Attention, cette fanfiction de Naruto est catégoriée spoil, c'est à dire qu'elle peut évoquer des passages du manga qui ont été publié au Japon mais pas encore en France. Sa lecture est donc susceptible de vous gacher le plaisir proccuré par le manga. Pour enlever ce message et voir toutes sections Spoil du site, rendez vous dans vos options membres.


Fiction: Les possesseurs

Naruto fuit le village.Ses buts: REUNIR LES JINCHURIKIS et SE VENGER DE KONOHA. Dans sa quète, il devra faire face aux différents villages ninjas,il apprendra de sombres secrets,et il deviendra...
Classé: -16D | Spoil | Général / Action/Aventure | Mots: 367793 | Comments: 113 | Favs: 220
Version imprimable
Aller au
Sarhtorian (Masculin), le 03/09/2018
Salut à tous et à toutes,
Les avis que j’ai reçus sont sans appel : il faut faire ces résumés… Eh bien, allons-y. Vous trouverez plus bas le premier d’une longue liste.
J'aurais voulu sortir celui-là samedi dernier, mais j'ai été occupé. Enfin, l'important est qu'il soit là.
Première fois que je me lance dans un tel exercice, faudra que vous me disiez si c'est assez lisible.
A bientôt
Bonne lecture à tous et à toutes.

Sarhtorian




Chapitre 64: L'histoire de Konoha: le destin des Uchiwa



Résumé du Chapitre 51 : L’histoire de Konoha, le destin des Uchiwa.

Le soir est tombé sur le village des tempêtes. Le calme demeure maintenant.
Une douzaine d’heure s’est écoulée depuis la disparition de Shuuwai. Pendant les huit premières qui ont suivies, Jashin, à travers le corps de Yagura, a soigné Naruto, plongé dans un coma profond suite à sa blessure face Ningenkaraï du démon à dix queues. Puis, une fois qu’il eut achevé son œuvre, et mit hors de danger le porteur de Kyuubi, Jashin est retourné dormir dans le médaillon où subsiste sa présence, rendant son corps au Yondaime Mizukage.

Pendant que leur chef dort du sommeil du juste, un sommeil particulièrement récupérateur car sa blessure n’ont en rien émoussé les facultés de guérison du démon renard, les Possesseurs se sont réunis dans une salle. Dans cette même salle, en vérité, où ils ont déjà appris que le traitre, ou plutôt les traitres qui renseignaient Akatsuki sur les agissements de Némésis n’étaient autre que Thosvorn, soutenus tacitement par son frère Thosbald et sa sœur Yomika, et où ils ont entendu, de la bouche de Nadia, la légende de Gueryan. C’est là qu’ils ont également appris qu’il existe, dans une zone monde dont ils ne soupçonnaient même pas l’existence, tout un peuple de démon qui attend patiemment son heure. Celle-ci viendra quand la barrière édifiée des centaines d’années auparavant par les « Dieux » de Gueryan après la lutte contre Antei, celui que les shinobis nomment Juubi.

La barrière était prévue pour tenir sept siècles, et ces sept siècles seront écoulés dans les trois ans à venir.
C’est dire si les jinchuurikis, en dépit de leur puissance, sont quelques peu chamboulés. Ils ont pu voir la toute-puissance du démon Shuuwai, et ils seraient deux à disposer d’un tel pouvoir. Ce court affrontement à sens unique leur a fait prendre conscience du danger qui plane non seulement au-dessus de leur tête, mais qui pèse également sur tout le monde shinobi.

Dans la salle, personne ne sait trop quoi dire. Le silence règne et les possesseurs se regardent tous en chien de faïence. Même Bee, habituellement si disert et si solide face aux dangers au point qu’il ne cesse de leur rimer au visage, ne dit rien. Cela ne rassure personne. Il est le Possesseur le plus puissant parmi eux, à l’exception peut-être de… Yagura.
L’ancien Mizukage est lui aussi pensif mais ne s’amuse pas à se lancer dans ces affrontements muets de regard. Il contemple pensivement Murakumo, l’épée de Jashin capable de sceller le chakra, et songe à la possibilité d’être un jour capable d’utiliser le Mokuton, et à devenir plus fort pour vaincre la menace qui pointe à l’horizon.

Entre alors dans la salle Shisui Uchiwa, venu pour les remercier de leur aide lors des récents évènements. Il essaye de les dérider mais se heurte à des visages fermés. Il faut dire que pour tous, il reste le Mirage de Konoha, une plaie dans le flanc des autres villages ninjas quand ils appartenaient tous encore à leurs villages respectifs.

Toutefois, Han, davantage pour se sortir de son état d’hébétude que par réelle curiosité, l’interroge sur ce qui a bien pu le mener dans un village comme celui des tempêtes, en plein milieu du pays du gel. Les autres possesseurs font également part de leur curiosité d’avoir trouvé autant d’Uchiwa en vie, alors qu’officiellement, leur clan se réduit à deux membres, Itachi et Sasuke.
Bien qu’hésitant de prime abord, Shisui convient de la dette qu’il a envers Némésis qui a sauvé le village qui les a accueillis lui et les siens. Songeant qu’il devra également raconter ce récit à Naruto, il décide de raconter l’histoire de son clan depuis aussi loin qu’il en souvienne. De sa naissance jusqu’à l’élimination du clan, et la survie d’une trentaine d’entre eux.
////


Shisui est né quelques vingt-quatre ans auparavant. Il est le troisième fils du chef du clan Uchiwa de l’époque : Kagami Uchiwa, ninja ayant accumulé les titres de gloire. Non content d’être un vétéran des précédentes guerres ninjas, et un shinobi émérite disposant de mangekyou sharingan, il a bénéficié de l’enseignement du Nidaime Hokage, et est l’ami de Hiruzen Sarutobi, le Sandaime Hokage, et de ses deux conseillers. Il a également conservé des liens d’amitiés envers ses anciens coéquipiers, Danzo Shimura, le chef de la racine et de Torifu Akimichi, actuel chef du clan Akimichi.

Shisui a deux frères ainés : Fugaku, qui a vingt-deux ans de plus que lui, et Obito, qui n’en a que cinq.

L’époque où il nait est marquée par la troisième grande guerre shinobi, qui a débuté quelques années plus tôt, mais qui a déjà causé un grand nombre de victimes. Malgré cette menace qui fait blêmir et s’inquiéter les adultes, Shisui passe une enfance heureuse. Son père Kagami a beau être très sévère avec le garçonnet, au point de commencer à l’entrainer dès qu’il a fait ses premiers pas, les talents de ce dernier contentent l’élitisme borné du vieux ninja. Il n’en va pas de même pour son grand frère Obito, bien moins doué que son ainé et que son benjamin, et qui s’attire le mépris de son père, de son frère ainé et de la plupart des membres du clan qui ne comprennent pas comment l’un des fils de leur chef, et de ce fait, un descendant du plus puissant Uchiwa ayant jamais vécu : Madara, puisse être aussi faible.

Et il n’est pas question d’accuser son formateur. Ce dernier, Minato Namikaze, est un excellent ninja, et un autre de ses élèves, le fils du croc blanc, qui n’est, aux yeux du clan, pas supposé avoir les mêmes capacités qu’un Uchiwa de la lignée principale, est déjà un shinobi exceptionnel. Shisui est le seul de l’entourage proche à se montrer gentil avec son grand frère, surtout qu’il ne comprend pas exactement ce qu’on lui reproche.

Mais un jour de ses sept ans, il observe à travers l’une des cloisons une discussion entre son père, et deux autres ninjas. L’un a les yeux bleus et les cheveux blonds, et garde un air austère. L’autre est un garçon de l’âge de son frère, les cheveux argentés, un œil noir et l’autre caché par son bandeau frontal, mis en biais. Kagami félicite Minato pour avoir à lui tout seul stoppé une offensive du village d’Iwa, ce qui ne déride pas le futur Yondaime Hokage. Le chef des Uchiwa n’est pas né de la dernière pluie, il sent bien qu’il est arrivé quelque chose à Obito, et quand il demande ce qu’il s’est passé, ce n’est pas Minato mais Kakashi qui prend la parole.

Le fils du Croc Blanc raconte tout ce qu’il s’est passé au pont de Kannabi, sans oser évoquer la mort d’Obito, et finit par révéler qu’Obito lui a donné son œil. Cela choque Shisui là où il est car on lui a inculqué à quel point le sharingan, qu’il possède lui-même depuis près d’un mois, est un symbole du clan Uchiwa et l’une des preuves de leur supériorité naturelle sur le reste des shinobis. Il s’attend à ce que son père réagisse, sinon violemment, au moins avec virulence à cette révélation. D’ailleurs, il voit Minato tendu, prêt à intervenir s’il le faut. Mais le visage de Kagami se décompose et un air de profonde tristesse se peint sur son visage. Contrairement à Shisui n’a pas encore compris et qu’il ne comprendra d’ailleurs qu’au moment où on lui annoncera, Kagami a compris ce que Kakashi n’a pas voulu révélé. Obito est mort, et le vieux ninja se reprochera des années durant de l’avoir traité si durement.

Il y a un avant et un après la mort d’Obito. Depuis ce jour, Kagami semble perpétuellement abattu et la vieillesse (il a à cette époque déjà plus de cinquante ans) commence à reprendre ses droits. Shisui est lui-même très abattu par la perte de son frère ainé, d’autant qu’il n’y a aucun corps à enterrer et pour faire le deuil proprement. Il se promet de devenir suffisamment fort pour que son père n’ait plus à souffrir de la perte d’un de ses enfants.

Les années passent. Shisui, fidèle à sa promesse et déjà prometteur pour son âge, devient rien de moins que le ninja le plus fort de toute sa génération. Parmi ses aînés proches, il n’y a guère que Kakashi Hatake pour rivaliser avec lui, mais Shisui évite de l’affronter trop souvent. Il faut dire que la disparition de Rin Nohara, la dernière coéquipière de celui que tous appellent déjà le ninja copieur, a fait basculer ce dernier dans un état de déprime presque permanent. Le mélange de détestation envers lui-même, d’absolue tristesse, et de colère visible dans son œil noir, terrifie le jeune Uchiwa. Et cette lueur s’intensifie encore un peu plus à la suite de l’incident Kyuubi, qui coutent la vie au Yondaime Hokage, à sa femme, et à un bon nombre de ninjas de Konoha.
Suite à ces évènements, Shisui ne croisera plus la route du ninja copieur. Celui-ci se réfugiera dans les profondeurs de l’ANBU et n’ira plus, comme jadis, au quartier des Uchiwa. Les deux hommes ne seront alors plus relié que par un seul lien, une connaissance commune : Itachi Uchiwa.

Fils aîné de Fugaku, et donc neveu de Shisui, ayant à peine deux ans et six mois de moins que lui, Itachi n’est pas moins doué que lui, mais moins jovial et plus taciturne que son oncle. Une profonde amitié va se nouer entre eux, de par leur proximité familiale mais également par la tendance pacifiste qu’ils partagent tous deux. Shisui sait que la sienne est issue du traumatisme de la mort de son frère, mais s’interroge souvent sur celle d’Itachi. Il finit par en déduire qu’elle est innée chez lui, et d’autant plus mis en avant par la précocité d’Itachi quant aux questions géopolitiques qui entourent Konoha.

Ce sont les années les plus heureuses de la vie de Shisui. Il gravit les échelons rapidement, se spécialise dans le genjutsu et se fait très vite connaître sous le nom du Mirage, chez les autres villages ninjas. A cette époque, passant de longs mois loin de son village natal pour des missions, notamment près de Kiri. A onze ans, il doit retarder à lui tout seul une équipe de cinq shinobis de Kiri. Son genjutsu est alors déjà suffisamment puissant pour influencer ceux qui en sont victimes sans qu’ils s’en aperçoivent. Cette faculté ne dure alors que quelques instants, alors qu’elle sera décuplée quand Shisui l’utilisera plus tard à l’aide de son mangekyou, mais ces quelques instants lui permettent de réussir sa mission et d’empêcher l’équipe de Kiri d’arriver à ses fins… Mais ils jouent également un autre rôle, qui va profondément influencer le village de la brume sanglante tout entier.

L’un des shinobis de Kiri se nomme Ao, et il va trouver une ressemblance entre la teinte du chakra de Shisui lorsque ce dernier utilise sa technique et celle du chakra qu’il perçoit parfois autour du Yondaime Mizukage. Ce sera l’élément déclencheur de toute une suite d’évènements qui aboutira au renversement de Yagura, et à l’achèvement de la Brume Sanglante… Mais c’est encore une autre histoire.
Ces années à l’étranger font comprendre à Shisui le besoin de trouver une méthode pour se passer de son sharingan. Ce dernier est un outil si utile qu’il se repose beaucoup trop dessus, et qui est, de fait, ce que visent toujours ses adversaires lors des combats rapprochés. Shisui se dit que même s’il devait devenir aveugle, il aurait toujours une chance de s’enfuir s’il avait un autre moyen de se repérer dans l’espace. Fidèle à lui-même, il en développe deux : l’un consiste en un repérage très classique du chakra à l’aveugle, comme le font la plupart des ninjas sensitifs, l’autre consiste à imiter les chauves-souris en se dotant d’une capacité d’écholocalisation, en claquant sa langue. Si la première tâche lui est aisée, la deuxième, normalement uniquement accessibles aux aveugles, lui prendra largement plus de temps avant qu’il ne la maitrise efficacement.

Shisui ne rentre qu’à quatorze ans à Konoha, et s’il avait correspondu par lettre avec Itachi, il tombe des nues en apprenant que ce dernier, âgé de moins de douze ans, a déjà rejoint l’ANBU de Konoha. S’il est content pour son neveu, il a un mauvais pressentiment quand il apprend qu’il appartient à l’équipe de Kakashi Hatake, que toutes ses années au sein des forces spéciales n’ont pas aidé à se sentir mieux.

Très vite, le jeune Uchiwa n’a néanmoins plus le temps de se préoccuper de ça, car Fugaku le convie à une réunion au cœur du temple Nakano, convaincu que son jeune frère partagera ses vues. Il n’est pas déçu. Alors qu’il expose son opinion sur le besoin- que dis-je, la nécessité- pour le clan Uchiwa de reprendre le pouvoir à Konoha, il lui semble que Shisui est complètement convaincu par son discours. Mais Shisui est surtout un excellent acteur. Il donne aux membres de son clan l’image qu’ils veulent voir de lui, mais en son for intérieur, l’adolescent est profondément atterré. Pour lui, un tel projet mènera au mieux à une guerre civile, au pire à une guerre totale, qui fera des centaines, pour ne pas dire des milliers, de victimes.

Dès qu’il sort de la réunion, les questions s’entrechoquent dans sa tête. Que faire ? Révéler ce qu’il a entendu aux dirigeants de Konoha ? Ce serait courir le risque d’une répression sanglante. Ne rien dire ? Cela serait cautionner et aider la rébellion à se mettre en place. Shisui comprend, du haut de ses quatorze ans, qu’il perdra bientôt soit son village, soit son clan… Et lui, qui doute normalement si peu, ne sait pas comment réagir. Pour la première fois depuis longtemps, il a peur.

Il décide donc d’aller voir la seule personne qui peut l’éclairer dans cette situation : son propre père, Kagami Uchiwa. Ce dernier a dépassé la soixantaine, et a considérablement vieilli. Cet homme si fort que rien n’avait pu ébranler durant des années n’a pas surmonté la perte de son fils cadet. Rongé par la culpabilité, il s’est retiré des affaires courantes de Konoha, où même Danzo, qui se méfient des Uchiwa comme de la peste, était pourtant près à l’écouter. Beaucoup d’Uchiwa le considèrent d’ailleurs presque morts et traitent déjà Fugaku comme s’il était leur chef. Kagami dispose néanmoins de deux intendants ninjas, deux orphelins de son clan, plus âgé que Shisui, dont il a supervisé de loin l’éducation : Agasa et Edogawa Uchiwa, qui lui sont tous dévoués.

En voyant son père si affaibli, Shisui a une ultime hésitation, mais lui révèle tout de même ce qu’il a appris. Comme il s’y attendait, Kagami n’était au courant de rien. Le vieil homme semble dévasté par cette nouvelle. Se levant, il va contempler le feu, et monologue.
« Alors, c’est ainsi que s’achèvent les choses. Une vie à défendre Konoha et ses idéaux. Une vie à tout lui sacrifier, même l’existence de mon fils cadet. Une vie… Tous les efforts d’une vie réduits à néant par les folles ambitions de mon fils aîné. N’ai-je donc survécu à tous ses champs de batailles que pour être ainsi trahi ? N’ai-je pu suivre maints compagnons dans la tombe que pour être le messager de l’ignominie de mon clan ? Sont-ce là les remerciements auxquels j’ai droit de la part du destin pour ma dévotion à mon village ? »
Sa voix monte au fur et à mesure de son discours, au point de faire trembler ses deux intendants et Shisui lui-même. Ce dernier lui demande ce qu’il faut faire.

« Faire ? Mais il n’y a déjà plus rien à faire. Fugaku a trop d’autorité sur le clan. Il faudrait qu’il abandonne ses projets déments pour que la situation s’améliore, et encore… Il a trop attisé les braises de la rancune du clan, et Danzo n’a rien fait pour les calmer. Cette affaire ne peut plus se régler que dans le trépas. Et je préfère que le mien survienne bientôt pour ne pas voir cet horrible spectacle. »
Ébranlé par les mots de son père, Shisui part chez lui, espérant que la nuit lui portera conseil. Il est réveillé aux premières heures de l’aube par des cris. Se ruant hors de chez lui, croyant que la rébellion a déjà commencé, son esprit encore embrumé par le sommeil l’empêchant de savoir quel camp défendre, il voit avec horreur la maison de son père en flamme, et tout son clan essayer de contenir l’incendie. Il court vers la maison, avec tant d’énergie que beaucoup croient en le voyant qu’il va se jeter dans le feu pour tenter de sauver Kagami. Il est ceinturé par Fugaku qui l’empêche d’avancer plus loin. Shisui a beau se débattre, la poigne de son frère est trop puissante pour lui, et il observe impuissant la maison où il a grandi achever de se consumer.

Les anciens du village se rendent sur place et constatent le désastre. Il ne reste presque plus rien de la maison, ni de ses occupants, si ce n’est trois cadavres si gravement calcinés qu’ils en sont méconnaissables. Les restes de Kagami et de ses deux intendants. C’est un choc pour tout le monde. Qui aurait pu croire que le fameux Kagami puisse mourir ainsi ? D’ailleurs, personne n’y croit, et une enquête est menée. Ses résultats sont sans appel : l’incendie a pris à partir de l’âtre du salon, à l’endroit même où Shisui et Kagami s’étaient parlé la veille, et s’est répandu dans toute la maison, en bois, qui a flambé facilement. Si elle n’avait pas été légèrement coupée des autres habitations par le grand jardin qu’affectionnait tant le chef des Uchiwa, l’incendie se serait propagé de la vieille demeure pour se répandre dans tout le quartier et causer une véritable hécatombe.

Pour tous, il s’agit d’un accident, qui leur a couté leur chef et quelques parchemins très importants du patrimoine Uchiwa. Pas pour Shisui. Il est convaincu que Kagami a hâté sa fin volontairement. Quant à ses deux intendants, ils lui étaient si dévoués qu’il ne serait pas étonné qu’ils aient choisi de le suivre dans la mort. Torturé par cette conviction, après que les funérailles aient eu lieu, Shisui s’enferme chez lui pendant la période de deuil, refusant de voir quiconque, que ce soit son frère, ou même son neveu Itachi. Sa souffrance est telle chez cet adolescent qui est déjà préoccupé par la révolte préparée par son frère ainé, qu’elle réveille son mangekyou sharingan.
Son deuil dure cependant moins de temps que prévu, puisqu’alors que Shisui est allongé sur un tatami à regarder le plafond, il est interpellé par la voix d’Edogawa Uchiwa. Croyant d’abord rêver, il n’y fait pas attention, mais quand Edogawa en personne, tout de noir vêtu, apparait, visiblement mécontent d’être ignoré, Shisui se redresse et croit être victime d’une illusion-un comble pour lui.
Mais Edogawa est bien vivant, et il n’est pas le seul. Agasa et Kagami le sont tout autant. Il emmène l’adolescent avec lui, le plus discrètement possible, pour que personne ne puisse se rendre compte de leur survie-à la grande surprise de Shisui- poussant même ce dernier à laisser un Kage bunshin à sa place pour n’éveiller aucun soupçon. Ils sortent tous deux du village. Connaissant les codes de la barrière, ils ne se font pas repérer, et ils finissent par atteindre une grotte dissimulée par un genjutsu, dans la forêt.

A l’intérieur les attends Kagami. Contrairement à ce qu’avait craint et cru Shisui, leur discussion n’a pas poussé le vieil homme à se suicider, mais elle lui a rendu un peu de son énergie d’autrefois, et il avait passé quelques heures à mettre au point un plan qui lui permettrait de sauver le maximum des siens, tout en préservant la paix au sein de Konoha. Il a ensuite déclenché l’incendie en sauvant les quelques documents très importants qu’il avait en sa possession. Notamment parmi eux, un parchemin contenant le seul remède connu contre une dégénérescence des cellules suite à une utilisation excessive du mangekyou sharingan.

Kagami, pour être un très lointain descendant du Rikudo Sennin comme tous les Uchiwa, est, en sa qualité de chef de clan, parfaitement au courant de la légende de Gueryan et a déjà pu rencontrer certains ressortissants du continent doré, dont même le roi de Glaronn qui était un jour venu à Konoha, quand il n’était encore qu’un prince. De ces rencontres, il a acquis la conviction que les Uchiwa, de par leurs pupilles et leur ascendance, seraient bien reçus s’ils décidaient d’aller en Gueryan.

C’est là son plan : réunir les membres du clan Uchiwa qui s’opposent à la révolte de Fugaku, et les faire « disparaître » pour les cacher, et entreprendre avec eux le voyage vers le continent doré. Kagami se refuse à rester sur le continent shinobi. Il sait d’ailleurs parfaitement que cela ne serait pas réalisable : la plupart des autres villages entretient une crainte et une haine presque viscérales de leur clan, et n’accepterait de les accueillir qu’en échange d’informations qui pourraient affaiblir Konoha.

Compte tenu qu’il ne compte plus se mêler des affaires de Konoha, et que leur disparition ne portera pas préjudice au village, et si tout se passe bien, elle n’en sera même pas connu, Kagami en conclut qu’il ne saurait être considéré comme un déserteur, et reste en paix avec lui-même.

Pendant les deux ans qui vont suivre la « mort » de Kagami, Shisui va donc localiser tous les Uchiwa pacifistes, et les aider à rejoindre Kagami, qui prépare le voyage. Pour ce faire, il va faire en sorte qu’ils « meurent » les uns après les autres, les remplaçant par des cadavres méconnaissables. Pour éviter que quiconque remarque la supercherie, il va également entreprendre un vaste travail d’hypnotisme sur tous les ninjas-légistes de Konoha. Au fil des mois, il va permettre aux trente-trois Uchiwa complètement opposés au conflit de s’échapper du village, malgré les missions qui le poussent parfois à retourner hors des frontières et notamment près de Kiri.
Cette tâche, et leurs plannings respectifs, empêche Shisui de l’évoquer avec Itachi, qu’il aimerait pouvoir sauver également. Il n’est alors pas au courant que son neveu se prépare déjà, influencé par Danzo, à exécuter lui-même tout son clan. Les secrets respectifs des deux amis font qu’entre eux manquent trop de vérité, et ils ne sont plus capables d’aussi bien lire en l’autre qu’ils le faisaient jadis.
Le Sandaime Hokage lui demande alors d’utiliser son mangekyou sharingan pour hypnotiser Fugaku et le transformer en fervent défenseur de Konoha, idée que Kagami avait toujours écartée car elle lui semblait beaucoup trop simple pour résoudre une situation dont l’origine est bien plus ancienne que Fugaku lui-même. Shisui accepte tout de même d’essayer. Mais…

Danzo intervient. Il piège Shisui à l’aide d’ANBU de la racine. Malgré tout son talent, le dernier fils de Kagami ne réussit pas à empêcher Danzo de lui arracher un œil. Il arrive tout de même à s’enfuir. Comprenant que le chef de la Racine, au détriment des souhaits de médiation de Hiruzen, à décider de mettre un point final à l’histoire des Uchiwa, Shisui décide d’avertir Itachi des plans de Danzo. C’est alors qu’Itachi lui révèle finalement le rôle qu’il est prévu qu’il joue dans cette sinistre affaire. En entendant ça, Shisui, de son œil valide, fond en larme. Moins pour son clan que pour l’horrible destinée qui attend son meilleur ami. Il décide donc de l’aider à surmonter cette épreuve à sa façon. Utilisant sa technique des « Déités Célestes », il fait croire à Itachi qu’il se suicide non sans avoir arraché son œil restant et le lui avoir confier. Il remplace son propre corps par un autre, qu’il a camouflé de façon à ce qu’on croit que c’est le sien. Il a pris des précautions doubles en utilisant un genjutsu dessus afin que tous les Uchiwa croient qu’il s’agisse bien de son cadavre. Les légistes de Konoha étant déjà soumis à son genjutsu, personne ne devrait remettre en doute son décès.

Toutes ses années d’entrainement à ne pas utiliser son sharingan lui sont finalement utiles, comme s’il s’était inconsciemment attendu à ce qu’une telle situation arrive. En combinant l’écholocalisation et son repérage du chakra, il peut se faire une idée assez claire de l’environnement qui l’entoure et des personnes qui y évoluent. Non sans un dernier adieu qu’Itachi ne peut entendre, Shisui part, convaincu qu’il ne reverra plus jamais-au sens propre comme au figuré- le village de Konoha.

Il rejoint la grotte où se sont réunis les pacifistes. Alors qu’on s’affaire autour de lui pour soigner ses yeux, il explique à tous le rôle que va jouer Itachi dans l’élimination de son clan, ce qui cause une profonde émotion aux membres de son clan. Il propose à Kagami de partir le plus vite possible avant que le massacre n’ait lieu. Une fois que celui-ci se sera déroulé, la plupart des autres pays braqueront leur regard sur Konoha et leur groupe risquerait de se faire remarquer.

Kagami accepte de partir, le lendemain, le temps que le temps que les substances médicinales dont on a enduit les bandelettes qui recouvrent les orbites vides de Shisui fassent effet.

Avant même que l’aube ne paraisse, les trente-sept Uchiwa (Kagami, Shisui, Agasa, Edogawa, et les tente-trois autres sauvés par Shisui) s’en vont. Le plan est simple : traverser le pays des sources chaudes et le pays du givre pour arriver au port de Hinkun. Celui-ci se trouve près du pays de la foudre, et leur permettrai d’embarquer sur la grande mer qui sépare le continent shinobi de Gueryan. Kagami avait profité de la venue de l’actuel roi de Glaronn à Konoha pour savoir comment leur faire part de leur arrivée si un jour des Uchiwa désiraient s’établir à Gueryan. Il a donc envoyé un message, comportant leur itinéraire, dont la réponse est arrivée vite, porteuse du message suivant : Glaronn serait ravi d’accueillir de tels combattants, surtout qu’ils sont descendants du Sauveur, et des soldats de confiance viendront à votre rencontre durant votre trajet.

Le chef des Uchiwa s’attend donc à ce que la rencontre ait lieue sur cette mer.
Alors qu’ils traversent le pays des sources chaudes sans encombre, ils arrivent dans le pays du Givre à la pire des saisons. Ce dernier est ainsi presque constamment parcouru de terribles tempêtes de neige qui engloutissent tous ceux qui osent sortir. Kagami hésite à s’y engager. Shisui, en revanche, insiste pour qu’ils y aillent. Les Uchiwa ne peuvent se permettre d’attendre. Plus ils resteront à un endroit, plus ils risqueraient d’être repérés, puis traqués. Shisui a beau n’avoir que seize ans alors, ses efforts et ses sacrifices pour sauver son clan font de lui une figure très impressionnante aux yeux des Uchiwa qui l’accompagnent. Kagami, lui-même bluffé par l’assurance de son fils, se laisse convaincre.

Après avoir rassemblé suffisamment de provisions pour un tel voyage, ils décident donc de continuer vers le nord comme ils l’ont prévu, comptant sur leur Katon pour les protéger du froid. Ils commettent ainsi une grave erreur, car le blizzard du pays du givre est une épreuve si terrible qu’aucun village ninja, même celui de Kumo pourtant ivre de pouvoir, n’a réussi à mener une attaque réussie quand il sévissait.
Très vite, les Uchiwa se retrouvent coincé par la neige et le froid. Incapables d’avancer plus avant, ils sont contraints de se refugier dans une grotte, suffisamment large pour les accueillir tous et qu’ils arrivent à imaginer de manière à faire du feu, mais qui ne dispose évidemment pas des ressources nécessaires à leur survie. Shisui, conscient que tout est de sa faute-même si choisir d’attendre n’aurait pas été un meilleur choix- propose cela aux membres de son clan : il va partir, seul, à la recherche d’aide ou de nourriture. S’il n’est pas de retour dans les trois jours à venir, le groupe quittera la grotte et tentera le tout pour le tout en essayant de retourner vers le sud.
Kagami s’oppose d’abord à son départ, puis à ce qu’il y aille seul. Mais Shisui reste intraitable. La tempête abime les yeux et empêche l’utilisation de sharingan. Lui seul, qui s’est entrainé à s’en passer, pourra évoluer suffisamment rapidement dans le blizzard. L’adolescent part donc, uniquement armé de son courage.

C’est une épreuve éprouvante pour Shisui. Mais il a déjà tant fait. Mourir de froid après avoir survécu à tout ce qu’il a traversé serait bien le diable. Il avance toute une journée sans rien trouver, de plus en plus frigorifié. Puis, il ressent des présences nouvelles… des présences qui n’ont rien à voir avec celles des membres de son clan. La joie réchauffe son sang et Shisui s’élance… à tort. Dans sa hâte, il n’a pas pris la peine de vérifier s’il ne risquait rien, et n’a pas remarquer qu’entre lui et les présences se trouvait une crevasse.
Sans comprendre ce qu’il lui arrive, Shisui chute. Alors qu’il tombe, il s’insulte mentalement avant de heurter violemment une des parois, ce qui l’assomme à moitié. Dans son malheur, il a tout de même un peu de chance, car l’amoncellement de neige absorbe une partie du choc de sa chute. Tout de même bien estourbi, une partie de ses vêtements déchirés lors de la douloureuse rencontre avec la paroi, transie de froid, l’adolescent se sent dériver vers l’inconscience. N’ayant plus assez de force pour résister, et sachant que s’il s’endort, il ne se réveillera pas, sa dernière pensée va à Itachi auprès de qui il s’excuse de ne pouvoir le soutenir dans l’horreur qu’il va traverser.

Une douce chaleur enveloppe Shisui et le tire de son sommeil. Autour de lui, tout est sombre, mais il ressent une présence… Ou plutôt, non, il voit à qui elle appartient comme s’il n’avait pas perdu la vue. C’est un étrange personnage, dont le corps se résume à une silhouette entièrement plongé dans les ténèbres, mais dont les yeux, deux rinnegans, luisent puissamment dans la pénombre. La silhouette le salue et se présente : il se nomme Tars. Avant même que l’adolescent ait pu lui poser la moindre question, il explique qu’il a vu Shisui tomber et qu’il l’a récupéré pour le soigner. Mais, il ne l’a pas emmené où que ce soit pour cela. Il a créé un dôme de chakra, les protégeant tous deux de la tempête, puis, il a soigné toutes les blessures de Shisui. Et par toutes, il veut bien dire toutes, puisque quand il ordonne à Shisui d’ouvrir les yeux, ce dernier se rend compte… qu’il voit. Par un miracle qu’il n’explique pas, ses yeux sont revenus. Mais Tars lui explique ce miracle. Il a utilisé un jutsu spatio-temporel pour ramener les yeux de Shisui comme s’ils n’avaient jamais été arrachés.
L’adolescent, pantois devant un tel exploit, demande qui il est à Tars. Celui-ci ne répond pas, sinon pour dire qu’il connait la terrible histoire des Uchiwa, tant des heures sombres qui sont passés, que celles qui vont arriver, et qu’il est venu à sa rencontre pour leur permettre de survivre. Alors, Shisui lui demande s’il vient de la part du roi de Glaronn, ce à quoi Tars ne répond que par un sourire… (ou tout du moins, Shisui croit voir les ténèbres autour de sa bouche former un sourire).

A la grotte où l’attend le reste des Uchiwa, l’ambiance est morose. Les trois jours se sont presque écoulés et dès qu’un bruit, autre que le vent qui ne cesse de souffler, survient, tous se tournent dans l’espoir de voir arriver Shisui. Et soudain, il réapparait. Mais la joie laisse vite place à la surprise quand il leur raconte son étrange rencontre, et surtout quand tous constatent que Shisui a retrouvé ses yeux. Attire également l’attention un étrange kunai qu’il tient en main, et qui semble entouré d’un halo lumineux. Ce kunai, que lui a confié Tars, est censé les amener là où ils seront à l’abri. Shisui est tout disposé à le croire puisqu’en le suivant, il a pu retrouvé ses camarades. Ces derniers, subjugués par le miracle que constituent déjà la réapparition des yeux de Shisui (et qui sont bien les siens et non pas le résultat d’une greffe, comme en témoignent les mangekyou sharingan qui y brillent) décident de suivre leur jeune leader.

Moins d’une demi-journée plus tard, le groupe des Uchiwa arrivent dans un passage entre deux montagnes, qui les protègent de la tempête qui n’a pas cessé. Le chemin ainsi tracé les mène à un village, qui, s’il reçoit la neige de la tempête, en est à l’abri du vent, se trouvant dans une sorte d’immense cuvette en pierre, creusée dans la montagne. Ce village est Fuusetsugakure no sato, le village caché des tempêtes.

Quoique le pays du givre ne se soit jamais opposé à Konoha, les Uchiwa ne s’attendent pas pour autant à être bien reçu, et pourtant… Quand ils se présentent, la porte s’ouvre et ils sont accueillis par le grand prêtre de Jashin, en personne, avertis dans un rêve par Tars que leur viendraient du sud des combattants qui auraient leur rôle à jouer dans la grande guerre contre les démons qui se rapprochent d’années en années. Bien que méfiants, les Uchiwa, épuisés par leur périple, acceptent l’hospitalité que leur propose le grand prêtre.
A peine deux jours après arrivent à Fuusetsugakure les envoyés du roi de Glaronn, ainsi qu’une guerrière de Blutsauger : Nadia « Black Dragon ». Ceux-ci leur expliquent le rôle de base que sert le village des tempêtes pour Gueryan, sans que personne n’en sache rien. Ce village n’a pas été choisi par hasard : c’est là que le culte de Jashin s’est développé quand le dieu est venu jadis dans le monde shinobi. Rassurés par ce fait, les Uchiwa ne se sentent plus spécifiquement menacés au sein du village et décident d’y rester le temps de se refaire une santé, avant de partir pour Glaronn.

Mais plus les années passent, moins ils se montrent empressés d’en partir. Certains y fondent une famille, d’autres y trouvent un travail, mais pas de shinobi, car personne ne doit savoir qu’ils se trouvent ici. Ceux qui ont besoin d’action accomplissent des missions non pas dans le continent Shinshu, mais en Gueryan où ils découvrent les coutumes et les manières de se battre. Shisui est un peu de cela, autant pour devenir plus fort, mais aussi parce qu’il est impressionné par Nadia : il n’avait rencontré une personne si douée, et sa manière d’utiliser le Koton, l’art d’utiliser la lumière, le bluffe à chaque fois. Quoiqu’elle ait près de dix ans de plus que lui, un lien intime commence peu à peu à émerger entre les deux.

Quant à Kagami, il devient un grand ami du prêtre de Jashin, avec lequel il aime bien se plaindre de la nouvelle génération.

La tranquillité des Uchiwa n’est brisé que deux fois durant toutes ces années (il s’en écoulera huit entre leur arrivée, et l’heure actuelle). La première quand, un mois après qu’ils aient atteint le village des tempêtes leur parvient la nouvelle de l’annihilation de leur clan tout entier. Ils ignorent alors encore que Sasuke est encore vivant. S’ensuit une longue période de deuil, où Shisui se demande s’il aurait pu faire plus que ce qu’il a fait. S’il aurait pu empêcher cela en hypnotisant son frère ainé. Mais tous les Uchiwa se rassemblent et le remercie les uns après les autres de les avoir sauvé, jusqu’à Kagami. Shisui, ému, regarde en l’air d’un regard brouillé de larmes, tant de tristesses que d’émotion, et souhaite encore une fois bonne chance à son neveu.

La deuxième fois correspond à l’arrivée impromptue de neuf jinchuurikis sortis d’on-ne-sait-où et aux évènements qui suivirent.
////

« Navré de déranger votre tranquillité. »

La réponse aigre d’Utakata arrache un sourire à Shisui. Ce dernier se lève et les salue, en leur rappelant qu’il est leur obligé s’ils ont besoin de quoi que ce soit. Gaara, dès qu’il est parti, se jure de raconter cette histoire à Naruto, dès que ce dernier se sera réveillé.

Encore faut-il qu’il se réveille.




Chapitres: 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 [ 64 ] Chapitre Suivante »



Veuillez vous identifier ou vous inscrire:
Pseudo: Mot de Passe: