Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Nidaime Kiiroi Senko

Après treize ans d'errance, Namikaze Naruto succède à son père en tant qu'icone de guerre. C'est l'avènement du Nidaime Kiiroi Senko. Naruto/Harem
Classé: -16I | Spoil | Action/Aventure / Romance | Mots: 89684 | Comments: 23 | Favs: 53
Version imprimable
Aller au
Nerwan (Masculin), le 20/08/2012
Minato Namikaze. Le Kiiroi Senko, l'éclair jaune.

Un ninja devenu légendaire. Un héros conquérant pour beaucoup de monde, un fléau meurtrier ; la terreur incarnée, pour beaucoup d'autres. Il devint Yondaime Hokage peu après la troisième grande guerre ninja. Dans un face à face contre Kyuubi no Yoko quelques années après, ce dernier venu détruire Konohagakure no sato, il mourut tout en réussissant à tuer le démon.

C'est l'histoire que tous connaissent. Que de sa puissance et de son talent, il parvint à vaincre Kyuubi. Mais les Bijuus ne meurent pas. Fragments de haines d'un démon ancestral, ils sont immortels, invincibles. Lors de son combat, Yondaime Hokage scella le démon à l'aide de sa femme dans un nouveau-né.

Naruto Namikaze, leur fils caché aux yeux du monde, est le sacrifié qui offrit son âme dès la naissance, condamné à une vie de rejet et de tourment.

A treize ans, une vie nouvelle s'offre alors à lui. Après toutes ces années de haine et de solitude. Après toutes ces années d'incompréhension et de non-sens, le voilà qu'il quitte Konoha pour plusieurs années, en quête d'aventure, au côté de son maître, Jiraiya...

Et si le Gama-sennin, le Densetsu no Sannin, avait offert à Naruto plus qu'une simple formation d'esprit. Si l'homme avait réellement formé son élève, lui permettant de devenir la personne qu'il aurait dû être depuis toujours si Konoha ne l'avait pas saboté. Vient alors une période blanche, une période florissante, une période où Uzumaki Naruto, quittant son masque, voit enfin l'espoir à travers une vie de voyage, découvrant le monde, seul avec lui-même.

Voici la naissance du Nidaime Kiiroi Senko.




Chapitre 1: Chapitre I



« Une fois de plus, tu as échoué… »


« Tu es la honte de Konoha, pour ne pas avoir ramené Uchiha-sama ! »


« Comment Sandaime-sama a-t-il pu te laisser devenir un ninja… Tu déshonores notre village ! »


« Tu avais promis, Naruto ! Tu avais promis de ramener Sasuke-kun… Tu n’es juste qu’un menteur, un dobe, comme toujours ! »



Naruto regarda tout autour de lui les bâtiments du bled dans lequel il venait d’entrer avec Jiraiya. Comme dans la plupart des villages ou villes qu’il avait visité ces derniers temps dans le pays du feu avec son maître, les maisons et bâtiments en bois mais surtout en bêtons, étaient construits dans un style particulièrement occidental, s’élevant à plusieurs étages avec balcon, et les toits plats. Les rues étaient creusées et recouvertes de terre sèche, et elles étaient plus ou moins peuplées. La petite ville vivait gaiement. Le jeune garçon observa silencieusement les passants, qui se promenaient ou travaillaient, ainsi que les personnes qui étaient aux fenêtres à étendre leur linge. C’était calme et agréable. Cela faisait un peu plus d’une semaine maintenant que Jiraiya avait emmené Naruto sur son voyage initiatique, sortant de Konoha pour une longue période de temps…

- Donc… Qu’allons-nous faire ici Ero-sennin ? demanda Naruto, sur un ton calme mais néanmoins curieux, après tout il se demandait quelle était la raison de leur présence ici.

Il leva les yeux vers l’homme de grande taille à sa droite. Jiraiya était en effet un homme très grand. A plus d’un mètre quatre-vingt-dix, il était l’homme le plus grand que Naruto avait vu dans sa vie. La taille moyenne étant bien plus petite, une trentaine de centimètre de moins. Jiraiya était particulièrement reconnaissable dans le monde ninja pour sa longue et épaisse chevelure blanche attachée dans son dos, ce court haori rouge qu’il portait au-dessus d’une veste verte, ainsi que cette amusante paire de guetta à ses pieds qui lui donnait l’allure d’un vieux et jovial voyageur – ce qu’il était bien sûr. Jiraiya regarda son jeune élève en fronçant les sourcils. « Qu’ai-je dis sur le fait de ne pas m’appeler comme ça Gaki ! »

- Vous aurez mon respect lorsque je jugerais que vous l’ayez mérité. Jusqu’ici, tout ce que vous avez fait à part marcher, c’est d’aller fréquenter les maisons de pute sur votre chemin, répliqua l’Uzumaki d’un ton toujours aussi calme.

Jiraiya ne répondit pas, ne se contentant que de le regarder avec intérêt. En effet, l’enfant était étrange, ou du moins, s’était mis à l’être depuis qu’ils avaient quitté le village caché de la feuille, Konohagakure. Dès lors qu’ils avaient franchis les portes, l’enfant braillard qu’il était s’était changé en ce jeune garçon tout calme. Vraiment calme… Dans tous les cas, Naruto n’était plus ce jeune ninja enflammé et insouciant qu’il avait rencontré avant les examens Chuunins. En fait, l’enfant n’avait presque pas parlé depuis qu’ils avaient quitté la feuille… C’était à peine s’il prononçait plus de dix mots par jour, s’il n’était pas là pour le forcer à une conversation qui bien entendu, ne durait pas. Quand il prenait la peine de l’observer lorsqu’il marchait le long des routes avec lui, Naruto regardait le paysage ou la route avec ce regard absent, comme s’il était plongé dans des réflexions extrêmement profondes… Le vieux sage ne savait pas vraiment ce qui tracassait son élève, mais dans tous les cas, il finirait bien par le découvrir.

- D’accord… soupira l’ermite des crapauds. On est ici pour que je puisse rencontrer un des contacts de mon réseau d’espionnage. Après ça, je ferais en sorte que l’on puisse commencer ton entraînement, ok ?

Naruto hocha la tête tout en détachant son regard du vieil homme. « C’est d’accord. » répondit-il.

Jiraiya fronça les sourcils au manque d’enthousiasme de son jeune élève, mais décidé à obtenir les nouvelles de son informateur, il le laissa seul ici en partant.

Naruto marcha alors dans les rues, sans vraiment se soucier où il allait. Le fait était qu’il avait beaucoup réfléchi dernièrement, sur ce qui s’était passé dans sa vie et la façon dont il avait négligé beaucoup de choses. La façon dont il n’avait jamais vraiment pris au sérieux son entraînement. Durant l’académie notamment, là où il avait ignoré tout enseignement, préférant s’occuper de la façon dont les gens le voyaient et pouvaient l’accepter. Mais l’autre face du problème était que, malgré qu’il avait eu des professeurs ayant saboté quotidiennement ses progrès et son apprentissage, lorsqu’il avait commencé à avoir un réel professeur comme Iruka, il avait été tellement enfoncé dans ses habitudes de fauteur de trouble qu’il avait préféré ignorer la chance qu’il possédait. Ce manque de sérieux quant à sa vie de ninja avait participé à accroître sa naïveté quant au monde ninja, et indirectement, participé à l’échec de la mission de récupération de Sasuke.

L’autre de ses problèmes était Sasuke Uchiha… Ce même garçon que Naruto avait considéré comme son frère. Il avait toujours pensé que malgré la rivalité qu’ils partageaient, ils seraient toujours restés amis. Mais ce sentiment avait été totalement brisé lorsque l’Uchiha l’avait par deux fois transpercé à la poitrine avec un Chidori, dans le but de mettre fin à sa vie. Après cela, Naruto ne savait pas s’il allait toujours pouvoir respecter la promesse qu’il avait donnée à Sakura… Et pour être honnête, il n’en ressentait plus l’envie. Il doutait même qu’un jour Sasuke puisse ressentir l’envie de retourner à Konoha, même s’il arrivait qu’il l’y fasse revenir de force. Le temps de l’équipe sept, à ses yeux, était révolu dès que l’Uchiha avait déserté, à moins qu’il n’ait jamais réellement existé. Il avait été naïf de penser que Kakashi était un bon sensei, alors qu’il l’avait clairement abandonné lui et Sakura pour Sasuke, et Sakura… Il préférait ne pas y penser. Lorsque cette dernière était venue lui hurler dessus les quatre vérités avec l’échec de sa mission… Elle avait définitivement fermé la porte de leur amitié. Il était parti avec Jiraiya sans les revoir, sans dire au revoir à personne. Il n’avait ni l’envie, ni la force.

Secouant la tête, Naruto oublia à l’instant toute ces sombres pensées. La désertion de Sasuke lui avait fait réaliser une chose très clairement. Il était faible. Faible en tout. En détermination, en discernement, en ninjutsu et dans beaucoup de domaine du ninja. C’était une conclusion forte amère, mais une chose était certaine. Il avait besoin de devenir plus fort. Beaucoup plus fort. Il avait besoin de devenir un ninja, un véritable shinobi, et non un imbécile bruyant incapable d’agir et de faire ses preuves lorsque le moment le demandait, incapable de ramener une personne qu’il considérait comme un frère. Faisant la liste des défauts qui le caractérisaient, ce fut avec consternation qu’il se rendit compte que mis à part le Kage Bunshin et le Rasengan, il était réellement pathétique. Dans tous les combat qu’il avait eu, quand bien même eut il possédé le Kage Bunshin et le Rasengan, il aurait été tué si cela n’avait pas été pour le Kyuubi scellé en lui. En Nami no Kuni, sur le pont, sa survie n’avait été due qu’à l’utilisation du Kyuubi contre Haku. De même contre Orochimaru dans la forêt de la mort à Konoha, tout comme contre Gaara, ou Sasuke… Ou dans les multiples combats auxquels il avait participé. Ajouté à cela que non content d’être aussi faible, il ne pouvait pas vraiment faire le Rasengan correctement, nécessitant l’aide d’un clone d’ombre, son contrôle de chakra étant trop déplorable pour exécuter la technique correctement. Il n’avait pas de réel compétence de Taijutsu, aucun style donc, et aucun sens tactique, se jetant par défaut sur ce qui était considéré comme la cible, en donnant tout. Et donc, Naruto savait qu’il avait énormément de chose à corriger, pour ne pas dire, à réapprendre.

Levant la tête pour regarder autour de lui, histoire de regarder où est-ce qu’il était allé durant sa réflexion, le blond remarqua qu’il était arrivé à côté d’un magasin de vêtement et d’équipements en tout genre. Mieux encore, les marchands vendaient des vêtements shinobis. Baissant de nouveau les yeux, le blond regarda sa tenue orange… Sa tenue avait été avec lui aussi longtemps qu’il s’en souvenait, non pas qu’il voulait vraiment une telle tenue aujourd’hui… Car, en effet, l’orange était de loin sa couleur préférée, mais ce n’était pas pour ça qu’il portait ces vêtements. Il les portait car il ne pouvait pas en acheter d’autre, la raison étant simple : on lui refusait tout autre chose. À Konohagakure no sato, c’était à peine si les gens acceptaient de lui vendre le strict minimum. Lorsqu’enfant, il avait tenté d’acheter des vêtements ou de la nourriture, il avait été plusieurs fois odieusement chassé ou alors présenté à des prix qui lui était exclusif… et exorbitant, le forçant alors à voler occasionnellement. Si ça n’avait pas été aux Ichiraku, le garçon serait resté voleur pour survivre et ne pas mourir de faim. Aujourd’hui, encore, il se rendait compte de son irrémédiable stupidité. Il aurait tout simplement pu aller voir le Sandaime Hokage qui aurait résolu ce problème… Ou peut-être pas. Là encore, il découvrait de nouveau l’aspect caché de la face des gens… Hiruzen Sarutobi… Hokage de Konoha… En tant que tel, il connaissait évidemment le sort de son Jinchuuriki… De – malgré tout ce qu’on pouvait dire – son arme. Décidé qu’il devait devenir un bon shinobi, il devait donc commencer par ressembler à un vrai shinobi, il entra alors dans le magasin.

L’établissement n’était pas forcément aussi grand que d’autre magasin, mais bien garni et comptant beaucoup d’étalage de vêtements en tout genre. Ce n’était pas forcément exceptionnel pour tout le monde, mais pour Naruto, c’était tout simplement merveilleux. Non pas le magasin, mais le fait qu’il y était entré tranquillement, sans être chassé avant même d’avoir fait un pas. Sous les yeux à peine concerné du vendeur à la caisse, le garçon se dirigea dans les rayons qui comptaient les vêtements taillés pour shinobi. Silencieusement, Naruto regarda alors autour de lui, un petit sourire heureux à la vue de ces pièces de tissus qu’il pouvait enfin choisir… Il y avait tant de vêtements concernant différents domaines ninjas, et un peu plus loin, il y avait même des outils et armes de ninjas, tels des kunais, shuriken, du fil ninja, même des parchemins vierges pour des fuuinjutsu basiques et répandus. Cependant, ce n’était pas des magasins de Konoha, de sorte que les articles de ventes n’étaient pas aussi divers que ceux des magasins d’un village ninja… Mais c’était largement suffisant pour commencer.

Naruto fit alors le tour des rayons concernant les ninjas en souriant, choisissant ce qu’il devait prendre sereinement. Il savait qu’il devait prendre des vêtements dans les tons sombres, de façon à être dans les normes de l’infiltration et de la discrétion. Ces deux domaines, malgré ce que tous pouvaient en dire, étaient deux domaines où Naruto était passé maître, au sens littéral du terme. Uzumaki Naruto, jeune Genin, était une personne qui, lorsqu’il en avait envie, pouvait passer inaperçu de tout ninja de quelque niveau que ce soit. En termes de rapidité d’action et de fuite, il était le meilleur. Ses farces le prouvaient bien. Il pouvait se cacher et fuir en moins de quelques minutes, semant Chuunin, Jonin et ANBU avec aisance. Ainsi, il prit plusieurs pantalons ninja court, donc de modèle standard, de couleur bleu foncé, avec bandages cousus sur la cuisse gauche et le mollet droit. Il prit juste après une paire de mitaine noire avec plaque métallique sur le dos de la main, modèle standard là aussi… car utilisé couramment par les ninjas de Konoha. Il choisit ensuite quelques pulls épais là aussi de couleur bleu foncé, presque noir cette fois, avec une spirale rouge en matière plastique cousue sur l’épaule gauche. Achetant pour finir une paire de sandale shinobi noire pour remplacer les usées bleues qu’il portait, il partit en direction de la caisse du magasin. Il ne savait pas à quel point ce choix de vêtement, aussi instinctif fût-il, était similaire – identique – à celui d’un ninja de légende auquel il était sans le savoir lié.

Il prit au passage une boite de kunai et de shuriken, ainsi un petit rouleau de scellement qui lui servirait après pour sceller les vêtements qu’il aurait acheté. Lorsqu’il arriva devant le vendeur, il posa tous ses achats sur la table sous l’œil intéressé et surpris du vendeur. Surpris de voir qu’un enfant qui ne devait pas avoir plus de quatorze ans ait acheté autant de chose, et ninja en plus. Lorsqu’il vit le bandeau frontal à l’insigne de la feuille, il ne mit pas longtemps à comprendre que le garçon était en fait vraiment un ninja. L’homme n’était pas vieux, il devait avoir la cinquantaine vu sa carrure… et bien sûr, il savait que les enfants soldats, si c’était classé crime et tabou chez les gouvernements civils de la péninsule, était cependant toléré et même tout à fait normal pour les ninjas. Alors, même s’il fut dérangé de vendre un pack d’arme à un enfant, ce dernier restait un soldat de l’armée du daimyo, il n’en fit donc pas la remarque. « En bien petit gars, le tout coutera deux mille ryos ! » Naruto sortir aussitôt son portefeuille crapaud, Gama-chan, et en sortit une liasse de billet où il savait contenir une telle somme. En effet, deux mille ryos étaient une somme conséquente, mais étant donné que l’Uzumaki ne dépensait son argent qu’uniquement sur des ramens auparavant, il disposait d’une certaine somme... qui pouvait partir bien vite sur les caprices alcooliques et obsessionnels de son diable de maître… De plus, après avoir vécu dans la précarité, Naruto était l’une des seules personnes de son âge qui connaissait réellement l’importance de l’argent et de la misère sociale de ne pas en disposer.

- Excusez-moi, monsieur. Avez-vous un endroit pour se changer ? demanda poliment Naruto, attirant de nouveau l’attention de l’homme.

- Bien sûr, juste là, dit-il en lui montrant les cabines qui se situaient derrière le garçon.

Naruto hocha la tête avec un petit sourire. « Merci » dit-il avant de se diriger vers les cabines d’essayage. « Pas de problème jeune homme. »

Se changeant alors, il enfila avec joie le pantalon, puis le pull par-dessus son T-shirt noire, avant de mettre les sandales noires, puis les mitaines. Se regardant dans le miroir sur le mur de la cabine, ce fut la première fois après autant de temps de silence que Naruto fit le grand sourire de renard qu’il avait l’habitude de faire. Car il se voyait dans cette glace, et il se trouvait vraiment fringuant avec de tels vêtements. Et il voyait maintenant le tout premier pas vers une nouvelle et véritable carrière de ninja de Konoha ! Il avait réellement hâte de voir la tête de Jiraiya lorsque ce dernier le verrait dans cet accoutrement. Hochant la tête de satisfaction après avoir calmé son émotion, il scella dans le parchemin les vêtements qu’il avait acheté et son ancienne tenue orange, notant dans sa tête de s’en débarrasser lorsqu’il en aurait l’occasion. L’orange allait fortement lui manquer bien sûr, mais pour l’instant, il devait s’occuper à devenir un bon ninja, agile et mûr, de corps et d’esprit. L’orange viendrait après.

Il sortit alors du magasin, et rapidement, créa un Kage Bunshin dont la mission fut d’aller prévenir Jiraiya qu’il se trouvait dans cette zone de la ville et qu’il irait manger quelque chose. Marchant quelque peu dans le quartier, très à l’aise dans ses nouveaux vêtements pour se déplacer, il passa alors devant un petit restaurant qui, non content d’être accueillant, semblait cuisiner une nourriture variée. Souriant, Naruto y entra et après s’être installé à une table, il observa le livret des menus qu’il eut obtenu de l’un des serveurs. Ainsi, commandant le menu Waka-dori, du poulet accompagné de quelques légumes, il se mit alors à manger tranquillement, découvrant et redécouvrant les saveurs qui passèrent sur ses palets… Il était connu que Naruto ne mangeait que du ramen. Les gens s’étaient mis à penser qu’il ne mangeait que ça par addiction. C’était partiellement vrai. En effet, Naruto adorait énormément les ramens et il pouvait en manger énormément avec un plaisir fou. Surtout ceux des Ichiraku. Mais la véritable raison que son régime alimentaire ne comptait qu’eux était tout simplement qu’il ne pouvait compter que ça… Naruto ne pouvait fréquenter aucun restaurant car soit ils lui fermaient la porte au nez, soit fermaient littéralement, la clé sous la porte après avoir fait faillite pour manque de clientèle… Juste pour avoir accepté Naruto. Les Ichiraku étaient une exception, et Naruto ne comprenait maintenant pas pourquoi eux non plus n’avaient pas fait faillite… Etant donné qu’il était le plus clair du temps, leur seul client…

Quelques minutes plus tard, alors qu’il continuait à manger, il obtint étrangement les souvenirs du clone qu’il avait envoyé à Jiraiya. Affligé, il se rendit compte que le souvenir était un Jiraiya riant béatement, un grand verre de saké à sa main, alors que deux prostituées très légèrement vêtues riaient tout en étant chacune contre lui des deux côtés… Les trois assis sur un grand canapé dans ce qui était sans doute une maison de passe… Cette vision lui était tellement familière et répétitive que le blond n’émit qu’un gémissement affligé. Aucune réaction outragée, il était habitué. Cependant, il parlerait de cet étrange phénomène avec Jiraiya plus tard… Car il n’avait jamais eu ce genre de chose auparavant. Peut-être était-ce car il avait utilisé cette technique uniquement dans le feu du combat, et que trop occupé à survivre, il n’avait pas remarqué un tel phénomène. Comme il mangea, il se mit à réfléchir sur ce que pourrait contenir sa formation avec le Sannin, les points qu’il avait à développer, ses plus et ses moins, ses faiblesses… Autant dire qu’il avait beaucoup de chose à penser et lister.

Et distrait, lorsque vint le moment où il se demanda quand Jiraiya allait se montrer, ce dernier entra dans le restaurant. L’homme s’assit alors à sa table, et commandant un bol de ramen, il attendit silencieusement qu’il vienne, tout en regardant son jeune élève concentré sur son plat. Il allait sans dire qu’il était extrêmement surpris, voire totalement choqué, bien qu’il le cachait derrière un voile d’indifférence. Naruto Uzumaki, son dernier élève, ressemblait de façon excessive à son précédente élève, Minato Namikaze. Le fait que le premier était le fils du second ne semblait à l’instant plus vraiment surprenant… Et sans le savoir, il voyait là son petit Naruto commencer à marcher dans les traces de pas de son père. Quand bien même était-ce seulement une apparence physique, rien qu’elle avait de quoi faire gonfler de fierté le cœur du Gama-sennin. Le bol arriva finalement, et le levant à niveau de son visage d’une main, les baguettes dans l’autre, l’ermite commença à manger. Quelques minutes après, levant les yeux de son bol, le sage prit la parole. « Nous allons rester dormir cette nuit dans un hôtel de la ville, et nous partirons demain très tôt. Nous commencerons l’entraînement avant l’aube, donc repose-toi aujourd’hui. Pas besoin d’exercice. »

Naruto hocha la tête dans un petit sourire, qui de nouveau aux yeux du Sannin, le fit ressembler d’autant plus à Minato. « En parlant d’entrainement… J’ai remarqué quelque chose avec mon Kage Bunshin tout à l’heure. » commença Naruto avec une expression confuse.

- Haha ! Alors tu as découvert le petit secret du Kage Bunshin hein ? hasarda Jiraiya avec un sourire amusé, bien qu’encore plus fier de son élève.

- Parce que vous étiez au courant ? demanda Naruto en relevant la tête, assez surpris.

- Bien sûr que je le savais Gaki. J’attendais de voir si tu pouvais le réaliser seul ! Que croyais-tu ? Que le Kage Bunshin était simplement un kinjutsu de rang B pour rien ? Ce jutsu peut mettre en danger de mort son utilisateur, tu le sais ça non ? demanda-t-il sous le hochement de tête affirmatif du petit blond. Eh bien, un grand risque apporte toujours un grand bénéfice ! Plus le jutsu est dangereux, plus grand est son intérêt. »

Naruto regarda Jiraiya avec un œil curieux, avant d’ouvrir la bouche. « Pensez-vous que… Je pourrais m’en servir pour m’entraîner… ? » questionna-t-il sur un ton sans assurance. Jiraiya le regarda, pensif, sans ciller de l’œil, avant de laisser un sourire malin transparaître sur sa figure. « Bien… Ça pourrait en effet marcher… Tu pourrais apprendre en moins d’un mois des choses qui pourraient prendre normalement des dizaines d’années à maîtriser… Surtout avec le nombre de clone que tu peux créer vu tes réserves de chakra monumentales… Mais, il y aurait sans doute quelques inconvénients à cette méthode… »

- Ah bon ? Quel genre d’inconvénient ?

Pour l’heure qui suivit, tout en mangeant, Jiraiya expliqua à son élève le processus d’entraînement par Kage Bunshin, ainsi que tous les inconvénients d’une telle technique. Mais les avantages étaient tellement incroyables que ce processus était tout bonnement un fruit défendu… Mais pour quelqu’un comme Naruto, c’était une méthode totalement fiable étant donné sa résistance, sa volonté et son endurance hors du commun.

***

Deux mois plus tard.

Naruto grogna, tentant d’ignorer la douleur qui comprimait ses muscles, alors qu’il continuait à faire des séries de pompes. La sueur dégoulinait de tous les pores de sa peau, alors que torse nu, cela faisait déjà plus d’une heure qu’il s’exerçait intensivement. Ces deux derniers mois, Naruto avait réussi à aisément exploiter la méthode d’entraînement à l’aide du Kage Bunshin, et dès lors, avait progressé à un rythme que personne n’avait jamais espéré ou imaginé. Chaque matin, alors qu’il se levait au beau milieu de la nature avec son maître, il créait le plus de clone possible avec une quantité de chakra moyenne pour qu’ils puissent tous durer la journée à utilisation de chakra normale… près de cinq cent Bunshin. Les premières fois de cette méthode, la surcharge littérale lui avait fait perdre connaissance pour deux jour d’affilé, mais sous les hypothèses de Naruto, Jiraiya était venu à une solution extrêmement efficace pour palier à ce défaut plus que contraignant. Il avait marqué un fuuinjutsu dans la nuque de Naruto. Le fuuinjutsu, appelé Moreru no fuuin, était littéralement un filtre de chakra. Le soir, lorsque les clones de Naruto se dissipaient, le chakra de la technique revenait dans le corps de Naruto et donc, par conséquent, toutes les connaissances acquises. Le sceau de filtrage du chakra bloquait justement tout le chakra du Kage Bunshin en son sein, et le réintégrait progressivement dans le corps de Naruto tout au long de la nuit. Le cerveau traitant l’information acquise, le matin, Naruto se réveillait avec une multitude de connaissance experte, et pouvait donc utiliser l’entraînement au Kage Bunshin au maximum de son potentiel. Il allait sans dire qu’aux yeux de Jiraiya, pour presque deux mois multiplié par pas moins de cinq cent fois, l’évolution de Naruto Uzumaki avait été tout bonnement extraordinaire.

Chaque jour, près de deux cent clones se regroupaient pour exercer les katas d’un style de Taijutsu que Jiraiya voulait enseigner à Naruto. Le Geijutsu no suzume. Le nom du style pouvait sonner très peu impressionnant, notamment pour le fait qu’il s’appelait l’art de l’oisillon… En outre, c’était un style de Taijutsu de main-pied exclusivement tourné sur les coups mortels. Le style pouvait être assez similaire avec le Goken de Konoha sur certains points, notamment sur le fait qu’il reposait exclusivement sur la rapidité et la force d’impact. Comme pour le Goken, le style exigeait de l’utilisateur une vitesse excessive, cependant, elle demandait aussi une grande agilité pour placer les coups à des points mortels du corps, mettant ainsi fin au combat rapidement. Jiraiya avait remarqué durant l’entraînement de Naruto que l’enfant, au niveau du déplacement, était exactement comme son père. Il était très rapide et agile, hors, le premier style de Taijutsu qu’il avait appris à Minato avait été ce même style. Plus tard, le Sannin lui apprendrait l’art des Gama-sennin, et ajouté à son utilisation du Kage Bunshin pour le Taijutsu, le petit Uzumaki pourrait à la fois allier finesse, rapidité, force et intensité de façon très aisée. Uzumaki Naruto était certainement très polyvalent… Naruto auparavant, était considéré comme spécialisé dans le ninjutsu, pour son utilisation du Rasengan, du Kage Bunshin et du Kuchiyose no Jutsu, cependant, avec cet entraînement, il espérait pouvoir correspondre avec Rock Lee et Gai Maito dans le Taijutsu quand ils rentreraient à la feuille.

Une autre partie de ses clones, pas moins de deux cent là aussi, faisaient des exercices de contrôle de chakra, marchant sur les arbres et l’eau tout en portant divers objets en équilibre sur eux, tel que des kunais sur le bout des doigts, ou des pierres sur le corps, qu’il collait à l’aide de son chakra. Là, de cette méthode, comme pour tout autre entraînement, l’évolution du blond était immense. Jiraiya savait pertinemment que dans les deux années qui suivraient, Naruto aurait atteint un contrôle de chakra du niveau Jonin.

Jiraiya observa alors son élève tout en étant assis contre un arbre les sourcils froncés. Bien sûr, il ne pouvait pas s’empêcher d’être fier de son élève pour être aussi rigoureux dans sa formation de ninja, mais le jeune garçon ne s’était contenté que de faire ça durant ces deux derniers mois. Dès lors qu’il avait commencé, il ne s’arrêtait chaque jour que pour manger ou dormir la nuit. Il ne faisait vraiment rien d’autre et c’était presque peine à le faire s’arrêter lorsque la nuit tombait, qu’il puisse réintégrer tranquillement les connaissances multiples qu’il avait acquis durant la journée. Au départ, Jiraiya voulait que Naruto s’entraîne à contrôler le chakra de Kyuubi pour minimiser les pertes de contrôle comme lui en avait fait rapport Hiruzen avant sa mort. Cependant, Naruto avait été catégorique quant à son initiation. Il voulait tout d’abord devenir un ninja décent, avec des compétences équilibrés, voire même maîtriser certains domaines ninjas avant de s’intéresser au Kyuubi. Au vu de la quantité d’entraînement, le garçon allait rapidement atteindre un niveau Jonin d’ici quelques mois, mais il allait finir par surcharger voire pire, se bloquer.

- Naruto, je veux que tu arrêtes un instant ! Viens voir deux seconde ! appela alors Jiraiya.

Le blond tourna la tête en direction de son maître, et terminant ses pompes, il se redressa en soufflant un bon coup. « De quoi avez-vous besoin, Jiraiya-sensei ? » demanda-t-il alors, curieux de savoir pourquoi le Sannin le demandait. Là encore, c’était l’une des choses qui avait changé entre eux ces derniers temps. Naruto, à défaut de ne plus parler beaucoup, lui témoignait aussi ce respect en l’appelant « Jiraiya-sensei » quand ils étaient en cours d’entraînement. Bien entendu, une fois fini, il était de retour au « Ero-sennin », mais… C’était déjà un gros progrès…

- Qu’est-ce qui se passe avec toi ? demanda alors Jiraiya, un soupçon dans la voix, tandis que Naruto avait le regard ailleurs.

- Que voulez-vous dire, sensei ? répondit-il sans croiser son regard.

- Arrête de te foutre de moi ! Comment ça « Que voulez-vous dire, sensei ? » !? Tu as été tout tranquille depuis qu’on a quitté Konoha ! En fait, c’est depuis que tu es sorti de l’hôpital après la mission échouée que tu n’as plus été ce gamin braillard que je connais. Je t’ai rarement entendu dire plus de dix mots par jour à moins que je vienne moi-même te parler ! Alors, dis-moi ce qui t’arrive maintenant ou je stoppe illico ta formation.

Naruto le regarda dans les yeux avec pour la première fois que le Sannin le vit, un voile de colère. Pour sûr, la personnalité de l’Uzumaki avait été totalement bouleversée depuis cette mission… Il n’arrivait plus vraiment à le reconnaître, mis à part cet air profond et mélancolique qui brillait de façon terne dans ses yeux bleu saphir. Finalement, Naruto poussa un soupir, et se résignant, il lui répondit. « Ce n’est pas grand-chose… Je réalise juste… A quel point j’ai pu être si pathétique et handicapé toute ma vie… Quand j’étais plus jeune, j’ai dû apprendre à compter, lire et écrire seul, car personne ne m’approchait si ce n’était pour venir me tabasser. L’intendante de l’orphelinat m’isolait des autres et me refusait quoi que ce soit par prétexte qu’une personne comme moi ne méritait pas d’être apparenté à un être humain… Quand je suis entré à l’académie, ça a été pareil. J’ai pensé que comme le vieil homme m’y avait laissé entrer, je pourrais devenir un vrai ninja et enfin commencer une véritable vie… Mais je m’étais trompé… » Le regard de Naruto était focalisé sur l’horizon qui s’étendait loin derrière les forêts et montagnes, et il parut si mature à ce moment que Jiraiya se sentit tellement fautif d’avoir laissé son filleul rater son enfance. « Ça ne s’est jamais passé comme je l’avais pensé. Tout ce qu’ils m’apprenaient était saboté. Des positions de Taijutsu complètement fausses, des kunais usagés… Ils sabotaient aussi mes tests et des documents falsifiés. Tout ceci impunément, et j’avais beau le manifester un moment, personne ne me croyait, ils m’ignoraient tous et me riaient au nez. Finalement, j’ai juste abandonné, et j’ai préféré faire des farces pour qu’ils daignent au moins me regarder… Je voulais exister, qu’on me reconnaisse. Et au moment où j’ai eu une personne qui m’a reconnu pour qui j’étais, qui m’avait donné la chance de vraiment étudier pour être un ninja… Je suis passé à côté. Bêtement, je suis passé à côté ! Parce que j’étais trop enfoncé dans mes habitudes ! Je disais tout le temps que je voulais devenir Hokage, que j’allais le devenir ! Mais… Je n’ai jamais rien fait pour mériter de crier ça. Je n’ai jamais une seule fois dans cette putain de vie mérité d’être Hokage ! » grogna-t-il en serrant les poings, essayant de taire sa colère, et n’osant même pas regarder Jiraiya après un tel aveu.

- Je veux changer… Je veux changer tout ça.

Jiraiya soupira à l’entente d’une telle révélation. Il s’en doutait bien, il savait au fond de lui-même comment se sentait son filleul. Et il s’était douté de la vie qu’il avait vécu, aussi doué était l’enfant pour en cacher les grandes lignes. S’il avait été plus insistant, plus sincère, il aurait pu l’emporter avec lui, lui offrant une vie de voyage et de long chemin plutôt qu’une vie maudite, une vie de haine. Mais à l’entendre parler d’une telle façon, il se rendait aussi compte que l’enfant avait véritablement mûri. Et même si le garçon ne le soupçonnait même pas, en tant que ninja et en tant que Jinchuuriki… Il méritait plus que quiconque au sein de Konoha de devenir le Hokage. Il l’avait dans l’âme et dans le sang, après tout. « Je peux comprendre ça… » dit Jiraiya en faisant un sourire doux. « Il va falloir faire un bout de chemin cependant pour arriver à une telle place… »

- Je m’en doute… répondit Naruto, avant de répondre au sourire de Jiraiya par son propre. « Mais c’est plus fort que moi. J’ai envie de devenir plus fort, Jiraiya-sensei. Je ne veux plus être le perdant, le dobe. Je veux être moi. »

Jiraiya regarda l’enfant pour un certain temps, sans aucune émotion sur son visage… Avant de lui faire un immense sourire. « Parfait alors ! Retourne t’entraîner Gaki ! Car je vais te faire devenir le plus fort shinobi de Konoha ! Non, mieux, tu seras le meilleur de toute la péninsule ninja ! »

Naruto lui fit un sourire radieux, et sous le regard bienveillant, fier et confiant de son maître, il s’en retourna s’entraîner.




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: