiers de ses expériences, le secret de sa marque maudite serait enfin révélé. Mais cela ne semblait plus vraiment l'inquiéter.

En même temps ennuyé et amusé de la situation, Orochimaru sortit d'un pas curieusement hâtif, se dirigeant directement vers ses salles expérimentales. Les Konoha-nins, quant à eux, se lancèrent un regard compris. En hochant simultanément de la tête, ils quittèrent l'édifice et rejoignirent la place centrale. Des escadrons de shinobis se mobilisaient et faisaient de leur mieux pour maîtriser la situation. Au vu de leur réaction, les étrangers purent constater, désapointés, qu'ils n'avaient jamais eu l'expérience, eux, qui n'avaient jamais été la cible d'une quelconque offensive.

Le ciel était grisâtre, aussi sombre que le village lui-même. Un filet de vapeur semblait remonter vers l'épaisse couverture de nuages. Il y avait un incendie, à deux rues d'ici. En voyant l'ampleur de la fumée, ils surent que ce n'était pas un simple feu de cheminée. Il était fortement propable que ce soit la détonation de parchemins explosifs. Sinon, ce devait être un redoutable jutsu ayant pour affinité le Katon.

D'un accord commun, ils gravirent les toits et se dirigèrent vers la source de toute cette pagaille. Le pas fut emboîté par Suigetsu, qui n'avait pas hésité à les suivre. Il y avait également quelques shinobis sous les ordres de l'épéiste, apparemment tous possédant la nature Suiton.

Ils arrivèrent rapidement sur les lieux. D'après les rapports de certains témoignages, aucune victime n'avait été à déplorer, éventuellement avalée par les flammes. Il y avait seulement quelques blessés superficiellement. Face à eux, un établissement était prisonnier, se consumant à une allure plutôt inquiétante. Il s'agissait de la nouvelle Académie, spécialement ouverte pour les jeunes apprentis. C'était une dénommée Karin qui avait insisté pour l'inauguration du bâtiment. Elle s'était inspirée de celle de Konoha et avait presque supplié son maître pour en construire une, il y a de cela un trimestre. Et le voilà en proie aux flammes alors que les étudiants venaient de faire leur entrée.

L'escadron de pompiers provisoires ne s'attarda pas et se mit dirctement à la tâche. Ils essayaient tant bien que mal de maîtriser le feu. La fumée jouait en leur défaveur. Elle prenait de l'ampleur et les asphyxiait. L'odeur de cramé était difficilement supportable mais ils tinrent bon. Personne ne voulait que Oto soit en crise à la simple cause d'un incendie. Certes, il semblait complètement artificiel - d'ailleurs, l'odeur d'essence en émanait - mais ce n'était pas ce petit incident qui allait affaiblir les troupes. Ils s'en remettraient.

**

Quelques heures après la déflagration, le bilan n'était en rien important. Pour une raison qu'ils ignoraient encore tous, l'Académie avait brûlé. Personne ne savait pourquoi, ni qui en était le responsable. Car oui, il y avait bien quelqu'un derrière tout cela. Un tel incendie ne pouvait pas être causé par les disjoncteurs en mauvais état puisque le bâtiment l'école venait tout juste d'être construit. C'était un ou plusieurs individus qui avaient agis volontairement. Tout semblait calculé.

La team de Konoha s'était réunie autour d'un léger repas, dans un espace qu'Orochimaru leur avait réservé. Le logement se situait en périphérie au village, près de l'entrée principale. Il était plutôt modeste et petit, néanmoins, il suffisait amplement. Ils avaient reçu de quoi se ressourcer alimentairement et des draps chauds.

Positionnés en ronde autour de la petite table où tronait des boîtes de conserve, ils exposaient tous leurs renseignements obtenus auprès des témoins. En effet, ils en avaient décidé ainsi. Ils ne rentreraient pas à Konoha tant que cette affaire ne sera pas résolue. Ils ne pouvaient tout simplement pas ignorer cet attentat. Quelqu'un s'en prenait à Oto, mais demeurait discret. Était-il seul ou en groupe ? Pour quelles raisons avait-il agis ainsi ? Un mystère insensé.

Maintenant, tous à l'écoute de leur aîné, le blond transmit ses ordres. Simples et clairs. Ils avaient tous un rôle à jouer, en espérant que ce concluant.

À la fin de leur échange, Naruto invoqua un crapeau, à la peau rugueuse et rouge. Il ressemblait en tout point à Gamakichi, sauf que celui-ci faisait à peine la taille d'un poing. Il lui transmit alors un rouleau qu'il venait de sceller dans lequel il expliquait dans les grandes lignes les derniers évènements. Aussi, il demanda, au cas où, l'accord de poursuivre leur mission. Ils n'étaient jamais sûrs de rien et au moins, le Hokage était tenu au courant de leurs décisions et agissements. En quelques secondes, le batracien disparut dans l'obscurité de la nuit.

Alors que les trois Chûnins s'étaient assoupis, le dernier sorti prendre l'air. Le climat était frais et calme. Il n'y avait pas de vent. La lune était à son premier croissant, surplombant le village de son intense luminosité. Contrairement à la journée, le ciel était dégagé et des milliers d'étoiles scintillaient.

Il souffla, comme soulagé. L'attaque aurait pu être portée sur le repère du serpent. Dans ce cas-ci les dégâts auraient étaient monstrueux étant donné son emplacement central. D'un autre point de vue, il ne comprenait pas pourquoi c'était l'Académie qui avait été la cible.

"- L'un de mes plus précieux éléments est porté disparu."

Naruto sursauta à l'entente de cette voix reptilienne. Il la reconnaissait entre mille. Doucement, sans mouvement superflu, il fit face au Densetsu no Sannin, assis sur un rocher.

"- Que fais-tu ici ?

- Je suis impressionné par ta lucidité. Tu as bien changé Naruto-kun. Tu es bien différent de ce gamin d'autrefois."

L'héritier des Uzumaki fronça des sourcils. Pourquoi avait-il détourné sa question ? Il resta silencieux, attendant un potentiel développement de la part du dirigeant d'Oto. Ce qui n'arriva pas. Le serpent demeurait également silencieux, l'observant, lui portant un intérêt particulier, comme pour Sasuke auparavant.

D'un geste brusque, le blond se retourna. Il savait bien que lui tourner le dos n'était pas la meilleure chose à faire. Il décida donc de revenir sur un détail qui lui avait échappé.

"- Qui est cette fameuse personne disparue ? Est-elle liée à l'attaque ?

- Je n'aurai jamais imaginé mon village être attaqué pour enlever ma médecin la plus compétente.

- C'est donc Karin. Se souvint alors Naruto. Celle qui accompagnait Sasuke dans son équipe Taka."

Il avait entendu dire qu'elle était devenue directrice de l'Académie. Aujourd'hui, c'était un jour où l'établissement n'était pas censé être ouvert. Que faisait-elle alors ? Sûrement gérait-elle les emplois du temps des jeunes. Elle travaillait grandement au projet, signe qu'il avait de l'importance à ses yeux. Mais pourquoi avait-elle était la cible ? S'emparer de son pouvoir de guérison ? Que cherchait-il à faire avec ? C'était une affaire inquiétante.

Orochimaru, de son côté, trouvait dérangeant l'intervention du blond. Il n'aurait jamais songé à ce que le jeune homme soit devenu aussi perspicace. Ce petit fouineur devenait dangereux, pour son village mais surtout pour lui. Cette enquête devait impérativement rester au sein d'Oto. D'un autre côté, il trouvait cela amusant.

"- Je dois te prévenir. Retentit le sifflement du reptile. Cet enlèvement restera à Otogakure. Je refuse que les autres villages s'en mêlent, dont Konohagakure. Je vous intime donc de rentrer demain.

- Nous repartirons le surlendemain. Répliqua-t-il, lançant un regard de défi à son jadis ennemi."

Un regard qui ne passa pas inaperçu aux yeux du résidant local. Un regard qui l'enjailla presque.

**

Voilà deux jours qui s'étaient écoulés. L'équipe de Naruto avait enquêté, sur Orochimaru ainsi que sur l'incendie. Ils n'avaient obtenus que peu d'informations. À croire que c'était comme si le serpent avait compris la présence des shinobis de Konoha et s'était abstenu de réagir comme il aurait dû le faire. Concernant l'enlèvement de Karin, ils n'avaient rien trouvé de pertinent. Là aussi, ils pensaient que le Sannin avait effacé toutes les traces. De ce fait, rien de très fluctuant n'avait été ajouté à leur liste de renseignements.

À présent, ils étaient tous sur la route du village caché du feu. Leur formation était simple. Naruto était devant et ouvrait la voie, attentif au moindre mouvement suspect. Kameko était à sa suite, puis venait Kemushi, chargé de la surveillance du groupe. En dernier, était positionné Sumato chargé des défenses du groupe.

Le blond tourna la tête vers l'Aburame, ravi de sa présence. En effet, ce dernier était un manieur d'insectes. Mais pas n'importe lesquels. Contrairement à Shino qui possédait toutes sortes d'espèces, Kemushi était résidant d'un nid de chenilles, des Bombyx aux vénéneuses. Une fois métamorphosées en papillons, elles étaient vraiment utiles. Ils avaient pu infiltrer des lieux inaccessibles tels que les appartements d'Orochimaru, mais aussi ses salles expérimentales. À leur revenue, le brun aux lunettes avait raconter tout ce qu'il avait découvert. Comme quoi, les membres de ce clan étaient très utiles pour la surveillance et le repérage.

Le retour se fit rapidement. Pas d'embuscade, ni d'autre incident particulier. Les temps de paix étaient presque agréables. Il avait réussi à honorer sa promesse. Celle faite à son Maître, Jiraya, le seul des Densetsu no Sannin qui avait perdu la vie. Celle faite à ses disciples fraternels, Nagato et Konan, eux aussi maintenant disparus. Également celle faite à ses parents, Minato, le Yondaime Hokage et Kushina, la Nidaime Kyubi no Jinchûriki. Il était fier de son parcours. À présent, la prochaine étape, c'était de devenir le Nanadaime Hokage. Il y parviendrait. Il en était certain. Il ne pouvait pas décevoir tous ses camarades qui avaient foi en lui.

Le trajet se poursuivait dans le silence. Parfois, ils s'arrêtaient, courir en discontinuité était mauvais. Seul un taré comme Rock Lee en était capable.

Ainsi, ils arrivèrent à Konoha le lendemain, en fin d'après-midi. Après avoir brièvement salué les deux gardiens des portes, ils se dirigèrent de suite dans le bureau du Hokage.

Kameko toqua et entra sans même attendre une réponse, sous l'œil habitué par cette impatience du trio de garçons. En débarquant dans la pièce, le quatuor surprit leur Kage en train de lire un livre Icha Icha, ne manquant pas d'échapper quelques gloussements comme le pervert caché qu'il était. Pris en flagrant délit, dans un sentiment de malaise, Kakashi cacha son ouvrage dans le premier tiroir qu'il avait à portée de main et se raidit. Il venait de perdre tout le respect qu'avaient les quatre ninjas à son égard.

"- Vous êtes déjà de retour...

- Je vous avez prévenu la veille de notre arrivée. Le recala son ancien élève, exaspéré.

- Oui, c'est pas faux... Alors cette mission ? Reprit-il sérieusement. Avez-vous obtenu des renseignements ?

- J'ai demandé à Kemushi-kohai d'infiltrer ses endroits expérimentaux ainsi que ses appartement.

- C'est un peu de la violation de vie privée. Intervint Kameko, d'un ton plutôt cinglant.

- Tu n'as pas tort. Approuva Naruto en opinant du chef. Mais le plus vicieux dans cette histoire, c'est bien lui.

- Qu'as-tu découvert ? Demanda le Rokudaime en s'adressant à Kemushi.

- Orochimaru poursuit toujours ses expériences. Il utilise toujours des cobayes. Cependant, d'après les fiches d'identité, il semblerait que ses cobayes soient tous consentants. En ce moment, il tente de créer des clones humains, avec une conscience.

- Nous en sommes donc venus à penser qu'il s'inspirerait des Shiro Zetsu.

- Voilà qui est compromettant... Dans quel but ferait-il tout ça ?

- Aucune idée."

Kakashi prit un temps de réflexion. Pourquoi le serpent pratiquait-il ce genre d'expérience ? Il devrait sans doute en discuter avec son prédécesseur, la Godaime.

"- En tout cas, bravo pour la réussite de cette mission. Les félicita-t-il. Sumato, Kemushi, Kameko, vous avez une semaine de congé. Vous pouvez tous les trois disposer. En sortant, faîtes-moi revenir Tsunade-sama.

- Entendu."

Ils quittèrent le bureau sous le regard de leurs deux aînés. Sumato adressa un dernier sourire à son idole. Quand la porte fut refermée, Naruto se tourna vers son supérieur.

"- J'ai hâte de revoir Baa-chan.

- Naruto, plus sérieusement, qu'as-tu pensé de cette mission ?

- Bah... Elle était relativement simple.

- Non je ne parle pas de ça. Qu'en as-tu pensé, en tant que capitaine ?

- Eh bien..."

Il ne savait pas comment y répondre. Les trois Chûnins avaient été attentifs à ses consignes et respecteux envers lui. Au début, il avait été gêné à l'idée de prendre les commandes. Puis, au fur et à mesure, il s'y était plu. Il avait apprécié cette mission. Il avait aimé discuter avec chacun, même Kameko et son caractère pourri. Il avait finalement adoré.

En voyant le sourire se dessiner progressivement sur les lèvres de son élève d'autrefois, le fils du Shiro Kiba détenait sa réponse.

"- Naruto Uzumaki, je te promeus officiellement Jônin d'Élite."



Et voilà. Fin de chapitre. On peut aussi dire que c'est la fin du Prologue...
Notre petit Naruto est devenu un Jonin... Bravo.
La suite, bientôt, en fonction des modérateurs XD




Chapitres: 1 2 [ 3 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: