Fiction: A Salem s'enflamment nos vies ; s'éteint la raison

Salem, ce n'est pas vraiment l'endroit où les gens se rendent pour passer des vacances, et encore moins y vivre. Et pourtant, une joyeuse bande de copain a décidé d'y passer les vacances de la Toussaint. Grossière erreur ! Ne leur a-t-on jamais appris à ne pas se jouer des morts ?
Classé: -12D | Cross-Over / Drame / Supernaturel | Mots: 3324 | Comments: 1 | Favs: 1
Version imprimable
Aller au
Nephtys13 (Féminin), le 13/08/2018




Chapitre 2: Ce n'était pas vraiment ce à quoi on s'attendait



9 heures 30.

Le soleil était désormais haut dans le ciel de Salem. Dans un luxueux hôtel, quatre jeunes hommes émergèrent du sommeil… Ah non, autant pour moi ! TROIS jeunes hommes quittèrent les bras délicats du maître des songes mais le quatrième ne se leva pas. Il n'était pas prêt de quitter sa légère et douce bulle de sommeil après avoir dû supporter la vieille femme au casque. Ses cheveux noirs était encore et toujours retenus en un catogan et il portait les mêmes vêtements que la veille, il n'avait pas pris la peine de se mettre en pyjama.

-Il est sérieux ?! Il ne va quand même pas dormir pendant toutes les vacances !

-Tu connais pas Shika depuis le temps ?

-Si mais il y a des trucs trop sympas ici ! Par exemple, il faut qu'on trouve la maison où vivaient les sorcières qui furent exécutées et on se doit de faire…

Chôji n'eut pas le temps de finir sa phrase que Naruto sautait déjà sur son meilleur ami pour le réveiller à sa manière. Shikamaru grogna mais ne bougea pas pour autant. Au contraire, il envoya le pauvre blondinet par terre. Neji soupira en voyant la scène. Il se leva et se rendit dans la salle de bain pour prendre sa douche avant que cette horde de vautours n'use toute l'eau chaude qu'on pouvait avoir dans cette endroit perdu ! En passant devant le miroir, il croisa ses yeux violets et un autre visage passa brièvement dans sa mémoire. Un pincement puissant saisit alors son cœur.

***


Elle était seule. Tenten avait appelé Temari très tôt pour lui dire que sa grand-mère et elle avaient dormi à l'hôtel car la voiture n'avait plus d'essence ; et comme les stations étaient fermées, elles avaient trop eu peur de marcher de nuit sur les routes tortueuses. Tenten devait encore être en ville. Temari et Ino étaient partis très tôt pour faire des courses. Et elle, avait interdiction de sortir du domaine.

Hinata observait donc le jardin délabré, Assise sur le perron de la vieille maison avec un verre de jus d'orange dans les mains. Elle soupirait à chaque fois qu'elle voyait les hautes herbes qu'on devrait tailler, les rosiers qui mouraient à cause de la chaleur ou bien du froid, les morceaux de verre de fenêtre qu'on avait jamais ramassé ou encore les insectes qui dévoraient avidement, les restes de ce qui avait été jadis un potager pour les anciens occupants.
Malgré le fait qu'elles logeaient toutes les quatre dans cette maison depuis bientôt un an et trois mois, elles n'avaient jamais pris le temps de s'occuper de cet endroit. Elles ne voulaient pas entreprendre des travaux en sachant que du jour au lendemain elles pourraient avoir à disparaître de la circulation. S'il y a bien une chose que Hinata avait compris au fil des années qui ont passé, c'est que disparaître du radar d'une famille aussi puissante que les Hyuga était presque impossible !
Les visages passèrent alors dans sa tête comme à chaque fois qu'elle prononçait ce nom. Tous avec les yeux mauves, les cheveux bruns et la peau pâle. Tous, sans exception !
Alors qu'elle repensait encore et encore à ces noms et à ces visages, des gémissements se firent entendre. Elle secoua la tête, se remettant les idées en place et revenant ainsi à la réalité. Au fond du jardin, une forme grise se mouvait. La jeune fille se leva, les yeux plissés. Elle s'avança. Elle sentit l'air avant d'éternuer. Des poils de chat… Elle s'avança encore. Ses pas devinrent de plus en plus rapides et elle se retrouva bientôt devant le chaton. Il gesticulait dans tous les sens : le pauvre avait la patte coincée dans un barbelé ! Doucement, elle se baissa. Le chaton était de plus en plus effrayé. Elle lui murmura des paroles doucereuses tout en approchant lentement et avec prudence, sa main. Mais le chat souffla d'agressivité sur elle ; les oreilles vers l'arrière et le poil tout hérissé. Sa main s'écarta subitement, amplifiant le côté défensif du petit chat.

-Je veux juste t'aider... Laisse moi faire.

Elle ne savait pas vraiment s'il pouvait la comprendre mais les pupilles de ses yeux se rétrécissaient et s'afinaient suite à sa phrase. Elle approcha de nouveau sa main avec douceur. Le chat la regardait toujours avec une méfiance non dissimulée mais ne bougeait pas. Il attendait sûrement de voir ce qu'elle allait faire. Hinata caressa du bout du doigt le pelage gris tigré du chaton. Les oreilles de ce dernier se dressèrent alors sur sa tête. Il la regardait pleinement avec intérêt.

-Tu es très mignon... Ne t'en fais pas. Je vais te sortir de là !

Aussitôt dit, elle déroula le barbelé toujours avec la douceur de ses doigts de fée. Le chat fut bientôt libre mais il boitait. Le pauvre avait la patte presque en sang… Hinata ne pris pas la peine d'hésiter. Elle saisit doucement le chaton et l'accueillit au creux de ses bras contre sa poitrine. Il ne semblait plus avoir la force de se montrer méfiant et colérique. Elle se leva et courru ensuite jusqu'à l'intérieur.

Elle déambulait dans la maison, le chaton dans les bras, à la recherche de désinfectant et d'une bande. Elle ne croisait toujours et encore personne, il n'y avait que son âme au sein de la maison.

***


12 heures 45

Les quatre jeunes hommes sortaient enfin de leur hôtel ! Naruto râlait car selon lui, s'ils n'avaient pas perdu autant de temps à essayer de réveiller Shikamaru ils auraient pu visiter l'intégralité de la ville ! Ce à quoi Shikamaru lui répondit qu'il n'avait jamais demandé à ce qu'on le réveille. Et c'est sur cette phrase qu'il aurait fallu ne jamais dire que l'ouragan jaune éclata :

- MAIS TU TE FICHE DE MOI ?! C'EST TOI QUI AS EU L'IDÉE DE CE VOYAGE ALORS TU VAS FAIRE LES VISITES AVEC NOUS ! DÉJÀ QU'ON DOIT TE SUPPORTER TU VAS PAS TE PRELASSER DANS TON LIT ALORS QUE CHÔJI VA NOUS TRAINER À TOUS CES TRUCS !

-Tu sais que tu viens de te contredire tout seul ? Tu veux les faire ces visites ou pas ?

-OH LA FERME MISTER HYUGA ! BIEN-SÛR QUE JE VEUX LES FAIRE POUR RAPPORTER DES PHOTOS À MES PARENTS MAIS APRÈS…

-C'est bon ! La ferme Naruto, on y va… Tss... Galère !

Naruto se calma, un peu. Il cessa de crier et boudait dans son coin tandis que Chôji parlait gaiement avec Shikamaru.
Alors qu'ils tournaient au coin d'une rue, ils se retrouvèrent sur la place du marché. Des milliers d'étalages étaient disposés. Entre eux, déambulaient des centaines de passants et parmi eux se trouvaient des marchands ambulants.
Comme sortit de nulle part, l'un d'entre eux se dressait soudainement devant eux. Cet homme en imperméable les regardait ou plutôt les détaillait d'un œil vif.

-Jeunes hommes, bien le bonjour. De sa voix claire comme le miel, il poursuivit Je crois que c'est votre jour de chance !

Les quatre garçons se regardaient sans comprendre. Naruto était en toute somme, méfiant et il ne s'en cachait même pas. Neji fronçait légèrement les sourcils et de lui émanait une aura de froideur. Chôji et Shikamaru quant à eux, demeuraient imperturbables. L'homme continua donc sa prestation, voyant que les jeunots ne partait pas en courant.

-Vous cherchez désespérément une chose rare ? Vous n'avez qu'à venir fouiller !

D'un geste théâtrale, il ouvrait d'un coup sec son imperméable. Les garçons sous le choc, étaient incapables de prononcer le moindre mot. L'intérieur de l'imperméable était recouvert de paquets de préservatifs de toutes les couleurs. L'homme souriait et leur dit :

-Je suis contre les préservatifs trop chers !

Les garçons échangèrent un regard avant de partir sans un mot sous le regard dubitatif du vendeur ambulant ! Naruto pris son téléphone en soupirant. Il l'allumait et se rendit dans ses messages en voyant qu'il en avait un, non-lu. Un sourire éclaira son visage lorsqu'il reconnu le numéro et avec une rapidité aberrante, il répondit.

Naruto :

Bonjour à toi aussi. Bah écoute, je vais très bien et toi ? T'inquiètes tu me dérange pas, je suis juste avec des potes mais j'aime trop parler avec toi ^^

Trente secondes plus tard, la réponse arrivait.

Sakura :

Je vais très bien également :-)
Je suis contente que tu aimes bien quand on discute, c'est pareil pour moi. Tu fais quoi là ?

Naruto :

Je suis sur la place du marché de Salem, tu sais je t'en avais parlé il y a une semaine. Je suis arrivé hier.

Sakura :

Ah oui c'est vrai. Et ça va ? Tu t'amuse bien ?

Naruto :

Bof... Pour l'instant j'ai pas vu grand chose. 'Faut dire que j'ai des potes assez chiants dont un qui est une vraie marmotte !

Sakura :

XD

Naruto :

Ça te fait rire ? Mais tu comprends pas ce que c'est au quotidien ! On fait jamais rien ! (TT)(TT)(TT)(TT)

Sakura :

Tu as raison, je ne sais pas. Mes amies sont très différentes, elles sont toutes très énergiques.

Naruto :

Tu penses qu'on pourrait se voir pendant le temps où je suis à Salem ? J'ai très envie de te voir en vrai.

Sakura :

Mais on s'est déjà fait des Skype…

Naruto :

Oui je sais. Mais c'est pas pareil qu'en vrai... J'aimerais bien pouvoir passer ma main dans tes cheveux et caresser tes joues.

Naruto rougissait légèrement en envoyant ce message. Cette fille occupait ses rêves depuis bientôt deux ans : des plus sages au plus audacieux !

-Naruto !

Il sursauta. Il s'arrêta. Devant lui, ses amis formaient une sorte de ligne qui lui faisait penser à un film sur la première guerre mondiale.

-Quoi ?

-C'est encore ta Sakura ?

-Ouais !

Maintenant il avait un sourire niais sur son visage. Chôji lui demandait des détails tandis que Shikamaru ponctuait chacun de ses soupirs par des "Galère !". Neji quant à lui, se contentait d'écouter ; ses lèvres fines formant un mini sourire sur son visage.



Chapitres: 1 [ 2 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: