Fiction: Le théâtre du mal

Pour échapper à une bande de flics, une jeune délinquante trouve refuge dans un ancien théâtre. La jeune fille y établira une planque dans les pièces secrètes. Mais bientôt, l'adolescente s'aperçoit qu'elle n'est peut-être pas la seule à errer dans les lieux car il semblerait qu’il se passe des choses étranges dans cet ancien théâtre abandonné durant la nuit. A qui appartiennent ses voix ? C’est pourtant une rencontre terrifiante qui transformera sa vie en cauchemard.
Classé: -16D | Horreur / Mystère / Romance | Mots: 15029 | Comments: 71 | Favs: 24
Version imprimable
Aller au
Darkness13666 (Masculin), le 19/06/2011
J'ai eu l'idée en regardant Dead Silence il n'y a pas longtemps, donc voila. (Je conseille d’ailleurs fortement ce film)



Chapitre 1: La fuite



Dans un squat délabré où personne n’a le droit d’entrer, on peut tous les soirs trouver deux jeunes fumer des pétards. Un garçon et une fille. Deux délinquants qui n’ont rien, une vie de merde. Ils se battent comme ils peuvent et ensemble pour sortir de la galère.
Le garçon avait les yeux cernés de noir dû au manque de sommeil. On raconte qu’il ne dort jamais. Il tirait sur son joint et soufflait la fumée vers le plafond, l’air endormi ; complètement shooté. Sa main droite pendant négligemment dans le vide. Gaara, c’était son nom. La faible lueur des bougies éclairaient ses cheveux roux et son tatouage situé au front. On ne l’aurait presque pas vu car il était vêtu tout de noir.
La jeune fille assise à côté de lui buvait une bière. Elle aussi, vêtue entièrement de noir. Son teint était excessivement pâle, maladif, bien qu’elle soit en parfaite santé. Elle avait ramené ses longs cheveux blonds en arrière avec une simple broche, mais ses yeux bleus étaient continuellement cachés sous une épaisse frange trop longue. La bouteille finie, elle la lâcha pour qu’elle tombe à terre. Le bruit du choc du verre contre la pierre résonna dans le silence de la pièce silencieuse.

« C’est vrai que tu t’es fait virer de ton bahut ? Lança Gaara après un moment d’hésitation.

- Ouais, répondit Lucy en prenant le joint des mains de son ami pour tirer une taffe.

- Pourquoi ?

- Parce que j’ai baffé le prof d’anglais, tu sais, le gros pervers qui bande quand il interroge des nanas en cours. »

Gaara grimaça, ne pouvant retenir un « berk » avant de reprendre sa drogue.
Il se redressa du vieux canapé.

« Tu vas faire quoi maintenant ? D’autant plus que tu t’es barrée de l’orphelinat, non ?

- J’en sais rien Gaara. On pourrait rester ici ?

- Je ne pense pas, il parait que les flics trainent dans le coin.

- On est mineurs, ils ne peuvent rien nous faire ! Décréta la jeune fille.

- Sauf nous placer en famille d’accueil.

- Putain… »

Gaara se roula un nouveau joint et se posta à la fenêtre pour le fumer, le coude gauche appuyé contre le battant.
Son amie, elle, resta sur le canapé.

« Tu ne sais toujours rien sur tes parents ?

- Non, à l’orphelinat, personne ne sait… Ou personne ne veut dire. J’aimerais savoir pourquoi mes parents ont été tués et surtout qui sont les chiens qui ont fait ça, grogna la jeune fille.

- Je comprends. » Le garçon tira à nouveau sur le joint.

« Gaara, les flics ! Lança Lucy qui était postée à l’autre fenêtre à l’opposé de la pièce.

- Putain, on éteint les bougies et on trace ! »

Les deux ados éteignirent toutes les bougies, prirent leurs sacs et sortirent de l’appartement par derrière.

« On prends les escaliers Gaara ! »

Les deux amis se retrouvèrent bien vite dehors, échappant aux agents de police. Ils parvinrent à se cacher aux abords d’un cimetière. La nuit était noire, la lune haute dans un ciel pluvieux et secoué d’orages et d’éclairs qui le zébrait.

« Ils nous ficheront jamais la paix ces chiens ! Grogna le rouquin.

- En même temps vu les conneries qu’on fait…

- Ouais bah t’as trouvé mieux toi ?

- … Non. »

Les deux amis se baladèrent dans les allées du cimetière qui devait d’ailleurs être fermé la nuit. Ils étaient donc entrés en douce, comme si l’un ne pouvait pas rattraper l’autre. Bien sûr, Gaara et Lucy n’étaient pas du genre à avoir peur de trainer dans un cimetière la nuit. Ils s’amusaient même à se raconter des histoires de fantômes. L’une en particulier fut évoquée en long et en large. Il s’agissait d’une histoire de théâtre.

« Tu sais, le théâtre qui est fermé depuis plus de 30 ans ?

- Oui, il n’y a plus personne, on pourrait même se planquer là-bas, marmonna Gaara.

- Ouais, à ce qu’il parait il y avait des rituels sataniques qui se déroulaient en secret durant la nuit.

- Mon grand-père en faisait Lucy. Il a voulu mettre un terme à tout ça parce qu’il lui arrivait des trucs bizarres. C’est d’ailleurs pour ça qu’il s’est suicidé. » Expliqua Gaara.

- Des trucs bizarres ? Du genre ? Demanda la jeune fille.

- Ben, il y avait une présence qui le suivait tout le temps.

- Flippant ! » Commenta de nouveau l’adolescente.

Le rouquin hocha la tête, signe qu’il approuvait. Lucy, elle, avait une envie grandissante d’aller faire un tour dans ce fameux théâtre abandonné. Elle adore le paranormal pour des raisons qu’elle ne s’explique pas. Gaara partageait cette passion mais réservait ses avis. Il n’aimait pas parler de tout ça sauf à son amie qui, elle, en parlait tout le temps.
Ils continuèrent à parler jusqu’au lever du jour. Ils n’avaient pas vu le temps passer mais malheureusement, le gardien du cimetière avait l’habitude d’ouvrir les lieux tôt le matin avant d’y faire une ronde.
Le vieil homme faisait attention car il avait trouvé certaines tombes profanées à plusieurs reprises par des racistes ou des petits merdeux sans respect. Nos deux délinquants ne font bien sûr pas partie de cette catégorie. Mais essayez de l’expliquer à ce brave gardien.

Gaara et Lucy partirent en courant, poursuivis par le gardien du cimetière et son fils qui, par malheur, était aussi officier de police. Gaara avait d’ailleurs eu affaire à lui pour trafic de drogue.

« On va se séparer, tu prends à droite, moi à gauche, on se rejoint au théâtre ! » Cria Gaara avant de disparaître dans les rues.

Lucy traversa le quartier sous la pluie, encore poursuivie. La jeune fille réussit très vite à échapper à son poursuivant, le gardien n’ayant plus toute la fougue de sa jeunesse.
C’est donc essoufflée qu’elle arriva au fameux théâtre. C‘était un bâtiment très imposant, caché de la civilisation. L’architecture était déjà très prestigieuse vu du dehors. La façade était faite de pierres blanches, la grande porte était en bois d’un rouge seyant et des décorations faites de pierres blanches ornaient à même le bois. C’étaient des anges et des démons qui y étaient représentés.
Lucy attrapa l’immense poignée noire et ouvrit la porte d’un grincement sinistre.

Elle pénétra dans le hall tout en refermant derrière elle. L’intérieur était sombre mais spacieux. Cachées derrières d’épais rideaux rouges, des fenêtres immenses et majestueuses qui auraient pu laisser entrer la lumière du soleil. Les pierres qui composaient le mur étaient sombres, presque noires. Devant Lucy, il y avait un immense escalier sur lequel était posé un long tapis rouge. La jeune fille monta les marches, la main posée sur la rembarre. Elle arriva dans un long couloir et trouva même un plan accroché sur l’un des murs recouverts de papier peint rouge. L’ado le mémorisa un instant avant de poursuivre sa visite clandestine. Mais quel humain normalement constitué s’aventurerait ici ? Oui, Lucy devait vraiment être déséquilibrée.

Elle commença maintenant à visiter les pièces. L’une d’elle était remplie de costumes en tout genre parfaitement entretenus, comme si quelqu’un s’en occupait régulièrement. Dans le fond de la pièce, il y avait divers décors et accessoires mais surtout… Des marionnettes. Elles étaient assises sur des bancs, toutes parfaitement entretenues. Il y avait aussi des poupées en porcelaine. L’adolescente s’arrêta pour les regarder. Elles étaient toutes si belles ! Et leurs visages étaient tellement bien fait, on aurait dit de véritables personnes, l’expression pourtant figée de ses poupées paraissait si vraie ! Si vraie que ça en donnait froid dans le dos…

Gaara, de son côté avait semé l’agent depuis belle lurette, en passant sur les toits d’un immeuble. Il arriva une demi-heure plus tard au théâtre. Son amie l’attendait devant l’entrée et lui raconta sa visite.

« Alors il n’y a personne, vraiment ?

- Nada, j’étais complètement seule… Seule avec ses poupées magnifiques ! Et t’as pas encore vu les pantins en bois !

- On restera là, à l’avenir. Pour l’instant, on peut aller squatter chez Naruto, il a dit qu’il nous hébergerait.

- Bon alors allons-y.

- On reviendra demain, j'ai hâte de voir ce qui se cache dans ce miteux théâtre.

- J'avoue, moi aussi Gaara. »

Les deux amis repartirent avec cette promesse de revenir faire de ce théâtre leur nouveau refuge... Mais serais-ce vraiment une bonne idée ?




J'espère que ça vous aura plu. Toute l'histoire va tourner autour de ce théâtre.




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: