Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Les Uzumakis

Quelques Explications….. C’est ma première fics alors, soyez indulgents! Nous allons découvrir un nouveau membre de la famille Uzumaki grâce à elle, des révélations surprenantes seront faites. Du suspence, de l'aventure et de la romance. Je vais essayer de faire évoluer les personnages en fonction de leur âge (pas si facile que ça). Laissez moi vos coms!
Classé: -16D | Spoil | Action/Aventure | Mots: 77610 | Comments: 487 | Favs: 398
Version imprimable
Aller au
Noa-Uzumaki (Féminin), le 08/01/2007
C’est ma première fics alors, soyez indulgents, l’histoire se déroule après le combat Naruto/ Sasuke (bien sur, ce dernier rejoint quand même Orochimaru), je me base sur le manga TV, au moment ou Naruto est à l’hôpital et que lui Jiraya propose de l’entraîner.
2 ans se sont écoulés depuis…




Chapitre 14: Chapitre 14






Le lendemain matin, Noa se présenta comme prévu dans le bureau de Tsunade, deux personne l’y attendaient, la légendaire et un homme blond.

«Noa, je te présente Inoichi Yamanaka, chef du clan Yamanaka. C’est lui qui effectuera l’intervention, je lui laisse le soin de t’expliquer en quoi elle va consister. »

« La technique que je vais utiliser consiste à retirer une partie de la charge émotionnelle d’une personne pour la transférer à une autre. Dans le cas présent, celle de Heion. Mais vu que les conditions du transfert elles mêmes sont spéciales, nous allons devoir prendre des précautions supplémentaires. Nous allons t’administrer un léger sédatif pour que tu entres en état de transe, puis, j’opérerais l’extraction. Ensuite, je te transférerais la charge émotionnelle. Dans une semaine, j’effectuerais le même procédé pour transférer celle-ci à quelqu’un d’autre. Mais sache que ce n’est pas sans risque, je n’ai encore jamais procédé sur ce genre de… « Sujet ». »
« Je peux vous poser une question ? »

« Bien entendu. »

« Pourquoi voulez vous effectuer un second transfert ? »

« Il pourrait être dangereux pour toi de garder ce trop plein d’émotions, à long terme, tu pourrais subir des dommages psychologiques importants. »

« Mais, pourquoi ne pas faire les deux opération en même temps ? Et à qui allez vous destiner ce cadeau, cette personne courra les mêmes risques ! »

« Ce genre de procédés est éprouvant pour le psychisme humain, il lui faut du temps pour récupérer, c’est pour cela qu’il nous faut un délais d’une semaine au moins pour plus de sécurité. Nous aurions préféré bien sur faire un transfert direct à la troisième personne mais c’est impossible, cela ne peut se faire que si le sujet à qui on enlève ses émotions ait la volonté de les donner. Tu es la seule qui communique avec Heion, beaucoup de paramètres nous sont inconnu, nous pensons que le transfert se passera mieux si ça se fait avec une personne en qui il a confiance. »

« En ce qui concerne cette troisième personne, ne t’inquiète pas, ce n’est pas quelqu’un dont la santé mentale nous importe. Nous avons l’intention d’utiliser un des espions que nous avons capturé. Il est un peu trop coriace, le transfert le rendra peut être un peu plus coopératif… » Reprit l’Hokage.


Deux heures plus tard, la jeune fille se trouvait en salle d’opération. Elle était allongée sur un lit légèrement surélevé. Vêtue d’un tunique crème rabattue jusqu’à la naissance de sa poitrine et d’un pantalon de la même couleur. Autour d’elle, l’équipe médicale était réunit : Inoichi, Tsunade et deux Anbus médicaux.

Le sédatif commençait à faire son effet, Noa se sentait détendue, légèrement ensuquée, la tête plongée dans un univers cotonneux. Les silhouettes qui l’entouraient lui paraissaient floues, enveloppées dans une sorte de brume. Mais étrangement, elle ne ressentait aucune peur, elle planait littéralement.

Inoichi posa ses mains sur le sceau et concentra son chakra, une légère lueur verte apparue. Au bout d’une demi heure, rien n’avait encore changé, des gouttes de sueurs perlaient sur le front du Yamanaka, lentement, une sorte de fumée feutrée, d’une couleur bleur-doré s’échappa lentement du sceau. L’Hokage avança une fiole en cristal et Inoichi dirigea la vapeur à l’intérieur du flacon à l’aide d’une main, la seconde toujours posée sur le ventre de la jeune fille. Puis, lentement, Il retira la main posée sur le sceau et dirigea ses deux paumes sur le front de celle-ci. La même lueur verdâtre apparue au bout de ses doigts. Quelques minutes passèrent et l’homme à la queue de cheval fit signe à Tsunade de s’approcher, celle-ci débouchonna le flacon et l’approcha de la tête de Noa.
Inoichi procéda à l’opération inverse, une main posée sur le crâne blond, l’autre dirigeant la voluptueuse fumée dans l’esprit de l’endormie.
Ensuite, Noa fut transférée dans une chambre, le temps qu’elle se réveille.

Deux heures plus tard, Anko vint chercher la jeune fille pour l’escorter jusqu’à la demeure Uchiha. L’Hokage avait spécialement demandé à la femme serpent de raccompagner la jeune Uzumaki, n’ayant personne d’autre sous la main. Mais Anko commençait à connaître Tsunade et elle se disait que la légendaire devait bien avoir quelque chose derrière la tête, il n’était pas nécessaire de faire appel à un jounnin pour raccompagner une malade chez elle.
De son côté, Noa avait l’esprit encore embrumé, elle ne souffla pas mot jusqu'à chez elle (bon, c’est pas vraiment chez elle, mais ne nous formalisons pas).
Elle parti se coucher directement, Anko, quand à elle, s’installa dans le salon, attendant d’exécuter la seconde tache qu’on lui avait confié.


Quand Sasuke rentra exténué de sa séance avec Shizune, il eu la bonne surprise d’être accueillit par les ronflements d’une kunochi affalée sur son canapé.
Il réveilla l’intruse.

« Ah, Sasuke, t’en a mit un temps, j’ai pas que ça à faire moi… » Répondit l’ex ronfleuse, entre deux bâillements.

« ….. »

« Bon, je vais faire bref. Noa est en haut, elle dort pour le moment, l’Hokage m’a remit un message pour toi que je devais te rendre en main propre. »

Elle lui tendit une enveloppe scellée.

« Bien, maintenant, j’y vais. »

Elle s’éclipsa par la fenêtre, laissant ainsi l’Uchiha à ses pensées « toujours aussi agréable celle là ! ».

Il ouvrit le pli et commença la lecture.

« Sasuke,
Comme tu le sais, Noa a subit une intervention importante aujourd’hui. Je te demande de veiller sur elle particulièrement ces prochains jours, nous ne savons pas encore quel vont être les effets de ce transfert. Envoie moi un Ambu au moindre problème.

PS : Evite de ronfler pour une fois, elle a besoin de repos… »

Sasuke reconnut que l’Hokage l’avait joué avec finesse, sauf pour la dernière phrase…. Si une autre personne avait lu la lettre, elle n’aurait pas été en mesure de comprendre la réelle signification de celle-ci.

Fatigué, il parti se coucher.

La nuit se passa sans encombre, le lendemain, une journée banale comme les autres. Sasuke avec Shizune et Noa avec Tsunade.
A son retour, l’Uchiha rentra dans une maison vide, il retrouva sa colocataire sur le toit, perdue dans ses pensées. Son visage avait perdu l’expression joyeuse qu’il affichait en toute circonstance, remplacé par une sorte de vide qui fit froid dans le dos du jeune homme. Il s’approcha lentement d’elle, ne masquant pas sa présence pour ne pas l’effrayer. Elle se rendit enfin compte qu’elle n’était plus seule et adressa au nouveau venu un petit sourire, mais celui-ci n’avait rien à voir avec celui qu’elle abhorrait habituellement.

« Bonne journée oniisan' ? »

« C’est plutôt à toi qu’il faut poser la question. »

« J’ai connu mieux, mais je suis un peu fatiguée en ce moment, ça va passer… »

Sasuke n’eut même pas à cœur de répliquer par une de ses réparties cinglantes. Depuis qu’il était rentré à Konoha, beaucoup de choses avaient changé pour lui, il avait retrouvé Naruto, qu’il considérait comme son frère et maintenant, il avait trouvé une sœur en quelque sorte. Bien sur, ils passaient le plus clair de leur temps à se disputer mais au-delà de ça, une vraie amitié était née, un peu comme avec Naruto par le passé, pas vraiment pareil, mais avec des similitudes. Même si ils se bouffaient le nez à répétition, l’affection était née. Il n’avait jamais eu de sœur mais il commençait à comprendre qu’il se comporterait de la même manière si elle avait partagé le même sang que lui. Lui qui avait erré si longtemps dans les ténèbres avait réussit en si peu de temps à ressentir ce genre de chose. Comme il en avait fait le pacte avec son meilleur ami, il voulait protéger la jeune fille. Lui, arriver à se préoccuper des autres ! Il évoluait dans des eaux inconnues.

Ils restèrent un moment là, sans rien dire. Puis ils partirent manger au restaurant de ramens attitré des Uzumakis. Ils y retrouvèrent Kiba, Hinata et Ino. Noa n’avait pas l’entrain habituel mais elle avait quand même l’air d’avoir reprit du poil de la bête.
Sur le chemin du retour, la nuit était tombée, l’air était chargé d’électricité, les nuages s’épaississaient dans le ciel. La jeune fille lança un regard inquiet vers le ciel et accéléra le pas, ce qui n’échappa pas au détenteur du Sharingan.

Arrivés chez eux, la blondinette s’éclipsa dans la salle de bain et revint une demi heure plus tard, affublée d’un des tee-shirt de sont frère (blanc avec une spirale orange au milieu) et un pantalon orange large en coton.
Sasuke entra à son tour dans la salle de bain, se doucha et passa un tee-shirt bleu foncé ainsi qu’un bas de kimono blanc. Quand il entra dans la chambre, Noa était déjà couchée, apparemment endormie.

Silencieusement, il prit place dans son futon, le sommeil ne mit pas longtemps à le cueillir.

Le ténébreux fut réveillé par un bruit qu’il connaissait bien, il se tourna lentement vers son réveil et lut l’heure : Trois heures du matin.
Un second coup de tonnerre retentit, beaucoup plus puissant, mais ce n’est pas ce bruit qui alerta la jeune homme. Un gémissement avait suivit le grondement céleste.
Il se retourna et vit Noa, l’oreiller posé sur son visage et tremblante comme une feuille.

« Noa »

« … »

« Noa »

Elle releva l’oreiller et lui adressa un regard terrifier. Un nouvel éclair zébra la chambre d’une lumière froide, accompagnée immédiatement d’un bruit assourdissant. Elle rabaissa le coussin sur sa tête et ses tremblements reprirent de plus belle.
Sasuke se leva, s’assit à côté de la jeune fille et souleva lentement l’oreiller. Elle releva les yeux vers lui, honteuse de la peur qui avait prit son corps en otage. Un nouvel éclair et elle se blotti dans ses bras, le corps parcourut de convulsions.

« Ce n’est qu’un orage.. » Dit l’Uchiha prit au dépourvut.
« … »


Il ne savait vraiment pas comment réagir, pourquoi fallait il que ça tombe sur lui ! Si Naruto était là, lui serait dire les mots qui apaisent. Vraiment, pas de bol, Jamais il ne s’était sentit si inutile. Si quelqu’un l’avait attaqué, il l’aurait protégé, mais aider quelqu’un à diminuer la souffrance qu’il ressent alors qu’il en était lui-même incapable…
Noa continuait de s’agripper désespérément à lui, il fallait qu’il fasse quelque chose, bon sang, creuse toi la cervelle ! Que ferait son meilleur ami dans cette situation ? Je suis un handicapé social ! Y’a pas d’autre explication, pour faire un chidori ou botter les fesses au premier venus, là, pas de problème ! Mais consoler simplement une amie en pleurs, y’a plus personne !

Perdu dans ses pensées et sans s’en rendre compte, il se mit à caresser machinalement la chevelure blonde. Petit à petit, les sanglots et les tremblements s’apaisèrent.
C’est le silence qui s’installait peu à peu qui le sortit de ses songes, il baissa les yeux et vit que la jeune fille s’était assoupie. Il tenta lentement de se dégager de son étreinte et la recoucha dans son futon mais malgré la douceur des mouvements, deux yeux bleus s’ouvrirent.

« Ne part pas. »

« Noa, essaye de dormir. » Il commençait à se redresser.

« Ne part pas. » Redit elle, d’une petite voix.

« Ecoute, je suis juste à coté, il ne peut rien t’arriver, je ne peux pas dormir ici, c’est pas… convenable ! »

Deux yeux implorants lui firent changer d’avis, le convenable, fallait des fois le laisser de côté quand on voulait réconforter quelqu’un. Il s’allongea à côté et elle s’endormit rapidement. Même si la situation le gênait un peu, il réussit quand même à trouver le sommeil.





Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 [ 14 ] 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: