Fiction: trahison mortelle

Naruto et Sasuke sont deux jeunes homme de bonne familles, meilleurs amis depuis la tendre enfance voir plus... Ils vivent heureux avec leurs familles malgré la maladie de Naruto. Seulement come on le sait rien n'est éternel et tous peut basculer en une seconde... Attention: univers alternatif et shonen-ai (du naru-sasu mais rien de méchant)
Classé: -12D | Drame / Romance | Mots: 7036 | Comments: 0 | Favs: 2
Version imprimable
Aller au
ayamie-chan (Féminin), le 12/04/2016
Fiction écrite à l'origine pour un concours avec comme thème: Drame, Trahison, Meurtre, Death-Fic, Happy-End
Pas très facile, mais j'ai fait de mon mieux!




Chapitre 1: Bonheur éphémère



Les rayons chaleureux du soleil d'été traversaient les rideaux protecteurs de la fenêtre d'une immense chambre dans laquelle discutaient deux garçons de seize ans assis sur le lit. Enfin, se chamaillaient serait un terme plus adapter pour qualifier leur 'discutions'. Les deux jeunes hommes faisaient la même taille et possédaient une fine musculature dû à la pratique de nombreux arts martiaux depuis leur enfance. Là s'arrêtait leur ressemblance, pour le reste, ils étaient le jour et la nuit. Le premier, répondant au nom de Naruto Uzumaki, avait la peau bronzé par le soleil, des cheveux blonds comme les blés et les yeux bleus océans, pétillant de malice, tout comme l'immense sourire qui ornait son visage, étirant les trois fines cicatrices sur chacune de ses joues. Ces trois cicatrices qui lui avaient valu le surnom de kitsune, « le renard », de la part de ses amis ainsi que de ses parents. Le deuxième, Sasuke Uchiwa, avait un teint d'albâtre, des cheveux d'ébène et des yeux onyx profonds et envoutant. Contrairement à son compère, son visage était fermé, ne laissant transparaitre aucune émotion, si ce n'est un minuscule sourire qu'il affichait parfois, que seul Naruto, qu'il connaissait depuis presque leur naissance, pouvait percevoir. Leur différence était aussi visible dans leur style vestimentaire, un survêtement orange vif pour l'Uzumaki opposé aux vêtements de ville noir de l'Uchiwa, et même jusque dans leur comportement. Naruto ayant pour habitude d'étaler ces émotions, de se plaindre ou de rire sans se soucier du regard des autres, possédant une énergie inépuisable et un besoin de se dépenser tout aussi important, jouant souvent des tours pendable à ses amis. Sasuke quand à lui était plutôt du genre à tout garder pour lui, pouvant rester immobile des heures, simplement à observer les personnes passant autour de lui et était froid avec la plupart des personnes qui le connaissait, en fait, mis à part sa famille et les Uzumaki, il ne devait y avoir qu'une ou deux personnes qui avait le droit à des paroles gentilles, ou des paroles tout court, du fait qu'il n'était vraiment pas bavard (encore une différence avec le jeune blond).
En fait, la plupart des personnes connaissant les deux jeunes hommes, à commencer par leur propre familles, les comparaient souvent au yin et au yang : deux êtres complètement opposer mais ne pouvant exister l'un sans l'autre, deux parties d'une même pièce. La relation qu'ils entretenaient était si complexe que peu de personnes réussissaient à la qualifier, pas même leurs parents. En réalité, eux même ne savaient pas toujours, c'était une amitié qui durait depuis l'enfance, mais c'était aussi beaucoup plus que ça. C'était des moments de complicité, de nombreuses disputes, une concurrence continuelle que ce soit en art martiaux ou pendant le cours, pour savoir qui était le meilleur, mais aussi un lien fort qui les reliait, qui les unissait et qui semblait indestructible. Pouvait-on qualifier ça d'amour ? Peut-être bien, ils ne le savaient pas. Ce dont ils étaient tous les deux sûr c'était cette confiance aveugle qu'ils avaient l'un dans l'autre.

Pour le moment, ils ne se souciaient pas de ça, trop occuper à s'engueuler, pour une raison absurde (ce qu'ils savaient parfaitement tous les deux), qu'ils auraient rapidement oublié.

« -Baka. L'insulta Sasuke d'un ton posé.
-Urusai ! S’écria Naruto en retour. C'est toi le Baka. Baka !
-Usuratonkachi ! Souffla l'autre en le regardant dans les yeux. »

Aussitôt le blond se releva et se plaça en face de l'autre, le menaçant du regard, mais gardant le sourire, et les lèvres légèrement recourbée vers le haut du brun lui apprenait l'amusement qu'il éprouvait lui aussi.

« -Tu va voir ! »

Sans attendre de réponse, il se jeta sur le lit, bloquant le brun sous lui avec un sourire triomphant. Sourire qui disparut quand l'Uchiwa réussit à retourner la situation. Aussitôt s'engagea une lutte pour savoir qui finirait au-dessus de l'autre. Celle-ci dura un bon quart d'heure, et ce fut Naruto qui cette fois ci réussit à remporter la victoire. Assis à califourchon sur le bassin de l'Uchiwa, lui accordant un sourire triomphant, l'autre se contentant de l'observer d'un air serein. Le Kitsune se baissa soudain doucement vers le brun et déposa ses lèvres sur les siennes, déposant un léger baiser. C'était un autre jeu instaurer entre eux depuis un moment, depuis qu'ils avaient commencé à chercher la profondeur de leur sentiments l'un pour l'autre, ce geste pour savoir autant ce qu'ils ressentaient que pour savoir ce que l'autre ressentait, sans pour autant engager quoi que ce soit.
Le brun profita de l'échange, puis quand le blond se redressa, il en profita pour le faire basculer à son tour sur le dos. Amusé, le blondinet l'observa un moment avec le sourire, mais son sourire disparut soudain remplacer par une grimace de douleur. Aussitôt, l'Uchiwa se releva et aida l'autre à se redresser et à s'assoir. Naruto fut presque aussitôt pris d'une crise de toux. Habituer aux crises causées par la maladie dont souffrait l'Uzumaki, maladie grave mais malheureusement orpheline et n'ayant pas encore de traitement efficace sur le long terme, il commença par ne pas paniquer et par lui masser le dos en lui disant de respirer calmement, technique habituellement efficace. Cependant cette fois ci, cela ne sembla pas fonctionner et quand Naruto se mit soudain à cracher du sang, Sasuke se releva d'un bond et se précipita vers la porte qu'il ouvrit à la volé avant de se mettre à crier :

« -Minato-sama ! Kushina-san ! Naruto a une crise ! Mais ça à l'air plus grave que d'habitude ! »

Presqu'aussitôt la porte d'en face, donnant sur une salle de travail, s'ouvrit vivement, laissant passer une jeune femme aux cheveux rouges écarlates et un homme aux cheveux d'or qui se précipitèrent dans la chambre au chevet de leur fils. Ils évaluèrent rapidement la situation et quelques minutes plus tard ils se trouvaient tous les quatre dans une ambulance qui les conduisit rapidement jusqu'à une clinique privé où Naruto fut aussitôt pris en charge par Tsunade, médecin mondialement reconnu pour ses talents. Ils partirent s'installer dans la salle d'attente, chacun tentant de gérer l'angoisse engendrée par la nouvelle crise de Naruto. Ils furent bientôt rejoints par un couple aux cheveux bruns qui les saluèrent, il s'agissait de Fugaka et Mikoto Uchiwa, les parents de Sasuke. La jeune femme rejoignit la forte Kushina qui se mit à pleurer sur son épaule pendant que les deux hommes se mettaient à discuter affaires. Cela pouvait sembler inapproprié pour la situation actuel, mais il s’agissait du seul moyen pour Minato pour ne pas trop penser à son fils. Sans le vouloir, et même s'il s'agissait de sa famille et de celle de Naruto, Sasuke commença à se sentir mal à l'aise comme à chaque fois qu'il se trouvait en leur présence sans son kitsune à ses côté. Réaction quand même compréhensible quand on savait que ces deux familles faisaient partie des plus riches et influentes du pays. Il s'agissait de grands entrepreneurs et ils investissaient dans beaucoup de domaines et souvent les même. L'alliance qui les unissait surprenait leur concurrent qui ne comprenait pas comment ils pouvaient s'entendre alors qu'ils possédaient chacun des part du marcher parfois en concurrence direct. Et le jeune homme devait avouer que lui non plus ne comprenait pas vraiment, mais il était heureux que ce soit le cas, vu que cela lui permettait de fréquenter Naruto.

Après ce qui leur sembla être une éternité, une femme aux cheveux blonds attaché en deux couettes basse se balançant dans le dos, une marque en forme de losange violet ornant son front, semblant avoir une trentaine d'année et portant une tenue de médecin, entra dans la salle. Il s'agissait de Tsunade, elle se présenta devant eux la mine soucieuse. Elle leur annonça cependant avec un sourire qu'elle avait réussi à stabiliser l'état de Naruto, qu'il était réveillé et –elle eut un petit rire- qu'il voulait des ramens. Cette remarque fit sourire les adultes tandis que Sasuke se faisait une note de lui en ramener la prochaine fois qu'il le verrait. La femme médecin les conduisit jusqu'à la chambre du jeune homme qui commençait déjà à s'agiter dans son lit –et qui s'immobilisa aussitôt en voyant Tsunade qui l'avait déjà menacé (plusieurs fois) de l'attacher au lit s'il tentait de se lever. Les deux Uzumaki se précipitèrent aussitôt au chevet de leur fils et l'étreignirent longuement tandis que les Uchiwa se tenaient en retrait. Tout en écoutant Naruto se plaindre du fait que ces parents allaient finir par l'étouffer, Sasuke se surpris soudain à envier son ami. Pas pour sa maladie, bien sûr, mais pour la relation qu'il avait avec ses parents. Chez lui il n'y avait jamais eu ce genre de relation, jamais de câlin ou d'embrassade, quasiment aucune attention de la part de ses parents mis à part pour sa santé et son travail. Et même s'il ne pouvait pas dire que ça lui manquait, en cet instant il ne pouvait s'empêcher d'envier ce lien qu'avait la famille Uzumaki.
Tsunade, qui était restée à la porte, appela les deux adultes qui relâchèrent leur fils, et rejoignirent le médecin, Minato ébouriffant au passage les cheveux de Naruto qui protesta, même si l'énorme sourire qu'il arborait enlevait toute crédibilité à ses remarques mécontente.
Les deux Uchiwa accompagnèrent les autres adultes hors de la salle laissant les deux jeunes ensembles. Aussitôt Sasuke vint au chevet de son ami.

« -Alors Usuratonkashi, ça va mieux ?
-Urusai teme! Bien sûr que ça va !
-Tu devrais arrêter de t'agiter comme ça, ce ne serait pas bon que tu aies encore une crise.
-C'est bon je ne suis pas en sucre ! Se récria aussitôt le blond.
-Oui, mais si Tsunade-sama te voit en train de t'agiter tu vas finir attaché à ton lit. »

Naruto perdit aussitôt quelques couleur et tourna la tête vers la vitre donnant dans le couloir ou se trouvait les adultes pour montrer qu'il boudait. Mais ce qu'il vit sembla briser quelque chose en lui et un éclair de tristesse transperça son regard. Le remarquant aussitôt Sasuke tourna la tête dans la même direction mais tout ce qu'il vit était que les adultes semblaient avoir fini leur discutions. Il ouvrit la bouche pour interroger Naruto mais les parent de ce dernier rentrèrent dans la chambre au même moment. Etrangement, son blondinet lui demanda aussitôt s'il pouvait les laisser seul un moment. La demande le surpris tout comme le ton déterminé de son ami mais il obéit aussitôt.

Après avoir fermé la porte, Sasuke alla retrouver ses parents qui étaient tous le deux au téléphone, et semblaient discuter sur quelque chose qui semblait vraiment sérieux. Il hésita entre les rejoindre et s'éloigner mais son père le remarqua et lui fit signe. Il les rejoignit et fut surpris par la dureté dans leurs yeux qu'il n'avait pas vus depuis longtemps.

« -Tu tiens vraiment à Naruto n'est-ce pas ? Lui demanda son père à brule pourpoints.
-Oui, bien sûr !
-Alors reste avec lui cette nuit et ne le laisse surtout pas quitter l'hôpital.
-Son état est si grave ? »

Sa voix était restée posé et rien dans son langage corporel n'exprimait ce qu'il ressentait, mais le simple fait qu'il pose la question prouvait que son inquiétude.

« -On peu dire ça. Mais ce qui est sûr c'est que si tu tiens à sa vie, tu ne dois en aucun cas le laisser rentrer chez lui ce soir. »

La manière dont son père avait formulé sa phrase inquiéta Sasuke, pire que l'état de santé de son ami, il sentait qu'il y avait autre chose, de plus grave. Il croisa le regard de son père et crut comprendre. Cela ne lui plaisait pas, vraiment pas, mais il ne pouvait rien faire, que ce soit contre son père ou contre ce qu'il craignait qui allait arriver, car si ce qu'il pensait s’avérait exact, il était trop tard pour faire quoi que ce soit. Il se sentait figé, piégé et quand la porte de la chambre de Naruto s'ouvrit pour laisser passer ses parents il ne put s'empêcher de sursauter. Les deux adultes les rejoignirent et avant qu'il n'ait pu faire le moindre geste ou emmètre le moindre son, ces parents annoncèrent qu'il avait proposé de rester pour veiller sur Naruto, qu'ils puissent se reposer. Les deux Uzumaki le remercièrent aussitôt chaleureusement et Kushina le serra même dans ces bras. Il se sentit aussitôt très mal, et quand Minato passa la main dans ses cheveux comme il l'avait fait pour son fils, Sasuke crut que lui, le jeune homme au masque de glace, allait vraiment pleurer. Ne pouvant affronter leur regard, il se hâta vers la chambre du blond. Il entendit les quatre adultes s'éloigner et se recomposa tant bien que mal son masque avant de franchir le pas de la porte. Naruto l'accueillit à renfort de cris joyeux et le regarda s'asseoir sur le fauteuil à côté du matelas où il était allonger.

« -Tu devrais vraiment arrêter de faire autant de bruit. Soupira le brun.
-Il s'est passé quelque chose ? Demanda le blond en fronçant les sourcils.
-Non ! Répondit l'autre un peu trop précipitamment. Rien du tout, repris-t-il plus calmement. Pourquoi ?
-Pour rien, t'as juste une tête bizarre, enfin, je veux dire, une pire que d'hab' quoi !
-Usuratonkachi ! L'insulta presqu'immédiatement Sasuke, mais il sembla à Naruto que quelque chose clochait encore.
-Allez, fait pas cette tête, j'suis pas encore mort ! »

Cette phrase fit tiquer le jeune homme aux yeux d'onyx qui fronça les sourcils. Pour la deuxième fois dans la soirée, la formulation d'une phrase le gênait, à la différence près que cette fois il n'arrivait pas à mettre le doigt sur ce qui le gênait exactement. Le blond ne le laissa pas réfléchir dessus, il se décala sur son lit et tapota la place qu'il avait libérée à côté de lui pour indiquer à l'Uchiwa de le rejoindre. Celui-ci enleva aussitôt ses chaussures et le rejoignit. Ils se mirent à discuter de tout et de rien, mais chaque fois que Naruto évoquait l'idée de quitter sa chambre, ne serait-ce que pour aller se balader dans l'hôpital, l'Uchiwa se tendait et se dépêchait de détourner la conversation vers d'autres sujets. Ils passèrent la nuit à discuter, puis vers six heures, le ventre de Naruto grogna et il lança :

« -Hey Sasuke, j'ai faim ! Comme t'as pas l'air décidé à me laisser sortir de ma chambre, tu pourrais aller nous chercher à manger ?
-Des ramens je suppose ?
-Oui ! S'écria Naruto avec un immense sourire. »

L'autre eu un léger soupir, se redressa sur le lit et renfila ses chaussures avant de se lever. Il commença à partir, puis se ravisa et sans que le blond ne s'y attende, déposa ses lèvres sur les siennes. Après cela, et sans donner plus d'explication, il quitta la pièce en des fameux ramens qui les nourriraient.

Il revint un quart d'heure plus tard tenant deux bols fumant dans ses mains, mais quand il franchit la porte, il eut la mauvaise surprise de découvrir la chambre vide. Il posa aussitôt les deux bols sur le meuble le plus proche fouillant entièrement la chambre dans le vint espoir de voir sa tête blonde préféré apparaitre en rigolant d'avoir réussi sa blague. Mais il du rapidement se rendre à l'évidence, son comportement avait attisé la curiosité de Naruto et il avait fugué de l'hôpital. Et en ce moment même, il devait se diriger vers chez lui.

« -Merde ! Lança-t-il en se précipitant vers la sortie de l'hôpital. »

Naruto se trouvait dans un taxi qui prenait en effet la direction de chez lui. Pendant toute la nuit, le comportement de son brun lui avait semblé étrange et il avait d'abord cru que ses parents ou les siens lui avaient appris la vérité, mais il s'était rapidement rendu compte qu'il y avait autre chose. Quand, au moment d'aller chercher les ramens, il l'avait embrassé, Naruto avait été conforté dans l'idée qu'il avait, et même s'il s'en voulait de le tromper ainsi, il s'était précipiter dans ce taxis dès qu'il avait été sûr de ne pas se faire prendre. Ils étaient à une centaine de mètre de sa destination quand la voiture du s'arrêter, un barrage l'empêchant d'aller plus loin. Cela étonna Naruto qui paya sa course avant de continuer le chemin à pied. Il avait un étrange pressentiment et la peur lui serrait la gorge et les entrailles sans qu'il ne puisse se l'expliquer. Puis, il vit les voitures de polices garées devant chez lui et accéléra le pas, quand il vit la banderole délimitant les scènes de crime, il se mit à courir en direction de chez lui, on cœur lui faisant comprendre ce qui avait dû ce passer sans que son cerveau ne puisse accepter l'information, à moins que ce ne soit l'inverse. Dans un regard circulaire, il put remarquer plusieurs personnes qu'il connaissait, dont un homme assez grand, à la peau caramel, aux cheveux brun et avec une grande cicatrice sur le nez : Iruka, son précepteur, celui qui lui avait tout appris et avait été pour lui comme un grand frère. Il hésita à s'arrêter pour lui demander ce qui se passait mais ses pieds ne semblaient pas vouloir lui obéir. Il sauta par-dessus la barrière et entendit soudain une voix, celle d'un des agents de police, retentir derrière lui.

« -Hey petit ! Reviens ici ! C'est interdit d'aller là-bas !"

Ce cris fut suivit d'un autre, celui d'Iruka.

« -Non Naruto ! N'y va pas! »

La panique dans la voix de l'homme et l'habitude qu'il avait à lui désobéir poussèrent Naruto à s'élancer encore plus rapidement et il entra dans la maison en courant. Quand il eut posé les yeux dans le salon, la première pièce qu'il pouvait voir en rentrant, il regretta encore une fois de ne pas avoir écouté ce qu'on lui disait. Les fauteuils avaient été renversé, certains étaient même éventré, la table basse en verre avait volé en éclat et pire que tout, peu importe l'endroit où ses yeux se posaient, du rouge maculait le sol et les débris. Du sang. Alors bien malgré lui, ses pieds se mirent encore à bouger et il entra dans la pièce. C'est alors qu'il les vit, deux corps, celui d'un homme et d'une femme, étendu sans vie, allonger sur le sol, se tenant la main leurs yeux ouvert plonger dans celui de l'autre. Il tenta de se convaincre que ce n'était pas ce qu'il croyait, mais la chevelure rousse de la femme et la blondeur de celle de l'homme ne lui laissèrent pas de doutes. Ses parents... mort... c'était impossible, non ? Son père était le meilleur, il était dans la force de l'âge et avait de l'énergie à revendre, et quand sa mère s'énervait elle était vraiment effrayante, ils étaient imbattables, n'est-ce pas ? Ses parents ne pouvaient pas être morts ? C'était impossible!
Mais ses yeux ne lui mentaient pas, c'étaient bien eux qui étaient étendu sur le sol. Le visage baigner de larme alors qu'il ne se rappelait pas avoir commencé à pleurer, il s'élança vers eux. Il mit la main sur l'épaule de son père qu'il commença à secouer, comme si cela pouvait le réveiller, il voulait crier mais aucun son ne réussissait à franchir la barrière de sa bouche, il voulut serrer sa mère dans ses bras mais il eut à peine le temps de la toucher qu'une poigne puissante et assurée le tira en arrière. Il commença à se débattre mais il lui semblait n'avoir plus aucune force. Il entendit soudain la voix de celui qui le retenait et qui tentait de calmer. Il l'a reconnue, c'était la voix douce d'Iruka, la même qui le calmait quand il se réveillait la nuit, petit, et que ses parents n'était pas là, en lui disant que ce n'était qu'un cauchemar, que tout allait bien. Mais cette fois ci, le ton était différent, il était triste et il ne disait pas que tout irait mieux, seulement qu'il était là. Et c'est cette voix qui fit céder les dernières barrières de Naruto alors qu'ils venaient de sortir de la maison. Il se laissa tomber au sol, pleurant, criant enfin son désespoir.

« -OTOOOUUU-SAAAAN ! OKAA-SAAAAN ! »



Chapitres: [ 1 ] 2 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: