Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Toki no Nagare

Suite à l'histoire de Naruto. Alors qu'un danger démesuré et inconnu s'apprête à éradiquer toute forme de vie de la surface de la planète, les enfants de Naruto et d'Hinata déclenchent accidentellement l'ouverture d'une faille dans l'espace-temps. Ils se retrouvent projetés vingt-cinq ans en arrière, à l'époque où leurs parents étaient enfants, avec une vie à sauver pour empêcher la destruction de l'humanité. C'est sans compter sur l'aide de leur oncle Neji, alors tout jeune et bien vivant...
Classé: -12D | Spoil | Action/Aventure / Mystère / Romance | Mots: 55756 | Comments: 27 | Favs: 14
Version imprimable
Aller au
Torimaru (Féminin), le 10/12/2016
Voilà, voilà le chappie que j'ai promis pour début Novembre, qui a donc un mois de retard. Sumimasen. Comme vous vous en doutez, comme tout étudiant digne de nom, c'est une période de l'année où tout mon temps libre doit être consacré aux révisions pour les exams... Miam. <3 Je croule sous les cours <3 Et ma recherche d'emploi<3<3<3!!! Oui je sais, vous vous en foutez. :) Juste, pardonnez moi à l'avance les éventuelles fautes de frappe (que vous serez adorables de me signaler, je poste ça pendant ma pause de 15 min en buvant mon café de distributeur 8'D)

Bref, voici une période un peu creuse du scénario mais il faudra quand même rester attentif. Ce chapitre est la transition entre les deux grosses parties de l'histoire.
La deuxième partie – la plus longue et compliquée - celle que je prends vraiment mon pied à écrire, va donc débuter juste après celui ci. Bonne lecture.




Chapitre 10: Sur le chemin du retour



-Allez, zou, tout le monde à poil.
-Calmez vos ardeurs, sensei.
-Il était temps qu'on sorte de cette fichue forêt, j'ai mes piqûres d'orties qui me démangent le boule.
-Bolt, t'es un dieu de la poésie... En tout cas, j'espère que l'eau est bien bouillante. J'ai vraiment besoin de me laver, c'est que je sens le cramé, moi...
-...

Le groupe, épuisé après les vingt-quatres dernières heures qu'ils ont mit à sortir de la forêt, était arrivé depuis une demi-heure au village qui s'en trouvait à l'orée. Ils avaient réservé une chambre d'auberge pour une nuit, et se trouvaient à présent devant l'entrée de l'un des nombreux établissements des bains du coin.

-Bon, ben, séparation, lança Boruto. Les filles et les garçons chacun de leur côté... Bon bain et à toute, 'ttebasa!
-C'est ça. Et insiste sur les pieds, Bolt, fit Anko. Ca commence à piquer les yeux.
-Parlez pour vous!

Un choc se fit entendre.

-Ouille...

Anko et Tsuki entrèrent de leur côté en même temps que Neji du sien, tandis que Tetsu se penchait sur un Boruto à moitié enterré, lui demandant si ça allait.

* * *

Les deux Kunoichis étaient dans l'eau, entourées de vapeur. Anko poussa un soupir de bien-être.

-Depuis le temps que j'en rêvais.

Elle se tourna vers sa voisine aux cheveux d'argent, qui avait de l'eau jusqu'au menton et qui ne disait rien, le regard dans le vague.

-Si tu as peur des deux gars aux yeux blancs, j'ai déjà attrapé Tetsu à essayer de se rincer l'oeil avec ses Byakugans une fois. Je me suis assurée qu'il ne recommençera plus, tu n'as pas à t'en faire. Quand à Neji, ses hormones ont l'air inexistantes, en plus il est bien trop fier, je l'imagine mal mater. Dans le cas contraire, Tetsu ne manquera pas de le mettre en garde.
-...
-T'es pas très bavarde, dis-donc. On t'entends plus depuis qu'on a quitté le campement dans la forêt.
-C'est que... J'ai pas grand-chose à dire, moi.
-Tu te tracasses pour le fameux Akuro? Il est clair qu'il reviendra tenter quelque chose, mais ça ne sera pas pour tout de suite, ça, tu peux en être sûre. Maintenant que nous sommes plusieurs, il réfléchira deux fois avant de t'attirer dans un piège farfelu.

La plus jeune soupira.

-...Vous avez sans-doute raison.

Un silence s'écoula, ponctué par le ruissellement de l'eau.

-Euh... Mademoiselle Anko.
-Anko. Ni Mademoiselle, ni Madame. Je t'écoute?
-...Comment était mon père, quand il vous a demandé de m'aider?
-Je vais pas te mentir, il se faisait un sang d'encre.

Elle baissa ses yeux verts feuille.

-Je lui cause beaucoup de soucis.
-T'en fais pas va, il sera soulagé de te voir. Parle-moi plutôt un peu de toi, tiens. Tu as quel âge?
-Seize ans.
-Tu fais grande pour ton âge. Tu suis quel type d'entraînement?

Tsuki hésita un peu avant de répondre - plus par timidité que par méfiance, mais finit par se lançer.

-Ninjutsu, Taijutsu, Kenjutsu. Ma spé à moi, c'est le sabre.
-Intéressant. Il y a une fille de chez nous qui est un peu dans la même catégorie que toi, bien qu'elle c'est plutôt les armes blanches en général– de jet, de préférence. Je pense que tu pourrais t'entendre avec elle. C'est la coéquipière de Neji. Elle a vraiment du mal pour le Genjutsu, cela dit. Est-ce que c'est aussi ton cas?

Pour une première fois, l'adolescente sourit.

-Pareil. Zéro pointé côté Genjutsu. Une nullité totale. Mais ce n'est pas trop grave, je n'ai pas besoin de me défendre à techniques égales face à un utilisateur de ce type là... Le Genjutsu n'a aucun effet sur moi.
-Sérieusement?
-Mes sens sont trop affinés pour que l'art de l'illusion ne fonctionne dessus.
-Et comment ça se fait, si c'est pas indiscret? C'est pas donné à tout le monde...
-... C'est dans votre village que siège le clan de maîtres-chiens, les Inuzuka.
-Oui.
-Eh bien...

Elle réfléchit un instant.

-Pour faire court, ce clan est issu de celui d'où je viens. Ce sont des cousins éloignés. En revanche, nous ne sommes pas liés aux chiens, mais aux loups. Nous n'avons pas besoin de l'assistance d'un animal pour nous transformer, nous sommes naturellement métamorphes.
-Tu es en train de me dire que tu es une sorte de... De "demi-louve"?

Elle acquieça.

-Oui, c'est ça. Et c'est pour ça que mes sens sont surdéveloppés.
-Mais... On ne t'a pas encore vue te changer en louve, pourtant.
-En fait, je n'ai jamais réussi à me transformer... Il faut un facteur particulier pour que j'y parvienne.
-Quel est il?
-... Je ne sais pas, en fait. Si je le savais, je n'en serais pas encore là. Et plus personne de mon clan n'est encore là pour me donner la réponse. Même mon père n'a pas su me dire.
-Je comprends. T'en fais pas, j'ai cru comprendre que c'était le genre de chose qui survenait au moment où on en a vraiment besoin.
-Vous croyez?
-Un peux, que je crois.

Tsuki ferma les yeux. Maintenant qu'elle était avec eux, elle avait bien vu qu'Anko et les trois genins n'étaient pas dangereux pour elle. Elle l'aurait senti, sinon. Elle savait qu'elle pouvait leur communiquer certaines informations sans risque. Elle pensa soudain à quelque-chose.

-Mais dites-moi, pourquoi mon père a appellé de gens de Konoha?
-Euh... En fait, c'est nous qui sommes venus de notre plein-gré. Enfin... Globalement.
-Globalement?
-Eh bien, c'est tiré par les cheveux et t'auras peut-être juste envie de me taper avant que j'aie fini, mais je vais essayer de t'expliquer pourquoi on a mit le nez dans ton problème...

* * *

-Je me demande de quoi elles discutent!
-Moins fort, Boruto.
-C'est cool, fit Tetsu. A part nous, y'a pas un rat.
-On est Mardi, soupira Neji. La plupart des civils travaillent.

Un silence s'écoula.

-Quand même, fit Boruto tout bas. J'ai peur qu'Anko-Sensei ne traumatise Tsuki avec ses comportements flippants. T'en penses quoi, Tetsu? C'est ta coep, nan?

Le Hyûga haussa les épaules.

-Tu sais, à force, on a l'habitude. Il faut dire que notre Sensei, c'était Anko puissance dix.
-Je dirais carrément puissance cent...
-Chut, fit Neji. Ecoutez.
-...
-Elles se marrent. Fichtre, j'espère qu'elles parlent pas de nous...
-C'est possible, répondit Tetsu, mal à l'aise. Anko est un vrai moulin à paroles, quand elle s'y met. Il n'est pas rare que des petits éléments à caractère privé lui échappent...
-Qu'est ce que tu appelles "petits éléments à caractère privé?"

Le Uzumaki le regarda, le dos courbé, le regard soudain perçant.

-...T'as quelque-chose à cacher?
-N-non.
-Ah.
-Tu es naif, Boruto. Tu vois bien qu'il te ment.

Ils se tournèrent vers Neji qui avait l'index et le majeur levés en mudra devant son visage, avec un sourire inquiétant. Comprenant, Tetsu poussa un petit cris aigu en se jettant sur lui pour lui empêcher d'utiliser son Byakugan.

-Nan! Laisse-moi mon intimité! En plus, à 360°, tu verras les filles, et si Anko s'en apperçoit, on est très mal. Sans compter Tsuki, on ne sait pas ce qu'elle peut faire... Surtout qu'elle a l'air d'avoir la gâchette facile, celle-ci aussi.

Mais ni Neji ni Boruto ne l'écoutait. Ils avaient le regard rivé sur quelque chose plus bas, avec un air assez amusé. Tetsu était complêtement hors de l'eau. Lorsque celui-ci percuta, il se dépêcha de se cacher l'entrejambes avec ses mains tout en s'asseyant dans l'eau avec un "splash" sonore.

-Vous avez fini de me mater l'soleil, oui?!

Ils entendirent les filles éclater de rire de l'autre côté, et Boruto du faire un effort surhumain pour ne pas les imiter.

-Bordel! Fit Tetsu, écarlate. Elles ont entendu! Neji!
-On n'avait pas percuté au labo, dit-il en l'ignorant complètement, mais... J'ai bien peur que nous soyons face à un problème de taille.
-Ca va, hein! Enlève moi ce sourire débile!
-Anko est au courant? Demanda Neji le plus naturellement du monde.
-Hein? Mais pourquoi veux-tu qu'elle soit au courant??
-Ben vu la madame, ça ne m'étonnerait pas, renchérit Boruto.
-J'veux mon corps d'adulte...
-Bon, on peut pas changer de sujet? Ca devient malsain...
-Moi je sors du bain. Je vais finir en ninja frit si je reste plus longtemps.

Neji se leva sortit de l'eau nu, revêtit sa serviette et marcha vers la sortie, dénouant le chignon qui lui maintenait les cheveux au sec. Les deux blonds le suivirent des yeux, ceux ci ouverts comme des soucoupes avec ce qu'ils venaient de voir.

-...Mais... Il peut pas... Il a quel âge?
-Quinze ans, répondit Boruto. Merde, c'est pas beaucoup plus vieux pourtant...

Tetsu s'enfonça dans l'eau jusqu'au nez, commençant à faire des bulles, sous le regard compatissant du Uzumaki.

-...Je suis au fond du trou.

* * *

Il faisait presque nuit, et les graçons étaient en yutaka, réunis autour d'une table basse à jouer aux cartes calmement, jusqu'à ce qu'un "C'est dément!" se fit entendre, suivit du bruit de la porte coulissante qui s'ouvrit d'un coup.

-Alors comme ça, t'es un habitant du futur, Tortillas? S'enquit Tsuki, pénétrant avec Anko dans la pièce.

Neji eu un rictus et Tetsu pouffa, le visage contre ses cartes. Boruto lui jetta un regard noir.

-Toi, la ramène pas, monsieur soleil naissant.

Celui ci se planquait encore plus derrière ses cartes, mais ne riait plus du tout, tandis que le petit rictus du génie se mua en sourire cynique. Anko leur demanda gracieusement de "pousser un cul", qu'elles puissent s'incruster dans la partie. Boruto récupéra les jeux des deux garçons et se mit à mélanger les cartes, avant de les distribuer.

-Maintenant je comprends mieux, fit Tsuki. Anko m'a briefé sur votre histoire.

Elle leva ses yeux verts vers le Uzumaki.

"Tu n'as rien à craindre pour ta soeur, Bolt. Mon père n'en a pas l'air, mais il est très fort. C'est pour ça que ces gens doivent attendre que je m'éloigne de lui pour agir."

Boruto s'arrêta de bouger net.

V'là que j'entends des voix. Je deviens schyzo.
...

"Non, je te cause."

...Hein?...

"...Oh ben merde... Tsuki? C'est toi? Tu parles dans ma tête?... Mais comment tu fais ça?"
"Pour être franche, j'en sais trop rien. Je sais le faire depuis que je suis gosse."
"C'est...Dingue... Et... Tu dis que ma frangine ne risque rien?"
"Ouais."
"Vraiment, t'es sûre?"
"Puisque je te le dis."

Ils commençèrent à jouer tous les cinq. Tandis qu'Anko et Tetsu débattaient sur une potentielle tentative de tricherie de celle ci, Tsuki et Boruto continuaient leur discussion télépathique. Celle ci reprit.

"Etant donné que les évènements vont nous obliger à faire ensemble face à certains obstacles prochainement, maintenant que tu as été entraîné dans cette histoire et que tu en es carrément venu à changer d'époque, je vais te dévoiler mon nom: Je viens du clan Ookami."
"Ookami? Loup?"
"Le clan Ookami trouve ses racines à l'époque des premiers ninjas terrestres. Il s'est vu confier une "arme" très puissante par l'Ermite Rikûdo."
"Une "arme"?"
"Exact. Le clan Otsutsuki – ouais, euh, tu connais, hein? Les frères Hagoromo et Hamura, etc, t'as bien dû apprendre ça à l'école."
"Oui, évidemment."
"Okay. Je continue alors. Je disais que le clan Otsutsuki fait partie des peuples cosmiques, qu'on appelle les Kamis. Ils ont tous un rôle, une fonction dans l'Univers. Certains de ces Kamis construisent des choses – des mondes, d'autres les détruisent. Il existe une entité parmis ceux ci, née dans notre monde, la pire de toutes. Son p'tit nom, c'est Yûgure."
"Yûgure...? Tu parles d'un nom pourri... Ca me dit quelque-chose."
"C'est l'ennemie de tout ce qui vit. Elle n'est ni vivante, ni morte. Elle est née de la haine, de l'amertume, de la peur, en bref, des démons des hommes lorsqu'ils ont commençé à développer une conscience. Elle n'existe que pour détruire ce qui a été bâti. Les autres Kamis l'ont affrontée pleins de fois, et le moins qu'on puisse dire, c'est que cette saloperie est tenace.
"Peut-être parce que la plupart des humains sont toujours aussi cons, ça la rend plus puissante?"
"Ben en effet, l'idée est là, je vois pas d'autres explications... Notre monde n'avait été attaqué qu'une seule fois il y a très longtemps – sauvé à temps, et Rikûdo savait que ça nous pendait au nez. Alors il a décidé de refiler aux petits humains de quoi se défendre si jamais cette chose se mettait en tête de revenir nous chercher des noises. Je porte l'"arme" avec laquelle ils l'ont battue. C'est Kaguya Otsutsuki qui l'a élaborée..."
"Kaguya... Tu veux dire qu'elle s'est fritée avec Yûgure?"
"Eh oui. Du temps où elle avait encore toute sa tête... Avant que madame ne se mette à partir en sucette une fois le fruit interdit du Chakra dans le gosier."

Ce nom fit remonter un frisson le long de l'échine du Uzumaki. Ici, son père ne l'avait pas encore affrontée. Si même cette folle s'était dressée contre Yûgure, il avait un peu peur de l'ampleur de la chose.

"Et ce machin compte nous cuisiner comment?"
"C'est simple. Quand elle arrivera, elle avalera le soleil – si on lui laisse le temps de le faire, bien sûr. Et plus de soleil, ben, plus de vie."

Boruto avait les mains moites. Une de ses cartes glissa. Il s'empressa de la ramasser.

"Elle... Elle va manger le soleil? Bordel, ce truc fait quelle taille?"
"Je suis incapable de te répondre. Elle... Je crois qu'elle n'a pas de forme physique. Une chose est sûre, c'est que plus les gens laissent libre cours à leurs sentiments les plus pervers, plus les âmes humaines se teignent de pourriture et plus cette chose croît."
"Tsuki, avant de venir à votre époque, j'ai fait un rêve bizarre, et j'ai vu quelque-chose... Je... Je suis sûr que c'était elle. C'était forcément elle."
"Tu as à la fois le sang des Uzumaki et celui des Hyûga, non? Des clans spéciaux. Les gens comme toi sont réceptifs aux messages des Kamis. Ils t'ont montré la route à suivre avec ce rêve, hein? Tu n'est sûrement pas le seul. Ta soeur aussi a dû entendre ce message. Ca doit être en partie pourquoi elle a choisi de t'accompagner malgré les risques."
"...Je vois. En tout cas, vous saviez précisément quand Yûgure allait se repointer, non?"
"Oui, nos ancêtres avaient noté les paroles de Rikûdo et avaient fabriqué un calendrier qui indiquerait le jour fatidique. ...Naturellement, comme – Anko me l'a dit – j'étais déjà morte à votre époque, vous alliez passer à la casserole... Il va donc falloir que je me débrouille pour rester vivante jusqu'au 6 Novembre le jour de ton départ pour casser le minois de Yûgure.
"Je résume: Un gros truc méchant dont l'existence défie allègrement les lois de la physique s'apprête à tous nous faire disparaître, et toi tu as la seule arme utilisable contre lui. On est passé à côté de la catastrophe en te filant un coup de main, mais tu n'es pas hors de danger. Dans ce cas, va falloir pour commencer retrouver Akuro, remonter jusqu'à sa bande de potes et tous les dégommer afin d'éliminer tout risque potentiel."
"C'est clair comme du cristal..."
"Quand même... Je me demande qui peut être partisant de ce truc et vouloir la fin de toute vie."
"Je ne sais pas, mais faut vraiment être taré..."

-Gagné! Lanca Tetsu. Haha!
-Grr, fit Anko. T'as pas utilisé tes pupilles?

Boruto et Tsuki posèrent leurs cartes. Neji les regardaient sans un mot.

* * *

Akuro était en train de se demander s'il avait ouvert les yeux ou non, car tout ce qu'il voyait, c'était du noir d'encre.

Puis vinrent les sensations.

Le sol glacial sur lequel il était allongé. L'air froid et humide. Les lugubres gémissements du vent et le fracas lointain des vagues en furie se mêlant, résonnant sous terre comme le grondement d'une créature menaçante. Il s'assit précautionneusement, grimaçant de douleur, la main sur le plexus. La nausée le taraudait. La voix tout sauf douce qui s'éleva alors lui fit très mal au tympans.

-Tu n'étais pas censé nous ramener la petite?
-J'ai échoué.
-Tiens donc? Je ne m'en étais pas aperçu.

Celui qui venait de parler sortit de l'ombre. C'était un homme de carrure massive, qui devait mesurer plus de deux mètres. Non, en fait, impossible de déterminer si c'était un homme... Le mastodonte, couvert d'une armure de samouraï sans laisser la moindre parcelle de chair visible, s'apparentait plus à une machine... Dans les trous de son masque brillaient deux points rougeoyants qui ne quittaient pas le jeune homme du regard. Un motif de sablier était représenté sur son poitrail.

-Je suis désolé, s'excusa Akuro. Je...

Le violent coup que lui asséna l'individu ne lui laissa pas le temps de finir et le précipita à terre. Le géant posa son pied sur sa tête, le soumettant à une douloureuse pression.

-Tu crois qu'on en a quelque-chose à battre de tes excuses? On dirait que la bonté du seigneur Shitsui n'a pas été suffisante pour te persuader de faire un minimum d'efforts. Je croyais que ton plan était infaillible?
-Il l'était! Protesta l'adolescent en grimaçant de douleur. Il l'était, jusqu'à ce que ces fumiers de Konoha viennent fourrer leur nez... A cause d'eux j'ai du battre en retraîte, et ils... ont emmenés la fille.
-Arrête de te donner des excuses, siffla le samouraï en appuyant plus fort avec son pied. Il ferait facilement éclater la tête du garçon.

Akuro serra les dents.

-Jikan, ça suffit. Cesse de le maltraîter. Ce n'est encore qu'un enfant.

Un homme fit son apparition. Ni très grand, ni trop petit. Il avait des yeux fins, des cheveux coiffés en chignon et une petite moustache. Il devait avoir la trentaine, et était vêtu d'un kimono assez simple, de couleur grise à motifs de soleils noirs.

-Seigneur Shitsui.

L'homme s'approcha et se baissa. Libéré du pied de Jikan, Akuro se prosterna à genoux.

-Pardonnez moi. Je n'ai pas réussi à accomplir ma tâche.
-Tout le monde fait des erreurs, mon garçon.
- Seigneur... , protesta Jikan, mais il fut arrêté par la main de celui ci.
-Tu dis que ces importuns venaient de Konoha? Peux tu me les décrire?
-Eh bien... Ils étaient commandés par une femme, avec un long manteau beige et des cheveux attachés mais décoiffés. Elle utilisait beaucoup une technique appellée "Poigne du serpent spectral."
Ils avaient aussi deux types avec des yeux blancs, c'est sûrement ce Dôjutsu qu'on dit supérieur au fameux Sharingan du clan Uchiwa. L'un d'eux a les cheveux blonds cendrés, il a la capacité de se changer en un éspèce de reptile humain... L'autre a les cheveux longs et noirs. Son Taïjutsu est redoutable, c'est lui qui a eu raison de moi. Il a touché mes organes vitaux et j'en garde les séquelles... Le dernier est un petit blond fanfaron habillé en noir. Il faut se méfier de lui. Il est complètement stupide et ses techniques sont faibles, mais il a vraiment de l'énergie à revendre, et sa technique de clônage est un peu trop divertissante.
-Mmh. Et as-tu pu recueillir des informations sur leurs identités?
-Pas grand-chose, mais pendant le combat, ils arrêtaient pas de s'interpeller, alors je me rappelle de leurs prénoms. La Jônin c'était Anko, le gars lézard Tetsu, le brun prétentieux Neji, et le dernier, un prénom trop moche qui fait penser à un aliment, quelque-chose comme... Burrito...
-Boruto.

Akuro tourna la tête vers le samouraï.

-...Oui, c'est ça, fit-il, un peu déstabilisé.
-Comment le sais-tu, Jikan?
-Seigneur, lorsque j'ai senti le temps se déformer, j'ai entendu la voix d'un père qui appellait ses enfants. Deux gamins ont voyagés jusqu'ici depuis une autre époque. Deux frères et soeurs nommés Boruto et Himawari.

Un silence se fit, ponctué par la rumeur du mauvais temps dehors.

-Cela explique, commença Shitsui, pourquoi ce que tu avais planifié ne s'est pas passé comme tu l'avais prévu, Akuro. Ces gens ne devaient pas intervenir... Cela n'était pas censé arriver. Sans quoi la petite Ookami serait déjà en notre compagnie à l'heure qu'il est. Normalement, ça aurait dû réussir, mais ces gens sont en train de modifier le temps pour nous mettre des bâtons dans les roues. Il sera désormais plus ardu d'attraper la fillette avant qu'elle n'entre dans le Sommeil Divin.
-Mais alors ça change tout, maugréa Jikan.
-Cela ne change rien du tout. Puisqu'il en a été décidé ainsi, nous nous adapterons à la situation. Akuro...
-Oui, Seigneur?
-Tu vas te reposer pour que ta santé se remette de tout cela et que tes blessures guérissent. Tu auras besoin de toutes tes aptitudes pour ce qui t'attend. Tu vas ensuite suivre la petite Ookami, et tu guettera le moment propice pour l'emmener. Ne tarde pas trop, car il reste peut de temps avant qu'elle ne s'éveille à la nature propre à son clan, après ça, avec le pouvoir en sa possession, il sera très difficile pour nous d'arriver au bout de nos convictions.Tu as les frères démons de Kiri pour père et oncle, aussi, je ne doute pas de tes capacités.
-Bien, Seigneur. Je vous la ramènerai.
-Pendant çe temps, Jikan et moi allons régler quelque-chose. Il faut bien entendu frapper ce problème à sa source... Tu peux disposer.

Akuro se releva non sans mal et s'inclina, avant de se diriger vers la sortie de la salle.

-Ah! J'oubliais.

Le garçon s'arrêta et se retourna, un air interrogatif au visage.

-Je te conseille quand même d'éviter d'échouer cette fois ci... Dans ton intérêt.

Le seigneur disparut alors dans l'ombre, laissant Akuro seul dans la salle.

Une goutte de sueur froide glissa lentement le long de sa tempe.

* * *

A peine la porte s'était ouverte que Tsuki s'étouffait déjà dans les bras d'Hoshi.

-Je vais bien, papa... Juste, desserre un peu s'il-te plaît, tu me broies les omoplates.
-Tu vas bien?
-Bah ouais, je viens de te le...
-Tu n'es pas blessée? Personne ne t'a fait de mal? Je suis désolé qu'on se soit encore crêpés le chignon pour des raisons aussi stupides! Tout est de ma faute! Je suis un père horrible! Bouhou...
-Allons, allons, fit-elle, les yeux au ciel. Y'a pas de mal.

Anko et les genins regardaient la scène avec amusement. Une petite silhouette sauta de l'entrebaîllement de la porte pour se retrouver dans les bras de Boruto, manquant de faire tomber celui ci.

-Bolt! S'exclama Himawari contre son frère.
-Hima!
-Je suis tellement contente que tu n'aies rien, ça fait peur, comparé à chez nous, quand tu pars en mission ici on n'a pas de nouvelles...
-T'inquiètes, on est tous en un seul morceau. Tout va bien.

La petite quitta les bras de son frère pour ceux de Neji.

-Tonton! Fit-elle en se blotissant contre lui.

Encore un peu déstabilisé, le Hyûga se contenta de lui ébouriffer les cheveux. Il n'avait décidément pas l'habitude... Anko eut à son tour le droit au câlin d'Himawari, et Tetsu la regarda.

-Tiens? Qui est-ce?
-C'est ma petite soeur, répondit le Uzumaki. Elle est venue avec moi.
-C'est fou comme vous vous ressemblez, lança Tsuki par-dessus l'épaule de son père adoptif dont le câlin la retenait toujours. Surtout que vous avez tous les deux ces marques bizarres dessinées sur les joues.
-Alors c'est toi, Tsuki? Demanda Himawari.
-Oui, ton frère et ses coeps m'ont filé un sacré coup de main. Sans eux, je l'avais dans le... Rgh!...Papa, mes omoplates!!
-Sans vouloir m'inviter, fit Anko, on ferait bien de continuer cette conversation à l'intérieur... On est le soir, les voix commençent à porter.
-Oui, tout-à fait, répondit Hoshi en libérant sa fille – qui manqua de tomber avec la soudaineté de son geste. Venez.

Hoshi maintint la porte ouverte pour laisser entrer les six autres et, après avoir jetté un rapide coup d'oeil dans les rues ensablées rougeoyantes à la lueur du crépuscule, la referma.

Non loin, un jeune garçon avec une énorme gourde sur le dos, assis sur un toit face au couchant, les yeux mi-clos, semblait veiller sur le village.

* * *

Le groupe s'était assis sur des coussins autour d'une table basse, attendant que Tsuki et Hoshi vinrent les rejoindre. De la cuisine, on pouvait entendre leurs voix. Un bruit de verre cassé résonna.

-Zut!
-Papa, évite d'exploser tous les verres... Fit la voix de Tsuki avec lassitude. Je compte que c'est le sixième depuis que je suis partie.
-Désolé... Répondit-il, dépité.
-Donne-moi cette théière avant qu'il ne lui arrive le même sort! Je vais leur apporter tout le tralala.
-M...Mais...
-Donne, j'te dis!

Dans le salon, les autres se regardèrent tour à tour. C'était assez comique d'entendre ces deux là.
Tsuki arriva avec la théière dans une main et des verres empilés dans l'autre. Elle servit tout le monde, avant de s'installer à son tour, suivie d'Hoshi peu après. Ils commencèrent à parler. Hoshi et Himawari avaient écouté attentivement chaque détail de ce qu'il s'était passé du début à la fin du voyage. L'expression sérieuse de leurs visages était amplifiée par les ombres dansantes que produisait la lueur des lampes.

-Donc, commença Hoshi après qu'ils eurent fini, cet Akuro a parlé de "Mission sacrée"?
-Tout juste.

Il souffla.

-Vous savez quelque-chose là-dessus? Demanda Boruto.
-Pas grand-chose, mais... Tsuki, je crains fort que ceux qui ont causé le génocide de ton peuple ne soient toujours là. Ou plutôt, on a la confirmation qu'il s'agit bien d'eux.
-Ouais... Ca, je l'avais deviné. Ils veulent ce que j'ai. La question est, comment on fait, maintenant?

Le ninja réfléchit quelques secondes en lissant sa moustache.

-Autant, le clan entier a été massacré, autant je peux vous dire qu'ils se sont défendus... Quand je suis allé voir leur village en cendre avec bébé Tsuki dans les bras, j'ai vu des centaines de cadavres dans les deux camps. Si seule Tsuki est encore debout, eux non plus ne doivent plus être très nombreux.
-S'ils ont engagé un mioche de la Pluie pour faire leur boulot plutôt qu'un de leurs propres shinobis, c'est même plus que probable...
-Tu as tout-à fait raison, Neji. Cependant, le danger n'est pas diminué pour autant. Nous devons rester sur nos gardes. Et ce, même lorsque Boruto et Himawari rentreront à leur époque.
-Ah, au fait, lança le Uzumaki, je passe du coq à l'âne, mais... Le jutsu d'espace-temps, ça avance?

Le visage d'Hoshi s'éclaira.

-Eh bien, les souvenirs de ta petite-soeur m'ont épargnés des années de recherche. Elle a une mémoire visuelle extraordinaire. Je peux certifier que j'aurai fini dans les temps.

Himawari jubila, toute contente, la main d'Hoshi lui ébouriffant sa tignasse brune.

-Bien-joué, fit son grand-frère en lui faisant un bisou sur la joue. Tu pourras dire à papa et maman que c'est en grande partie grâce à toi qu'on sera rentrés au bercail.
-Ouais!
-Il faudra maintenant patienter quelques semaines le temps que je termine. Que comptez-vous faire en attendant?

Ce fut Anko qui prit la parole.

-Nous allons repartir à Konoha informer le Hokage de notre succès. Ces deux gamins vont rester y habiter le temps de rentrer chez eux. Et puis...
-Je peux venir avec vous?

Tout le monde tourna la tête vers Tsuki.

-Parce que, heu... J'aimerai bien jouer les touristes encore un chouille, en fait.

Boruto et Neji se regardèrent.

-Pourquoi pas... Après...
-C'est une excellente idée, s'enquit Hoshi. Elle a des cousins là-bas, ils ne se sont pas vus depuis très longtemps. En plus, je pourrais me focaliser sur notre projet l'esprit tranquille – s'il y a bien un endroit où le risque est minimum, c'est là-bas. Konoha est l'un des plus puissants villages ninja. Moi je dois rester au Pays du Vent avec la proximité de la Veine du Dragon, je devrais me rendre sur les ruines de l'antique ville de Roran pour y extraire l'énergie adéquate. Allez-y, je vous y rejoindrai d'ici quelques semaines, dès que j'aurai terminé.

Tout le monde se regarda, et hocha la tête.

-Très bien, viens avec nous.
-Mais dites, Monsieur Hoshi, demanda Himawari avec une pointe d'inquiétude.
-Oui?
-Les méchants pourraient profiter que vous soyez seul pour vous attaquer.
-C'est vrai, renchérit Neji. On a parlé de vous éliminer dans la lettre de menaçe.
-Les enfants, fit l'homme, agitant doucement les mains en geste d'apaisement. Je vous prierai de ne pas me sous-estimer. J'ai l'air un peu perché, mais quand-même.
-Loin de moi l'idée de...
-Allons, Neji. Tu l'admets toi-même: Tu as eu du mal face à Tsuki, et cet Akuro aussi. Qui l'a appris à se battre, d'après toi?
-...
-Du bluff, tout ça. Allez préparer vos affaires, reposez-vous un peu et partez vite pour Konoha. Je maîtrise.
-...D'accord, on fait comme ça...

Tetsu, qui s'endormait sur place, fut réveillé par un coup de coude d'Anko.

-Pardon?... Je... Je piquais du nez... Euh, on disait que le thé le soir c'était cool.

Tout le monde le regarda d'un air blasé.

-Toi, faudra qu'on t'emmèle à l'hôpital... Tes nouveaux "dons" ont l'air de vite te fatiguer.
-Mais ne t'inquiète pas, Anko, je suis parfaitement... (Il fut coupé par un long baillement.) ...Pardon. On disait quoi, déjà?
-Va t'coucher, Tetsu, firent-ils tous simultanément.
-Bon, bon...

Tsuki sourit. Elle les aimait bien en fin de compte, ces cinq là.

* * *

Un peu plus tard, dans la chambre où il dormait avec les quatres autres de Konoha, Boruto finissait de charger son sac à dos, en silence, prenant garde à ne pas déranger le sommeil d'Himawari, Anko et Tetsu. Il s'arrêta à un livre. Le journal de son père... Le marque-pages qu'il y avait laissé était tout raccorné tant il avait crapahuté avec son sac. Il regarda la couverture un instant. Il entendit la porte s'ouvrir et se refermer doucement. Neji vint s'assoir à côté de lui.

-Tout est réglo, chuchota-t-il, on bouge à six heures.
-Okay. Je commençai à avoir hâte de rentrer à Konoha. Enfin....

Un silence.

-Tu veux bien m'expliquer à quoi ça sert que tu aies prit ça avec toi?
-Je veux découvrir les faiblesses de mon père.
-...Tu veux le surpasser?
-Oui.
-Pour quelle raison?

Boruto soupira.

-...Je ne sais plus. Au début, c'est parce que je voulais qu'il fasse plus attention à moi. Mais... Quand j'ai vu par où il a dû passer...

Il toucha les lettres écrivant "Chroniques du grand Naruto Uzumaki" de ses doigts.

-Peut-être que je veux juste le surpasser pour qu'il soit fier de moi.

Un silence s'écoula de nouveau.

-Il te manque?
-Un peu... Et ma mère... mes potes, mon prof... C'est pas comme si je ne faisais que voyager dans un autre pays... On est carrément séparés par le temps. Ca me fait peur, en fait. La crainte de rester coinçé ici. Et ça doit être pareil pour Hima, dit-il en regardant la petite fille qui dormait à poings fermés. Elle ne montre rien, mais ça doit l'effrayer...

Il sentit la main de son jeune oncle se poser sur son épaule.

-Tu les reverras bientôt.

Il releva la tête, et vit avec stupéfaction le Hyûga lui sourire.

-Tu nous retrouveras tous avec nos tailles normales.

En entendant ça, le garçon eut une brusque douleur à sa poitrine. Il était évidemment indéniable qu'en rentrant à leur époque, lui et Himawari ne reveront plus jamais Neji. Il sera parti depuis longtemps... Mais ça, l'interessé l'ignorait. Un bref instant, Boruto sentit ses yeux lui piquer.

-Eh ben... Euh... Ouais, se contenta-t-il de répondre, s'empressant de détourner le regard pour ne pas que Neji voit ses yeux devenir humides.
-Hm? Fit celui-ci.
-Pardon. J'arrive en plein coming-out?

Les deux tournèrent la tête vers Tsuki qui venait d'entrer.

-Sérieusement, vous êtes trognons.
-Espèce de grosse dégueulasse! On est...
-Oncle et neveu, je sais, coupa-t-elle, le visage rieur. Je blaguais. Déstresse.

Elle vint s'incruster entre eux deux, les faisant s'écarter sans ménagement à coup de reins.

-J'espère qu'on te gène pas trop, râla Boruto, les yeux plissés.
-Non, ça va. Mais c'est fort gentil de t'inquiéter.

Neji leva un sourcil.

-J'arrive pas à dormir, continua-t-elle, alors je viens parler. Dites-moi, c'est bien la princesse Tsunade, le Hokage actuel, non?
-C'est ça, répondit le Hyûga.
-Mortel.
-Pourquoi? Tu entends beaucoup parler d'elle?
-Oui, la grand-mère d'un ami à moi nous en avait parlé. C'était sa rivale. Pendant la précédente guerre, elle préparait des poisons hyper puissants, et Tsunade était la seule à pouvoir en venir à bout. La vieille Chiyô la déteste, mais moi je ne peux pas m'empêcher de la trouver hyper classe.
-Vous êtes toutes fana d'elle, on dirait, soupira Neji. C'est l'idole de ma coéquipière. Elle lui fangirl complètement dessus.
-Ah oui, fin j'irais pas lui lécher les panards non plus.
-Et Chiyô? Fit Boruto. C'est qui ça?
-C'est la doyenne de Suna... Le deuxième doyen c'est son petit frère, Ebizô. C'est elle qui s'occupait de mon ami d'enfance à la mort de ses parents. D'ailleurs on a mit du temps à l'aider à s'en remettre...
-C'est marrant, quand t'as quitté Suna, il était où, l'ami en question? Il est pas parti à ta recherche? On a croisé personne.

Le visage de Tsuki s'assombrit d'un coup. Elle ouvrit la bouche pour dire quelque-chose, puis la referma. Elle soupira.

-...Parce qu'il est parti. Il a quitté Suna il y a trois ans.
-Comment s'appellait-il?

Elle tourna la tête vers la fenêtre donnant sur le village sous les étoiles. Des vagues de sables portées par les vents du désert rasaient les toits.

-Sasori.

En lisant son expression, Neji devinait que ce Sasori avait dû être un peu plus qu'un ami d'enfance.

* * *

Quelques heures après, tôt dans la matinée, Anko, Tetsu, Neji, Boruto, Himawari et Tsuki se mirent en route pour le village caché des Feuilles. Ils étaient aux portes du village lorsque Boruto s'arrêta d'un ccoup et commença à fouiller son sac.

-...Qu'est-ce que tu fais? Lui demanda la Jônin.
-Euh... Je crois que j'ai oublié ma gourde, fit-il d'un sourire gêné.

Anko le fusilla du regard.

-C'est toi la gourde! Dit-elle d'un coup, le faisant sursauter, rentrant un peu plus la tête dans les épaules à chaque phrase. Comment t'aurais fait en plein cagnard? On t'attends, va la chercher. Et au pas-de-course!
-Oui M'dame, s'exclama le blond en courant dans le sens inverse, paniqué.

A mi-chemin, deux minutes plus tard, le blond apperçut Hoshi qui arrivait à moitié en rigolant, sa gourde à la main.

-Tête de linotte! C'est pas le genre de chose qu'il faut oublier dans ce pays.
-Merci beaucoup!

Il rangea sa gourde dans son sac.

-De rien. Bon! C'est pas tout ça, mais j'ai du travail. Soyez prudents sur la route, lança-t-il avec un signe de main, commençant à faire demi-tour.
-Hoshi?
-Hum? Qui-y-a-t-il? Tu as oublié autre chose?

Boruto s'était rendu compte qu'il aimait bien ce bonhomme, et que, maintenant qu'ils avaient Tsuki avec eux, il pouvait lui arriver des bricoles.

-...Non, rien. Finissez vite ce que vous faites, et rejoignez-nous vite à Konoha.

L'homme sourit sous sa moustache, et leva le pouce pour faire la "pose du mec cool", comme le disait tout le temps Metal Lee, puis s'éloigna et disparut parmis les passants. Le Uzumaki se remit à courir, en direction des portes du village.

[/i] "Pourvu qu'il ne lui arrive rien. Supposons qu'il ait menti pour nous rassurer et qu'il n'était pas de taille, Akuro ou un de ses éventuels complices pourraient, je sais pas... Le prendre en otage. Tsuki a beau dire, je ne suis pas tranquille." [/i]

Il fut interompu par un choc.

-Aie, fit-il, tombé sur les fesses.
-Boruto? Fit une voix grave qu'il reconnut aussitôt.
-Ah, Gaara! Désolé, je ne t'avais pas vu.
-Tu quittes Suna?
-Oui, je rentre à Konoha, fit-il en se relevant, tapotant les grains de sable sur son arrière-train. Faut que je me dépêche, les autres m'attendent à l'entrée.
-Je vois.

Il releva la tête, et l'avisa un instant.

-Dis, Gaara... Je peux te demander un p'tit service?

Le roux pencha la tête sur le côté, un air interrogatif au visage. Il s'approcha pour lui dire tout bas à l'oreille:

-Si jamais tu as un peu de temps, tu pourrais surveiller Hoshi? J'ai l'impression qu'il est en danger... Je me fais peut-être des idées, mais je crois que quelqu'un voudra attenter à sa vie prochainement.

Les yeux cyan du garçon s'ouvrirent un instant de stupéfaction, puis il opina.

-D'accord.
-Merci, c'est super cool. Je te revaudrais ça, lança-t-il en partant. Je dois y aller, maintenant. A plus!

Gaara le regarda s'éloigner, puis leva doucement son regard vers le ciel. Un aigle dessinait de grands cercles, guettant la moindre proie.

"...Je me demande pourquoi quelqu'un en voudrait à cet homme... Quoi qu'il en soit, je ne laisserai personne faire du mal à un concitoyen de mon village. Je suis le futur Kazekage, après tout."

* * *

-Ben alors, qu'est-ce-que tu fichais, cria Anko à Boruto qui apparaissait au coin de la rue. T'as fait la tournée des bars?
-J'vous jure...
-Ca va, ça va! J'ai aidé une mamie à traverser la rue. On peut y aller, maintenant, fit-il en passant devant eux sans même s'arrêter.
-Pff. En route, mauvaise troupe! Dans trois jours on est chez nous.

Le frère et la soeur, Tetsu et Neji n'étaient pas mécontents de rentrer – surtout Tetsu, même s'il avait un peu le trac. Aussi ce fut d'un pas enjoué qu'ils s'engagèrent dans le désert.

Pourtant, contrairement à ce qu'ils croyaient, le pire n'était pas derrière eux...

* * *



C'est tout pour ce chapitre, je l'ai coupé là, parce que maintenant que les ennemis savent à qui ils ont affaire, des choses vont se mettre en mouvement. Et il va se passer des choses à Konoha. Le retour de Tetsu va provoquer celui d'une autre personne, un peu moins plaisante. Le moins qu'on pourra dire, c'est qu'heureusement que Tsuki sera venue avec eux. Ark, je vais spoiler si ça continue...
Ouh, j'en ai du texte là. <3 Prochain chapitre pendant les vacances de Noël, ça arrivera vite. Et tenez-vous bien, cette fois ci, y'a de fortes chances pour que ça parte en free-style.

Merci d'avoir lu!

(PS: oui, Jikan ça pue comme nom, c'était lui le perso que je savais pas comment appeller et pour qui j'ai appellé à l'aide. T_T L'enfoiré qui a tout ralenti. "Jikan" veut dire "Temps". Comme vous le voyez, j'ai grave approfondi les recherches.... J'ai pensé à Jikan-maru, mais c'était pire. J'avais plus le temps d'attendre et j'ai fini par l'appeler comme ça. Tant pis.)

Comme toujours, n'oubliez pas de review même si c'était nul, ça fait toujours plaiz'. :)

(RE PS: Je sais pas pour vous, mais moi j'ai kiffé la première phrase.)




Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 [ 10 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: