Fiction: Le théâtre du mal

Pour échapper à une bande de flics, une jeune délinquante trouve refuge dans un ancien théâtre. La jeune fille y établira une planque dans les pièces secrètes. Mais bientôt, l'adolescente s'aperçoit qu'elle n'est peut-être pas la seule à errer dans les lieux car il semblerait qu’il se passe des choses étranges dans cet ancien théâtre abandonné durant la nuit. A qui appartiennent ses voix ? C’est pourtant une rencontre terrifiante qui transformera sa vie en cauchemard.
Classé: -16D | Horreur / Mystère / Romance | Mots: 15029 | Comments: 71 | Favs: 24
Version imprimable
Aller au
Darkness13666 (Masculin), le 20/01/2013
Attention, dans ce chapitre, le début est éloquent, rien de cru, que du sous-entendu. Désolé pour les fans de lemons, vous ne pourrez que l'imaginer dans votre tête. Rien de visible par respect pour les plus jeunes, merci de votre compréhension. En revanche, le passage qui suit est un peu plus noir et tordu.
En plus, comme je suis généreux, vous serez gré de constater que le chapitre est plus long que d'habitude (pas de grand chose mais tout de même) !
Sur ce, bonne lecture !




Chapitre 8: Mensonges et sentiments



Sasori eu un sourire de satisfaction tandis que sa jolie poupée blonde attaquait ses lèvres avec fougue. Cela faisait combien de temps qu’il l’avait à disposition ? Cinq jours ? Il avait vraiment mené son jeu comme un Maitre : Lucy était follement amoureuse de lui et ne ressentait pas le besoin de communiquer avec lui, seulement les étreintes importait. Le démon tira sur l’élastique qui retenait les boucles dorées de son amante humaine, passant une main longue et habile dans la chevelure, l’autre descendait tout en bas, s’appropriant chaque centimètre de cette peau rosée presque brûlante. Puis d’un geste, il jeta plus loin l’étoffe de soie rouge dévoilant le reste. Tout en jouant avec ses lèvres, il allongea l’adolescente avant de se placer au dessus, dominant tout en douceur.
Et elle gémit comme il continuait ses caresses.

Le scorpion était habile et malin, roi de l’illusion et son plan fonctionnait à merveille. Après tout, il n’existait que pour ça, tromper, dominer. Jamais le remord ne venait le tourmenter une fois la proie détruite. Mais pour Lucy, les plans étaient légèrement différents. Elle, il comptait la garder, lui laisser une forme de liberté très minime, pour changer. Et puis, s’il faisait mine d’en faire du bois, Itachi ne serait certainement pas d’accord. Pour une fois, Sasori ne ressentait pas ce besoin. Il ne voulait pas d’une poupée de bois interdite de tout mouvement et incapable de parole. Il voulait une poupée qui l’idolâtrerait, qui aurait une odeur de rose et qui le servirait sans discuter. Quant on dit que l’amour rends aveugle ! Et, il est déjà bien trop tard pour elle.

La jeune fille leva les yeux sur lui. Un regard scintillant et bizarrement contant de son sort bien qu’on puisse y déceler un éclat étranger. Sasori voyait ce regard qu’il avait lui-même forgé. Penses ce que je veux que tu pense, eu somme.
Son index glissa le long de la joue, se posant au dessous du menton, faisant basculer la tête de la blonde en arrière. Il déposa une série de baiser aussi attentionnés que dangereux, fit glisser une langue douce, puis ses crocs éraflant tranquillement la peau fine. Puis le gout du sang sur sa langue, elle ne se rendait même pas compte qu’elle saignait tellement il était doux.

Mais Sasori du interrompre l’entrevue. Dans la pièce d’à côté, ses chéries, comme il les appelait commençaient à converser. Il se tourna une dernière fois vers Lucy, captant son regard. Dès que cela fut fait, elle s’endormit.
Le démon se leva du lit traversant la chambre puis écarta les rideaux de sang pour surprendre ses prisonnières de bois en pleine conversation. Et en une seconde, elles s’immobilisèrent, plus aucun son.

-Ne vous ais-je point donné des instructions précises ? » Demanda le rouquin de sa voix froide.

Une poupée aux longues boucles noires tourna la tête d’un mouvement mécanique, ses yeux de bois se fermèrent pour s’ouvrir tout de suite. Sa bouche de bois sembla se feindre en deux, les lèvres peintes bougèrent dans un petit craquement.

-Maitre, il y avait des gens au dehors.

-Raison de plus pour rester discrètes, ne vous l’ais-je pas répété mille fois ? »

Une autre, vêtue d’une robe blanche à dentelles tourna la tête vers lui.

-Une odeur de trahison règne ici, mon Maitre. »

Sasori considéra celle qui venait de parler, dédaigneux. Il croisa les bras sur son torse blanc.

-Qui donc ?

-Deidara et Sasuke. »

Le démon fronça légèrement les sourcils. Que Deidara veuille jouer les aventuriers suicidaires était une chose et cela ne le surprenais guerre. Que Sasuke tienne une rancœur tenace face à Itachi suite au meurtre de ses parents n’était pas nouveau. Mais Deidara et Sasuke ne peuvent pas se supporter, l’idée que ses deux la se liguent contre son autorité était tout bonnement impossible. Sans oublier qu’Itachi contrôle totalement son cadet. Seulement voila, ses chéries ne savent pas lui mentir. Ou plutôt, elles n’ont pas d’autre choix que de lui dire la vérité.

- Expliquez-vous, mes princesses. » Ordonna alors le scorpion de sa voix doucereuse et trop mielleuse.

Et mot à mot, ensembles, récitèrent la conversation qu’elles avaient entendue. Comme si c’avait été une séquence enregistrée sur une cassette audio.
Deidara avait des soupçons, Sasuke aussi et ne voulait pas l’admettre. Loin de se dire que ce ne serait sans doute pas grave, le démon savait qu’il allait devoir les surveiller de près et le plus discrètement du monde possible. Et surtout, en référer à Itachi.

Mais pour une fois, Sasori se trompait. Sasuke en savait déjà bien plus, Deidara aussi…


Itachi quant à lui, était allongé sur l’un des divans disposés un peu partout dans son immense chambre. Les yeux fermés, une main postée à son front. Lorsqu’il les ouvrit, ils étaient teintés d’un rouge sanguin qui fit tressaillir sa Kaori. Elle se tenait au sol, à genoux devant le divan et savait son maitre en colère. Il ne laissait rien paraître, mais son aura dangereuse semblait brûler l’air pur de la pièce.
Pourtant, il s’adressa à elle sans émotion et peut-être même avec douceur.

-Alors, ou en es-tu avec ton pouvoir ?

-Je réussi de mieux en mieux à le contrôler.

- Bien, montre-moi. »

Il lui tendit une feuille de papier pliée en deux.

-Je veux que tu ne fasses brûler qu’un seul côté de la feuille. Si tu réussis, je consentirais à te laisser sortir dehors avec moi un moment. »

La petite prit le morceau de papier entre ses doigts. La température monta bien vite et un des coins de la feuille commença à griller, puis à s’embraser. C’était parfait. Maintenant, elle se concentrait de façon à ce que les flammes s’évanouissent, mais c’était déjà trop tard.
La deuxième moitié avait déjà commencé à se consumer lorsqu’elle arrêta son pouvoir. Levant les yeux vers Itachi, la pactisée semblait demander une autre chance ou encore sa clémence. Mais Itachi ne revient que très rarement sur sa parole. Il lui fit signe d’approcher. Une fois que son visage fut prêt du sien, il effleura sa joue du bout des ongles.

-Tu sais que je suis encore en colère contre toi. Si tu veux m’apaiser, ne réapparais devant moi que lorsque tu auras réussi. La prochaine fois que tu oses te pointer et échouer, la punition sera violente. »
Et sur ses mots, il la gifla.

Les larmes perlèrent, roulèrent sur ses joues, silencieuses. Lui, il sembla l’ignorer. Un bruit à la porte. La voix monocorde du brun s’éleva dans les airs, autorisant une intrusion.
La lourde porte en bois s’ouvrit dans un grincement et Sasori entra.
Le roux s’approcha du duo, jetant une œillade à la gosse, il voulu caresser ses cheveux sous le regard glacé d’Itachi. Kaori, elle eu un mouvement de recul et un regard agressif.
C’est sans autorisation qu’elle monta sur le divan, cachant son visage dans le torse du brun qui ne broncha pas.

- Que veux-tu ? » Lança-t-il, passant une main dans les cheveux de Sa Kaori.

-Te prévenir. Deidara et Sasuke préparent je ne sais quoi. »

-Préparent je ne sais quoi ? » Répéta le brun.

Sasori se tu. Il ne savait pas grand-chose. Il expliqua brièvement la conversation que ses poupées avaient surprise. Son interlocuteur se redressa, assis sur le divan, la pactisée maintenant allongée, la tête sur ses genoux. Le brun resta silencieux pendant quelques secondes.

-Ordonnes à Hidan de les surveiller.

Sasori hocha la tête et repartit.

-Je ne l’aime pas. » Râla Kaori.

-Je ne crois pas que tu sois en position de force pour t’exprimer ainsi devant moi. » Rétorqua simplement le démon aux yeux rouges. La petite se renfrogna et encore, il ignora cette attitude qu’il qualifierait normalement d’insolente. Il se contenta de jouer avec les mèches de sa petite protégée, savourant la texture de ses gestes possessifs et presque mécaniques. Elle se colla un peu plus contre lui. Itachi se rendit compte qu’ils ne se quittaient presque jamais et que cela ne le dérangeait pas. Pas que cela lui était égal, il aimait que sa petite protégée reste auprès de lui. Mais il savait que le temps serait venu de sortir une nouvelle fois devant le monde pour le faire trembler pour la dernière fois…

-Alors c’est quoi le plan ? » Lança Deidara, une fois entré dans la chambre de Sasuke.

L’interrogé ferma les yeux un instant, les mains dans ses poches, il réfléchissait.

-Et bien, on ne va pas avoir beaucoup de temps. J’ai un pote qui en savait long sur les démons. Il s’appelle Gaara, d’ailleurs c’est le meilleur ami de Lucy. Une fois, il m’a raconté qu’il était possédé par un esprit : Shukaku. Et cet esprit fait partit d’une des légions de Bélial. »

-Bélial ? »

-En d’autres termes, Sasori. »

Deidara tenta de cacher sa surprise, si Sasuke l’affirmait, c’est qu’il avait eu l’occasion de vérifier, mais comment ? Sortant l’une des mains de ses poches, l’Uchiwa continua sur sa lancée.

-Le plan c’est de rentrer en contact avec Shukaku par projection astrale ou avec Gaara en sortant du Théâtre. Comme il nous est impossible d’en sortir, il ne nous reste que la première option. Le problème, c’est que nos énergies vont être facilement détectables. »

-Donc, faire la projection en plein jour ! » Termina le fanatique explosif.

-C’est ça. Sans oublier qu’on ne sait pas si Sasori est en contact avec Shukaku ou si ce dernier nous donnera gentiment nos infos. »

-Sasuke…Que sais-tu exactement ? » Osa demander le blond.

-Je sais que Sasori est un démon puissant. Mon clan est lié aux Enfers, je ne sais pas à quel point, mais il semblerait qu’Itachi soit « né » démon. Dans mon clan, certains membres étaient exorcistes, la deuxième partie du clan vouait un culte aux démons, si bien qu’il y avait des tensions. Itachi a éliminé toutes les tensions, ne prenant partit pour aucun groupe de la famille. J’ai été le seul à être épargné. »

-Pour quelle raison ? Hn. »

-Je l’ignore, peut-être parce que je suis son frère ou qu’il n’avait pas de raison de me tuer. J’étais petit quant c’est arrivé. »

-Et Kaori, tu sais quel est le lien qui la lie à ton frangin ? »

-Oui. Elle est née avec un don de pyrokinésie et a été enlevée par la mafia. Ces individus avaient pour but d’exploiter ses pouvoirs et dans un élan de panique, elle l’a invoqué et signé un pacte pour qu’il la protège. Ce qu’il a fait en l’amenant ici le temps qu’elle puisse se venger. Itachi lui a donné de nouveaux pouvoirs et comme nous, a procédé au rituel d’immortalité. En outre, il a le droit de vie et de mort sur elle, c’était la « condition ». Il la garde pour satisfaire ses envies et lui prodigue de l’affection pour qu’elle reste tranquille. »

-Alors il n’y est pas vraiment attaché. » Conclut Deidara.

-Non, je ne crois pas. Ou si il ne fait que jouer avec, dans ce cas, c’est un excellent comédien. »

-Et que pense Kaori ? »

-Elle considère Itachi comme son ange gardien. Je sais qu’elle l’admire, le respecte, le sers avec dévouement et qu’elle l’aime. Le reste lui importe peu. A mon tour, les questions. Comment es-tu tombé entre les griffes de Sasori ? »




Alors beaucoup de choses dans ce chapitre. On a une relation Sasori/Lucy, Itachi/Kaori. On en sait d’ailleurs plus sur ses deux la même si tout n’est pas clean. Le romantisme commence à apparaître petit à petit même si c’est bien tordu hé hé…
Réactions, questions, un seul mot d’ordre : lâchez vous je veux votre ressenti. Et, voulez vous que j'entre plus en détail dans les relations charnelle ? Rien ne sera cash à ce niveau là, je le rappelle.




Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 [ 8 ] 9 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: