Fiction: Un coeur aussi explosif que de l'argile (terminée)

Hiashi Hyuga meurt. Sa fille, Hinata, prend la tête du clan. Mais elle encaisse erreur sur erreur, et ses fonctions l'empêche de voir ses amis. Son incompétence lui fera perdre le peu de crédit qu'elle avait auprès de son clan. Sa détresse la mènera à la tentative de suicide, interrompue par un certain blond maniant de l'argile explosive... qui ne fera que profiter d'elle pour s'approcher de l'hôte de Kyubi. Mais... il semblerait que la jeune fille en détresse ne le laisse pas indifférent...
Classé: -12D | Romance / Tragédie | Mots: 27449 | Comments: 65 | Favs: 50
Version imprimable
Aller au
Rahjenaimar (Féminin), le 10/02/2010
J'ai eu envie de faire cette fiction après avoir lu "Quand une fleur s'entiche d'une marionnette". Et puis j'adooooore les couples qui sortent de l'ordinaire. Attention, je ne dis pas que le vieux Naru/Hina est un mauvais couple, hein !



Chapitre 1: Pourquoi vivre quand on sait que l'on vivra séparée de celui que l'on aime ?



Ce jour-là, Hinata s'entraînait comme tout les matins depuis l'aube. Naruto était rentré du sauvetage de Gaara ! Il ne fallait pas qu'elle laisse l'écart se creuser encore ! Elle assena une puissante décharge de chakra sur la cible d'entraînement avec son style de combat si particulier : le Jûken, ou Poing souple. La sueur lui coulait dans les yeux. Elle s'assit sur le sol poussiéreux et entreprit de reprendre son souffle.

Elle était installée en tailleur depuis plusieurs minutes quand son cousin Neji Hyuga et sa petite soeur Hanabi se présentèrent à elle, avec la mine grave. Elle se leva, épousseta le bas de ses vêtements et s'approcha, inquiète de les voir si sérieux.
Neji lui fit sans un mot signe de le suivre et, toujours silencieux, tourna les talons et rentra dans le bâtiment, en direction de la chambre du chef de clan, Hiashi, le père d'Hinata. Celle-ci n'était pas rassurée. Elle savait son géniteur souffrant depuis quelque temps...

Ils s'arrêtèrent devant la porte et frappèrent. Un homme leur ouvrit, ses pupilles blanches, le Byakugan, emplies de tristesse. Il s'effaça pour les laisser entrer.
Derrière lui, près de la fenêtre, le corps du chef si renommé du célèbre clan Hyuga reposait, sans vie, sur une civière.

Hinata se couvrit le visage de ses mains et fut prise de sanglots. Elle ne voulait pas voir cela. Son père... Le responsable du clan depuis si longtemps... Elle sentit une main sur son épaule. C'était Neji. Il dit d'une voix grave :

- Ne détourne pas le regard, Hinata... Contemple la fin d'un homme juste et droit, dont la dignité n'avait d'égale que sa valeur...

Alors, au prix d'un effort énorme de sa volonté, Hinata retira ses mains et leva les yeux vers son père. Il n'avait jamais cru en elle, jusqu'à ce qu'elle fasse preuve d'une volonté extraordinaire devant la fureur meurtrière de son cousin à l'examen des Chunnin, il y a trois ans...
Ses jambes bougèrent. Elle ne contrôlait rien, et pourtant, elle se déplaçait. Elle avançait droit vers son père. Au moins une fois dans sa vie, elle voulait affronter la vérité en face. Elle était désormais à côté du corps figé de Hiashi Hyuga. Elle leva le main en tremblant et la posa sur sa joue. Elle était lisse et froide.

L'homme qui leur avait ouvert expliqua :

- Il a fait une crise cardiaque pendant son sommeil et... il ne s'est jamais réveillé... Mais il n'a pas souffert, soyez-en sûre, princesse Hinata.
- Elle n'est plus "princesse Hinata", intervint Neji. Désormais, elle est chef de notre clan.

Les paroles de Neji sonnèrent comme une claque aux oreilles de la jeune fille. Et oui... A présent, elle devait prendre la suite de son père...

Elle n'était pas prête pour ça. Il fallait qu'elle s'entraîne encore ! Qu'elle rattrape Naruto ! Elle ne pouvait se résigner à être installée toute la journée à gérer les affaires du clan...

L'homme s'agenouilla, et demanda :

- Très bien. Alors... quels sont vos ordres ?
- Hein ? Euh...

Hinata ne savait pas trop quoi répondre. Elle jeta un coup d'oeil à son défunt père et annonça :

- Je veux commencer par pleurer mon père, et lui offrir des funérailles dignes de lui. Savez-vous si il désirait être incinéré ou enterré ?
- Je... répondit l'homme. Il faut l'enterrer parmi nos héros. Ce fut un grand homme. Il mérite de reposer avec eux.

Le poing de Neji se serra. Seuls les membres de la Sôke avait droit à des funérailles et un enterrement dans le cimetière. Les cadavres de la Bunke étaient brûlés puis placés dans des pots sans noms qui s'alignaient dans une salle vide interdite même aux possesseurs du Byakugan.

Hinata jeta un regard en coin à son cousin et hocha la tête. Elle déclara :

- Je ne veux pas. Je veux que son corps reste ainsi, pour honorer la mémoire de son frère disparut avant lui, Hisashi Hyuga.

L'homme acquiesça. Cette jeune fille parlait justement. Hiashi Hyuga n'avait continué à vivre après la mort de son frère que pour honorer sa mémoire. Il était normal que l'on lui permette de continuer dans la mort.

- Très bien.

---------------------

Hinata était désespérée. On lui avait à peine laissé le temps de pleurer le départ de son père. Tout juste le sort de conservation du cadavre lancé, on l'avait guidée derrière un bureau poussiéreux, recouvert de papiers : compte-rendus, contrats, traités...
Comme son père couvait une maladie depuis quelque temps, il n'avait pas fait récemment le tri dans ses documents. Du coup, un tas énorme de paperasse s'amoncelait. Hinata connaissait sa mission, mais elle était souvent distraite par son envie d'aller s'entraîner avec Kiba et Shino.

La jeune fille, désorientée, avait rendu un travail absolument pitoyable à la fin de la journée. Quand elle se rendit dans sa chambre, elle passa devant plusieurs personnes qui la regardèrent avec mépris.
Ce ne sont pas vraiment les regards qui la gênaient, elle s'y était habitué depuis le temps, mais la pitié qui les emplissait parfois. car cette pitié la renvoyait à l'image qu'elle avait d'elle, une petite fille perdue, qui ne grandirait jamais, une ratée.

Elle se coucha le soir complètement vidée. Puis, une larme, une deuxième, et enfin un flot coula le long de sa joue. Elle posa son visage sur son oreiller et ses pleurs allèrent se perdre au milieu de tous ceux qui avaient déjà coulés.

--------------------

Les jours suivants, Hinata accumula catastrophe sur catastrophe. Comme elle s'était beaucoup concentrée sur son entraînement, elle avait négligé de prendre régulièrement ses leçons sur l'histoire de son clan. Et plusieurs fois, elle fut complètement incapable de trouver une réponse à ce qu'on lui demandait.

La plupart des membres du clan qui avaient changé de comportement avec elle petit à petit reprenaient leur position au sein de ceux qui la haïssait. La jeune fille était complètement seule. Hanabi ne venait pas lui rendre visite et Neji était sans arrêt en mission à l'extérieur. En plus, elle ne pouvait pas sortir, tellement il y avait de travail.
Ses amis ne pouvaient pas lui rendre visite. Elle était chef de clan. Elle ne pouvait s'abaisser à parler avec des simples chunin du village. Du moins, c'est ce qu'on lui avait dit.

Mais tout ça n'était rien comparé au poids qui l'envahissait : son manque d'entraînement et son travail acharné, qui plus est mauvais, la distançait de Naruto, indéniablement. Et ça, elle ne le supportait pas.
Qu'allait penser l'élu de son coeur quand il apprendrait qu'elle était devenue une chef de clan minable qui passait son temps à traiter de la paperasse en négligeant son entraînement ? Il se dirait sans doute que cela ne le regardait pas, et il s'en ficherait, comme d'habitude !
Hinata trembla de rage. De toute façon, Naruto n'avait jamais fait attention à elle. Et qu'importe les efforts qu'elle faisait, elle ne serait jamais quelqu'un d'important pour lui. Juste une petite fille qui n'arrivait à grandir.
La rage qu'elle ressentait n'était pas destiné à son aimé, mais à elle-même. Et son présent l'éloignait de lui, pour toujours.

Un vide se formait dans son coeur. Elle savait qu'elle ne pourrait pas vivre éloignée de celui qu'elle aimait. Et pourtant, désormais, leur chemins étaient séparés à jamais. Le désespoir serrait les entrailles d'Hinata.
Un enfer de souffrance se refermait autour d'elle.

--------------------

Une semaine.
Une semaine d'écoulée.
Et déjà, Hinata en avait assez de sa vie.
Et déjà, des envies de suicides s'insinuaient dans son esprit.
Alors, le soir d'une journée de calvaire de plus, elle alla accrocher sur la porte de Naruto une lettre d'excuses et d'adieu. Et elle sortit de Konoha.

Ses pas la guidèrent en direction de la cascade du pays du feu. Elle grimpa au sommet et retira son manteau et ses bottes. Elle ne tremblait pas. Elle savait qu'elle ne pourrait plus revenir en arrière. En bas, l'eau bouillonnait.

Elle contemplait le coucher du soleil. Quand il aurait complètement disparu sous l'horizon, sa vie s'éteindrait.

Mais pourtant, alors que les étoiles et la lune brillaient déjà dans le ciel noir, Hinata hésitait toujours au sommet de la falaise. Elle se mit à pleurer. Elle n'aurait donc jamais assez de courage pour affronter en face la réalité ? Puis elle repensa à son père, si fort et si droit, si digne et si juste.
La détentrice du Byakugan songea à Neji et au jour où elle avait enfin réussi à lui faire face, dans l'arène des éliminatoires de l'examen des chunin.
Toutes les personnes qu'elle avait connues... Elle savait qu'elle ne pourrait plus les regarder en face si elle restait vivante en tant que chef ratée de clan. Au moins, il fallait qu'elle aie le courage d'affronter la mort en face.

Le visage de la jeune fille se fit déterminé. Elle avança vers le bord de la falaise d'un pas décidé. Mais une voix, une voix d'homme, monta derrière elle :

- Tu as l'air vraiment déterminée à mourir...

Hinata se retourna et vit un homme blond, avec une mèche devant l'oeil gauche. Son grand manteau noir avec des nuages rouges lui indiqua qu'il était un membre de l'Akatsuki.
Elle fut aussitôt sur ses gardes. un ennemi si près du village, ce n'était pas bon. Elle plaça son pied en arrière et ses mains devant elle, prête à se défendre ou à attaquer si besoin en était.
L'homme sourit devant la méfiance de la jeune fille. Il dit avec amusement :

- Allons... Tu avais l'air si décidée à mettre fin à tes jours, il y a trente secondes, que tu ne vas pas me dire que cela t'importe si je traîne dans les parages !
- Tout à fait ! Deidara senpai dit toujours la vérité !

Un autre homme portant le même manteau que le premier s'approchait. Il portait un masque orange en spirale percé d'un trou. Le dénommé "Deidara" reprit la parole :

- Euh... Merci, Tobi. Mais ce n'est pas à toi que je parlais mais à cette fille...
- Oups ! Pardon, Deidara senpai, s'excusa l'autre.
- Bon, finit par dire le blond. Tu es... ?
- Hinata Hyuga, chef du clan Hyuga du village de Konoha, répondit l'adolescente.
- HAHAHA ! Toi ? Chef de clan ? Une fille craintive suicidaire ? Pauvre clan, quel massacre !
- ...
- Bref, fit-il en reprenant son sérieux. Tu as l'air d'être le genre de fille qui passe son temps à fuir la réalité, j'ai pas raison ?
- ...
- Pas de réponse, c'est que j'ai raison. Et tu penses qu'affronter la mort, c'est un moyen de réhausser ton honneur ?
- ...
- Tu ne réponds toujours pas ? Très bien. Mais laisse-moi te dire un truc : le suicide, ce n'est qu'une fuite de plus.

Cette dernière phrase fit s'écrouler Hinata. Elle se tenait la tête entre les mains, recroquevillée sur elle-même et elle pleurait. Si même la mort ne pouvait l'aider, où irait-elle ?
Deidara se déplaça et s'accroupit auprès d'elle. Il lui dit avec un sourire charmeur :

- Tu sais, tu devrais retourner auprès de ton clan. Je suis sûr qu'à l'heure qu'il est, ils te cherchent partout. Et quand tu ne te sentiras pas bien, tu pourras venir m'en parler... Je serais là, je ne bougerais pas.

Et pour appuyer ses paroles, il se pencha en avant et déposa un baiser sur le front de la jeune fille. Celle-ci se leva, et, presque inconsciemment, se dirigea vers le village.

Cette nuit, lorsqu'elle se coucha dans son lit, le visage de Deidara emplissait encore son esprit...



fiouuuu... Quelle galère de reproduire les sentiments d'Hinata !
Alors... A votre avis, Deidara est-il sincère ?
Héhé... Mystère !
( oups quelle andouille j'l'ai écrit dans le résumé )




Chapitres: [ 1 ] 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: