Fiction: Les larmes de rage

Tenten n'arrive plus à comprendre ce qu'il se passe autour d'elle. Un jour Lee, son meilleur ami, la laisse et s'en va explorer le monde sans lui donner de nouvelles. Elle est triste, elle a mal, elle enrage de ne pas savoir ce que devient Lee. Elle se lance dans des investigations pour retrouver une trace de lui. C'est là qu'elle rencontre Neji, le meilleur ami de Lee qui l'a hébergé pendant un temps, mais qui refuse de lui dire ce qu'il sait...
Classé: -12D | Action/Aventure / Drame / Romance | Mots: 5778 | Comments: 3 | Favs: 4
Version imprimable
Aller au
KamiNeko (Féminin), le 25/07/2011
Je sais que j'ai à peine commencé mon autre fiction, mais j'avais vraiment envie de faire cette fiction qui me tenait à coeur... Donc maintenant, j'attends vos commentaires et remarques, si possible pertinentes, et je serai contente !



Chapitre 1: Séparation



Tenten avançait dans la ville de Mizu no Kuni en compagnie de son meilleur ami Lee. Tous deux se connaissaient depuis l'enfance et avaient sympathisé presque tout-de-suite, malgré le caractère fatiguant de Lee, une véritable pile électrique qui ne perdait jamais espoir ni le sourire et encore moins la joie de vivre. C'était ce qui avait plu à Tenten, une adolescente qui se laissait parfois aller à la dépression quand son bien-aimé Kiba la laissait de côté pour aller voir ses amis de Konoha, étrangers à Tenten, et qu'il préférait rester avec Naruto pour faire les quatre cents coups plutôt qu'une sortie romantique avec sa Tenten pas si féminine que ça dans son style vestimentaire, mais avec un indéniable charme qui créait des envieux à Kiba, sans que Tenten ne s'en rende compte.

" Alors Tenten, comment ça se passe avec ton Kiba en ce moment ? "

" Eh bien, rien de spécial, tout va bien, il reste souvent avec Naruto en ce moment, parce que celui-ci va déménager à Konoha, et Kiba ne peut pas y aller tout le temps, bien qu'il ait de la famille et des amis là-bas. Akamaru m'a encore fait tomber en me sautant dessus pour me saluer mais Kiba m'a rattrapée alors je ne lui en veux pas. "

Lee l'observa quelques minutes, hésitant, réfléchit encore quelques instants et demanda enfin :

" Tu lui en veux de te relayer au second plan ? Je veux dire, à Kiba ? "

Tenten détourna la tête et continua à avancer dans sa ville natale. Quand elle pensait qu'elle avait la chance de sortir avec Kiba Inuzuka, un adolescent que toutes les jeunes filles normales ne pouvaient s'empêcher de le trouver séduisant ! Si elle lui en voulait ? Elle ne savait pas trop. Elle était possessive, mais elle essayait de changer, et surtout elle savait que la vie de couple de Kiba et elle était incompatible à la vie amicale de Kiba et la sienne, parce qu'ils n'avaient pas la même bande. Certes, Naruto était sympathique, et il ressemblait à Lee sur bien des points, mais le fait qu'il ne puisse s'empêcher de faire l'idiot tout le temps l'insupportait. Kiba savait se tenir lui, quand il était en présence de sa petite-amie ! Et Lee était trop spécial pour Kiba et la plupart des gens, avec un style indéfinissable : toujours un slim vert acheté en plusieurs exemplaires (ou des jeans teints), et un tee-shirt à manches longues dans les mêmes tons que son pantalon, ainsi que des guêtres oranges sur ses baskets bleues et une ceinture rouge autour de la taille pour retenir son pantalon souvent trop large pour sa fine taille. Des cheveux noirs, une coupe au bol et des sourcils très épais, il était certes particulier, mais pas moins gentil et attentionné.

" Je ne sais pas vraiment. Peut-être que oui je lui en veux, mais d'un autre côté, non, parce que je dois le laisser vivre et respirer, puisqu'il m'en laisse la possibilité à moi-même. Au final, je ne suis sûre de rien... "

Elle jeta un regard désespéré à son compagnon qui s'empressa de lui entourer les épaules de son bras amicalement pour l'entraîner vers une cafétéria très à la mode en ce moment. Un bon chocolat chaud et elle serait vite d'aplomb ! Tenten sourit : Lee la connaissait si bien !

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Tenten regarda son portable pour la énième fois. Toujours pas de message. Elle soupira, Kiba n'avait-il pas une pensée pour sa petite-amie qu'il avait laissée seule en compagnie d'un autre homme, bien qu'inoffensif sur ce point de vue ? Elle se demandait parfois si elle avait bien fait de sortir avec lui, mais indéniablement, elle l'aimait. Elle releva la tête et sourit à Lee, sachant pertinemment qu'il s'inquiétait pour elle. C'était un fin observateur après tout...

Elle repensa à la façon dont Kiba et elle en étaient venus à se côtoyer pour enfin finir par sortir ensemble. Le premier jour où elle l'avait vu était celui de la rentrée en sixième. Elle se demandait comment elle avait fait pour louper un énergumène pareil, toujours accompagné d'un blond pire que lui, alors qu'ils tombaient dans sa classe. Elle était triste, Lee n'était pas dans sa classe mais ces deux étranges garçons surexcités lui tinrent compagnie et se démenèrent pour la faire rire tous les jours, à ses heures de désespoir où son ami l'extraverti lui manquait.

Ainsi s'était tissé le début d'une amitié qui continua à s'écrire l'année d'après quand tous les quatre furent par miracle (ou sous la demande secrète de Tenten envers un professeur chargé de l'organisation des classes) dans la même cinquième. La quatrième fut plus difficile, Tenten était avec Naruto et Kiba et Lee à part, mais grâce au lien qui perdurait entre la brune et le blond, l'amitié des quatre compères continua de subsister. Enfin, la troisième... Loin de se retrouver encore une fois tous les quatre ensemble, ils furent de nouveau séparés, Tenten et Kiba ainsi que Lee et Naruto. Cette fois, personne n'était de côté. Grâce au partage des classes, Tenten et Kiba s'étaient rapprochés, s'entraidant pour les cours et les devoirs, se mettant côte à côte à chaque cours où le professeur l'acceptait...

Et enfin, une fois, la classe de Lee et Naruto partit en voyage scolaire le temps d'une semaine. Une semaine qui paraissait bien longue aux deux amis restés dans l'enceinte du collège. Mais une semaine qui déclencha tout. Tenten se rappelait comme si c'était hier de leur premier baiser, un baiser arrivé par accident. La brunette descendait les escaliers comme une folle pour rejoindre Kiba quelques marches plus bas, qui avait fini un contrôle avant elle. Elle n'aimait pas se retrouver derrière ou devant un ami, et cherchait donc à rattraper son niveau, que ce soit physiquement ou mentalement. En cet instant, c'était dans les deux qu'elle était derrière lui. Sauf qu'une rousse jalouse de l'amitié entre Kiba et elle lui fit un croche-pied. un croche-pied qui détruisit toutes les espérances amoureuses de la rousse qui l'avait fait, puisque Kiba se retourna au cri de son amie et voulut la rattraper pour lui éviter une mauvaise chute. Ils tombèrent tous deux à la renverse et les lèvres de Tenten se posèrent sur celles de son sauveur, à cause de la chute. Elle s'excusa, rouge comme une tomate, et s'apprêtait à se relever quand Kiba ramena à ses lèvres le visage de la brune pour l'embrasser à nouveau, l'embrasser vraiment, avec passion et ardeur, comme s'il n'attendait que cet incident. Encore à terre, les deux adolescents se fichaient bien de ceux qui les entouraient et les dévisageaient, notamment une certaine rousse, mais Kiba ne pensait pas que la fille aux deux chignons répondrait à son embrassade. C'est pourtant ce qu'elle fit, au plus grand bonheur de celui-ci, et la seule chose qui put les séparer fut la voix d'un des professeurs qui leur criait de se relever pour se rendre chez la principale. Après tout, l'exhibition publique était interdite, et la moindre des choses quand on tombait était de se relever. Cette annonce fit sourire la rousse, d'un sourire mauvais entre cœur déchiré, vengeance accomplie et haine infinie.

Tenten sourit à ce souvenir. Elle se rappelait la tête d'ahuri qu'avaient fait les deux revenants quand ils s'étaient fait accueillir par un joli petit couple qui se tenait la main, un sourire de trois kilomètres sur leur visage. Tenten pouffa et Lee la dévisagea, se demandant pourquoi elle faisait ça, surtout dans un lieu publique où les autres clients la dévisageaient, à moins que ce soit lui qu'on dévisage ? Après tout, il portait dans son cœur, son âme et son esprit la fougue de la jeunesse ! Cela devait se voir de l'extérieur. Tant mieux alors ! Mais il devait parler à son amie, et sérieusement. Mais est-ce que le moment et l'endroit étaient propices ? Il était venu ici pour la réconforter, alors s'il l'informait de son projet, il la ferait pleurer et elle l'en empêcherait de toutes ses forces. Non, il ne lui dirait rien. Un fin sourire mélancolique s'étira sur ses lèvres, et il regarda attendri sa Tenten se retenir de rire à ses souvenirs.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


En fin d'après-midi, Lee et Tenten se séparèrent. Tenten rejoignait son copain chez lui, qui l'invitait pour le repas du soir avec l'accord de sa mère et de sa grande-sœur, tandis que lui avait des choses à faire. Mais il ne lui avait pas dit que son sac l'attendait... Tenten n'avait pas remarqué le changement d'attitude de Lee, simplement parce qu'il n'avait pas changé. Il restait fidèle à lui-même en toute circonstance... Elle n'aurait donc pas pu voir ce qui se profilait.

Elle se rendait chez Kiba un léger sourire aux lèvres. Il avait enfin daigné lui envoyer un message et pour se faire pardonner de ne pas l'avoir vue de toute la journée, il l'avait invitée à manger chez lui, et le père de Tenten avait été d'accord. Sa mère était décédée à la naissance de Tenten, elle n'avait pas supporté l'accouchement, et vivre avec son père seulement était une des raisons de la masculinité de Tenten.

Elle sonna à la porte de son petit-ami comme sur un nuage, ce qui fit sourire la mère à Kiba quand elle lui ouvrit la porte, et devant Tenten ne dit rien, habituée au comportement un peu étrange mais amical de la demoiselle. Elle appela son fils en les laissant seuls quelques instants sur le pas de la porte, pour qu'ils puissent se retrouver comme il se devait. Kiba resta figé à la vue de Tenten. Elle avait fait des efforts vestimentaires rien que pour lui bien qu'elle savait qu'il l'aimait comme elle était, et il ne s'en plaignait pas, elle était magnifique. Sa simplicité dans sa féminité, mais féminine quand même, lui restituait l'image de sa personnalité, ne jamais en faire trop pour impressionner autrui, rester soi-même en toute circonstance.

Elle portait ses cheveux regroupés en un seul chignon et ses habituelles mèches qui lui retombaient de chaque côté de la tête persistaient, mais elle avait utilisé une baguette pour attacher son unique chignon, ce qui lui donnait en soit déjà un autre style, mais ce n'était pas fini. Elle n'avait pas mis de maquillage parce qu'elle savait que Kiba n'aimait pas les filles superficielles, mais s'était autorisé une touche légère de parfum à la vanille, parfum préféré de Kiba qui avait l'odorat développé. Elle avait remplacé ses habituels tee-shirts un peu grands, jeans un peu larges et baskets fines par une robe rouge à motifs noirs fendue des deux côtés tout aussi chinoise qui lui allait à ravir, et elle gardait les sandales noires à petit talon qu'elle mettait parfois avec des vêtements légèrement plus féminins.

Ils s'observèrent un instant avant de s'embrasser tendrement, puis de plus en plus passionnément. Ils ne s'étaient pas vus depuis la veille, et malgré les vacances dans lesquelles ils se trouvaient, ils n'avaient pas l'occasion de se voir tout le temps. Enfin, Kiba l'invita à rentrer pour profiter du repas en compagnie des deux autres Inuzuka, et le repas se passa sans encombre dans la joie et la bonne humeur.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Pendant ce temps, Lee courait vers chez lui le plus rapidement possible. Il ne devait pas perdre de temps. La moindre seconde lui était précieuse. Il était triste d'abandonner sa très chère Tenten, mais il était confiant quand au fait que Kiba saurait s'occuper d'elle. C'est pourquoi il ne devait pas hésiter, mais il ne voulait pas la faire souffrir. Il avait tout fait pour remonter le moral de sa meilleure amie aujourd'hui pour la faire pleurer ce soir. Mais il ne regrettait pas, son dessein était noble.

Il prit son sac qui était déjà fait et regarda une dernière fois la photo de la classe de cinquième, où Naruto, Kiba, Tenten et lui souriaient côte à côte. Il sourit et la rangea dans la poche arrière de son sac, gardant précieusement celle-ci. Il avait commandé cette photo en double, pour l'offrir un jour à son père quand il le rencontrerait, mais il avait eu une autre idée de son utilité maintenant que les circonstances l'y obligeait.

Il prit une paire de ciseaux et découpa les quatre silhouettes qu'ils formaient, groupe d'amis quelque peu informe, puisque des disputes avaient éclaté entre eux, faisant que Lee et Naruto ne pouvaient plus trop se voir. Il aurait tellement aimé qu'ils se réconcilient avant son départ ! Mais il savait qu'à un moment ou à un autre, ils se reverraient et ils feraient la paix. Une fois la photo découpée, il colla le morceau représentant l'amitié des quatre sur un papier à lettres avant de prendre un stylo et de rédiger un mot...


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~


Tenten rentrait chez elle toute heureuse de cette soirée en compagnie de son petit-ami. Superbe soirée, tout simplement, songea-t-elle, et rien ne pourrait la rendre malheureuse ce soir-là. Mais elle se trompait, et lourdement... Son père la vit arriver mais il avait la mine inquiète, comme si ce qui se passait autour de lui lui échappait. Tenten se demandait pourquoi son père avait cette tête, et ne se priva pas pour lui poser la question.

" Tenten, ma chérie, il y a ton ami Lee qui est passé à la maison tout-à-l'heure, quand tu étais déjà chez Kiba. Il m'a demandé de te confier cette lettre à ton retour et il est parti sans plus d'explications. Il était bizarre. Aujourd'hui a-t-il eu un étrange comportement ? "

" Non, il était comme d'habitude, naturel et amical. Peux-tu me passer cette lettre s'il-te-plait, j'aimerais la lire, ça nous éclairera sûrement. "

" Je te l'ai posée sur ton lit. Tu me diras de quoi il retourne demain, je vais me coucher, je suis fatigué. Je t'ai attendu et il est très tard. "

Sa fille acquiesça et se dirigea vers sa chambre, de plus en plus intriguée. Lee, ne pas être comme d'habitude ? La seule fois où ça avait été le cas, il se disputait violemment avec Naruto, à propos d'elle. Et c'était à cause de ça surtout, s'ils ne formaient plus une bande à part entière. Elle attrapa l'enveloppe sur son coussin, l'ouvrit et commença à lire.

Ma chère Tenten,

Te souviens-tu de cette photo ? C'était notre photo de classe en cinquième. On était tous tellement unis ! Je suis persuadé qu'un jour, ce sera à nouveau le cas, et que nous nous réconcilierons tous les deux avec Naruto. Ne dis pas le contraire, je sais bien que parfois il t'insupporte avec ses idioties, mais je sais aussi et surtout que tu lui en veux d'avoir engendré le conflit entre lui et moi. Mais il faut que tu apprennes à penser plus à toi qu'aux autres, sinon, tu ne pourras jamais grandir ! L'égoïsme a ses bons et ses mauvais côtés.

La preuve avec moi, j'ai décidé d'être égoïste aujourd'hui. Tu m'en voudras sûrement longtemps, mais je ne pouvais attendre indéfiniment. Je ne sais pas si tu as deviné quoi que ce soit, mais j'ai décidé de partir. Je veux voyager, et je n'aurais supporté des adieux, car je n'aurais pas eu la force de m'en aller par la suite. Voilà pourquoi je t'écris cette missive.

J'ai partagé mes meilleures années à tes côtés, et tu as su me redonner le sourire que tu crois que je possède depuis la naissance. Mais mon sourire et mes espoirs, je les ai acquis grâce à toi, parce que tu as cru en moi tandis que tous les autres enfants me fuyaient, pour mon apparence bien trop excentrique et spéciale. Tu as été ma première, et ma meilleure amie, je ne saurai jamais t'oublier, et je ne le désire pas.

Je sais que c'est soudain, mais c'est ainsi. Ton rêve est de posséder toutes les armes blanches du monde et de créer une école pour ceux qui voudraient apprendre à s'en servir, le mien est de voyager à travers le monde pour faire des rencontres et endurcir mon corps afin que je puisse maîtriser les ficelles du combat à mains nues. Ne t'inquiète pas, si je découvre des armes blanches, je te les ferai parvenir par un moyen ou un autre.

Tu sais, je n'ai pas toujours été heureux. C'est mon grand-père qui s'occupait de moi dans mon jeune âge. Mais une maladie l'a emporté alors que je n'avais qu'une dizaine d'années. J'avais peur, mais tu étais là pour moi, et le propriétaire de la maison de mon défunt grand-père m'offrait le logis à la condition que je fasse le ménage dans sa propre maison. Je n'avais cependant pas d'argent pour me payer à manger, et c'en devint très vite problématique. Sauf qu'il ne fallait pas compter sur l'héritage que mon grand-père m'avait laissé, sentant son heure proche. J'avais assez d'argent pour vivre le reste de mon adolescence sans avoir à me trouver un autre travail, et je raisonnais justement pour ne pas m'acheter des choses dont je n'avais pas besoin. Ma seule folie fut un nunchaku que je trouvais dans la rue marchande, et je ne pouvais passer devant comme si je ne l'avais pas vu. Il me fallait te protéger, car dans l'ombre, de nombreuses personnes mal intentionnées avaient cherché à s'en prendre à toi, pour une raison que j'ignore.

Tu n'as jamais entendu mon histoire, n'est-ce pas ? Il faut dire que j'ai toujours cherché à te la cacher, pour ne pas t'inquiéter. Je parie que tu es aussi sceptique quant au fait que tu doives être protégée, parce que tu es en danger. C'est ton père qui me l'a avoué une fois, alors que je lui faisais part de ma découverte : j'avais vu un homme cagoulé derrière chez toi. Depuis ce jour, je te protège dans l'ombre, à l'aide de ce nunchaku que j'avais désormais en ma possession.

Il est temps, pour toi comme pour moi, d'ouvrir les yeux et de voir la vérité en face. Nous avons tous deux une zone d'ombre dans notre passé que personne ne semble vouloir ou pouvoir nous révéler, et je profiterai sûrement de mes voyages pour récolter des indices sur ceux-ci. Je tiens à toi plus qu'à ma propre vie, mais je dois, moi aussi, partir à la rencontre de mon destin.

Adieu mon amie de toujours,

Lee.

Une larme s'écrasa silencieusement sur ce dernier mot dont l'encre s'effaça, diluée dans cette goutte salée bien vite suivie par d'autres.



Et voilà le premier chapitre de ma seconde fiction, une fiction dont l'idée m'est venue durant la rédaction du second chapitre de ma première fiction. J'espère que vous avez apprécié, et que vous attendrez les prochains chapitres. J'essaierais de ne pas trop tarder pour la suite de mes deux fictions.



Chapitres: [ 1 ] 2 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: