Fiction: Une vie parfaite... ou pas ? (terminée)

Sakura fait sa rentrée au lycée de Kyoto. Elle est heureuse. Ses résultats scolaires sont bons et ses parents l'aime plus que tout. Quelle belle vie... jusqu'à ce que le soir même l'une de ses meilleures amies lui déclare qu'elle se prostitue. S'ensuit une continuité d'événement sordides... La jeune fille ne pourra plus compter que sur elle-même pour sortir ses camarades de ces mauvais pas... avec l'aide de son professeur principal !
Classé: -12I | Général / Romance / Tragédie | Mots: 8824 | Comments: 19 | Favs: 23
Version imprimable
Aller au
Rahjenaimar (Féminin), le 16/02/2010
Inspiré de GTO
Spéciale Dédicace à rollando et KunaiOkunaio ^^
C'est la quatrième fic que je commence mais yen a qu'une de finie ^^ Mdr




Chapitre 1: Quand on se rend compte que la vie n'est pas si belle



Comme d'habitude, mon réveil sonna à 7h00. Je me levai, je me débarbouillai et je filai prendre mon petit déjeuner. Mon uniforme repassé m'attendait sagement sur mon lit. Les vacances d'été étaient finies. Je retournais au lycée.

Au rez-de-chaussée, ma mère me tendit mon sac avec un grand sourire. Je le lui renvoyai. Décidément, quelle chance j'avais ! Des parents aimants, de bons résultats scolaires... Je me sentais très bien. Je franchis le pas de la porte plus enjouée que jamais et partis en direction de mon ''bahut''.

Sur mon chemin, je croisais ma meilleure amie, Ino, flanquée du plus incroyable flemmard de tout l'univers : j'ai nommé Shikamaru. C'était absolument époustouflant qu'il se soit levé pour aller au lycée. Je n'osais même pas imaginer ce qu'Ino avait du lui faire subir pour qu'il sorte du lit.

En cette rentrée de septembre, à Kyoto, l'air était doux. Mes cheveux couleur pétales de cerisier étaient retenus par un petit ruban de velours rouge. Shikamaru s'était fait son éternelle coiffure ananas, tirant en une unique couette en l'air sur son crâne ses cheveux noirs.
Ino avait défait son habituelle queue de cheval, ses longs cheveux blonds tombant en cascade dans son dos. Elle affichait un sourire qui sonnait faux, mais bon, c'était la rentrée, alors c'était normal qu'elle ne soit pas tout à fait de bonne humeur.

Une fille en furie arriva en courant du bout de la rue. Le brun à coiffure d'ananas pâlit d'un coup. La tornade qui fonçait sur nous n'était autre que Temari, arrivée d'Osaka avec ses frères l'an passé.
Lorsque la jeune énervée s'arrêta devant eux, essoufflée, je pus remarquer qu'elle s'était fait ses quatre couettes en piques, qui lui allaient si bien.
Son excitation était due au fait qu'elle n'avait jamais fait la rentrée des classes dans notre lycée, où tout le monde se retrouvait.

Plus loin, j'aperçus Hinata qui arrivait en compagnie de Naruto. Cette fille ne parlait presque jamais et semblait très intimidée par Naruto, le cancre de la classe. Celui-là... toujours à se faire remarquer ! Alors les voir traîner ensemble c'était comme observer la lune et le soleil en même temps...

Plus tard, nous rencontrâmes Tenten en compagnie de Lee. La brune aux chignons se retourna et un sourire éclaira son visage. Quant à Lee, le plus grand démodé de la classe, il me regarda avec tant d'insistance que je dus détourner le regard pour ne pas me mettre à rougir.
Lee sembla content de lui.

C'est donc une belle bande d'amis de l'ancienne seconde 7 qui débarqua au lycée le 3 septembre...

--------------------

'' Silence, s'il vous plait ! ordonna notre nouveau prof principal.

Il attendit que tout le monde se taise pour se présenter :

- Je me nomme Hatake Kakashi. Je n'ai pas particulièrement envie d'être votre professeur principal mais on ne m'a pas laissé le choix, alors... Bon, maintenant, j'aimerais que vous sortiez une feuille et que vous vous présentiez.
- Mais m'sieur... se plaignit Naruto. On ne sait pas quoi écrire... commencez par vous présentez, vous !
- Bon, très bien... Vous connaissez déjà mon nom et mon métier, mon adresse et mon numéro de téléphone ne vous regardent pas, mes loisirs sont divers et variés et je n'ai pas spécialement de but dans la vie...''

Beaucoup de mots pour rien, en fait. Je soupirai et attrapai mon stylo fantaisie, mon préféré, offert par ma mère à mon anniversaire dernier. A ma gauche, Temari avait déjà commencé à écrire son nom. Deux rangs devant, Shikamaru dormait sur sa table, sous le regard courroucé d'Ino. Je regardais autour de moi depuis un petit moment déjà quand je sentis un souffle dans mon cou. Je me suis retournée d'un coup et me suis retrouvée nez à nez avec le professeur aux cheveux grisonnant.
Un masque lui couvrait tout le bas du visage. Ses yeux rieurs et fatigués étaient quasiment entièrement recouverts par des mèches grises pointues partant dans tous les sens. Il demanda gentiment :

'' La demoiselle aux cheveux bubble-gum n'aurait pas compris ce qu'il faut faire ?''

Là, je sentis mes joues s'empourprer. Moi ? La meilleure de la classe ? Je n'aurais pas compris ? C'est la meilleure ! Je lançai des éclairs par les yeux, ce qui dut effrayer M. Hatake car il se projeta en arrière à l'abri de mon regard. Il me contempla d'un air surpris mais amusé. Puis, son regard dériva vers une dizaine de places restées inoccupées dans le fond de la classe. Il s'enquit à la cantonade :

'' Qui sont les élèves manquant ?''

GROS silence. Ce silence qui signifie en gros : on ne dira rien car on ne peut rien dire. Mais bien sûr, Naruto qui, comme d'habitude, voulait faire son intéressant, répondit pour tous :

'' C'est le groupe de voyous le plus craint du collège. Ils sont dix et se font appeler l'Akatsuki.
- Ah bon ? Je ne pensais pas qu'il y aurait ce genre d'élèves dans un lycée si tranquille... enfin...''

C'est à ce moment que Temari, LA tempête blonde du lycée, explosa en sanglots. Tous les visages se tournèrent vers elle, abasourdis par sa réaction. Même Shikamaru releva la tête pour voir le visage en larmes de la tempête blonde qui l'avait tant fait pâlir une heure plus tôt. Quelques ricanements fusèrent quand il se proposa pour l'emmener prendre l'air. Car il ne fallait pas oublier que ces deux-là étaient sortis ensemble l'année dernière.
Ils avaient stoppé leur relation suite à une histoire obscure de frères au courant...

Enfin bref, là, les pleurs de Temari coulaient à flots, et tout le monde se demandait bien pourquoi. Le prof ramena l'attention sur lui en claquant un coup sec dans ses mains. Il demanda à Neji, un grand brun au regard glacial, d'accompagner la jeune fille en larmes aux toilettes. Ce dernier s'exécuta et, sans plus de façon, sortit en compagnie de la blonde.

Silence de mort.

Puis :

'' Bien, sortez vous agendas, je vais vous donner vos emplois du temps.''

--------------------

Le reste de la journée se passa sans nouvelle de Temari. Le professeur principal s'était montré sympathique. Nous avions M. Gaï en sport, M. Iruka en littérature, Mlle Anko Mitarashi en mathématiques, M. Ebisu en histoire-géographie et... Brrrr... M. Morino en éducation civique... Les professeurs de SVT et de Physique chimie étaient partis à la retraite l'an passé et n'avaient pas été remplacés. Le proviseur n'était autre que la terrifiante Mme Tsunade et l'infirmière était Mlle Shizune.

Nous sommes donc rentrés chez nous ce soir-là, la tête pleine de choses à raconter à nos parents. La discussion allait bon train à table. Mon père et ma mère me regardaient avec un grand sourire, si fiers de ''leur grande fille adorée''.

Je me couchai vers dix heures, fatiguée mais heureuse. J'allais m'endormir quand mon portable sonna.

''Grmbl... Allo ? Ha ! Temari ! Ça va mieux ? Non, non, tu ne me déranges pas ! Qu'est-ce qu'il y a ? Quoi ? Me parler ? Mais ça ne peut pas attendre demain ? Bon, bon... je vais m'arranger. A tout à l'heure !''

Je reposai la portable et soupirai. Qu'est-ce qu'il ne faut pas faire, hein ! J'éteignis ma lampe de chevet et enfilai mon jean. Une fois la porte verrouillée, j'ouvris ma fenêtre et sautai dans le jardin. Je ne me fis même pas mal. J'ai du être ninja dans une vie antérieure.

Temari m'attendait alors que j'étais légèrement en avance. Elle avait les yeux rouges et gonflés. Je lui dis :

'' Bon alors, qu'est-ce qu'il y a ? Pourquoi tu m'appelles en pleine nuit ?
- Et bien, je... je voulais te parler de quelque chose...
- Ah bon ? Mais ça pouvait attendre demain !
- Non, car... ils me surveillent...
- Quoi ? Attends, je te suis plus... qui ça, ''ils'' ?
- L'Akatsuki...
- Mais... qu'est-ce que tu racontes ?''

Elle sembla fixer un point très loin derrière moi par dessus mon épaule. Elle inspira longuement avant de continuer :

'' C'est à propos de mon frère, Kankuro. Il n'est pas venu au lycée, ce matin, tu avais remarqué ?
- Oui... D'ailleurs, je me demande bien pourquoi !
- Et bien... C'était cet été... Je me baladais en compagnie de mon frère quand on les a croisés... Cette bande de loubards... Ils ont dit des choses terriblement sexistes sur mon physique et Kankuro n'a pas apprécié... Alors ils s'est mis en tête de leur faire ravaler leurs paroles et il a jeté son poing dans la figure d'un blond à mèche. Et les autres ont saisi des planches de bois et lui ont tapé dessus, encore et encore...''

Temari étouffa un sanglot et sécha quelques larmes qui coulaient sur sa joue. Elle prit le temps de retrouver une voix normale et acheva son récit :

'' Je me suis mise à genoux pour qu'ils cessent de le tabasser. Kankuro était plein de sang, évanoui par terre. Alors celui qui avait des cicatrices sur le visage, aux coins de la bouche, a dit à ses compagnons d'arrêter, et il m'a attrapée par le menton, en me fixant bizarrement. Il a finalement déclaré que je pouvais récupérer mon frère en pas trop mauvais état à condition que j'accomplisse un travail pour eux, dont ils récupéreraient l'argent...''

J'avais écouté tout le récit sans intervenir. Mes yeux s'étaient ouverts au fur et à mesure que je comprenais ce que j'entendais. Quelle horreur ! Je posais la simple question, dont je me doutais déjà de la réponse :

'' Quel genre de... ''travail'' ?
- Je... je vends mon corps à des hommes...''

Et les sanglots reprirent. Elle s'affala sur moi et pleura longtemps. Puis la cascade se tarit et elle renifla deux ou trois fois. Elle me regarda et son expression se fit implorante. Sa gorge ne produit aucun son mais je put clairement lire sur ses lèvres : ''Aide-moi, je t'en supplie'', avant qu'elle ne disparaisse dans la nuit.

Je suis rentrée chez moi encore sonnée par la déclaration de Temari. Elle avait enduré des choses terribles pour protéger son frère... pour qu'un gang de rebelles, l'Akatsuki, en prenne plein les poches. Je bouillai de rage. Il fallait y mettre un terme...
Mais quelque chose me disait que ce n'était pas la seule terrible découverte que j'allais prendre en conscience. Et pas seulement à cause de l'Akatsuki...



bon, premier chapitre terminé
J'espère que vous avez aimé ^^
Bonne continuation !




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: